L’effet Domino de François Barranger

51isqx5ev9l-_sx195_Voici un pavé de 569 pages, que j’ai dévoré. Non pas en quelques jours, car le boulot et les obligations m’ont empêché d’y consacrer le temps que j’aurais souhaité, mais dans l’intensité de la lecture. J’y pensais lorsque je ne l’avais pas dans les mains et je me pressais de terminer mes tâches quotidiennes afin de pouvoir en lire quelques pages et de connaître la suite de l’action.

Un thriller qui se déroule en début de siècle, plus précisément en 1907 à Paris, nous y rencontrons Mr Lépine, Mr Fulgence Bienvenüe ( inspecteur des Ponts et Chaussées, à l’origine du projet du Métro Parisien). La quatrième ligne était en construction à cette époque.

Nous assistons à l’émergence de l’électricité dans les bâtiments publics. Un époque où pour se rendre de la Bretagne à la capitale, il fallait s’armer de patience lors d’un voyage en train ressemblant à un vrai périple de plusieurs heures.

Mais attention, ce roman ne fait pas que nous embarquer à une époque où les avancées étaient énormes, il nous plonge surtout au cœur de l’horreur et d’une enquête incroyable de ténacité et de patience.

 

 

 

 

 

 

Soul Breakers de Christophe Lambert

511stp2lkkl-_sx195_Christophe Lambert

ISBN : 2747064840
Éditeur : Bayard Jeunesse (18/01/2017)
Grâce à l’opération Masse critique de Babelio, j’ai une fois de plus fais une découverte littéraire. Je pense clairement que je n’aurai pas eu l’occasion de lire cette aventure sans cela.
Un roman trépidant, durant lequel nous suivons tout d’abord Teddy et sa sœur, deux enfants très attendrissants, puis Teddy part dans une aventure  dont on a l’impression qu’elle va l’avaler, le dévorer tout cru.
Pourtant ce jeune adolescent, se révèle être d’une trempe incroyable, il va vivre et rencontrer des difficultés qui auraient fait fuir plus d’un adulte.
Pourtant par amour de sa famille, Teddy va affronter le pire, mais aussi le meilleur en faisant de belles et sincères amitiés.
Un roman jeunesse certes, mais qui je pense s’adresse  aux adolescents et jeunes adultes, plutôt qu’aux plus jeunes, car il n’épargne rien à ses personnages.
Une très agréable lecture pleine de rebondissements, de tendresse et de sincérité. Bien au delà de la couverture et du résumé, qui je trouve ne rendent pas hommage au talent d’écriture de Christophe Lambert, ainsi qu’à l’intérêt de son histoire.
Merci à Babelio ainsi qu’à Bayard Editions.

Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir

cvt_une-braise-sous-la-cendre-t01_8205Sabaa Tahir

ISBN : 2266254340
Éditeur : Pocket Jeunesse (15/10/2015)

 

Alors là, je ne peux qu’abonder dans le sens de tous les avis que j’ai pu lire sur ce premier tome de Sabaa Tahir.

Je l’ai trouvé tout simplement excellent, moi qui suis friande de saga et de roman jeunesse, j’ai été comblée.

Des personnages passionnants et loin d’être niais et superficiels, bien au contraire… Une histoire riche, travaillée, avec des rebondissements à tout va, beaucoup de souffrance mais avec une légère lueur d’espoir derrière tout cela.

Allez hop, moi je ne dis rien de plus, un excellent roman que je conseille très, très vivement. A très vite pour la lecture du tome2.

Allez Zou!!! vous devriez déjà être à la librairie de votre quartier pour pouvoir débuter ce livre avec le week-end qui arrive, vous n’avez pas d’excuse!

 

Ah! J’allais oublier de dire un mot sur cette sublime couverture, un vrai bijou.

Bon week-end.

4ème de couverture:

Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la résistance a tenté de pénétrer dans l’école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et t’écraserai.

_______________________________________________

Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment.

 

 

Cet été là de Martin Lee

61oobjv-i0l-_sx195_

Lee Martin

ISBN : 2355845581
Éditeur : Sonatine (09/02/2017)

En refermant ce livre, je ressens une certaine tristesse, non parce qu’il est fini, mais parce que j’ai l’impression d’abandonner la petite Katie.

Vous l’avez donc compris, j’ai été touché par cette lecture, alors bien entendu je suis sensible à la cause des enfants comme la plupart d’entre nous, mais il faut aussi dire que Martin Lee a su créer une ambiance bien particulière.

Un roman qui laisse le choix au lecteur de ce qu’il veut ressentir, pas de larmoyant ni de condescendance. Des faits, des mensonges et des vérités tardives, et libre à vous de décider: vous leur pardonnez? Vous les comprenez? Vous passez votre chemin, vous oubliez?

Un fait divers qui comme beaucoup se déroulent tous les jours ici et ailleurs malheureusement, mais l’auteur nous propose de s’arrêter quelques heures dans cette petite ville des Etats-Unis, afin de vivre de l’intérieur une disparition, qui aurait pu être évitée si chacun avait assumé ses sentiments, ses désirs, ses frustrations et ses erreurs.

