Captifs de Kevin Brooks- Editions Super8

 

03-Captifs

Coup de coeur ♥♥♥♥♥. Sortie le 10 mars 2016.

Après avoir lu plusieurs romans édités par Super8, je peux dire que celui-ci est, clairement, totalement, indubitablement mon préféré.

Attention, je ne dis pas qu’il est le meilleur, car mon statut de simple lectrice me permet juste de vous parler de ce que j’ai ressenti. 

J’ai adoré ce livre d’un bout à l’autre, certes, il est difficile, des gens y sont CAPTIFS et à la minute où vous l’ouvrez, vous avez envie de comprendre, alors vous allez le dévorer comme je l’ai fait.

Un roman extrêmement fort qui fait ressortir toutes nos peurs: l’inconnu, l’enfermement, les privations… Une véritable descente aux enfers , un plongeon  dans ce que l’esprit ne peut concevoir. reste t-il un espoir? Combien de temps cela va t-il durer? Qui est derrière tout cela? Que veut-il?

Des questions, qui pour les CAPTIFS restent secondaires car la priorité est de survivre.

Un huis-clos que vous préférerez vivre à travers les lignes de l’auteur, croyez-moi!

Kevin Brooks nous offre un incroyable roman, qui même si il difficile, terrifiant, glaçant, nous emporte dans un moment de lecture dont on se délecte de chaque page.

Chaque jour de captivité qui nous est raconté par Linus, crée l’inquiétude, ce jeune homme nous narre avec beaucoup de maturité et de recul l’épée de Damoclés qui plane au dessus de cette petite fille, de ce vieil homme malade et de leurs compagnons CAPTIFS

Je dis un énorme OUI à ce livre et j’en redemande, je ressors de cette lecture toute chamboulée. A lire absolument.

 

Résumé:

Linus, 16 ans, se réveille un matin sur le sol d’un sinistre bunker souterrain. Sans eau, sans nourriture… et sans la moindre explication. Manifestement, il a été kidnappé. Pour quel motif ? Et qu’attend-on de lui ?

Les jours passent. D’autres détenus, n’ayant apparemment rien en commun, sont amenés par un ascenseur,. Une petite fille. Un vieil homme malade. Un toxicomane. Un autre homme, une autre femme. Capturés en pleine rue, comme lui et désormais, constamment surveillés. Incapables de comprendre ce qu’ils font en ce lieu.

Bientôt, et tandis que le temps commence à perdre sa réalité, une horrible vérité se fait jour. Il ne s’agit plus de sortir – c’est manifestement impossible. Il s’agit de survivre. Ensemble. Le plus longtemps possible. En espérant obtenir une réponse à la seule question qui vaille : Pourquoi ?

 

 

Miettes de sang de Claire Favan

téléchargement (5)

Paru chez Pocket le 11 février 2016

Premier roman que je découvre de Claire Favan. Voici le type de roman sur lequel on se jette sans même en lire le résumé, tant les critiques sur l’auteur et son travail sont bonnes.

L’auteure nous dépeint ici un anti-héros qui vit au fin fond du Missouri, et croyez moi cet anti-héros, vous allez souvent avoir envie de le secouer, tant il est effacé et affable.

Claire Favan a donc pris pour personnage principal un trentenaire torturé, dont la vie sociale est réduite à zéro,  qui va mener une enquête dont personne ne veut même entendre parler.  Développer une histoire autour d’un policier si effacé, réservé peut paraître fou et risqué, c’est au contraire un atout, cela permet à l’intrigue de se développer et à l’intensité de monter crescendo.

L’auteure nous mène à remonter les pistes avec Dany, son antithèse du super flic, à se faire violence afin de connaître la vérité et nous ne sommes pas déçus.

Nous nous retrouvons donc à côtoyer des flics corrompus et sans aucune morale, qui tiennent toute une ville sous leur coupe et ne vont pas beaucoup apprécié qu’un jeune blanc-bec mette son nez dans tout cela.

Un premier essai pour moi qui me donne envie de frissonner à nouveau et de découvrir d’autres histoires et personnages de Claire Favan.

Résumé:

Le lieutenant Dany Myers est officier de police dans une petite ville du Midwest américain. Son père y était capitaine et lorsqu’il a brutalement disparu, Dany a tout naturellement voulu prendre la relève. Mais cet « héritage » est encombrant et il est mal perçu par ses supérieurs. On lui confie plutôt les tâches subalternes et ses collègues gardent leurs distances. Sa vie sentimentale est aussi une suite d’échecs. C’est un homme seul et pessimiste. Jusqu’à ce qu’il soit, par hasard, confronté à un bien étrange suicide que ses supérieurs veulent classer au plus vite…Mais Dany a un défaut, il est têtu.

