Les amants maudits de Dorliac de Martial Maury

 

516FQWbSQJL._SX195_

Tout démarre par un corbeau, pas l’oiseau mais celui qui propage des rumeurs et que tout le monde craint. Mais est-ce vraiment des rumeurs, ou est-ce fondé?

Toujours est-il que le maire de Dorliac, petit village du Périgord, ne décolère pas. Tout le monde parle de ces lettres anonymes et de leur contenu.

Martial Maury, l’auteur, nous raconte ce genre d’histoires qui vous clouent à votre lecture: un retour en arrière à l’époque où remonte l’origine des faits. On y parle de cinéma, d’amitié, de trahison, de tromperie, mais il semblerait que l’amour soit à l’origine de tout…

Une passionnante histoire qui se déroule au fin fond de la France profonde, où la mémoire est relayérelayée

par les habitants eux-mêmes.

Un véritable drame romanesque qui nous prouve qu’une histoire n’a nullement besoin de se dérouler dans des grands espaces ou dans des lieux connus de tous pour être pleine de rebondissements.

Un livre qui recèle de nombreux secrets et qui m’a procuré un véritable beau moment de lecture.

Le seul point sur lequel je suis mitigée est cette couverture, sur laquelle je vous conseille de ne pas vous arrêter, vous louperiez quelque chose…

Martial Maury  a écrit deux premiers romans, que l’on pourrait qualifier de romans du terroir, bien que je trouve ce terme assez réducteur. L’auteur a l’art de raconter les histoires, c’est indéniable.

Résumé:

Le village de Dorliac, dans le Périgord, est en émoi. Un mystérieux corbeau sème la discorde parmi les habitants en accusant le maire de corruption et en évoquant le meurtre du propriétaire du cinéma local, des décennies plus tôt. Le journaliste Antonin Berson se doit de faire la lumière sur cette affaire, il en va de son honneur, de son amour et de son avenir professionnel. En recueillant les confidences des anciens du village, il découvre que le corbeau fait allusion au drame qui s’est joué après la guerre entre Scipion, un paysan prospère et Horace, le notaire. Tous deux étaient tombés amoureux de la belle Violette… le début d’une terrible tragédie romanesque. Et dans la vraie vie, comme sur l’écran du cinéma du village, l’amour, la haine, la mort se sont côtoyés en un drame dont les répercussions résonnent encore de nos jours…

 

 

 

Les adeptes de Ingar Johnsur

 

513HQCi-nML._SX195_masse_critique

Merci tout d’abord à Babelio et à la Bête Noire Des éditions Laffont pour cette lecture.

J’ai un avis assez mitigé sur ce livre. J’ai alterné les moments d’euphorie littéraire et ceux où je nageais totalement,  à la recherche de qui était qui.

J’ai trouvé que certains passages traînaient un peu en longueur ce qui forcément ralenti le rythme de l’intrigue.

L’auteur nous emmène fréquemment dans des allers-retours entre présent et passé et j’avoue avoir eu à de nombreuses reprises perdu le fil de l’histoire.

Cependant, il faut reconnaître que pour un premier roman Ingar Johnsur, met la barre très haute, il construit un polar complexe et riche. Il nous décrit des personnages principaux profonds, aux relations et au passé pas toujours simples, ainsi, le commissaire Fredrik Beier mène cette enquête difficile sur fond de secte, terrorisme…

Avec la réflexion, je pense que je suis passé de ce livre, j’ai dû à de multiples reprises revenir en arrière afin d’être certaine de la personne dont il était question. Le nombres des personnages, ainsi que ( honte à moi) leurs noms pas toujours simples, m’ont un peu perdue.

Je me laisse la possibilité de retenter le coup, car les critiques des lecteurs sont plutôt bonne, donc il apraît évident que j’ai loupé quelque chose…

 

Résumé:

