Quoi de neuf au courrier?

Bonjour, je partage avec vous mon courrier d’hier, mercredi, pour mon plus grand plaisir:

IMG_20150226_084203

Call me baby d’Emma Green, remporté lors d’un concours facebook, organisé par les Éditions Addictives, que je remercie grandement. Une chronique concernant ce livre vous sera bientôt proposée.

Pike de Benjamin Whitmer, reçu des Éditions Gallmeister,  à qui je dis un grand merci pour la confiance qu’il m’accorde. Une chronique dans les prochains jours également.

Donc, bonne journée et bonne lecture à tous. Courage, le weekend approche.

Mr Mercedes de Stephen King

CVT_Mr-Mercedes_539Ici pas besoin de note, c’est Stephen king, soit on aime, soit on aime pas. Moi j’adore.

Mon avis:

Ça peut paraître fou, mais en lisant ce roman j’en ai presque oublié que c’était Stephen King qui en était l’auteur. Nous ne sommes pas du tout dans son style habituel, mais ce n’est absolument pas un problème, car il maitrise le bougre! Voici donc plutôt un roman de type polar, thriller. Pas un once de fantastique, ce qui ne se voit jamais dans le style habituel de l’auteur.

De toute façon, l’hameçon est lancé, et le poisson que je suis est ferré, car Mr King est un conteur hors pair, il parvient toujours à vous embarquer avec lui, il vous narre les anecdotes qui vont vous donner envie d’en savoir plus sur ses personnages.

Et dieu sait qu’ils sont croustillants ses personnages… Un psychopathe dont l’état psychologique remonte à l’enfance, sa mère qui n’est pas plus à plaindre que lui en matière de folie. Un flic à la retraite, qui n’attend qu’un coup de pied au c.. pour reprendre goût à la vie. Et pour les autres, je vous les laisse découvrir par vous même.

Un pur régale jusqu’à la derrière ligne, des rebondissements, qui m’ont empêcher de lâcher ce livre, malgré un manque de temps évident dû à la vie quotidienne et ses tracas.

Après avoir été un peu déçu par Joyland et avoir fait l’impasse jusqu’à présent sur 22/11/63, je sens de nouveau la Kingmaniac qui est en moi, celle qui a beaucoup aimé Dôme, bien-sûr les grands succès de Stephen pour les intimes.

Les  changements de styles et de genres de l’auteur ne me dérangent pas, au contraire, ils apportent un peu de diversité, un peu de surprise.

A lire sans modération…

Résumé:

« Je crois qu’il y a plein de gens qui rêvent de faire ce que j’ai fait… La seule différence, c’est que moi, je l’ai vraiment fait ! »Midwest 2009. Un salon de l’emploi. Dans l’aube glacée, des centaine de chômeurs en quête d’un job font la queue. Soudain, une Mercedes rugissante fonce sur la foule, laissant dans son sillage huit morts et quinze blessés. Le chauffard, lui, s’est évanoui dans la brume avec sa voiture, sans laisser de traces.Un an plus tard. Bill Hodges, un flic à la retraite, reste obsédé par le massacre. Une lettre du tueur à la Mercedes va le sortir de la dépression et de l’ennui qui le guettent, le précipitant dans un redoutable jeu du chat et de la souris.Avec ce polar très noir, véritable plongée dans le cerveau d’un psychopathe qui ferait passer Norman Bates pour un enfant de chœur, Stephen King démontre une fois encore son époustouflant talent de conteur, qui s’affranchit des frontières et des genres.

Les étoiles de Noss head tome 1 VERTIGE de Sophie Jomain

Note générale: ♥♥♥♥♥/5

les--toiles-de-noss-head,-tome-1---vertige-508307

Mon avis:

Je voyais beaucoup d’avis sur ce livre, sur Babelio et sur les blogs, je ne pouvais donc pas le laisser de côté plus longtemps. Il faut faire remarquer que Sophie Jomain est Française, ce qui est assez rare dans la lecture Young Adult.

Ce premier tome est frais, l’histoire est crédible, lucide. L’auteur traite des légendes, tout en gardant la tête sur les épaules, elle fait voyager Hanna  de Paris à Wick en Ecosse, ce qui donne immédiatement à l’histoire un côté enchanteur et mystérieux. Je me suis de suite projeté dans les paysages verdoyants et bien que le temps ne soit pas le point positif de ce lieu, le charme opère.

Sans trop vous en dire sur le centre de cette histoire, j’ai apprécié le fait que cela ne prenne pas une ampleur étouffante, de même pour l’histoire d’amour entre Hanna et Leith, qui reste soft et délicate. D’ailleurs on reconnaît bien là, la « French touch », de part la richesse du vocabulaire, l’absence de vulgarité et de répétition dans les expressions, comme ce que l’on trouve souvent dans ce genre littéraire et qui en ternie beaucoup l’image.