Une petite fille que l’on se prend à aimer au fil des pages et qui en vient à nous manquer à la fin du livre. Une narration à plusieurs voix, donc différents points de vue.

Un roman difficile qui m’a chamboulée pendant et après sa lecture.

Merci à Sonatine et bien sûr à Martin Lee de m’avoir procuré tant d’émotions contradictoires.

4ème de couverture:

Tout ce qu’on a su de cette soirée-là, c’est que Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu’elle n’était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé la vie bien tranquille de cette petite ville de l’Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l’enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n’a jamais su ce qui était arrivé à Kathy.
Que s’est-il réellement passé cet été là ?
Trente ans après, quelques-uns des protagonistes se souviennent.
Le frère de Katie, son professeur, la veuve d’un homme soupçonné du kidnapping, quelques voisins, tous prennent la parole, évoquent leurs souvenirs. Des secrets émergent, les langues se délient.
Qui a dit la vérité, qui a menti, et aujourd’hui encore, qui manipule qui ?

Avec ce magnifique roman polyphonique, littéralement habité par le désir et la perte, Lee Martin nous entraîne dans la résolution d’un crime à travers une exploration profonde et déchirante de la nature humaine.

 

 

Pour l’ amour de Mathilde de louis Caron

9782809821109-001-g-220x345

Ce roman est avant tout rempli d’émotions amoureuses et visuelles. Des personnages intenses et entiers, des sentiments qui le sont tout autant.

Des paysages que l’auteur nous décrit de façon à ce qu’on ait l’impression d’y être.

Une rencontre, entre Mathilde et Henri tellement évidente, malgré les différences et les aprioris.

Un roman très vite lu car tout y est fort, puissant, tout y est tendre.

L’amour simple et authentique, voilà ce que m’a fait ressentir cette lecture, qui se déroule entre le Canada et la France, deux pays tant aimé par les personnages.

Un roman que je ne peux que conseiller à ceux qui aiment les histoires d’amour simples et vraies, les paysages luxuriants.

4ème de couverture:

Printemps 1939. Henri Ramier, peintre français renommé, est accueilli au Canada français par Félix Métivier, le plus important entrepreneur forestier de son pays, qui lui ouvre les portes de son royaume. Henri est séduit par la démesure de la nature… et par la forte personnalité de Mathilde Bélanger, l’infirmière aux longs cheveux blonds et aux épaules carrées, qui veille sur les milliers de bûcherons répartis dans l’immensité de la forêt. Mais comment la jeune femme a-t-elle pu s’amouracher de ce « Français de France » qu’elle dépasse d’une tête – et qui pourrait être son père ? Une idylle s’amorce. Mais l’affaire est mal vue dans ces contrées où les premiers échos de la guerre européenne se font entendre. Lorsque Henri rentre dans son Gers natal, les amants sont persuadés qu’ils ne se reverront jamais. Jusqu’au jour de 1943 où Mathilde, au terme d’une formation en radiocommunication en Ontario, est parachutée en mission dans le sud de la France

 

 

 

Le secret des tombes de Ariana Franklin

15873092_1816527288610117_2665283645329089830_n

J’ai aimé le contexte Médiéval, c’est d’ailleurs ce que je recherchais en choisissant ce livre. Je voulais des enquêtes, des mystères.

Le fait qu’Adélia Aguilar, douée dans bien des domaines, mène la marche afin d’élucider ces morts, donne une tournure intéressante et inattendue au roman.

Ce dernier est le troisième des aventures D’adélia, mais peut-être lu indépendamment, comme je l’ai fait.

Le point négatif, à mes yeux, est la lenteur avec laquelle démarre l’enquête, cependant Arthur et Guenièvre, en sont incontestablement le point positif. L’époque et les coutumes qui y font référence, comble cette lenteur, en accrochant le lecteur sur une période dont il est curieux, ce qui parait logique si il choisit ce livre.

De plus notre enquêtrice médiévale a un sacré tempérament pour l’époque, ce dont on ne peut être qu’admiratif.

4ème de couverture:

Au XIIe siècle, les moines de Glastonbury ont découvert deux étranges squelettes enterrés dans leur cimetière – l’un est grand, comme celui d’un guerrier, l’autre est petit avec de longs cheveux blonds. L’île d’Avalon se situant à Glastonbury, il pourrait s’agir des restes du roi Arthur et de la reine Guenièvre. Les moines l’espèrent. Un incendie vient tout juste de détruire leur abbaye et ils ont désespérément besoin de reliques pour attirer les pèlerins, leur source de revenu. Le roi Henry II a également besoin de la preuve de la mort du légendaire Arthur. Il veut empêcher ses sujets gallois réfractaires de croire qu’Arthur pourrait revenir et prendre la tête d’une révolte contre lui. Mais Henry doit en avoir la certitude, il fait donc appel à la Confidente des Morts, l’anatomiste Adelia Aguilar, pour qu’elle examine les os. Quelqu’un s’oppose pourtant à l’identification de ces squelettes et est prêt à tuer pour arriver à ses fins.

