Au premier chant du merle de Linda Olsson

9782809818093-001-G-220x352
Editions l’Archipel      251 pages 20€

 

Un roman qui aborde tout simplement le sujet de la solitude et de la dépression car Elizabeth est dépressive et vit recluse. Mais pas s’inquiète de, tout va s’arranger…

Qu’elle soit volontaire ou dû à un handicap ou un accident de la vie, beaucoup de gens vivent une forme de solitude. Ils s’enferment chez eux ou dans un mutisme avec leurs douleurs et leurs souffrances.

Linda Olsson nous raconte ici la rencontre de trois solitaires, qui vont réapprendre à découvrir le bonheur tout simple d’être ensemble.  Redécouvrir des choses simples, qui permettent le partage et d’ouvrir son attention à l’autre.

♫♫♫♫      ☼☼☼☼     ♥♥♥♥

Une belle lecture pleine de poésie qui même si elle débute de façon un peu tristounette, gagne en optimisme et en sentiments heureux tout au long de la lecture. Une petite histoire, comme il y en a sûrement beaucoup autour de nous, sans que nous le sachions. Une lecture qui aborde le passé et ses blessures, mais aussi les sentiments simples mais tellement enrichissants. Une très jolie histoire, qui mérite d’être découverte.

Note générale: ♥♥♥,5/♥♥♥♥♥

Résumé:

Dépressive, taciturne, hantée par son passé et les visions d’une «dame en vert», Elizabeth vit recluse dans son appartement, coupée du monde, limitant tout contact social. Jusqu’au jour où son voisin septuagénaire, Elias, s’adresse à elle par la fente de sa boîte à lettres. Ce rapport rare la trouble et la touche. Elle lui répond alors en lui offrant un recueil de poèmes. Un dialogue se noue entre ces deux êtres à la dérive.
Le jour où est témoin de l’agression du vieil homme, elle prévient Otto, l’ami d’Elias, qui habite le même immeuble qu’eux. Elizabeth et Otto apprennent alors à se connaître, se rapprochent. Par la grâce de cette mésaventure, ces trois êtres fragiles, que tout opposait, vont apprendre se serrer les coudes et à s’ouvrir : accepter de se dépasser, combattre ses peurs, pour connaître, enfin, la quiétude auprès des siens.
Et, peut-être, l’amour.

 

 

 

 

 

Publicités

6 réflexions sur “Au premier chant du merle de Linda Olsson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s