Pour le commissaire Fredrik Beier, cette affaire s’annonçait comme une simple enquête de routine, dans sa vie monotone et procédurière : la disparition d’une jeune femme et de son fils, membres tous deux d’un groupe de fondamentalistes chrétiens, baptisé  » La Lumière de Dieu « . A ce détail près qu’il s’agissait de la fille de Kari Lise Wetre, une femme politique charismatique et très en vue au sein du parti social-démocrate norvégien. Et que ladite  » Lumière de dieu « , engagée dans une apparente vendetta religieuse, se révèle servir de paravent à de monstrueuses expérimentations sur des sujets humains, dans le cadre de recherches scientifiques visant à perpétuer la pureté de la race blanche. Scènes de massacre, mutilations, attentats. Commence alors la chasse à l’homme, avec l’intrusion d’un sniper sans visage déterminé à éliminer tous les témoins, toutes les traces. C’est ainsi que la modeste enquête de Fredrik Beier est devenue une affaire d’Etat. Elle menace à présent de lever le voile sur un tabou en Norvège : la collaboration avec l’Allemagne nazie durant la Seconde Guerre mondiale. Secondé de sa partenaire, l’étonnante Kafa Iqbal, Fredrik ne devra négliger aucune piste, aucun indice, dans cette plongée en eaux troubles, qui brouillera ses repères et fera vaciller ses dernières certitudes…

 

 

 

Mortel Sabbat de Preston & Child

téléchargement (1)
Un nouveau Pendergast est toujours un évènement. La cuvée 2016 est un excellent cru.
L’histoire tout d’abord, l’inspecteur Pendergast est contacté par un artiste afin qu’il l’aide à retrouver ses précieux grands crus dérobés lors d’un cambriolage. Au grand étonnement de Constance, Aloysius accepte et voilà nos deux héros en route pour Exmouth, petit village de pêcheurs situé au nord de Salem, dans le Massachusetts.
Ce vol, simple en apparence, emmènera le détective aux confins du surnaturel.
Ce nouveau roman est plus centré sur le personnage de Constance Green, pupille de notre cher inspecteur ; Preston et Child développent son personnage, probablement en vue des prochains épisodes. L’intrigue du coup y gagne en épaisseur et permet de renouer avec le surnaturel, ce pour notre plus grand plaisir.
La trame narrative est toujours aussi fouillée et parfaitement maîtrisée. Le travail de recherche des auteurs est toujours aussi époustouflant. Les fans ne seront pas déçus. 
Une lecture addictive comme tous les romans de Preston et Child, les pages défilent et la fin étant, comme de coutume désormais, pleine de mystères, nous attendons la suite avec impatience.
Merci à L’archipel de m’avoir permis de découvrir ce nouveau volet des aventures et enquêtes de l’inspecteur Pendergast.
Résumé:
Pendergast est contacté par Percival Lake, un sculpteur à qui on a volé une collection de vins rares. En compagnie de Constance Greene, Pendergast se rend à Exmouth, petit village de pêcheurs situé au nord de Salem, dans le Massachusetts.
En examinant la cave pillée, Pendergast découvre, derrière les rayonnages, une niche secrète ayant abrité un corps. Le vol des précieux flacons ne serait donc qu’un leurre destiné à masquer la disparition du squelette…
Peu après leur arrivée, un historien qui enquêtait sur le naufrage d’un navire, à la fin du xixe, est assassiné. Son corps mutilé et recouvert de symboles sataniques est retrouvé dans les marécages. Puis c’est au tour du notaire local de subir le même sort…
Des marécages hantés par une bête humaine, les souterrains d’une église en ruine abritant les sabbats d’adorateurs de Lucifer et du démon Morax… Voilà qui pourrait se transformer en piège mortel pour Pendergast…

La fille au 22 de Anna-Véronique El baze

31X8ytPwWjL._SX195_

Aux éditions Cherche Midi

Ce roman est un court thriller, court mais intense.

Une histoire sombre, une femme, Léa, ses difficultés à voir les belles choses de la vie. Il faut dire que son mari est loin de l’avoir rendu heureuse et qu’en plus il s’est tiré avec une autre… Son évasion à Léa, c’est les polars, elle les dévore, son père était un mafieux, alors les flingues elles les a déjà manipulé, la prison, elle ne connait pas, mais elle ne semble pas en avoir peur…

L’auteure parvient à nous plonger dans la psyché de Léa, cette envie de rien, ce non plaisir. On ne l’envie pas la vie de cette femme c’est sûr! Ce livre est comme une incursion dans la tête d’une meutrière, car c’est ce que va devenir Léa, un déclic, comme une réalité qui s’impose à elle et lui dicte où se trouve son bonheur, où atteindre la jouissance tant recherchée.

Une spirale de folie, le lecteur se demande comment une mère de famille peut basculer ainsi?

