Un si beau soleil pour mourir de James Patterson et Howard Roughan

51SuJjPSJNL._SL160_

Voici un roman à suspense écrit dans les règles de l’art, je m’explique:

A aucun moment on ne s’ennuie, des rebondissements parfaitement amenés ponctuent chaque fin des courts chapitres. 

Le rythme de l’histoire nous empêche de lâcher ce livre car les chapitres se suivent et nous apportent la réponse. 

De l’humour et de l’autodérision de la part des enquêteurs, juste ce qu’il faut pour créer une ambiance et séduire le lecteur.

Un excellent roman policier qui se lit avec beaucoup de jubilation et d’envie d’en connaître l’issue. Deux affaires distinctes qui se rejoignent à mi parcours et donne encore davantage de charme à l’histoire.

Des enquêteurs qui tout en étant sérieux et rigoureux et crédibles, ne tombent pas dans le cliché de l’agent du FBI.

Nous sentons que James Patterson prend, en écrivant ce livre, beaucoup de plaisir à créer ses personnages et à imaginer l’esprit tordu des ses meurtriers.

Il ne tergiverse pas avec des détails qui pourraient alourdir l’histoire et le rythme de celle-ci, il va à l’essentiel.

Après Lune Pourpre, paru en 2015, James Patterson revient une histoire que je conseille à tous les connaisseurs de l’auteur, ainsi qu’à tous ceux qui aiment le genre suspense sans pour autant basculer dans le violent et le trash.

Une très agréable lecture.

Merci aux éditions L’archipel ainsi qu’à L&P Conseils

Résumé:

Ethan et Abby, mariés depuis peu, passent leur lune de miel sur une île enchanteresse des Caraïbes. Eaux turquoises le matin, champagne le soir… Mais le rêve prend fin, brutalement. Le couple est tué dans le sauna de leur suite de luxe.
Peu de temps après, deux amoureux convolant à Rome sont assassinés. Qui peut bien s’en prendre à des couples mariés depuis peu ?
L’ex-agent du FBI John O’Hara se voit confier l’enquête tandis que l’agent spécial Sarah Brubaker traque de son côté un autre serial killer, dont les victimes ont un étonnant point commun : elles portent toutes le même nom : John O’Hara !
Des lors, les routes de John et de Sarah vont se croiser. Il leur faudra, pour arrêter les deux criminels, unir leurs efforts. Et plus si affinités…

Primal de Robin Baker

51RaonhZguL._SL160_

Voici une roman qui se situe entre la fiction et le documentaire ou l’étude biologique.

L’auteur, Robin Baker est un scientifique, il étudie la biologie sexuelle.

Ce livre nous permet d’accéder à ses travaux et ses réflexions, qui ont été vulgarisé, afin d’être à la portée des lecteurs.

Une lecture qui s’aborde comme un roman type, sauf que le narrateur, chargé d’écrire un roman qui relate les faits qui se sont déroulés sur cette île, mène l’enquête.

Une investigation qui se trouve être très compliquée à mener car les non-dits prennent vite le dessus.

Ce que l’on peut d’ailleurs comprendre au vu des événements réels.

Un roman riche en rebondissements, qui nous tient en haleine puisque nous découvrons la vérité au fil des découvertes du narrateur. Ce livre est totalement addictif, il nous interpelle par certains moments de cruauté mais aussi par l’intelligence de sa construction scientifique, il nous laisse cette impression de documentaire.

Nous en apprenons beaucoup sur l’être humain et sur sa nature. Pas de technologie, juste le côté PRIMAL.

Résumé:

Sans vêtements, sans abris, sans espoir d’être secourus. Comment ont-ils survécu au versant obscur du paradis ?

Un groupe de survivants nus et hagards est retrouvé un an après disparu lors d’une expédition sur une île déserte du Pacifique.
Toutes les femmes, sauf une, sont tombées enceintes et trois
membres du groupe, dont le chef de l’expédition, sont présumés morts. Sous les feux des médias du monde entier, chacun des rescapés s’en tient à la même version, peu convaincante, des événements.

Grâce à l’enquête de l’auteur, ce qui s’est véritablement passé sur l’île est enfin révélée – un scénario à la Sa Majesté des mouches, impressionnant de régression, de tribalisme et de meurtre. Mais peut-on pour autant en déduire que des forces plus monstrueuses sont à l’œuvre, qui confirment la théorie du chef de l’expédition, selon laquelle l’homme est le plus sauvage des animaux ?

Nos faces cachées de Amy Harmon

CVT_NOS-FACES-CACHEES_2243

Je dois tout d’abord vous dire que j’ai débuté cette lecture pendant mes vacances en ayant le désir de lire quelque chose de facile. Il était donc tout naturel que je me tourne vers du Young Adult.

Ce roman n’est pas un roman de jeunes filles à l’eau de rose, non, c’est un e magnifique histoire de tolérance, pleine de sensibilité et de bon sens.

J’ai presque versé ma larme, oui je dis presque car juste avant j’ai lu Pandemia, il est donc difficile de parler de larmichette car on bascule entre deux lectures tellement différentes.

Allez, soyons sérieux, Nos faces cachées est certes un roman qui parle de d’amour et de premiers émois entre jeunes gens, mais il parle surtout du handicap, de l’acceptation de l’autre, d’ouvrir les yeux sur la vraie beauté, celle de l’âme.

Des personnages riches et adorables, des moments d’humour et de profondes émotions.

