« Tout ce qu’on ne s’est jamais dit » de Céleste Ng

41uyUdEh+PL._SX195_

Pour un premier roman, Céleste Ng fait très fort. Elle écrit un roman très touchant, édité chez Sonatine, qui a pour point de départ la mort de Lydia, 16 ans.

Le décès d’un enfant détruit, réduit à néant, explose l’équilibre d’une vie de famille, c’est évident. Mais quand on y regarde de plus près et que l’on avance dans l’histoire de la famille Lee, on s’aperçoit que cela va bien au delà. Une histoire noire, une histoire de relations familiales, un drame psychologique qui bouleverse le lecteur bien au delà de la mort d’une jeune fille.

Grâce à des retours dans le passé ainsi qu’à des intrusions dans les pensées des membres de cette petite tribu métissée, Céleste Ng nous raconte comment ils voient tous, leur monde et leurs espoirs s’effondrer en quelques minutes.

Que s’est-il passé? Un meurtre? Un accident? Un suicide? Qui était vraiment Lydia? Ses parents l’a connaissaient ils vraiment?L’auteure soulève beaucoup d’interrogations et de remises en question, que l’on soit lecteur-parent ou en passe de le devenir. On veut ce qu’il y a de mieux pour nos enfants. 

Une lecture émouvante, dont on ressort avec le sentiment de mieux comprendre la douleur de la perte, sans pour autant tomber dans le larmoyant à outrance.

Un fin dosage digne des auteurs expérimentés, donc bravo à cette débutante, qui ne l’est déjà plus, vu le nombre d’avis de lecteurs déduits par sa plume.

 

Merci à Sonatine.

 

Résumé:

Lydia Lee, seize ans, est morte. Mais sa famille l’ignore encore… Élève modèle, ses parents ont placé en elle tous leurs espoirs. Sa mère, Marylin, femme au foyer, rêve que sa fille fasse les études de médecine qu’elle n’a pas pu accomplir. Son père, James, professeur d’université d’origine chinoise, a tant souffert de sa différence qu’il a hâte de la retrouver parfaitement intégrée sur le campus. Mais le corps de Lydia gît au fond d’un lac. Accident, meurtre ou suicide ? Lorsque l’adolescente est retrouvée, la famille Lee, en apparence si soudée, va devoir affronter ses secrets les mieux gardés.
Des secrets si longtemps enfouis qu’au fil du temps ils ont imperceptiblement éloigné ses membres, creusant des failles qui ne pourront sans doute jamais être comblées. Bien sûr, Tout ce qu’on ne s’est jamais dit distille un suspense d’une rare efficacité. Mais ce livre qu’on garde en soi très longtemps est bien plus que cela. Celeste Ng aborde la violence de la dynamique familiale, les difficultés de communication, le malaise adolescent, avec une intensité exceptionnelle qui évoque l’univers de Laura Kasischke.
En distinguant cette œuvre envoûtante comme l’un des meilleurs romans de l’année, les critiques anglo-saxons ont salué la naissance d’un écrivain majeur et fait le succès du livre, vendu à plus d’un million d’exemplaires.

 

Publicités

7 réflexions sur “« Tout ce qu’on ne s’est jamais dit » de Céleste Ng

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s