L’arlequin de Sandrine Destombes

 

41wyhcoCBAL._SX210_

 

Second roman de l’auteure et je suis toujours aussi emballée par sa plume. Je suis une adepte des Thilliez, Chattam et des « grands » du monde du thriller et du livre policier, et je dois dire que Sandrine Destombes tire vraiment son épingle du jeu.

Son personnage principale, Max est une femme flic, à qui la vie n’a rien épargné et pourtant elle reste forte et regarde de l’avant. Elle voue à son métier une vraie passion , ce qui lui permet souvent de garder la tête hors de l’eau et qui paradoxalement ne lui fait pas du bien.

Max mène ici une enquête difficile qui va se révéler être un retour dans le passé, en quelque sorte. Mais je ne vous en dis pas trop, car il vous faut découvrir dans quel univers Sandrine Destombes emmène son public.

Je vous conseille, pour bien comprendre les personnages et leurs histoires, de lire tout d’abord  » La faiseuse d’anges », dont je vous parle ici:

https://livresque78.wordpress.com/2016/04/02/la-faiseuse-danges-de-sandrine-destombes/

 

4ème de couverture:

Brillante commissaire de police, Maxime Tellier enquête sur des morts suspectes dans un même immeuble, quand la DSC, l’équipe de profilers de la gendarmerie, la sollicite pour un cas bien particulier. Plusieurs jeunes femmes ont été assassinées dans des mises en scène soignées. Signe distinctif du tueur : il a pris soin de découper sur chaque cadavre un morceau de peau. Une signature qui rappelle à Maxime sa première affaire : s’est-elle trompée de coupable ? A-t-elle affaire à un imitateur ou le tueur a-t-il décidé de jouer avec ses nerfs ?

 

 

 

 

 

Publicités

De si jolis mensonges de Léa Laurent

 

couv-jolis-mensonges City Editions

 

Seconde lecture que vous pourrez lire sur la plage cet été. 

Lizzy, comme le feraient toutes les célibataires de 29 ans sans emploi fixe, décide que tout cela va changer.

Elle va avoir recours des « petits mensonges » qui vont en entraîner d’autres.

Le personnage de lizzy va prendre l’intérêt au fil de l’histoire, elle ne veut de mal personne, juste être heureuse et avoir du fric pour faire du shopping.

Un histoire d’amour va pointer le bout de son nez et mettre du piquant dans tout cela.

On sent quelque part le vécu de l’auteure, fan de shopping, entre autres, ce qui va donner naissance à des scènes très drôles et une véracité aux personnages que l’on croise tout au long de l’histoire.

Un roman qui m’a au final agréablement surprise, je n’en attendais pas grand-chose et j’ai passé un très bon moment sans prise de tête. Avec ce manque de soleil dans le ma région en tout cas, c’est tout à fait ce qu’il me fallait.

 

4ème de couverture:

Un brin délurée et paresseuse, sans un sou en poche et totalement accro du shopping. Voilà Lizzy Sullivan, 29 ans, une jeune femme incapable de garder un emploi et encore moins une relation amoureuse. Mais Lizzy en assez d’attendre que le bonheur lui tombe dessus. Elle décide donc de passer à l’action. Et réussit à se faire embaucher comme styliste pour une grande marque de chaussures en s’inventant un CV et des compétences qu’elle est très loin d’avoir. Après tout, un mensonge n’a jamais fait de mal à personne… A condition de ne pas confier ses secrets à n’importe qui, surtout pas à un collègue un peu trop séduisant. Des petits mensonges certes, mais de grands désastres en perspective…

Une comédie romantique pétillante et drôle avec une délicieusefrench touch !

 

 

Les michetonneuses de Rose Emilien

41pV7W4oLBL._SX195_ Editions Don Quichotte

Vous voulez du superficiel? De l’égoïsme à gogo? Vous en aurez avec les débuts de ce roman, mais attention, tout cela n’est qu’apparence.

Nos quatre accrocs au shopping vont nous surprendre, car au fond d’elles mêmes, elles sont différentes de ce qu’il paraît.

Un roman qui m’a mis un coup de pied aux fesses, car du haut de mes 39 ans, le vocabulaire m’a quelque peu déstabilisé.

Un moment de lecture léger où on rit de ces situations hors du commun, comparées à ma propre vie en tout cas. Tous les ingrédients qui en font un roman drôle dont les personnages nous irritent ou nous émeuvent tour à tour.

Avec les vacances qui arrivent voici une lecture parfaite pour le farniente sur la plage, une lecture vraiment faite pour le détente, qui en séduira certainement plus d’une.

4ème de couverture:

Heaven Alighieri est trop belle pour être pauvre. Un principe comme un autre auquel croit dur comme fer cette jeune michetonneuse. Pour subvenir à ses besoins, elle écume les soirées branchées de la capitale avec ses inséparables copines : Anissa la pulpeuse, Stéphanie la blonde fashion addict, et Maya l’intello qui carbure à la poudre. Armées de leur plastique de rêve et d’un culot à toute épreuve, prêtes à toutes les folies pour un sac Chanel, une paire de Louboutin ou une robe Azzeddine Alaîa, nos quatre bombes sexuelles rivalisent d’ingéniosité pour épingler le gros poisson : champions de foot, artistes, hommes d’affaires … tout mâle est bon à prendre pourvu qu’il ait une carte Infinite Black, meilleur aphrodisiaque pour ces courtisanes des temps modernes. Insouciante mais bien déterminée à se faire une place au soleil, Heaven ne lésine pas sur les stratagèmes pour accrocher ses conquêtes. Mi-Nana, mi-Zahia, son existence est rythmée par des déjeuners avec des hommes mariés, des séances de sport pour garder la ligne et des virées shopping rue Saint-Honoré. Mais le jour où Heavy décide de séduire N. , le rappeur à la mode, sa vie de champagne et de stilletos sur fond de rap-dancehall prend un nouveau tour