Un roman rapide et efficace avec un style d’écriture qui traduit la pensée de Léa, des phrases courtes, percutantes. et puis, une femme, enfin, la violence est souvent décrite comme le propre de l’homme, et bien non, les femmes aussi pètent les plombs et elles deviennent alors de terribles tueuses, difficiles à cerner car la femme est une femme…

Une histoire qui amène à réfléchir sur l’endroit où se trouve réellement le danger, cette femme au supermarché, cet homme qui vous regardait dans le métro, ou celui qui vous a abordé à la terrasse du café ce matin…

Bonne lecture.

 

Résumé:

Léa s’ennuie. Son existence terne ne lui apporte ni bonheur, ni désir. Mariée trop jeune, elle s’étiole dans une vie de couplemédiocre. Sa seule évasion, cette fille de mafieux la trouve dans la lecture. Un vraie boulimie. Un livre en entraîne une autre. Puis survient une rencontre. C’est le déclic qui la fait basculer. Léa se transforme physiquement et moralement. Elle commence à tuer…

 

 

Le serment du passeur de Frédéric Clémentz

51yb8HLok-L._SX195_

 

Le début de ce thriller psychologique est étonnant, déroutant, il repose sur une série de longues lettres qu’Antoine écrit à différentes personnes, on ne comprend pas tout de suite qui elles sont. Ce qui dans ces lettres est marquant c’est que l’auteur ne fait pas que nous raconter une histoires, des faits, il nous raconte des sentiments, des émotions, des ressentis, avec des mots, des phrases et un ton que l’on n’est plus habitués à lire dans ce type de romans.

Puis, comme si on ramassait les cartes pour les redistribuer, tout ce que vous pensiez avoir compris est remis en cause.

Un roman psychologiquement déroutant, c’est ce que voulait l’auteur et il y est parvenu.

On termine ce livre en se posant tout un tas de questions, car comme vous l’avez certainement déjà lu sur la toile, une fin étonnante vous attend.

Cela me fait un peu penser aux poupées gigognes, un livre dans un livre puis dans un autre livre.

Un roman à facettes, un labyrinthe qui entraîne l’esprit du lecteur à la réflexion.

 

Résumé:

Parfois, les bourreaux aussi croient faire le bien.Antoine Drévaille n’oubliera jamais. Dévasté à quinze ans par une agression d’une violence inouïe, il décide, 19 ans plus tard, d’adresser une longue lettre à son tortionnaire.Une confession hallucinante pour se désencombrer enfin de cette humiliation qui a souillé sa vie.Mais le passé ne rend pas les armes aussi facilement.Un lourd secret révélé un matin d’hiver dans les somptueuses calanques de Cassis va de nouveau bouleverser la vie d’Antoine.À partir de cette seconde vertigineuse face aux vagues hurlantes, cet homme marqué au fer rouge et soudain « ébloui de l’intérieur » va faire de sa nouvelle vie un combat sidérant contre les coups de poignard du destin :le sien et celui de ceux qu’il aime, qui sont à genoux et n’ont plus la force de se battre.Mais n’y a-t-il pas derrière le secret dévoilé dans les calanques un piège abyssal, une illusion et le début d’un nouvel enfer ?Peut-être. Ou peut-être pas.Ce qui est sûr, c’est que l’histoire d’Antoine Drévaille va loin. Très loin. Jusqu’à l’impensable.La voici.

 

T’es pas Dieu petit bonhomme… de Philippe Setbon

CVT_Tes-pas-Dieu-petit-bonhomme_9959

 

Les trois visages de la vengeance Tome 2 aux éditions du Caïman

Et voilà ce deuxième tome des trois visages de la vengeance avalé en quelques heures.

Bien que l’on reconnaisse la plume de l’auteur, le type de vengeance et l’ambiance ne sont pas du tout les mêmes.Ce deuxième visage est, je trouve, plus sombre que le premier. On y découvre le choses de l’extérieur, contrairement à « Cécile et le monsieur d’à côté ». Ici on cherche qui est le vengeur et quelles sont ses motivations. Il est a noté pour mon plus grand plaisir, qu’il semblerait que l’auteur aime les chats, ils font leur apparition lors de ces deux premières histoires…

Une lecture tout aussi fluide et addictive que la première de cette trilogie.

Philippe Setbon est décidément un auteur que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir et dont je vais dès que possible lire les six précédents romans.

J’attend biensûr avec beaucoup d’impatience de pouvoir découvrir le visage ultime de cette série.

Une façon pour ceux qui sont fâchés avec les polars de tenter une réconciliation, qui j’en suis certaine, sera une thérapie très efficace.

