La suite ne sera que silence de Christian Bindner aux Editions Le Passeur

L’histoire:♥♥♥♥

La couverture:♥♥♥

Résumé:

Quatre heures, le temps du délibéré de la cour d’assises qui juge Baptiste Chauvalet pour avoir assassiné le tortionnaire de son fils de 7 ans. Quatre heures de la vie d’un homme à la fois victime et bourreau, peut-être en route vers la perpétuité.  » Le procès de la légitime vengeance ». titre la presse.
Sous le poids de l’attente silencieuse, la mémoire se met à parler. Les événements qui ont mené à l’enlèvement de son fils reviennent à Baptiste avec violence. Histoires dans l’histoire, il rapporte à son propre drame ses souvenirs de procès bouleversants auxquels il a assisté en tant que dessinateur judiciaire: l’affaire du petit Grégory, François Besse, les bébés congelés, Outreau… Dans ce palpitant roman puzzle, Christian Bindner brouille avec adresse les lignes de son récit. Il fait ressurgir les bribes du passé tourmenté de son héro, ses contradictions d’honnête homme devenu meurtrier par amour de son enfant. Il relève aussi les coulisses de ce grand théâtre qu’est un procès d’assise et trace d’une écriture enlevée la mince frontière entre le bien et le mal.

Mon avis:

Je vais commencer par dire que j’ai adoré ce roman. je le qualifierai presque de docu-fiction, car il mêle une histoire imaginée à des faits divers qui se sont réellement déroulés et dont nous avons tous entendu parler.
Ce livre est émouvant car il traite d’un sujet difficile, la maltraitance à l’enfant, mais l’auteur ne tombe pas dans le larmoyant. le personnage principal, qui est le seul et unique narrateur nous raconte comment il en est arrivé là, dans ce tribunal, à attendre la décision qui l’enverra en prison, son geste peut il être compris, il a tout de même commis une meurtre.
Les anecdotes ne sont pas racontées dans l’ordre chronologique, ce qui donne vraiment ce sentiment d’être dans la tête de ce papa, il se souvient et nous livre ses pensées comme elles lui viennent. Il souffre car il faut dire que le sort s’est acharné sur lui ces dernières années, mais il reste digne, il assume et affronte ce qu’il a fait.

J’ai vécu ses interrogations et ses flashbacks en même temps que lui , je me suis questionnée, j’ai été émue par la situation de cette famille ruinée, écrasée par le poids du drame arrivé au jeune Léo mais aussi par cette vengeance.
Une fois ce roman refermé les questions demeurent, c’est un sujet qui amène vraiment à la réflexion, on ne peut y rester insensible surtout en tant que parent.

On ne peut également pas faire abstraction de cette justice qui décide de votre enfermement ou de votre liberté, du nombre d’années de punition que mérite l’erreur commise.

La frontière entre le bien et le mal est mince, on le découvre dans ce roman.
Merci à Christian Bindner pour ce moment de lecture, ainsi qu’aux éditions le Passeur.bindner

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s