Shutter island De Dennis Lehane

cvt_Shutter-Island_8754

Résumé:

Shutter Island est un îlot au large de Boston où un hôpital psychiatrique semblable à une forteresse accueille des pensionnaires atteints de troubles mentaux graves et coupables de crimes abominables.

Un matin de septembre 1954, le marshall Teddy Daniels et son équipier Chuck Aule débarquent sur cette île pour enquêter sur l’évasion de Rachel, une patiente internée après avoir noyé ses trois enfants.

Dès leur arrivée, les deux policiers perçoivent l’étrange atmosphère de ce lieu clos. Ils comprennent vite que personne ne les aidera dans leur mission et ils se posent plusieurs questions : quel rôle jouent sur l’île les médecins qui dirigent cet hôpital et quelles méthodes expérimentent-ils sur leurs patients ?

À quoi sert le phare qui domine l’îlot et dont l’entrée semble inaccessible ? Persuadés que l’évadée a bénéficié de complicités, les deux marshalls vont ruser pour découvrir tout ce qu’on leur cache mais un message codé laissé par Rachel les enfonce davantage en plein mystère.

Petit à petit, ce drame fait ressurgir chez Teddy des éléments de son passé : il a connu la douleur de perdre sa femme dans un incendie criminel. Mais lorsque Chuck Aule découvre que le pyromane responsable des malheurs de son collègue se trouve interné sur l’île, il s’interroge sur Teddy : celui-ci est-il venu pour enquêter ou pour se venger ?

Dennis Lehane a construit un puzzle diabolique et subtil dans l’intention de jouer jusqu’au bout avec les nerfs de ses lecteurs qui vont s’interroger tout au long d’un récit où les apparences sont souvent trompeuses et la vérité entrevue, contredite au chapitre suivant.

Mon avis:

« Shutter Island« , roman incroyable, avec une fin totalement inattendue.
Contrairement à ce que certains lecteurs conseillaient, je me suis lancée dans la lecture de ce roman alors que j’avais vu le film bien avant, mais j’en avais oublié la fin ou en partie en tout cas.
Donc une fois les dernières pages du roman arrivées, tout m’est revenu, et là je me suis dis que j’avais vraiment aimé ce FINAL. du grand art!
Ayant mis le visage de di Caprio, que j’ai d’ailleurs trouvé très bon dans cette adaptation, J’ai tourné les pages au gré des aventures de Leonardo, et c’était plutôt agréable, cela réchauffait un peu cette ambiance glauque et oppressante de cet univers psychiatrique.
Ce roman est d’une logique implacable, tout s’emboîte, c’est aussi un hymne très noir à la puissance du cerveau humain( je n’en dirai pas trop…), à sa capacité d’adaptation et de protection.
En ouvrant ce roman, j’ai débuté un voyage au pays de la folie ou rien de ce que l’on croit tangible ne l’est.
J’ai aussi vu l’adaptation de Mystic River avec le merveilleux Sean Penn, et je n’hésiterai absolument pas, encore une fois à lire le roman, malgré les souvenirs qui me restent du film. car pourquoi se priver d’une extraordinaire lecture sous ce prétexte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s