 

 

CHallenge Pal Prioritaire 2016

 

000pile

 

Je participe au CHallenge 2016 : Tic Tac Pal Prioritaire organisé par  Syb Sybelline, dont je vous invite à visiter le très bon Blog   http://dutempspourlire.blogspot.fr/2016/02/tic-tac-lectures-2016-08.html

J’ai la chance d’être plutôt à jour au niveau PAL papier et service presse, que je fais biensûr passer en priorité, mais dans ma liseuse, c’est autre chose.

Donc voici ma PAL prioritaire, à laquelle viendront se rajouter des livres et j’espère aussi que certains en seront ôtés:

1* Captifs de Kevin Brooks aux éditions Super8

2*Tout le monde te haïra d’Alexis Aubenque La bête Noire Robert Laffont

3*Les fauves Ingrid Desjours La bête Noire Robert Laffont

4*Terreur Dan Simmons Robert Laffont

5*Nous rêvions juste de liberté Henri Loevenbruck

6*Lignes de sang Gilles Caillot

7*Le cimetière des hirondelles Mallock

8*Le massacre des Innocents Mallock

9*Code 93 Olivier Norek

10*Gone baby Gone Dennis Lehane

11*Des clous dans le coeur Danille Thiéry

12*Sept jours à river falls Alexis Aubenque

13*La jeune fille sur la falaise de Lucinda Riley Editions Charleston

14*Tout ce qu’on ne sait jamais dit de Céleste Ng Editions Sonatine

+ d’autres à venir sans aucun doute

 

 

 

Ce qu’il nous faut c’est un mort de Hervé Commère

Sortie le 10 mars 2016

51-lQKy-LtL._SX195_

J’ai pour ma part découvert l’univers d’Hervé Commère avec Imagine le reste sorti en 2014, et quel univers incroyable.

Ce nouveau roman est , je trouve encore meilleur que le précédent. L’auteur crée un univers absolument passionnant, la vie d’un petit village au gré du fonctionnement d’une usine de sous vêtements féminins.

L’auteur nous fait vivre des allers-retours passée-présent, afin de nous raconter l’histoire de chacun, ce qui nous permet de comprendre l’ampleur que chaque événement peut avoir dans un si petit village où tous se connaissent depuis deux ou trois générations.

Le centre de ce roman est donc cette usine qui fait vivre tout le village et dont le créateur a marqué les esprits et la façon de se comporter les uns avec les autres, car à Vranville, on se sert les coudes, c’est  évident, on s’entraide lorsque les coups durs affluent. Mais tout cela ne cache t-il pas quelques coups bas? quelques non-dits? Quelques malversations aux détriments de tous? Lorsque les choses sont tellement belles et positives, le retour de bâton ne peut être que très brutal et violent…

Un polar pas comme les autres que nous fait ici découvrir Hervé Commère, car le contexte, les personnages sont attachants, même si leur attitude n’est pas toujours exemplaire.

Une histoire dont les événements s’imbriquent petit à petit, et qui devient addictive pour le lecteur. j’ai été très touchée par ce roman qui m’a faite vibrée tout au long de son déroulé.

Un vrai bonheur de lectrice pour ma part, qui je suis sûre va vite tous vous contaminer, car ce genre de roman, on ne fait pas qu’en parler, on le conseille, on l’offre. J’espère donc vous avoir donné envie de le lire et de revenir ici même me donner vos impressions, qui je l’espère seront aussi positives que les miennes.

Résumé:

 » Ce qu’il nous faudrait, c’est un mort. «  » I will survive « . C’était le dimanche 12 juillet 1998. À quel prix ? Ça, la chanson ne le dit pas. Cette nuit-là, trois garçons pleins d’avenir ont renversé une femme, une étudiante s’est fait violer, un jeune flic a croisé son âme s?ur et un bébé est né. Près de vingt ans plus tard, voilà que tous se trouvent concernés par la même cause. On est à Vrainville, en Normandie. L’usine centenaire Cybelle va fermer ses portes. Le temps est venu du rachat par un fonds d’investissement. Cybelle, c’est l’emploi de la quasi-totalité des femmes du village depuis trois générations, l’excellence en matière de sous-vêtements féminins, une réussite et surtout, une famille. Mais le temps béni de Gaston est révolu, ce fondateur aux idées larges et au c?ur vaste dont les héritiers vont faire une ruine. Parmi ces héritiers, Vincent, l’un des trois garçons pleins d’avenir. Il a la main sur la destinée de quelques centaines de salariés. Mais il n’a pas la main sur tout, notamment sur ce secret étouffé dans un accord financier vingt ans plus tôt par son père et le maire de Vrainville, père du 2e larron présent la nuit du 12 juillet dans la voiture meurtrière. Le 3e gars, Maxime, n’a la main sur rien, personne n’a payé pour lui et surtout il n’a pas oublié. C’est l’un des seuls hommes employés par Cybelle et un délégué syndical plutôt actif. Côté ouvrier, on connaît déjà le prix de la revente de Cybelle. Ca signifie plus que la fin d’une belle histoire entrepreneuriale : la mise au ban, la galère et l’oubli. Alors c’est décidé, ils n’ont plus le choix : puisque personne ne parle d’eux, ce qu’il leur faut, c’est un mort.

