Esclaves de sang de Tasha Lann

esclave-de-sang-695593-250-400

J’avais précédemment lu de l’auteure Eclat nocturne, que j’avais beaucoup aimé et dont voici la chronique:

https://livresque78.wordpress.com/2014/12/09/eclat-nocturne-de-tasha-lann-editions-calepin/

Je trouve toujours intéressant de lire les écrits de jeunes auteur(e)s car ils s’inspirent biensûr des grands écrivains, mais apportent aussi leur fraîcheur et leur oeil neuf.

Ici Tasha Lann, nous embarque dans un bit-lit, qui de prime abord pourrait ressembler à tous ceux que j’ai lu auparavant. Et bien non, elle appose son empreinte et cela donne quelque chose de totalement différent.  Elle met en place une relation complexe entre ses deux personnages principaux, ce qui amène le lecteur à se demander si il aime le fameux Jehan ou si il le déteste. En tout cas la situation est ambiguë, donc pas de lassitude puisque l’on se demande comment cette histoire et cette relation, si particulière vont évoluer.

Je regrette peut-être juste que certaines de mes questions restent sans réponse à la fin de cette lecture, mais je laisse aux futurs lecteurs et lectrices la possibilité de se faire une avis.

Toujours est-il que Tasha a un talent de narration certain, et que les deux romans que j’ai pu lire m’ont permis de passer un très agréable moment, des lectures qui plairont et que je conseille à tous les fans de romans jeunesses, fantastique et Bit-lit.

Résumé:

Mon nom est Evy Dumas et je suis une jeune étudiante tout ce qu’il y a de plus banale.
Du moins je l’étais jusqu’à ce que j’aie le malheur d’accepter de suivre mes amis à la fête universitaire d’octobre.
Ils se sont bien amusés.
Pour moi… disons que la soirée a été intéressante.
Me voilà maintenant ballottée entre la France et l’Écosse, entre la fac et une cité hors du temps dirigée par cinq types carrément flippants.
Des vampires…

Comme ce gars – sublime – qui se croit en droit de diriger ma vie simplement parce que je l’ai vu planter ses crocs dans le cou d’une fille.
Cela vous paraît difficile à croire ?
Et pourtant…

 

 

 

Mamie cherche les embrouilles de Mario Giordano

 

CVT_Mamie-cherche-les-embrouilles_7255

 

Envie d’un peu de soleil? Pourquoi pas la Sicile, ça fait rêver non?

Allez je suis de bonne humeur, donc je vous y emmène… Suivez-moi.

Mamie cherche les embrouilles, on s’attend à un roman comique, truffé de scénettes rigolotes. C’est ce à quoi je m’attendais aussi. Et bien j’avoue avoir été surprise, car hormis les premières pages où j’ai quelque peu nagé et me suis dit que je n’allais pas aimer ce livre, une fois que l’intrigue s’installe, on s’attache de suite à Poldi et on la suit bien volontiers dans son enquête.

Un jeune homme est mort, donc le sourire n’est pas là, mais il faut tout de même dire que Poldi est un sacré personnage, on ne s’ennuie pas avec elle. Elle est butée et ne se laisse pas impressionner. Elle est aussi un peu séductrice, lorsque la situation s’y prête…

En réalité, elle est fatiguée, un peu dépressive même, lorsque l’inaction s’empare d’elle, alors il lui faut de quoi s’occuper.

Lorsqu’elle s’intéresse à une affaire, elle a tendance à se prendre pour Miss Marple, et il faut dire qu’elle le fait plutôt bien.

Mais bon, vous devez la découvrir par vous-même cette Poldi, la raconter ne suffit pas.

Une sympathique enquête qui mélange la satyre de la société Italienne, dont l’auteur se moque avec bienveillance, car il semble que tout n’y soit pas simple…

Donc si vous avez envie de doppio caffé ristretto, de prosecchino, d’amore, d’arancini et de pizette auxquels vont se mêler une petite enquête plutôt bien ficelée, et bien cette lecture est faîte pour vous.