Hanna se pose les bonnes questions, elle réagit avec beaucoup de maturité et surtout, on ressent et on comprend l’amour qu’elle ressent bien au-delà d’une simple attirance physique.

Une belle histoire, tendre et bien étayée par des explications sur les légendes dont il est question ici. Les personnages sont sympathiques et riches, ils ont chacun une histoire que l’on prend plaisir à connaître.

J’attends beaucoup de la suite de cette saga, dont pour l’instant je ne dirai que du bien.

20366

Résumé:

Hannah, bientôt dix-huit ans, était loin d’imaginer que sa vie prendrait un tel tournant. Ses vacances tant redoutées à Wick vont finalement se transformer en véritable conte de fée… puis en cauchemar. Sa petite vie tranquille, ses idées bien arrêtées, ses projets… tout va changer, brutalement. Elle devra affronter l’inimaginable, faire face à ce qu’elle n’aurait jamais pensé croire un jour, car les légendes n’en sont pas toujours… Leith ne s’attendait pas non plus à Hannah. Il tombe de haut, l’Esprit a choisi: c’est elle, son âme sœur. Pourra-t-il lui cacher sa vraie nature encore longtemps ? Osera-t-il lui avouer qu’il n est pas tout à fait humain ? Il n’a pas le choix, leur rencontre l’a mise en danger. Lui seul peut lui venir en aide.

Pour toujours. A jamais de Charles Delelis Tome 1

51mbWmSBTeL._SL160_Éditions Baudelaire

178 pages

Note générale: ♥♥♥♥/5

Mon avis:
b8a00cdc-f03e-45e1-8aa2-12d77c9fda99

Voici une très bon compromis entre romance et fantastique. En effet, un roman qui alterne les passages ou l’on découvre William, qui vient de perdre son épouse Elena dans un accident. L’auteur nous conte sa détresse et son désespoir face à sa disparition de son amour de toujours.

Je me suis immédiatement imprégnée de cette souffrance terrible qu’est le deuil, surtout aussi jeune; et les passages où Elena apprend qu’elle est morte, mais elle ne peut accéder à son Eden, car une mission l’attend encore sur terre. J’ai apprécié la vision de l’au delà par l’auteur, une endroit où des règles sont établies, où un guide aide les nouveaux venus à faire leurs premiers pas.

Je dois avouer que le côté romance, m’a davantage séduite car cette douleur ressentie par William m’a profondément touchée, il est impossible de ne pas se transposer d’une certaine façon à la place de quelqu’un qui perd sa moitié.

En avançant dans l’histoire, on en apprend de plus en plus sur la réalité de sa relation avec Elana, par des retours dans le passé. Elena assiste impuissante à ce plongeon au fond de l’abîme dans lequel son cher époux sombre petit à petit. Elle voudrait tant le serrer dans ses bras et être auprès de lui Pour toujours. A jamais…

Une très agréable lecture dont j’ai hâte de connaître la suite en lisant le tome 2.

Merci aux Editions Baudelaire pour leur confiance.

After saison 2 de Anna Todd

41jPmmB9b-L._SL160_Editeur: Hugo & compagnie

Nombres de pages: 707 pages

Prix: 17 euros

Mon avis: Voilà, en ce jour de St Valentin, jour auquel je n’accorde pas beaucoup d’importance, car moi j’aime tous les jours… Mais bon, il fallait que je termine ce livre aujourd’hui, et que je vous en parle. Je ne suis pas, en générale, très réceptive à ce genre d’histoire d’amour où vient se mêler un peu d’érotisme, mais je dois vous avouer que cette saga me chamboule un peu.  Eh oui, j’attendais impatiemment la sortie de cette deuxième saison et je me suis rapidement jetée dessus.

Le premier tome m’avais déjà interpellé mais aussi pas mal agacé, beaucoup de répétitions dans les expressions utilisées mais également un énervement dû aux tergiversation de Hardin, qui est décidément très compliqué.

J’ai trouvé que ce nouveau tome était plus mature dans sa construction, j’ai senti que l’histoire tournait moins en rond que le dans le premier. Tessa se montre un peu plus ferme, et elle réfléchit davantage avec sa tête qu’avec son cœur.

Beaucoup de personnes disent ne pas être sensibles à ce genre de lecture, mais une fois qu’on s’y ai plongé, il est difficile de décrocher. Impossible de ne pas être touché par un amour si intense, si profond. Alors ça agace, ça énerve, mais c’est beau malgré tout parce que c’est de l’amour, sauvage, et qui fait mal, très mal par moment.

J’ai aussi apprécié le fait que le point de vue s’alterne, on sait donc enfin ce que Hardin pense, ce qu’il ressent, cela permet de mieux le comprendre, lui et ses moments de rage, mais aussi l’amour qu’il porte à Tessa.