 

Le cheval Mythologies et légendes de Claude Merle et Laura Fanelli

 

51wovkwTZ+L._SX210_

Un très joli album qui aborde deux sujets que j’affectionne particulièrement: les chevaux et la mythologie. Claude Merle n’est plus à présenter, il nous raconte les légendes en passant par Roméo et Juliette, Ulysse, Hercule, Attila…

Il signe ici, un album avec Laura Fanelli, histoires courtes et passionnantes, qui nous font découvrir ou redécouvrir la mythologie Grecque bien sûr mais aussi Germanique par exemple.

Donc des légendes connues comme le cheval de Troie ou Pégase et d’autres bien moins.

Une belle et intelligente lecture à faire découvrir aux jeunes et moins jeunes ;-), en tout cas à tous les amateurs de légendes.

J’ai découvert les éditions Bulle de savon grâce à une opération Masse critique de babelio, à l’occasion de laquelle j’ai reçu : Le temps des loups de Claude Merle, auteur que j’aime beaucoup, voici la chronique que j’avais faite à l’époque:

https://livresque78.wordpress.com/2015/10/30/le-temps-des-loups-de-claude-merle/

J’adore New York de Isabelle Laflèche

 

ACH002555350.1310410915.580x580

Voici un sympathique roman d’une auteur Québécoise: Isabelle Laflèche. Elle nous embarque à New York avec Catherine, une petite avocate Françoise, qui ravie de s’expatrier dans la grande pomme, va vite s’apercevoir que tout ne tourne pas aussi bien que prévu.

Catherine se retrouve vite débordée, en concurrence permanente. Côté sentimental, vous vous en doutez bien, tout ne sera pas simple non plus.

Des personnages au caractère affirmé, de l’humour et de nombreuses mésaventures.

Un roman qui me fait quelque peu penser à Bridget Jones, même si Catherine est un peu moins fofolle et que les procès et enjeux juridiques, apportent du sérieux à la situation.

Une lecture agréable, sans prise de tête, un moment de lecture drôle et frais.

Catherine parviendra t-elle à faire son trou dans cette ville totalement différente du monde qu’elle a quitté? Je vous laisse le découvrir avec ce roman moderne et « Girly », selon un terme très employé de nos jours ( J’ai réussi à le placer).

Résumé:

Obtenir un job dans un grand cabinet d’avocats new-yorkais : pour Catherine Lambert, la petite frenchie, c’est un rêve. Manhattan, ses lieux branchés, ses boutiques fascinantes pour une accro du shopping… Mais dès qu’elle pose le pied à New York, tout part en vrille. Sa patronne ? Une hystérique ultra-exigeante. Ses clients ? Des types lubriques aux égos surdimensionnés. Ses collègues ? Des assoiffés de pouvoir prêts à tout. Heureusement que dans cet enfer, Catherine peut compter sur Rikash, son assistant indien qui la sort des situations les plus délicates. Et puis il y a ce riche homme d’affaires pour qui elle a le béguin : avec lui, c’est spas, limousines, haute couture et soirées chics ! Mais si cette histoire, comme tout dans cette ville, n’était que de la poudre aux yeux ?

http://www.city-editions.com/index.php?page=livre&ID_livres=502&ID_auteurs=272

 

 

 

 

 

Les + étranges procès d’assises

les-plus-etranges-proces-d-assises-9782875572127-0Nous sommes pour beaucoup d’entre nous, accrocs à ces missions d’interventions de police. Certains diront que c’est du voyeurisme, pour ma part je pense davantage que l’être humain a besoin de voir pour croire. Il lui faut donc constater par lui-même la sauvagerie pour l’admettre et tenter de la comprendre.

Pierre Guelf, journaliste et chroniqueur radio-TV, nous livre ici un point de vue totalement différent, car bien souvent lorsque la police a arrêté le suspect, le reportage s’arrête. Il est donc très intéressant de découvrir ce qu’il se passe lorsque les protes du tribunal se referment et que le procès commence.

Mais attention, pas de grand pavé soporifique , ni de jargon incompréhensible. L’auteur nous résume de manière succincte et éclairée les principaux moments des débats.