Un agréable moment de lecture, donc.

Mes seuls regrets sont ce titre  » Mamie cherche les embrouilles », que je trouve assez réducteur ainsi que cette couverture qui renforce l’impression de comique et  potache…

 

Résumé:

Mamie Poldi, 60 ans, part en Sicile, terre de son défunt mari, pour y mourir en paix. Mais quand son jardinier est assassiné, elle décide de mener l’enquête, au grand désespoir du commissaire Montana qui n’en peut plus de la voir fourrer son nez partout.

 

 

 

 

 

Peur de l’ombre de Jean-François Delage

 

9782266257503

Peur de L’ombre, le 14 janvier 2016 aux éditions Pocket

Jean François Delage nous propulse quelques années en avant, en 2020 et nous nous plonge dans une terrible période d’intégrisme et de terrorisme. 

Incroyable histoire, qui est bien entendu une fiction, mais qui après le 13 novembre 2015, a un goût un peu amer…Pourtant l’auteur a écrit ce roman bien avant les événements terribles de cette fin d’année. Malgré un sujet d’actualité, une véritable histoire romancée s’installe ici, avec en toile de fond une Première dame, dont le passé laisse à désirer, des services de renseignement et de police Français  qui peinent  à maintenir le calme sur le territoire…

Un sacré pavé qui nous transporte de Paris au désert du Moyen-Orient, de l’enlèvement d’un agent de la DCRI à la poursuite de « L’ombre Persique »qui menace d’actes terroristes le pays et file entre les doigts des autorités. 

Une chasse à l’homme bien particulière face à un ennemi invisible, nul part et partout à la fois.

Le talent d’écrire un roman tel que celui dans un contexte géo-politique compliqué, mêler une part de réalité et des éléments totalement fictionnels, tout cela donne une excellente lecture qui se révèle passionnante dès les premières pages.

Accessible au plus grand nombre car on n’y trouve pas de contexte et d’enjeu politique au delà du nécessaire,  qui la plupart du temps complique la lecture et la compréhension, dans ce type de livre. Ici, le sujet est vraiment traité du côté des forces de l’ordre qui cherchent avant tout à protéger la population et garder le calme sur le territoire.

Résumé:

Le Gagnant du Prix VSD du polar 2014 Paris, été 2017, un attentat visant le président de la République française fait de nombreuses victimes à Paris dont le fils de Nora Morientès et Michaël Botton, tous deux en charge de l’anti-terrorisme à la DCRI. Dans le même temps, Michaël Botton est enlevé sous les yeux de Nora par un groupuscule intégriste. Après des années de recherches, Botton reste introuvable, tout comme le commanditaire qui a fomenté et revendiqué cet attentat… jusqu’au jour où la DCRI découvre qu’une nouvelle conspiration se prépare. Toutes les polices sont en alerte maximum et une course contre la montre est lancée afin de découvrir qui se cache derrière l’Ombre persique qui plane sur l’Occident.

 

Concours Archipoche

2803683

Bonjour à tous,

Archipoche organise un super concours sur sa page Facebook,

Détail du concours :

Du 25 au 2 janvier : Mon nom est personne -> 5 exemplaires dédicacés sont à gagner

Du 1 au 5 février: Les looks à éviter au premier rencard -> 5 bons d’achat sephora d’une valeur de 50€ sont à gagner

Du 8 au 12 février : Les trucs à ne pas dire au premier rencard -> 5 abonnements au magazine Biba sont à gagner

Du 15 au 19 février : And the winner is… -> Une propre histoire d’internaute sera publiée sur le site de la maison d’édition

Pour y participer, c’est ici:

https://www.facebook.com/Archipoche/

 

 

 

Viscères de Mo Hayder

 

1508-1Paru aux éditions Pocket le 14 janvier 2016

Deuxième roman de l’auteure dans lequel je me plonge, le premier était Tokyo, un livre dont on ne ressort pas sans être marqué.

