Ce qu’on fait sans plaisir de Morgan Caine

51t3KLEuj6L._SL160_

Rokh editions

Lu en numérique

Note générale: ♥♥♥♥/5

Mon avis:

Voici le nouvel opus de Morgan Caine, que j’ai lu avec un énorme plaisir.

On retrouve ici le soucis du détail de l’auteur, sa manière de nous faire plonger dans l’histoire en nous détaillant les personnages un par un. Ce qui peut effrayé un peu durant les tous premiers chapitres, car on s’y perdre au milieu de toutes ces personnes. Mais l’auteur nous rattrape très rapidement et la concordance entre les acteurs de cette histoire devient limpide.

Ce roman commence de manière à ce que l’on se pose de nombreuses questions, il nous décrit différents situations et différents protagonistes, nous nous apercevons rapidement que tout est lié. En effet, tout d’abord une femme qui fuit, à quoi tente elle d’échapper? Puis un homme qui s’évade de prison, à la poursuite de qui se lance t-il?

A partir de ce moment l’auteur Morgan Caine, nous embarque dans une histoire au fond difficile, car il nous parle de violence conjugale, mais avec beaucoup de pudeur et de justesse. pas de détails gores et inutiles, tout est dans la finesse, afin d’emporter le lecteur dans une enquête qui va se révéler remplie de fausses pistes, que ce soit pour le lecteur ou pour les enquêteurs de police et pour le FBI.

Talentueux est celui qui parvient à nous balader d’un personnage à l’autre, sans qu’à aucun moment on ne se sente perdu.

L’auteur tisse une toile d’araignée où chaque fil relie un personnage à un autre.

De plus, l’histoire personnelle de chacun nous permet de comprendre à quel point le vécu peut conditionner les actes, qu’ils soient plus ou moins honorables. Faut-il fuir face à la violence d’un conjoint ou d’un père? Faut-il faire appel à la justice? Et celle-ci sera t-elle impartiale? Faut-il jeter la pierre à celle qui décide de se venger?

Ces histoires de violence familiale s’étalent sur plusieurs années, nous découvrons donc à quel point suivant les États et suivant les périodes, les mœurs peuvent évoluer.

Les plaintes d’une femme battue n’ont pas toujours été prise au sérieux, que ce soit par l’entourage ou par la justice elle même.

L’auteur parvient à injecter tous les ingrédients nécessaire à un bon roman policier, tout en y ajoutant une pincée de sensibilité, qui font de ce roman une lecture plus qu’agréable.

Merci à Rokh Editions

Résumé:

Norman Seward, un paisible professeur d’Harvard, est retrouvé à son domicile, abattu d’une balle. Sa femme Amanda a disparu.

Le FBI et les US Marshals débarquent aussitôt à Boston. L’ex-mari d’Amanda Seward, Gregory Heller, vient de s’évader de la prison de Haute-Sécurité d’Indianapolis, où il purgeait une peine de perpétuité sans possibilité de libération. En effet, il y a huit ans, Gregory Heller a sauvagement assassiné ses deux enfants, Tim et Lauren, âgés de cinq et trois ans, et a éventré son ex-femme, Amanda, qui allait se remarier.

Est-ce lui qui est venu s’en prendre de nouveau à la malheureuse ? La chasse à l’homme commence.

Pendant ce temps, Jordan Adams est bien ennuyée. Son amie Margie Connors a disparu? La police pense qu’elle a peut-être été prise en otage par Gregory Heller dans sa cavale meurtrière.

Parallèlement à Red et Watson, Jordan va mener l’enquête. Celle-ci va réveiller d’anciens démons, et raviver de vieilles blessures. Nul n’en sortira indemne.

Pour ce deuxième opus, après le succès du best-seller « Quiconque te fera du mal », qui a séduit plus de 10 000 lecteurs, Morgan Caine nous livre une nouvelle enquête de ses personnages préférés, Jordan Adams, la fantasque millionnaire, et le duo de choc des inspecteurs Red et Watson.