Nous y rencontrons des meurtriers en puissance qui ont la mort dans le sang ou même encore un pédophile dont les actes sont restés impunis pendant des années et dont les victimes se sont accumulées, sous couvert d’une église qui a préféré fermer les yeux. Mais aussi des criminels dont rien ne présageait le passage à l’acte.

L’auteur qui a pu assisté à tout cela, nous livre les faits tels qu’ils se sont déroulés, sans prise de position sauf peut-être en constatant que la justice fait appel à des experts et psychiatres, dont la vision des faits n’est pas toujours identique à la réalité. Car de nombreuses choses doivent être prises en compte afin de mettre en place une décision de justice.

L’auteur nous narre donc tout ceci avec une concision et une méthode qui rend les cas évoqués accessibles et extrêmement intéressants.                                                                          

Alors biensûr, certains passages difficiles qui nous plongent dans l’horreur, mais je pense que ce genres de cas nous fait aussi avancer dans notre connaissance du genre humain, d’une certaine façon.

 

Résumé:

«La rumeur peut être assassine !» lança un président d’assises aux témoins tenant des propos contradictoires à l’égard d’une jeune femme soupçonnée d’infidélité par son mari, jaloux et violent. Pourtant bonne mère de famille, fidèle, serviable, elle fut massacrée à coups de couteau par son époux ! Il ne s’agissait ni de polar ni de fiction… De nombreux procès d’assises se démarquent par leur ampleur, la folie, les erreurs ou les faux, des témoignages d’accusés, de leurs avocats, de magistrats, d’experts, d’enquêteurs, de témoins dits de moralité, de proches des victimes, ou, plus rarement, de rescapés de situations dramatiques. Ce livre rassemble les récits de nombreuses affaires judiciaires trop souvent passées inaperçues. Des Cold cases relatées !
En savoir plus sur http://www.1001chroniquesenfolie.com/pages/les-plus-etranges-proces-d-assises-pierre-guelff.html#PU5c57Ee20liuAqJ.99

 

 

 

 

Une affaire de sang de Bonnie MacBird

Vobm_CVT_Une-affaire-de-sang--une-aventure-inedite-de-Sher_1048ici une nouvelle aventure de Sherlock Holmes. Je dois avouer que je ne suis pas une spécialiste du personnage, je n’ai lu qu’une ou deux enquêtes écrites par Arthur Conan Doyle.

Mais il me semble, avec ma petite et humble expérience du personnage que les puristes, y trouveront leur compte.

L’auteur a su nous faire retrouver ce personnage si complexe et particulier, un homme qui au final apparaît comme quelque peu torturé, il est accroc à la cocaïne mais surtout accroc à l’aventure, au mouvement. 

 

 

Je suis toujours admirative de l’esprit de déduction de cet enquêteur et on retrouve ici tout ce qui fait de le charme de l’homme et de la narration de ses aventures.

C’est son fidèle ami Watson qui nous raconte une grande partie de l’histoire, même si sur la dernière ligne droite du livre les narrateurs s’alternent.

Toujours cette grande amitié qui lie Sherlock et Watson, et elle va encore leur être nécessaire, car en débutant ce livre, vous ne pouvez imaginer où il va vous emmener, ni le dénouement de celui-ci.

Des touches d’humour et de légèreté parsèment le début de cette enquête, mais bien vite les choses vont changer et se remplir de noirceur.

Un très bon roman, qui m’a tenu en haleine d’un bout à l’autre, des personnages rendus vivants par l’auteur et une enquête qui avec les moyens de 1888( ce qui a je l’avoue un charme fou), nous emmène de Londres à Paris en passant par la campagne Anglaise.

Mis à part un début un peu inquiétant où l’on se demande si on nous livre une pâle copie de notre détective, j’ai retrouvé le fin limier qu’est Sherlock ainsi que le raisonnable mais non moins intéressant Watson.

Une magnifique couverture ne fait que renforcer la force de ce livre.

Résumé:

Londres, 1888. Sherlock Holmes est déprimé après une enquête désastreuse. Même son fidèle Watson ne parvient pas à le sortir de la léthargie dans laquelle l’enquêteur de choc s’enfonce. Jusqu’au moment où une lettre lui parvient depuis la France. Elle est signée de Mademoiselle La Victoire, une star de cabaret, qui a besoin de l’aide de Holmes. Le fils illégitime qu’elle a eu avec un lord anglais vient en effet d’être enlevé. A Paris, Holmes découvre que cet enlèvement n’est que la partie émergée d’une affaire tentaculaire. Une inestimable statue a été dérobée et des enfants employés dans une usine de soie disparaissent les uns après les autres. Les indices conduisent à un seul et même homme qui semble intouchable. Et extrêmement dangereux….