Une lecture que je ne peux que recommander aux jeunes et aux moins jeunes, car nombreux sont ceux et celles qui comme moi, tout en étant adulte confirmée aiment se tourner vers la littérature jeunesse, lorsque les histoires sont belles et intelligemment écrites ce qui est tout à fait le cas ici.

Résumé:

Ambrose Young est beau comme un dieu. Grand, musclé, les cheveux jusqu’aux épaules et des yeux de braise qui vous transpercent le coeur. Le genre de beauté que l’on retrouve en couverture des romances, et c’est peu de dire que Fern Taylor en connaît un rayon. Elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu’il est si beau, Ambrose demeure inatteignable pour une fille comme Fern. Jusqu’à ce qu’il ne le soit plus…Nos faces cachées nous conte l’histoire de cinq jeunes hommes qui ont grandi ensemble et qui partent à la guerre. C’est une histoire de deuil. De deuil collectif et individuel, de deuil de la beauté, de vies brisées, d’identités perdues. L’histoire de l’amour que porte une fille à un garçon en mille morceaux, l’histoire de l’amour que porte ce guerrier meurtri dans sa chair à une fille ordinaire. Mais aussi l’histoire d’une amitié qui vient à bout des pires chagrins, d’un héroïsme qui dépasse sa propre définition. Une version moderne de La Belle et la Bête qui nous fera découvrir avec émotion qu’il y a un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous…

Pandemia de Franck Thilliez

pandemia

Après une quinzaine de jours dans le sud-ouest, me voici de retour entre autre avec cette chronique de Pandemia de Franck Thilliez.

Je suis une fan de la première heure de cet auteur, chaque fois que l’on me demande quel est mon personnage préféré de thriller, c’est Sharko qui me vient à l’esprit.

Je le retrouve donc dans ce très bon dernier roman de Thillez.

Il est pour moi l’un des maîtres du thriller Français. 

Ici, la bactérie, le virus sont partout.

Ils nous poursuivent même après que nous ayons refermé le livre. L’auteur a l’art de faire appel à nos peurs les plus primaires. La maladie en est une et Franck Thilliez exacerbe cette crainte en y ajoutant les mots: pandémie et contagion.

Cette nouvelle histoire, j’ai retrouvé Sharko ainsi qu’Hennebelle, ce couple emblématique des livres de l’auteur, qui ici partagent l’affiche et les horreurs de cette enquête avec leurs collègues,  qui encore une fois tombe dans la folie pure.

Un roman machiavélique qui renforce mon addiction à la façon de l’auteur de nous transporter au fond des abysses, à la frontière de la folie.

Résumé:

L’homme, tel que nous le connaissons, est le pire virus de la planète. Il se reproduit, détruit, étouffe ses propres réserves, sans aucun respect, sans stratégie de survie. Sans Nous, cette planète court à la catastrophe. Il faut des hommes purs, sélectionnés parmi les meilleurs, et il faut éliminer le reste. Les microbes sont la solution.  » Après Angor, une nouvelle aventure pour Franck Sharko et Lucie Henebelle. Et l’enjeu est de taille : la préservation de l’espèce humaine.

Bientôt de retour

IMG_20150818_205745Coucou, j’ai la chance d’être dans le sud ouest en vacances jusqu’au 22 août. Je serai donc de retour la semaine prochaine pour vous parler de mes lectures de vacances. Bon courage à ceux qui travaillent.

Confusion de Cate Clarke

confusion

Une très belle lecture Young Adult, elle était dans ma PAL depuis un long moment, j’ai enfin trouvé le temps de la découvrir. Grâce est une jeune fille qui souffre beaucoup et se comporte de manière déraisonné pour oublier.

Les adultes ont souvent tendance à croire que lorsque les ados grandissent, ils n’ont plus besoin de notre attention, on les croit autonomes et indépendants. Mais la douleur intérieure n’a pas d’âge et Grâce en est le parfait exemple.

C’est un âge où les tensions et difficultés amoureuses sont très présentes.

Un très joli livre qui traite un sujet délicat avec beaucoup de justesse et de douceur.

Une lecture très émouvante, dont les pages se tournent à grande vitesse, on se sent emporté dans un tourbillon, tout va très vite, comme pour Grâce dont l’auteure nous a parfaitement fait ressentir la difficulté d’être une jeune fille de 17 ans en manque d’amour et de repère. Un livre dans lequel on se pose constamment des questions, sur la réalité de ce jeune homme qui retient Grâce prisonnière, avec une fin révélatrice et qui elle-même m’a amené à d’autres questionnement que je garderai pour moi…

C’est le second roman que je découvre de Cate Clark, j’ai lu précédemment Cruelles, qui m’avait déjà beaucoup touché.

Mon coeur de maman de 38 ans gardera un très beau souvenir de cette lecture qui je l’espère touchera également votre coeur, lorsque vous la découvrirez à votre tour.

Résumé:

Grace, 17 ans se réveille enfermée dans une mystérieuse pièce sans fenêtres, avec une table des stylos et des feuilles vierges. Pourquoi est-elle là ? Et quel est ce beau jeune homme qui la retient prisonnière ? Elle n’en a aucune idée. Mais à mesure qu’elle couche sur le papier les méandres de sa vie, Grace est frappée de plein fouet par les vagues de souvenirs enfouis au plus profond d’elle-même. Il y a cet amour sans espoir qu’elle voue à Nat, et la lente dégradation de sa relation avec sa meilleure amie Sal. Mais Grace le sent, quelque chose manque encore. Quelque chose qu’elle cache…