Celui-ci est un implacable thriller où Mo Hayder parvient à mêler tous les ingrédients qui scotchent le lecteur.

La quatrième de couverture n’est que la face immergée de l’iceberg. L’auteure joue avec nous, elle nous manipule…

Une ambiance qui monte crescendo, des personnages riches, qu’ils soient du bon ou du mauvais côté.

Impossible de savoir où l’on va mettre les pieds en tournant la page. Un rythme régulier et accrocheur, que l’auteure parvient à garder par des scènes courtes, des mouvements réguliers et des changements de point de vue.

Jack Caffery, le flic, auquel on s’attache très facilement, on l’imagine, notre esprit façonne rapidement son physique, sa personnalité.

Pas de super héros qui roule au sol et tire partout car en Angleterre, les policiers ne sont pas armés, ce qui donne à Mo Hayder une barrière supplémentaire à franchir pour écrire un  bon thriller. 

Ce qu’elle fait avec beaucoup d’intelligence.

Un excellent roman policier, ponctué ça et là de sang et de viscères qui nous font regarder derrière notre épaule et mettre un double tour à la porte de la maison.

Bonne lecture.

 

Résumé:

Il y a quinze ans, deux amoureux ont été retrouvés sauvagement éviscérés dans le bois attenant à la maison de campagne des Anchor-Ferrers. Le principal suspect, qui a avoué les crimes, est depuis sous les verrous. Mais aujourd’hui, alors que Oliver, Matilda et leur fille, Lucia, n’ont pas oublié cette découverte macabre, l’histoire se répète, plongeant la famille dans la terreur.
En grand peintre de l’angoisse, Mo Hayder nous livre une série de tableaux sanglants, dans lesquels le commissaire Jack Caffery, toujours hanté par la disparition de son jeune frère, est plus vulnérable que jamais.

 

 

 

 

Quand le ciel descend sur la terre de Maud Cordier

cvt_Quand-le-Ciel-Descend-Sur-la-Terre_1267

Maud est une jeune auteure, qui a pris contact avec moi il y a quelques temps. Nous sommes donc en amitié sur Babelio, sur Facebook, nous partageons l’amour des animaux, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de lire ces écrits.

Une envie de lire un jeune auteur m’a pris, il m’est donc apparu clairement que c’est vers Maud que cette envie devait se tourner. En un clic son premier roman Quand le ciel descend sur la terre était donc dans ma liseuse.

Et voilà le moment de dire ce que j’ai pensé de cette lecture.

Maud a su me plonger dans son histoire, certes, une histoire simple où des sentiments se percutent. Mais elle a su trouver l’essence même de ces sentiments, une profondeur, une intensité, une douleur qui étouffe et qui pourtant côtoie des moments plus léger.

Des personnages attachants qui vivent des choses de tous les jours, mais qui le vivent intensément malgré leur jeune âge, Maud a donné son prénom a son personnage principal, elle lui a aussi transmis son amour de la vie, de la nature, des animaux et des belles choses. On sent dès le début de la lecture que l’auteure y a mis ses tripes, ce livre est son premier bébé( en tout cas, son premier bébé littéraire), et je suis persuadé que bien d’autres suivront, car le talent de la narration est là. Maud, cette jeune fille dont l’auteure nous narre la difficulté à sortir de l’adolescence et à rentrer dans l’âge adulte, ou plutôt d’y être propulsée, m’a ému, m’a enchanté par son courage.

Merci Maud pour ce joli moment passé en compagnie de tes personnages, j’ai hâte de découvrir la suite, tu as suscité mon intérêt, et attiser ma curiosité.

Résumé:

Maud est une jeune femme de 20 ans qui cherche à fuir son passé. Suite à sa rupture avec Alex, elle est enfermée dans une spirale infernale où déni et tristesse se mêlent. Mais jusqu’où la tristesse justifie-t-elle le déni ? Doit-on pour autant fuir la réalité pour s’éviter de souffrir ? Peut-on être heureux quand les blessures du passé entaillent l’avenir ?