Curieux objets et étranges histoires de Pierre Bellemare et Véronique Le Guen

51gCI5xvM-L._SX210_

Date de parution: 27 avril 2016 chez Flammarion

Les objets ont une mémoire, ils traversent le temps, les époques, ils nous racontent des heures heureuses ou terribles.

Pierre Bellemare et Véronique Le Guen nous parlent de ces objets qui ont un passé chargé en émotions.

Une nouvelle parution de notre conteur National est toujours un bonheur et un événement.

Nous découvrons ici 33 histoires qui contrairement aux habitudes de P. Bellemare nous racontent le destin d’objets, des objets simples, de tous les jours, mais qui ont eu une importance hors du commun dans une ou plusieurs vies.

Des moments émouvants pour certains, historiques pour d’autres ou même légendaires.

Un recueil d’histoires très agréables, des protagonistes plus ou moins connus, des rappels culturels, des petits moments ignorés au centre d’événements historiques.

Juste pour vous mettre l’eau à la bouche: le Titanic, un voyage sur la lune… Je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir par vous même ce petit bijou pour tous ceux qui aiment les histoires au coin du feu.

Ayant moi même passé les grandes heures de mon enfance avec mes grand-parents, j’aime les histoires vraies, elles sont riches de souvenirs et amènent l’imagination à travailler.

Bonne lecture….

Résumé:

Ce sont souvent de simples objets du quotidien : un biscuit, un pendentif, un bout de tissu délavé, un journal intime, une caméra, une petite valise, etc. Leur apparence semble si anodine qu’on pourrait les prendre pour des vieilleries inutiles. Dans une brocante, ils partiraient pour quelques pièces et personne, ensuite, n’en aurait plus parlé. Or chacun d’entre eux est rattaché à un destin extraordinaire qui a changé parfois l’Histoire. À travers 33 récits riches en rebondissements, Pierre Bellemare et Véronique Le Guen font revivre autant d’objets singuliers ayant miraculeusement traversé les âges. De l’étui à lunettes qui sauva Roosevelt au foulard qui tua Isadora Duncan, du violon du Titanic à la gourmette de Saint-Exupéry, de la cuisinière de Landru aux carnets secrets d’un bourreau, d’un bagage revenu des camps de la mort à la part d’un gâteau de mariage princier, ces histoires intriguent, fascinent, émeuvent. Une chose est sûre : après la lecture de cet ouvrage vous ne verrez plus jamais les antiquités du même œil.

 

 

Publicités

Les lutins urbains tome 2 & 3 de Renaud Marhic

 

Ceux qui me suivent régulièrement, savent que j’aime tous les livres et travaillant auprès des enfants, je m’intéresse beaucoup à leurs lectures.

Je voudrais aujourd’hui, vous faire découvrir les tomes 2 et 3 des Lutins Urbains.

Un univers totalement et fantastiquement drôle.

Un monde imaginé par Renaud Marhic et destiné aux jeunes lecteurs  entre  et  12 ans et qui les entraîne dans un présent où les marques commerciales sont partout ( un pied de nez à notre société de consommation à outrance?). Un monde peuplé de lutins, il suffit d’y croire pour qu’ils existent( ce qui est le rêve de tous, petits et grands), truffé de jeux de mots potaches et bon enfant ( tout ce qu’aime le jeune public).

J’ai beaucoup ri avec ces 2 tomes des aventures de ce Gustave Flicman.

De sympathiques illustrations et des explications en marge qui permettent de parfaitement comprendre le pourquoi du comment. 

Une lecture intelligente, qui initie les jeunes lecteurs à la fantasy sans être cul-cul, gnan-gnan.

Nous sentons ici un auteur passionné et investi, qui a su garder son âme d’enfant…

Merci donc à Renaud Marhic ainsi qu’aux éditions P’tit Louis de donner envie aux enfants de lire, en abordant avec beaucoup de légéreté des sujets importants dont les enfants entendent forcément parler.

Ces petits romans sont en vente sur Fnac.com, FDP gratuits, alors n’hésitez pas.