Résumé:

Qu’est-ce qui peut pousser un individu à immoler son prochain ? Fred, auteur en mal d’inspiration, se pose la question. Le besoin de se faire connaître ? L’obéissance aux injonctions d’un dieu quelconque ? La vengeance ? Fred se lance dans l’écriture de son roman. Mais est-ce bien d’une fiction qu’il s’agit ?

Dans son quartier, les Batignolles à Paris, celui que tout le monde appelle désormais « Le Faucheur » sème la mort sur son passage et redonne de l’inspiration à notre auteur…

Le face-à-face est inévitable. Extrait : « Le Faucheur s’allume une cigarette, en aspire une bouffée et appuie l’extrémité incandescente sur une des croix, jusqu’à percer le papier. Il éteint la flamme en l’écrasant du pouce. C’est le troisième trou identique qu’il fait sur la carte.

C’est bien, mais il y a encore du boulot. Beaucoup de boulot. Et à partir de maintenant, il devrait être prudent et ne pas se laisser prendre à son propre jeu. Il n’est pas là pour amuser les médias et terroriser les foules, son rôle n’est pas de jouer les croque-mitaines à deux balles.

Le Faucheur a un travail à accomplir. Mieux : une mission. Et il est hors de question qu’il s’en détourne. L’enfer a ouvert ses portes et tel une entité vivante, il réclame qu’on le nourrisse. Et il a très faim. »

 

 

Cécile et le monsieur d’à côté de Philippe Setbon

1540-1 (1)

Les 3 visages de la vengeance Tome 1 aux éditions du Caïman

Philippe Setbon est un homme aux multiples facettes: auteur et dessinateur de BD( Metal hurlant, Pilote), scénariste de cinéma et de télévision, il excelle également dans l’écriture.

Après avoir déjà écrit 6 romans, le voici avec cette trilogie des visages de la vengeance.

Je viens de terminer ce tome 1 et je dois vous dire sans aucune flatterie pour l’auteur, que j’ai vraiment adoré.

Un très bon polar, court, avec des personnages attachants et efficaces.

On ressent vraiment le côté expérimenté du scénariste, de celui qui sait comment captiver son public dès les premières minutes.

Je ne peux pas vous en dire trop sur l’histoire car elle est un pur bonheur à découvrir soi-même., mais je peux vous dire qu’il s’y passe toujours quelque chose…

Une touche d’humour  et d’humanité amenées par Servais Marcuse: le monsieur d’à côté, qui est un personnage surprenant, il a mené une vie très mouvementée, il semblerait que celle-ci lui manque une peu… Une cécile imparfaite mais heureuse de trouver une oreille attentive, et un Charley, extrêment drole et qui apprend vite un métier bien particulier.

Un polar Frenchie, sans pour autant tomber dans la caricature que l’on redoute souvent.

Une intrigue captivante qui me rend très curieuse de découvrir le second visage de la vengeance. 

Résumé:

Cécile, obligée de déménager suite à une déception sentimentale aurait-elle trouvé son ange-gardien en s’installant dans le quartier des Batignolles ? Toujours est-il que ses problèmes se règlent les uns après les autres, de manière pour le moins expéditive. Simple hasard ou intervention extérieure ? Quel rôle joue son voisin, Servais Marcuse, un grand-père débonnaire qui vit dans les souvenirs d’une vie aventureuse ? Aurait-il repris du service pour les beaux yeux de sa nouvelle voisine ? L’aurait-il côtoyée dans une vie antérieure ? Il faudra attendre les dernières pages de ce roman pour dénouer les fils, découvrir les secrets et les motivations de chacun des personnages de ce nouveau polar de Philippe Setbon…

 

 

Le fleuve des brumes de Valerio Varesi

41f-HlCjlgL._SX210_

 

Voici un roman bien sombre, comme le fond d’un fleuve…

Une histoire qui se déroule en Italie, sur le Pô. Des pluies qui n’en finissent plus et font sortir le fleuve de son lit, deux frères retrouvés morts dans des lieux différents mais dans des circonstances tout aussi étranges. Un passé, qui suite à l’enquête du commissaire Soneri, remonte à la surface. Des villageois qui ne collaborent pas de gaité de coeur, une odeur de vengeance plane au-dessus de tout cela et tout le monde le sait: la vengeance est un plat qui se mange froid.