Publicités

Pierre Noire De Chantal Forêt

51EfsCEJ7qL._SL160_ Editions archipel

254 pages

Mon avis:

Voici un roman qu’on lit d’une traite. L’écriture de l’auteur est magnifique, les mots utilisés pour raconter l’histoire de ce couple et de la propriété de Pierre Noire, sont presque poétiques. L’histoire nous happe, tout d’abord par la beauté de cet amour qui lie Isabelle et Nicolas, ainsi que le charme du village dans lequel ils ont décidé de s’établir. Quiconque a eu la chance de vivre une partie de son enfance à la campagne ou dans une maison avec jardin, auprès de gens simples vivant au rythme de la nature, ne peut que se retrouver dans ce paysage et cette ambiance que nous dépeint l’auteur. Elle amène une nostalgie, une envie de partir vivre à la campagne… Puis l’histoire s’assombrit mais l’auteur garde ces mots qui décrivent à merveille le ressentit des protagonistes. On ne reste pas indifférent à la détresse d’Isabelle, c’est une jeune femme fragile et sensible, qui absorbe les événements comme une éponge. Un roman qui se déroule petit à petit, pour nous amener à un dénouement que l’on connait depuis le début du roman mais dont on attendait le pourquoi, on flirte avec la folie d’Isabelle, le lecteur suit ses humeurs, elle sombre et refait surface, l’auteur joue avec nos nerfs. Certes, c’est un livre qui tourne au noir, qui parle de la mort et d’un couple à qui l’amour ne suffit plus, mais tout cela est narré d’une façon telle que l’on aime malgré tout cette maison, qui pourtant est à l’origine de tous ces drames. Une très belle histoire d’amour mais…Pour ceux qui connaissent la chanson des Rita Mitsouko: les histoires d’amour… Merci aux éditions l’Archipel, ainsi qu’à Audrey de L&P conseils.

Résumé:

Nicolas Vernet, jeune enseignant venu de la ville, s’est installé avec Isabelle, sa femme, dans un village du Bourbonnais.Un jour, au bout d’un chemin, au lieudit « Pierre noire », il découvre une maison abandonnée dont le charme l’envoûte. Il décide de l’acheter et d’y entreprendre des travaux.Mais Isabelle se sent mal à l’aise dans cette masure sinistre, à laquelle elle ne s’habitue pas. Malgré tous les efforts de Nicolas, la jeune femme sombre lentement dans la dépression.D’autant que Georges et Léa, propriétaires de la ferme voisine, leur ont raconté l’histoire de « Marie la folle », une émigrée polonaise retrouvée pendue dans la maison : depuis la guerre, elle attendait le retour de son mari?Peu à peu, un sentiment de panique gagne Isabelle, victime d’une fausse couche. Un jour, elle disparaît. Mais Nicolas refuse de voir qu’une menace plane sur son couple? et peut-être sur sa vie.

Les gardiens des portes- Abbygaelle de Sonia Alain

les gardiens des portesEditeur ADA

Auteur Sonia Alain

359 pages

Note globale:♥♥♥♥♥/5

Mon avis: Un très bon roman qui me faisait de l’œil depuis un bon moment maintenant. Tout d’abord la couverture, très belle avec ce loup, l’ambiance est déjà là. Les couvertures sont primordiales pour moi, elle génère une envie d’ouvrir le livre et de me plonger dedans. Ici ça fonctionne parfaitement. Une fois que l’on possède ce livre, une seule envie le lire. La première partie de ce roman nous met dans le contexte, mais pas de temps mort, on rentre d’emblée dans l’histoire, les légendes et la passion entre Abbygaelle et Marcus. L’attirance qui se développe immédiatement entre eux est absolument incroyable, l’auteur nous donne l’envie de savoir comment cette relation va évoluer. De nombreuses questions se mettent en place dans l’esprit du lecteur, des questions sur l’histoire de chacun et sur ce qu’ils sont réellement. rassurez-vous, futurs lecteurs, toutes les réponses vont venir en temps voulu. Soyez patient. La seconde partie est totalement folle, l’histoire nous happe totalement dans un tourbillon, les révélations s’enchaînent, les personnages rencontrent et affrontent des difficultés à chaque page. Et ce qui devait arriver, arrive, on s’attache aux personnages, on s’agite quand ils combattent, on retient son souffle quand ils souffrent… Un roman très addictif, rempli de rebondissements et de surprises. je dois avouer que ce n’est pas du tout le type d’histoire auquel je m’attendais, mais je ne suis aucunement déçue, bien au contraire. J’ai particulièrement aimé la présence de toutes ces légendes, les histoires racontées par Marcus à Abbygaelle, la découverte de cette nature luxuriante, le mélange entre ces histoires belles mais aussi cruelles du passé. Mais aussi ces touches d’érotisme qui rendent la relation entre notre couple, d’une passion sans limite. Une très belle réussite, dont je prendrai grand plaisir à découvrir la suite.