Résumé tome 2:

Ordinateurs en folie… Smartphones ensorcelés… Quel est donc ce « virus » qui menace la Grosse Cité ? A peine remis de sa rencontre avec le Pizz’Raptor, Gustave Flicman doit se rendre à l’évidence : un nouveau lutin menace la ville ! Comme par hasard, revoilà le Professeur B. Avec son aide, le jeune policier se lance sur la piste du redoutable Bug le Gnome. Vite ! Ca sent déjà le grillé… Gustave parviendra-t-il à ne pas péter les plombs ? Car voilà ses cinq soeurs à l’hôpital, victimes d’une mystérieuse intoxication… Tandis que Bug le Gnome s’est introduit dans le laboratoire d’Etude et de Recherche Nucléaire de la Grosse Cité…

 

Résumé tome 3:

On les croyait disparus à jamais, chassés de nos contrées par la modernité. Erreur ! On peut bien avoir construit des villes à la campagne, les lutins se sont faits urbains ! Et ils n’ont rien perdu de leurs pouvoirs d’agaceries, tracasseries, et espiègleries…
Rien ne va plus dans la Grosse Cité ! Voilà que trois Lutins noirs ont été signalés. Aussitôt, des travailleurs africains sans-papiers sont devenus millionnaires. Tandis qu’une dangereuse société secrète tente de s’infiltrer dans les quartiers… Gustave Flicman, notre jeune policier, est chargé d’enquêter. Et si tout cela avait à voir avec Chelou, ce rhinocéros qu’il devait conduire à l’abattoir et qui s’est échappé en chemin ? Entre les sortilèges des Lutins noirs et les attaques du Bambou Masqué, une course de vitesse s’engage pour retrouver l’étrange animal. Manquerait plus que les Lutins Urbains s’en mêlent, tiens…

 

 

 

 

La soeur de la tempête de Luncinda Riley

1540-1 (2)

Voici encore une petite pépite aux éditions Charleston.

Le deuxième tome de la saga Les Sept soeurs de Lucinda Riley

Pour les lecteurs inquiets de ne pas avoir lu le premier tome de cette saga, sachez que moi non plus je ne l’ai pas lu et que cela n’a aucunement gêné ma compréhension.

Chaque tome est l’histoire d’une des sœurs D’Aplièse.

Ici l’auteure nous raconte la réaction d’Ally face à la mort de son père adoptif et les événements qui en découlent.

Un roman empli d’éléments qui en font une lecture que l’on ne peut plus lâcher. Des rencontres amoureuses, bien sûr, mais aussi et surtout des narrations historiques dont je suis particulièrement friande.

J’ai particulièrement apprécié au même titre qu’Ally  sa lecture de ce qui est arrivé à Anna 130 ans plus tôt, ne voyant pas les pages défiler, je me suis retrouvée à lire cet  énorme ouvrage en à peine deux jours entiers.

J’avais déjà beaucoup aimé La jeune fille sur la falaise de cette même auteure, Lucinda Riley parvient à passionner ses lectrices en abordant des histoires qui au départ peuvent paraître simples, mais se révèlent être riches en émotions, en anecdotes, avec des personnages profonds que l’on apprend à aimer et que l’on regrette de quitter lorsque la dernière page se tourne.

La sœur de la tempête nous en apprend beaucoup sur la vie et les difficultés de différentes époques, fin du 19ème siècle, période avant seconde guerre mondiale. Il nous fait également voyager de L’Italie, à la Suisse, puis en Norvège, en Allemagne…

Vous comprenez donc que la monotonie n’est pas de mise durant cette lecture, on en prend plein les yeux mais également plein les oreilles, car je ne vous ai pas parlé de la musique, qui est dans ce roman, à l’origine de tout…

Résumé:

Alors qu’elle s’apprête à participer à l’une des courses en mer les plus exigeantes du monde, Ally apprend la nouvelle de la mort soudaine et mystérieuse de son père adoptif et retourne à la hâte auprès de ses soeurs dans leur maison familiale, une magnifique demeure sur le lac Léman. Elle est aussi, à leur insu, impliquée dans une histoire d’amour passionnée… À la suite des événements douloureux qui en découlent, Ally quitte sa vie sur la mer pour suivre les indices laissés par son père. Ceux-ci la mènent en Norvège où, au coeur de paysages à la beauté glacée, elle découvre peu à peu ses racines – et comment son histoire est inextricablement liée à celle d’une jeune chanteuse inconnue, Anna Landvik, qui vivait là 100 ans plus tôt…

 

 

 

On a dévalisé la Queen de Jean-François Quesnel

51Ew7jO24nL._SX210_

Editions City

Date de parution: 20 avril 2016

304 pages

17.50€

Je vous parle aujourd’hui d’un roman So British… Une petite perle d’humour Britannique. Pourtant Jean-françois Quesnel est bien Français, mais il s’est expatrié et a vite adhéré à l’humour Ecossais.