Un polar qui laisse une ambiance nébuleuse, brumeuse et mystérieuse.

Un pari osé, lancé par cette jeune maison d’éditions Agullo, mais un pari réussi avec cette parution Agullo Noir.

Une ambiance qui reflète totalement un ciel chargé et pluvieux, tel que l’on peut en connaître lorsque la météo s’acharne.

Et il me faut aussi vous parler du Commissaire Soneri, un personnage troublant, un peu à part, qui mène une étrange relation avec son avocate de compagne… Quelques coquineries se cacheraient elles derrière toute cette noirceur?

Une moiteur qui absorbe le lecteur au gré des caprices du fleuve.

Une écriture intelligente qui ne laisse pas de place au hasard, elle donne le ton, elle donnent les mots d’ordre.

A ne pas râter…

Résumé:

« Ses recherches le conduisaient toutes vers le Pô, sur cette terre plate où l’on ne voyait jamais le ciel. Et lui ne croyait pas aux coïncidences. »
Dans une vallée brumeuse du nord de l’Italie, la pluie tombe sans relâche, gonflant le Pô qui menace de sortir de son lit.
Alors que les habitants surveillent avec inquiétude la montée des eaux, une énorme barge libérée de ses amarres dérive vers l’aval avant de disparaître dans le brouillard.
Quand elle s’échoue des heures plus tard, Tonna, son pilote aguerri, est introuvable.
Au même moment, le commissaire Soneri est appelé à l’hôpital de Parme pour enquêter sur l’apparent suicide d’un homme.
Lorsqu’il découvre qu’il s’agit du frère du batelier disparu, et que tous deux ont servi ensemble dans la milice fasciste cinquante ans plus tôt, le détective est convaincu qu’il y a un lien entre leur passé trouble et les événements présents.
Mais Soneri se heurte au silence de ceux qui gagnent leur vie le long du fleuve et n’ont pas enterré les vieilles rancœurs.
Les combats féroces entre chemises brunes et partisans à la fin de la guerre ont déchaîné des haines que le temps ne semble pas avoir apaisées, et tandis que les eaux baissent, la rivière commence à révéler ses secrets : de sombres histoires de brutalité, d’amères rivalités et de vengeance vieilles d’un demi-siècle…

 

 

 

Pour l’éternité de Peter James

 

 

CVT_Pour-lternite_8403

Parution: le 12 mai 2016

Je préfère vous prévenir, un grand malade se balade à l’intérieur de ce livre.

C’est ma seconde lecture de l’auteur, dont j’ai lu « Des enfants trop parfaits ».

Du suspense tout au long du livre, le contrat est donc rempli. 

Une jeune femme, Red, cherche desesperement  le grand amour, mais l’homme parfait ne se trouve pas à tous les coins de rue, ni le plus grand des psychopathes d’ailleurs. Pourtant, le psychopathe, incendiaire, elle l’a trouvé et bien trouvé, il ne la lâche plus.

Des policiers aux personnalités et aux vies intéressantes, qui étoffent cette histoire. Nous découvrons aussi le point de vue de l’assassin, ce qui permet de rentrer dans sa folie sans pour autant savoir où et quand il va frapper, ni les coups tordus qu’il prépare.

Le seul reproche que je me permettrai de faire est le manque de consistance de Red, elle réagit assez froidement à tout ce qui lui arrive. Un peu de profondeur supplémentaire à  ce personnage n’aurait pu rendre l’histoire qu’encore plus accrocheuse.

Dans l’ensemble, une très bonne lecture. A lire sans aucun  hésitation.

 

Résumé:

« Jeune femme célibataire, 29 ans, rousse incendiaire, vie sentimentale réduite en cendres. Cherche partenaire pour rallumer sa flamme. »
Grâce à cette annonce en ligne, Red Westwood rencontre Bryce Laurent, un homme séduisant, riche, qui la comble de cadeaux. Un vrai coup de foudre.
Pourtant, le bonheur ne dure pas. Terrifiée par sa jalousie, ses mensonges et sa violence, elle l’expulse de son appartement et de sa vie. Mais le cauchemar de Red ne fait que commencer. Elle se sent observée et des incendies à travers la ville la manquent de peu. Lorsque son nouvel amant est retrouvé mort, Red commence à douter. L’inspecteur Roy Grace ne croit pas à la thèse du suicide, et elle non plus.
De toute évidence, Bryce Laurent n’en a pas fini avec elle.