Résumé: Qu’est-ce qu’une légende? Un récit imaginaire sorti tout droit d’esprits fantasques, ou bien une suite d’événements qui se seraient bel et bien déroulés dans le passé? Projetée bien malgré elle dans une réalité parallèle à la sienne, Abbygaelle aura à faire face à plusieurs phénomènes inexplicables. Oscillant constamment entre deux mondes — celui des esprits et le nôtre —, elle tentera de survivre. Dans l’ombre, quelqu’un tire les ficelles pour l’amener inexorablement sur un chemin qu’elle refuse d’emprunter, vers une métamorphose contre nature. Cet homme, Marcus, est-il un ami ou un ennemi? Pourquoi est-elle si troublée par sa présence? Et s’il n’était pas humain?…

L’argument des rois de Richard Delacrau

l'argumentEditions Les Passionnés de bouquins

178 pages

Note:♥♥♥♥/5

Mon avis: Je dois tout d’abord débuter cette chronique en vous parlant de ma réaction à la réception de ce roman. J’ai été très intriguée en premier lieu par la couverture, puis par le résumé. Je me suis donc lancée sans me poser de question et j’ai bien fait. Ce petit roman est pour moi un bijou d’humour, les relations entre Alexis et son ami Paul prêtent très souvent à sourire. Ils se pinaillent sans arrêt, il faut dire qu’ils se connaissent depuis l’enfance. Cette relation amicale, va donc être le point central de l’aventure incroyable que va vivre Alexis. L’histoire démarre rapidement, pas de long palabre: de l’action, on entre dans le vif du sujet et l’effet est immédiat, les pages se tournent à grande vitesse. Une intrigue très bien ficelée, où se mêlent des personnages qui empruntent leurs noms à de grands hommes de l’histoire, des énigmes en latin, des capacités cérébrales sur-développées… L’écriture de l’auteur est fluide et agréable, son humour perce à travers les mots qu’il utilise, et ses remerciements sont la preuve de ce sens de la dérision, qui ne peut que venir d’un auteur de talent, qui a ici écrit un roman de talent. Je pense donc que Mr Delacrau peut-être sûr du succès de son roman, car tous les ingrédients y sont réunis pour combler le lecteur. En tous cas, il a comblé la lectrice que je suis… Merci à l’auteur ainsi qu’aux éditions Les Passionnés de Bouquins pour leur confiance.

Résumé: Alexis, la trentaine passée, mène une vie de célibataire occupant un poste professionnel impersonnel, sans attrait ni intérêt. L’age avançant, un tel bilan le conduit inexorablement vers la dépression latente. Alors il rêve d’une vie pleine d’aventure et d’adrénaline ; Une nuit, il se voit même assassiner un petit truand. La sensation le galvanise. Aucune crainte, aucun remord…Il n’est que force et sérénité rendant la justice. Ce n’est que le lendemain, au cours d’un dîner avec Candice, une collègue qui ne le laisse pas insensible, qu’il prend conscience que tout était bien réel. Commence alors pour Alexis une course contre la montre pour découvrir qui le manipule en lui ordonnant de plus en plus de missions dans son « sommeil ». Son enquête le mènera à la découverte des secrets d’état les mieux gardés depuis le XVIIème siècle. A travers son deuxième roman, Richard Delacrau nous entraîne dans une intrigue à la limite du fantastique pour mieux parler de ses contemporains et des problèmes générationnels propres à notre époque. 

Treize de Seth patrick

couv-treizeEditions Super 8

565 pages

Mon avis:

Une couverture, un titre qui intriguent, un 4ème de couverture qui allèche et un contenu qui ne déçoit pas. Dès les premières pages, le rythme est donné, vous savez que vous allez être scotché à ce bouquin du début à la fin. Une histoire qui ne peut qu’attirer, car la mort, et l’après sont déjà des sujets qui taraudent, mais alors, un retour pour quelques minutes, afin de faire ses adieux ou e donner le nom de son meurtrier, ça c’est c’est accrocheur! Et à partir de là , vous plongez dans l’univers du « reviver » et de la « ressuscitation ».  On comprend tout à fait après lecture de ce roman , que les droits aient été acheté pour le cinéma.Un mélange de science-fiction et de thriller, qui nous tient en haleine, l’auteur nous donne non seulement des frissons, mais nous entraîne également dans une enquête palpitante pleine de rebondissements.Le personnage de Jonah est intéressant, il ne vit que par son travail de « reviver », il a vécu une expérience difficile qu’il l’a amené à découvrir ses capacités face à la mort, il fait parti des prodiges de sa spécialité, mais c’est aussi un jeune homme timide, torturé… Très impatiente de découvrir la suite de cette trilogie, je ne peux que recommander cette lecture à ceux qui comme le 4ème de couverture nous le dit, ont tremblé de peur et de plaisir  devant le sixième sens. Un livre qui a tout à fait sa place sur grand écran. Merci aux Editions Super 8 et en particulier à Nadia pour cette découverte.