Il met en scène tous les atouts de cette fameuse et belle Ecosse, les paysages, les chateaux en ruines et parfois hantés, la noblesse et les traditions, l’humour, , le Whisky, les tavernes, la météo…

Une enquête très sympathique  qui se lit avec beaucoup de plaisir en alliant suspense et humour.

Des personnages loufoques aux réparties toutes plus drôles les unes que les autres.

Un voyage entre passé, fin du XIXème siècle, lorsque les faits se sont déroulés et  présent où Darcy redémarre une nouvelle vie et part à la chasse au trésor, et quel trésor!

Des scènes de dialogues qui tournent à la coquinerie, car nous avons ici des protagonistes, qui quelque soit l’époque, ont toujours une libido très exacerbée… Mais le roman est loin de se résumé uniquement à cet humour potache, une vraie histoire nous est contée et qui se révèle très intéressante.

Une lecture vraiment agréable que je recommande à tous ceux qui aiment l’humour franc qui vient du coeur. 

Résumé:

Récemment divorcée, Darcy décide de poser ses valises en Ecosse pour y refaire sa vie. Elle habite avec Churchill son chien, près des ruines du manoir de Merryton. Le lieu l’envoûte et évoque des souvenirs lointains, lorsque son excentrique grand-mère lui racontait la légende d’un trésor enfoui dans les murs de la vieille bicoque… Un siècle plus tôt, le manoir a en effet hébergé la reine Victoria, le temps d’une nuit. Bien assez pour qu’un arnaqueur professionnel jeune et très doué la dévalise. L’objet du délit : un fabuleux bijou en diamant dont la reine ne se séparait jamais. Le bijou n’a jamais été retrouvé et Darcy a bien l’intention de résoudre l’énigme. Mais cela ne semble pas plaire à tout le monde. Il se passe des choses très étranges et Darcy risque bien de devenir complètement cinglée avant de trouver le fin mot de l’histoire…

 

 

 

Aventures et Mésaventures d’une aide soignante à domicile

 

Electre_978-2-87557-227-1_9782875572271

Florent Catanzaro prend la plume ( oui je sais, plus personne n’écrit avec une plume, mais c’est tellement plus poétique…) afin de nous parler du travail de sa maman: Magali ( Eh! oui, comme moi).

Magali est aide-soignante à domicile, un métier, quand on y réfléchit, que l’on connaît peu. On confond souvent avec aide ménagère, infirmière, auxiliaire de vie…

Alors il est important de faire un point sur tout cela, et Florent et Magali le font avec beaucoup de douceur, de tact et de gentillesse. Ajoutons à cela un peu d’humour, tiré des anecdotes de la profession et vous obtenez ce petit recueil, qui peut également être un guide pour toutes les personnes ayant envisagé de faire appel à ce genre de service.

Magali nous raconte sa passion du métier, son amour  des gens, et dieu sait qu’il en faut pour se lever tous les matins pendant 30 ans afin de soutenir les personnes diminuées à passer leurs vieux jours.

Heureusement, il y a aussi de bons, même très bons moments, comme dans toutes fonctions, et Magali sait voir les choses avec un optimisme incroyable.

Je pense qu’ après cette lecture, on peut considérer qu’elle était destinée à ce métier, à assister ceux qui nous ont aidé à devenir ce que nous sommes et qui ont à une époque eu notre âge et notre rôle dans la société.

Un récit de vie professionnelle plein de compassion, qui m’a amené à découvrir une vocation et un dévouement dont je n’avais pas la moindre idée. 

Une petite fenêtre ouverte sur les autres, sur la solidarité et l’entraide. Un livre touchant et nécessaire.

4ème de couverture:

Il ne faut pas se leurrer, le quotidien d’une aide-soignante, c’est avant tout de laver des postérieurs… des gros, des petits, des flasques et surtout des douteux ! Mais que peut-il donc y avoir d’intéressant à raconter sur ce métier ? Je vous propose d’embarquer avec moi, vous verrez qu’il foisonne d’anecdotes toutes plus étonnantes les unes que les autres. Les relations humaines sont au coeur de ce livre, et je vous présenterai mes patients les plus marquants, qui sont un véritable reflet de notre société. Les thèmes abordés sont intemporels : de l’impudeur à la folie, de la violence à la générosité des patients, en passant par l’influence du porno et les diverses sollicitations sexuelles que j’ai pu avoir, sans oublier des sujets plus graves tels que la maladie et l’accompagnement en fin de vie. Je m’appelle Magali, j’ai 52 ans et je suis aide-soignante à domicile depuis plus de 30 ans.