J’attends donc impatiemment la suite de cette histoire d’amour difficile…

Résumé:

Hardin n’a rien à perdre… sauf elle. Après leur rencontre la vie ne sera plus jamais la même. Après un début tumultueux, la relation de Tessa et Hardin semblait bien partie. Tessa sait qu’Hardin peut être cruel, mais quand les origines de leur relation et son mystérieux passé lui sont révélés, cela lui fait l’effet d’une bombe. Tessa est hors d’elle. Hardin sera toujours… Hardin. Mais est-il vraiment le mec dont Tessa est tombé éperdument amoureuse, en dépit de son caractère colérique, ou est-il un étranger, un menteur depuis le début ? Doit-elle s’en séparer ? Ce n’est pas si facile. Le souvenir de ses bras autour d’elle… de sa peau qui l’électrise… de leurs nuits passionnées, trouble son jugement. Pourtant, Tessa n’est pas sûr qu’elle pourra supporter une autre promesse non tenue. Elle a mis toute sa vie entre parenthèses pour Hardin – l’université, ses amis, sa relation avec sa mère, son petit ami, même son début de carrière. Mais elle a besoin de lui pour avancer. Hardin sait qu’il a fait une erreur, peut-être la plus grande de sa vie, mais il veut se battre pour elle ! Mais peut-il changer ? Va-t-il changer… par amour ? 

Que ta volonté soit faite de Maxime Chattam

cvt_Que-Ta-Volonte-Soit-Faite_8702Editeur Albin Michel

Note générale ♥♥♥♥♥/5

Mon avis:

Je suis une fan de la première heure, je n’ai donc pas du tout lu le quatrième de couverture, pourquoi? Et bien parce que c’est Chattam voyons…

Il y a des auteurs avec lesquels je ne me pose aucune question.

Malgré que je connaisse très bien son œuvre, Mr Chattam a réussi à me surprendre, et c’est peu dire.

Voici un roman qui fait dans la noirceur, pure et dure, il m’a un peu fait penser au roman de Donad Ray Pollock « Le diable, tout le temps », même décor sombre ou il est difficile de trouver de la joie, et pourtant, une éclaircie parvient à percer les sombres nuages, c’est là qu’est le talent de l’auteur. Et voilà qu’en lisant enfin le résumé du livre, je découvre cette même référence à Donald Ray Pollock.

Mais je vous laisse découvrir par vous même où va apparaître cette embellie.

Une description d’une Amérique puritaine, où les langues sont mauvaises, elle plombent une réputation en un rien de temps, alors il vaut mieux se taire, pour ne pas salir l’honneur de la famille…

Bon alors, oui, le sujet est douloureux, sensible, il fait mal, mais Maxime Chattam parvient à garder une pudeur dans la narration qui nous permet de garder espoir.

Un voyage au sein de la cruauté et de la bestialité, encore une fois, me dirait vous, et bien non, ce roman est totalement différent de ce que l’auteur nous a offert jusqu’à présent, même la couverture est subtile, subtil, voilà le mot que j’utiliserai pour définir cette histoire. De la subtilité dans l’horreur.

Que ta volonté soit faite est une grande réussite que je ne peux que conseiller, même à ceux qui pensent avoir fait le tour des romans de Maxime Chattam, car il peut encore nous surprendre, la preuve.

coquelicotsRésumé:

« Les enfants de toute l’Amérique avaient le Croquemitaine pour se raconter des histoires qui font peur, à Carson Mills, ils avaient Jon Petersen. »

Pour son vingtième roman, Maxime Chattam dresse le portrait d’une petite ville du Midwest américain des années 60 jusqu’au début des années 80, avec pour fil rouge l’évolution de Jon Petersen – pervers psychopathe – de son enfance jusqu’au point culminant de sa sinistre carrière criminelle.

Un roman noir à l’écriture et à l’atmosphère uniques dans la carrière de l’auteur, où tout converge vers un final aussi étonnant qu’imprévisible. Que ta volonté soit faite est non seulement un voyage à Carson Mills, mais aussi dans ce qui constitue l’essence même du roman policier, la vérité et le crime. Nourri de ses lectures de Stephen King, Maxime Chattam s’inscrit ici dans la filiation de Jim Thompson et de D.R. Pollock dont Le diable tout le temps ne laissait pas indemne.

Tous les démons sont ici de Craig Johnson

Editions Gallmeister

316 pages

Note générale: ♥♥♥♥♥/5

Mon avis:

Voici les premières aventures que je lis de Walt Longmire. Je suis agréablement surprise, car j’avoue avoir été un peu inquiète par le côté un peu « cow-boy » de l’auteur, et forcément de son personnage fétiche. Et bien énorme erreur de ma part. C’est un roman bourré de suspense qui va à cent à l’heure.