Résumé:

Dans la lignée de Minority Report et de Sixième sens, un exceptionnel thriller fantastique dont les droits d’adaptation ont déjà été acquis par les producteurs de The Dark Knight. Le temps des Revivers est arrivé. Les Revivers, ce sont ces hommes et ces femmes capables, d’un simple contact tactile, de ramener brièvement les morts à la vie – pour leur permettre de faire leurs adieux à leurs proches, par exemple, ou, dans les cas les plus radicaux, de révéler à la police l’identité de leur assassin. Modeste et introverti, Jonah Miller est l’un des Revivers les plus talentueux au monde. L’un de plus tourmentés, également. Et ce qui vient de lui arriver n’est pas pour le réconforter : lors d’une séance d’interrogatoire menée auprès d’une jeune femme sauvagement assassinée, Jonah a eu l’impression qu’une présence menaçante était tapie de l’autre côté, du côté des morts. Sensation uniquement due au stress ? Jonah n’en est pas certain. Lorsque Daniel Harker, l’homme qui a révélé au monde l’existence des Revivers et de l’organisation Baseline censée exploiter leurs compétences, est assassiné, Jonah est chargé d’élucider les causes de ce nouveau meurtre. Petit à petit, il réalise que les pouvoirs dont il est dépositaire le dépassent. Bientôt, tout ce qu’il tenait pour vrai s’effondre, tandis que se dessinent les contours d’une sinistre conspiration. Premier tome d’une trilogie haletante oscillant sans cesse entre thriller et fantastique, Treize renouvelle les deux genres avec une maestria étourdissante. Legendary Pictures, les producteurs d’Inception et de Watchmen, viennent d’acquérir les droits d’adaptation cinématographique

Enfant terrible de john Niven

-Niven-Enfant-Exe

Editions Sonatine

415 pages

Pour un public adulte ( Biensûr)

Mon avis: Je qualifierai ce roman de lecture à multiples facettes, en effet, il m’a fait rire, mais j’ai également été très touchée mais aussi agacée par le comportement de cet enfant terrible qu’est Kennedy Marr. Il ne faut surtout pas se borner à l’idée que ce livre ne parle de d’excès de toutes sortes. Il regorge certes, d’excès purs, de scènes de sexes avec détails et compagnie. Car, une chose qu’il est impossible de nier, est que Kennedy est accro au sexe, il est « addict », comme on dit aujourd’hui, il l’est aussi à l’alcool, à la clope, et parfois un peu à la drogue. Il néglige beaucoup son entourage, on peut dire que tout lui passe par dessus la tête. Mais ce livre est aussi rempli de moments cocasses et touchants. Derrière ce personnage cru et obscène se cache, comme souvent, un homme qui s’interroge, qui vit en marge de la société et qui en souffre peut-être intérieurement. Il rempli sa vie de la manière qui lui paraît la plus facile et logique. On a tous connu ou entendu parler de quelqu’un qui brûlait la vie par les deux bouts et on ne l’a pas moins aimé pour autant… il semblerait qu’il y ait parmi nos semblables des invalides de l’amour, qui ne savent pas comment aimer, alors ils comblent le vide comme ils peuvent. Mon opinion concernant kennedy n’a fait qu’osciller entre le mépris, l’amusement, et l’envie de comprendre les raisons de son attitude; Voici donc une roman dans lequel John Nivel parvient à nous narrer l’histoire d’un homme, qui bien qu’il soit riche et mène une vie de débauche et de luxe, n’est pas totalement heureux. Les questions, qui pour moi ressortent  de ce livre est: Peut-on vivre en totale marge de la société? Ne se conformer à aucune de ses règles? Ignorer la souffrance de son entourage? ne faire cas d’aucun des problèmes rencontrés? J’ai beaucoup apprécié ce roman, c’est un type de lecture dont je ne suis pas coutumière, mais qui m’a immédiatement séduite. Merci une fois de plus à Sonatine de m’avoir accordé leur confiance en m’adressant ce roman que j’ai trouvé très touchant…

