Ma vie à Rose red Ellen Rimbauer

Résumé:

Durant l’été 1998, au cours dune vente aux enchères, j’ai acquis un journal intime cadenassé et recouvert de poussière, persuadée que ces écrits appartenaient à Ellen Rimbauer Au début du XXe siècle, John et Ellen Rimbauer faisaient partie de l’élite de la haute société de Seattle. Le couple fit construire une gigantesque résidence sur les hauteurs de Spring Street. Baptisé par la suite  » Rose Red  » – Rose rouge -, cet édifice a été l’objet de nombreuses controverses. En effet, sur une période de quarante et une années, au moins vingt-six personnes ont soit perdu la vie, soit disparu mystérieusement entre ses murs. Le journal intime de Ellen Rimbauer, dont je vous propose des extraits, m’a conduite à faire certaines découvertes, qui m’ont poussée à organiser une expédition. Dans peu de temps, je serai à la tête d’une équipe d’experts en phénomènes paranormaux, au cœur de la propriété des Rimbauer, afin de sortir cette gigantesque force psychique qu est Rose Red de sa torpeur. J’espère ainsi venir à bout de certains mystères que mon mentor, Max Burnstheim, n’a pu résoudre avant sa disparition à Rose Red en 1970. Au nom de la science, je continue ma poursuite de la vérité sur Rose Red ; advienne que pourra.  » Dr Joyce Reardon, Département des Phénomènes paranormaux Université de Beaumont Seattle, Etat de Washington, USA.

Mon avis:

J’ai lu ce roman sur les conseils, à l’époque de France Loisirs et de sa vendeuse…. Je m’attendais donc , selon ces dires, à un roman  » qui fait peur », mais alors quelle grosse déception. je m’y suis ennuyée à un point!!! J’attendais toujours la scène ou! « GROU!!!! j’ai peur », mais non, elle ne venait pas. Partons donc du principe que ce livre est basé sur des faits réels, ce n’est donc en rien comparable avec du Stephen King et Compagnie.
Mais alors j’aurai donc été induite en erreur par la vendeuse, qui je pense n’avait pas ouvert le roman.

depuis j’ai acquis une expérience littéraire ( ne riez pas!), qui me permet de flairer le piège, et de classer les romans dans le bon genre, ce qui m’évite de nombreuses déceptions.

cvt_Le-Journal-de-Ellen-Rimbauer--Ma-viea-Rose-Red_9507
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s