L’auteur nous tient en haleine tout au long de cette histoire incroyable d’un shérif qui poursuit des fugitifs dans les montagnes enneigées.

L’histoire est bien plus riche et attrayante que ce que nous promet la 4ème de couverture.  Une poursuite folle va se dérouler sous vos yeux, Mesdames et Messieurs… Préparez vos doudounes et vos passes montagnes car il fait un froid de canard dans cette aventure que nous conte Craig Johnson. Se mêle à tous cela des légendes indiennes, des personnages très attachants, que l’on n’a aucun mal à se représenter.

Les décors sont décrits d’une façon très réelles, ce qui comme je vous l’ai dit va vous donner froid.

Parlons maintenant de ce fameux Walt Longmire et du fait que ce ne soit pas sa première aventure…Ma seconde inquiétude se situait ici, Il est quelques fois difficile de prendre un roman avec un personnage récurrent sans avoir lu ses précédentes péripéties. Et bien ici ce n’est nullement le cas, à aucun moment je ne me suis sentie en décalage, car il n’y a pas de référence particulière aux précédents tomes, ou en tout cas aucune qui ne trouble la lecture.

Walt est sympathique, il a de l’humour et ne panique à aucun moment, le sang froid ça le connait, j’ai beaucoup apprécié ce personnage pas comme les autres.

Donc un excellent moment de lecture une fois de plus, je les enchaîne en ce moment… 🙂

Merci aux Editions Gallmeister, en particulier à Ekaterina

Résumé:

Indien Crow d’adoption, Raynaud Shade est considéré comme le plus dangereux sociopathe des États-Unis et représente le cauchemar de tout policier. Finalement interpellé, il avoue avoir enterré un cadavre au beau milieu des Bighorn Mountains, dans le Wyoming, et c’est à Walt Longmire que revient la tâche d’escorter Shade, en plein blizzard, jusqu’au corps. Mais le shérif sous-estime peut-être les dangers d’une telle expédition. Car pour tenter de rétablir la justice, il va devoir braver l’enfer glacial des montagnes et tromper la mort avec, pour seul soutien, un vieil exemplaire de La Divine Comédie de Dante.

Dans ce nouveau volet des aventures de Walt Longmire, Craig Johnson transforme le lumineux décor des Hautes Plaines en un inquiétant théâtre des ombres, dans un polar sous très haute tension.

Le zoo de menegele de Gert Nygardshaug

CVT_Le-zoo-de-Mengele_7635Editions: j’ai lu

409 pages

Note générale: ♥♥♥♥♥/5

Mon avis:

Le zoo de Mengele a été écrit en 1989 par Gert Nygardshaug, qui est un ardent défenseur de la foret amazonienne. En lisant ce livre en 2014, je constate que pas grand chose n’a changé après tant d’années, sauf peut-être que l’on en parle encore moins qu’à l’époque.

L’auteur nous conte ici, une histoire incroyable, ou on alterne les ressentis, ravissement face à cette splendide nature que l’on imagine sans aucune difficultés, tant Gert Nygardshaug, nous en parle avec merveille.

Ce roman est tout simplement bouleversant, car tout en sachant qu’il n’est en grande partie qu’une fiction, l’arrière plan est on ne peut plus réel, et les exactions qui perpétrée sur cette nature sauvage ainsi que sur les peuples qui en vivent sont tout simplement révoltantes.

Mais il est tellement facile de s’insurger face à tout cela, d’ici, de chez soi…

Pour en revenir au livre, quitter la colère qui m’habite, ne voulant pas vous dévoiler l’intrigue de ce livre, je vais juste vous dire que j’ai souffert avec Mino, j’ai arpenté la forêt avec lui, j’ai collectionné les papillons, j’ai aimé, mais je me suis surtout révolté avec lui. Pour autant, toutes ces horreurs commises envers notre planète ainsi qu’envers un peuple innocent, justifient elles l’utilisation de la vengeance. Un long débat pourrait en découler.

J’ai lu ce roman , car j’ai gagné le tome 2 du Zoo de Mengele, par le biais de masse critique Babelio. Il me fallait donc découvrir ce premier opus.

Je ne ressort pas indemne de cette lecture, qui parle d’un sujet qui est toujours d’actualité et auquel je suis très sensible.

Résumé:

La vie du jeune Mino Aquiles Portoguesa, chasseur de papillons, changera à jamais le jour où il verra son village et sa forêt réduits à néant par les grandes compagnies pétrolières américaines, et tous ceux qu’il aime tués ou envoyés dans les bidonvilles des mégapoles sud-américaines.
Alors il deviendra le bras armés de cette Amazonie que l’homme blanc foule au pied, de tous ces pauvres gens sacrifiés au nom du progrès. Alors il les tuera à son tour. Tous. Un par un.

Le Zoo de Mengele est le roman norvégien le plus populaire de tous les temps (selon un sondage officiel)