 

 

 

Survivre de Vicky Petterson

CVT_survivre_1406Editions Sonatine

Parution le 14 avril 2016

Kristine rush est une femme qui aime son fiancé et sa fille. Mais à quel point les aime t-elle? Ce qui est certain c’est que son amour, sa volonté, son courage, tout cela va être testé au cours de ce week-end du 4 juillet. Un week-end qu’elle avait imaginé être totalement différent. 

Un road movie qui démarre rapidement, la tension se fait immédiatement maîtresse du jeu. Mais ce roman va bien au delà, une fois arrivé au summum du suspense, l’auteure y rajoute une dimension psychologique qui met le petit cœur du lecteur à rude épreuve.

On découvre petit à petit le personnage de Kristine et on se met à l’aimer, alors que jusqu’à présent, on essayait de la cerner. C’est une femme forte, une mère encore plus forte, elle va découvrir que la bête qui sommeille en chacun de nous peut se réveiller lorsque les choses vont trop loin, lorsque les cris des êtres aimés deviennent le seul guide.

Il va lui falloir faire face à la folie, va t-elle se révéler assez téméraire pour l’affronter, difficile pour moi de dire si j’aurais pu agir à sa place. Mais lorsque ceux que vous aimez sont en danger, avez -vous le choix? Si vous voulez les sauver, il va falloir SURVIVRE.

Un roman percutant, qui va bien au delà des apparences et qui surprend jusqu’au bout.

 

Résumé:

Au cœur de l’été, Kristine Rush et son fiancé, Daniel, quittent Los Angeles pour passer un week-end en amoureux, près du lac Arrowhead. En traversant la fournaise du désert de Mojave, ils s’arrêtent sur une aire de repos déserte. Dans les toilettes, Kristine se fait agresser par un inconnu qui la laisse inconsciente. Lorsqu’elle revient à elle, la voiture est toujours là, mais Daniel a disparu. Que faire ? Elle ne va pas avoir le choix. Son agresseur, par l’intermédiaire du portable de Daniel, va lui assigner des tâches plus terribles les unes que les autres, la menaçant de tuer son fiancé si elle ne lui obéit pas ou si elle demande de l’aide. Commence alors un véritable voyage au bout de l’enfer entre casinos criards de bord de route et aires de repos désolées et lugubres. Jusqu’où ira Kristine pour sauver Daniel ? Lorsqu’elle réalise que son interlocuteur sait tout d’elle, y compris ses secrets les plus intimes, la partie devient plus intrigante encore. Qui est-il ? Et quelles sont ses réelles motivations ?

Avec une tension digne de Saw ou des Nerfs à vif, Survivre prend son lecteur à la gorge et ne le lâche plus. Tour à tour électrisant et oppressant, ce jeu de piste macabre et complexe est un incroyable thriller mené à un rythme d’enfer.

 

 

 

 

 

 

Un souffle, une ombre de Christian Carayon

 1540-1 (1)

Fleuve Editions. Disponible le 14 avril 2016

Je dois tout d’abord être franche et vous dire que le début de ce livre m’a un peu amené à douter. Allait-il me plaire? J’ai suivi mon instinct et j’ai persisté, et très rapidement j’ai été rassurée.

Nous sommes ce que nous sommes grâce ou à cause de notre passé, quelques fois un événement marquant nous hante, nous empêche d’avancé. La peur et l’incertitude dirige notre vie et nous empêche de nous épanouir. Faut-il retourner à la source et régler le problème, tout dépend du problème me direz vous.

Christian Carayon nous embarque dans un souvenir noir, un événement qui a marqué tout un village et qui a déclenché une telle dose de souffrance et de tristesse, que le temps s’est arrêté.

Il nous amène à la rencontre de ses personnages et nous donne cette impression de les connaître, de les aimer et d’avoir partagé un moment de notre enfance avec eux. 

L’auteur vit son histoire avec une telle intensité que le lecteur la vit également. Encore un roman dont je ressors avec difficulté, tant j’ai vécu mes quelques heures de lecture en compagnie de Justine et des ses amis.

Un superbe roman noir qui vous prend aux tripes jusqu’à la dernière ligne, à lire absolument.