 

 

 

 

 

Marquer les ombres de Veronica Roth

thabppmstv

 

Comme beaucoup j’ai été séduite par la saga Divergente, ainsi que par l’adaptation télé, il était donc évident pour moi de découvrir cette nouvelle série.

De prime abord, cette superbe couverture vous tape dans l’œil, je le sais, je vous vois derrière votre écran;-).

Il faut donc que je commence par vous dire que de mon point de vue, ce premier roman n’a rien à voir avec DIVERGENTE, il est davantage dans le registre science-fiction traditionnelle que dans la dystopie ( tout cela adapté un public jeune, car la science-fiction pure peut se révéler assez ardue au niveau de la compréhension, pour moi en tout cas). L’écriture est plus mature, plus travaillée et l’univers, même si on retrouve la patte de l’auteure, est plus complexe. Alors certes, l’attirance entre ELLE et LUI  est présente, mais elle n’est pas le centre de l’histoire.

Un bilan plutôt positif en ce qui me concerne, même si je regrette certain passage du livre où l’action vient à manquer, j’aurai aimé un peu plus  de rebondissements.

Mais l’attrait pour la suite est bien présent, les derniers moments du roman m’ont donné envie de découvrir ce que Veronica Roth nous concocte.

Un joli livre que je suis donc fière d’ajouter à mes séries jeunesse.

4ème de couverture:

Une galaxie où certains êtres possèdent un « don », un pouvoir unique. Akos et Cyra sont de ceux-là. Ils appartiennent à deux nations ennemies, mais ils ont chacun besoin du don de l’autre. Vont-ils s’allier ou se détruire ?

 

 

Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes

cvt_le-detective-detraque-ou-les-mesaventures-de-sherl_6210

 

Comme toujours chez Baker Street Editions, je découvre une petite pépite d’originalité et d’humour.

Nous connaissons tous le célèbre détective Sherlock Holmes, qui nous a toujours épaté par son sens de la déduction. Nous le découvrons ici , sous les traits de la parodie légère et de la douce dérision, tout cela dans le respect de l’oeuvre de l’auteur ainsi que des personnages. Car il faut dire que Sir Arthur Conan Doyle a lui même participé à certaines de ces petites histoires qui se moquent gentiment de notre cher Sherlock en ne forçant qu’à peine les traits et les manières.

 On sent derrière tout cela une profonde affection et un respect total pour les déductions fines de notre personnage préféré.

Baker Street nous propose donc ici des textes qui au fil des années rendent un hommage certains à celui qui ne laisse personne insensible et dont l’auteur qui ne se prédestinait pas à l’écriture, a donné vie à l’une des légende de l’enquête policière.

Un lecture bien agréable et qui ne fait que donner envie de découvrir ou de redécouvrir les aventures de Mr Sherlock Holmes et de son acolyte.

4ème de couverture:

Dans ce petit volume de pastiches, sketchs, et autres textes humoristiques autour de la figure du grand détective, nous avons demandé des textes à quelques holmésiens de nos jours, et ajouté des écrits de leurs prédécesseurs. Esprit d’éloge, de complicité et de fun, autant d’hommages aux deux grands maîtres que furent Sir Arthur Conan Doyle et Sherlock Holmes. Même si par moments on peut apercevoir un brin de moquerie, les plumes de nos auteurs sont toujours pleines d’admiration et d’affection. Le recueil comportera des textes français et des textes traduits de l’anglais, certains contemporains et d’autres un peu plus anciens.

 

 

 

 

Les sisters tome 11: c’est dans sa nature de Christophe Cazenove

61oo2lksrdl-_sx195_

masse_critique

 
Ma fille adolescente est une adepte de cette série de Bd, ne la connaissant pas, c’était l’occasion de la découvrir.
C’est donc une bien sympathique lecture que Babelio m’a donné l’occasion de faire grâce à cette masse critique BD.
Quiconque a une soeur ou un frère, surtout plus jeune, ne pourra que sourire de ces aventures, ces disputes bon enfant. Mais au fond, c’est de l’amour, mais les fratries ont des moyens détournés de montrer leur tendresse.
Rien de bien méchant que ces chamailleries, mais elles sont pour le lecteur bien divertissantes.
Une BD colorée, qui attire l’oeil, en tout cas ce tome 11 m’a donné envie de découvrir les précédents et ainsi de voir jusqu’où peuvent aller les « blagounettes » de nos Sisters.

 

4ème de couverture:

Elles s’adorent autant qu’elles se chamaillent, pour notreplus grand plaisir !Lorsque Wendy avait deux ans, elle a planté avec son papa un jeune arbuste dans leur jardin, un prunus éventail.Devenu grand, cet arbre est le témoin privilégié du quotidien dynamique et bondissant, parfois bruyant mais toujours rempli de tendresse, de nos Sisters !Pour ce onzième tome, retrouvez Wendy et Marine comme à la maison !