Celui dont le nom n’est plus de René Manzor

Celui dont le nom n'est plus de René Manzor

Aux éditions Kero

Ma note: 4/5

Mon avis:

Ce qui fait que je lis rarement plusieurs romans policier à la suite, c'est que j'ai peur de confondre les histoires. Et bien oui, il faut avouer que le roman policier a du mal à être original et pour cause, ce que les lecteurs veulent c'est du frisson, de l'adrénaline, des nuits blanches. le seul moyen de nous donner cela c'est de nous raconter des histoires de meurtriers, tous plus cruels les uns que les autres.
C'est pourquoi, pour moi ce qui fait sortir du lot certains romans comme "Celui dont le nom n'est plus", c'est l'originalité que l'auteur René Manzor parvient à poser au départ de l'intrigue. Et là ça fonctionne pour moi, l'entame est accrocheuse, l'idée originale, la couverture attire l'œil.
Je ne peux trop en dire, de peur de dévoiler la clef de l'intrigue, mais je peux vous dire que vous allez vous poser des questions sur, bien sûr, l'identité du tueur, mais surtout sur la raison de ces meurtres et sur la présence de paranormal ou de pouvoirs psychiques dans toute cette histoire.
Voilà donc pour résumer, moi j'ai aimé et j'en redemande.

Résumé:

Londres, au petit matin. Sur une table de cuisine, gît un homme vidé de ses organes. L'assassin est une vieille dame à la vie exemplaire. Pourquoi cette femme a-t-elle sacrifié l'homme qu'elle a élevé comme un fils ? Elle est incarcérée. Pourtant, le lendemain, un autre homme est tué de façon similaire. Par la personne qui l'aimait le plus au monde. À chaque fois, les tueurs, qui ne se connaissent pas, laissent derrière eux la même épitaphe écrite dans le sang de leur victime : Puissent ces sacrifices apaiser l'âme de Celui dont le Nom n'est plus… Trois destins vont se lier autour de ces meurtres incompréhensibles: ceux de McKenna, vétéran de Scotland Yard, de Dahlia Rhymes, criminologue américaine et de Nils Blake, l'avocat de ces coupables qui ressemblent tant à des victimes. Trois destins, et trois vies détournées à jamais de leur cours. Grâce à une plume parfaitement maîtrisée, René Manzor signe un roman aux frontières de l'amour et de la mort dont on ne sort pas indemne. Un thriller haletant et dérangeant dont vous n'oublierez plus jamais le nom…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s