Résumé: Qu’y a-t-il au bout d’une fuite en avant ? Los Angeles, 2013. Si Kennedy Marr possède de nombreux talents – pour l’écriture, pour l’ivresse, pour la pornographie –, il y a un domaine dans lequel il frôle le génie : celui d’ignorer tout ce qui le dérange. Son éditeur, par exemple, qui attend depuis des années son nouveau roman ; son redressement fiscal, qui porte sur près de 1 million de dollars ; ou encore sa mère, gravement malade en Europe. À force d’ignorer les réalités pour s’abandonner à ses seuls plaisirs, il est aujourd’hui dans l’impasse. Seul un miracle pourrait le sauver de la faillite financière et spirituelle. Et ce miracle a lieu. Contre toute attente, Kennedy reçoit en effet un prix littéraire richement doté pour l’ensemble de son œuvre. Seule contrepartie : il doit s’engager à enseigner un semestre dans l’université anglaise où son ex-femme est professeur, et où vit sa fille qu’il connaît à peine. Enfant terrible, enfant gâté, consommateur impénitent, Kennedy sera-t-il capable d’assumer les renoncements que la maturité exige ? Ou bien l’enfer restera-t-il jusqu’au bout plus séduisant ? Livre irrésistible, livre en colère, livre diablement moderne sur la psyché masculine et l’adolescence perpétuelle, Enfant terrible, qui n’est pas sans évoquer la série Californication et les romans de Jonathan Tropper, est une véritable équipée sauvage qui marquera durablement les esprits.

AFTER – Anna Todd Saison 1

On n’oublie pas, mais il faut continuer à vivre, à lire, rester debout pour laisser aux générations futures un message positif, d’amour et de partage. Pour qu’ils ne soient pas morts pour rien.

JE SUIS CHARLIE…

Note Globale: ♥♥♥♥ ( Sur 5, dans le registre New romance)

Mon avis:

Pas facile de donner son avis sur ce genre de livre que l’on considère comme de la lecture purement féminine. Il est vrai que je connais peu d’hommes qui s’afficheraient dans une salle d’attente ou sur un quai de gare avec ce livre, mais une fois les portes des domiciles fermées, allez savoir ce qui s’y passe… toujours est-il que je dois avouer que ceci n’est pas mon genre de romans de prédilection, mais j’avais envie de légèreté, d’une pause dans un monde de brut, d’un peu d’amour pardi…

after

Dès le début de ma lecture, j’ai apprécié le côté simple de ce livre,  la narration est à la première personne, ce qui permet de rapidement e plonger dans l’histoire. Tessa n’est pas une fille sans cervelle, elle a une vie structurée, elle est posée, elle est juste très très innocente.

Le second personnage central, est Hardin, un bad boy dans toute sa splendeur, encore un, me direz-vous, et bien ici il est loin d’être aussi lisse physiquement que les bad boys habituels, il est tatoué, percé…

Cette histoire d’amour, qui est pourtant flagrante dès le départ, va s’avérer être une véritable torture psychologique pour Tessa.

Mais voilà, moi, j’ai aimé ça, hormis quelques toutes petites longueurs et répétitions de « C’était quoi ça? », j’ai passé un très bon moment. A noter, ce qui n’est pas négligeable, des scènes très coquines, donc ce livre n’est pas ( à mon avis ) à mettre en toutes les mains.

J’ai beaucoup aimé Hardin, une jeune homme torturé, très difficile à cerner, pour qui Tessa ressent une attirance physique qui la pousse à comprendre qui est cet homme qui est loin d’être le gendre idéal à première vue.

Je ne regrette pas du tout cet achat, car il me faut aussi vous parler du prix de ce livre de 17 euros pour 600 pages. Une bonne distraction littéraire, pour un prix que je trouve extrêmement raisonnable.

Résumé:

Tessa est une jeune fille ambitieuse, volontaire, réservée. Elle contrôle sa vie. Son petit ami Noah est le gendre idéal. Celui que sa mère adore, celui qui ne fera pas de vagues. Son avenir est tout tracé : de belles études, un bon job à la clé, un mariage heureux…
Mais ça, c’était avant qu’il ne ne la bouscule dans le dortoir.
Lui, c’est Hardin, bad boy, sexy, tatoué, piercé, avec un  » p… d’accent anglais !  » Il est grossier, provocateur et cruel, bref, il est le type le plus détestable que Tessa ait jamais croisé.

Et pourtant, le jour où elle se retrouve seule avec lui, elle perd tout contrôle…

Cet homme ingérable, au caractère sombre, la repousse sans cesse, mais il fait naître en elle une passion sans limites. Une passion qui, contre toute attente, semble réciproque…
Initiation, sexe, jalousie, mensonges, entre Tessa et Hardin est-ce une histoire destructrice ou un amour absolu ?
L’écriture rythmée d’Anna Todd rendra accros tous ses lecteurs.