Résumé:

Été 1980. Le lac de Basse-Misère, dans le sud du Massif central. Un groupe d’adolescents de bonne famille est massacré sur l’îlot où il était parti camper, en marge de la fête du club nautique local. Dans toute la région, l’onde est sismique. Comme un point de bascule irréversible, qui signe la fin d’une époque d’insouciance, et le début du déclin de la vallée.
À Valdérieu, principale agglomération du pays, quelque chose s’est brisé pour toujours.
Trente-quatre ans plus tard, le meurtrier supposé croupit derrière les barreaux. Mais à l’université de Toulouse, le chercheur en histoire Marc-Édouard Peiresoles ne croit pas en sa culpabilité.
Originaire de Valdérieu, et témoin impuissant du cataclysme alors qu’il n’était que collégien, il décide de retourner sur place, et de reprendre toute l’enquête. Comme on replonge dans ses propres traumatismes. Comme on lève le voile sur trois décennies de non-dits, en grattant le vernis d’une communauté beaucoup moins lisse qu’il n’y paraît. Derrière les fantômes des adolescents disparus, c’est bientôt le lac de Basse-Misère qui se réveille, tel un prédateur endormi. Déjà prêt à engloutir ses prochaines victimes…

 

 

 

Le mystère du magicien disparu de Ian Sansom

51OeLKBYdcL._SL160_

Parution le 13 avril 2016 aux Editions Hoëbeke

Si vous cherchez une lecture décalée qui vous fasse sourire, Israël, le bibliothécaire est donc votre homme.

Ian sansom écrit ici le second tome des aventures d’Israël Armstrong, pour moi une découverte, qui a su titiller ma curiosité et me faire sourire à bien des égards.

L’auteur n’hésite pas à ( gentiment) se moquer des travers des Irlandais, car son personnage Israël Armstrong, un nom qui amène déjà au questionnement, est un Anglais travaillant et vivant au Nord de l’Irlande . Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il vit de drôles d’aventures dans ce pays d’adoption, à la façon de raisonner un peu étrange…

En effet, alors qu’Israël se retrouve mêlé et suspecté dans une affaire de cambriolage et d’enlévement, la police a une étrange façon de mener l’enquête. Israël, qui doit donc se défendre contre cette erreur judiciaire, va se retrouver au coeur de conversations et de dialogues, qui n’ont pas été sans me rappeller les pièces de théatre humoristiques que je regardais avec mes grand-parents, sur les chaînes Belge, lorsque j’étais enfant.

Un humour pince-sans-rire, l’auteur se gausse des tics de langage de ses amis Irlandais ( Irlande du nord où il vit) ce qui donne des conversations en jeux de mots et en tournures de phrases qui apportent un ton léger à une affaire qui pour l’interessé principal, est on ne peut plus importante.

Un moment de lecture très sympathique, que je recommande à tous ceux qui aiment l’humour bon enfant dans un style classe, typiquement British.

Résumé:

Après Le Mystère des livres disparus, on retrouve avec plaisir le plus drôle des bibliothécaires-détectives !

Depuis qu’il a résolu le mystère des livres disparus, Israël Armstrong sillonne les routes du nord de l’Irlande du Nord à bord de son bibliobus, traquant les usagers récalcitrants à rendre leurs prêts. Ce qui plonge ce boulimique de littérature dans les affres du désespoir, lui qui avait toujours cru aux vertus de la lecture. Son existence semble s’éclaircir lorsqu’il est chargé d’organiser une exposition itinérante commémorant les cent ans du légendaire grand magasin Dixon & Pickering. Mais par un hasard dû à la malchance congénitale de notre héros malgré lui, le voici mêlé à une sale affaire : l’éminent M. Dixon, propriétaire de l’établissement et membre de l’Association des magiciens de l’Ulster, vient de  disparaître. Tout à l’art d’être au mauvais endroit au mauvais moment, Israël devient le suspect n°1. Menotté, mis en examen, duffle-coat et livres confisqués, il est incarcéré. Il devra pour prouver son innocence se lancer dans une enquête à cent à l’heure à travers le pays, s’aidant maladroitement des techniques de détectives de papier glanées dans quelques polars. Arrivera-t-il à retrouver le magicien et à blanchir sa réputation ?

Le premier livre de Ian Sansom a été salué par la presse française. Pour Paris Match, « une madeleine imbibée au whisky, qui rappelle les comédies de Stephen Frears » ; pour Livres Hebdo, « un petit bijou anglais de loufoquerie. » « Hilarant » pour La Croix ; « un des romans les plus drôles et déjantés de ces dix dernières années » pour LCI.