Images fantômes de Elizabeth Hand

 

CVT_Images-fantomes_9443

Parution Août 2016

Voici un roman atypique comme aime en publier Super8 et ils ont bien raison, car la découverte et la surprise font parties des plaisirs de la lecture.

Cassandra Neary n’est pas un modèle de droiture , elle picole, elle aime ce qui est glauque et morbide, en bref, une femme bien étrange.

Après avoir connu une petite gloire en tant que photographe, elle papillonne d’un job à l’autre sans grand succès. Vous avez compris qu’elle n’est pas une héroïne telle que l’on peut en admirer dans certains romans…Si vous aimez le domaine de la photo, vous y trouverez des références à cette passion, explications que fournit l’auteure à travers son personnage.

Quelques scènes de l’histoire semblent incomplètes ou attendent une future explication, ce qui fait que le lecteur se sent comme dans un état second, un trip de shooté. 

ce roman, premier d’une trilogie est assez étrange, mais c’est sûrement cela qui le rend addictif et qui donne envie de comprendre exactement où veut en venir l’auteure. Elizabeth Hand est connue pour avoir écrit entre autres L’armée des 12 singes ou encore L’ensorceleuse, des romans SF ou Fantasy, ce que vous ne retrouverez pas automatiquement avec et  Images Fantômes.

Un livre surprenant auquel je ne m’attendais pas en tournant la première page. Mais comme j’aime être surprise dans le domaine littéraire en autre, j’ai été servie.

Bonne lecture.

4ème de couverture:

Photographe punk expérimentale, adepte made in NYC des ambiances morbides et de la déglingue radicale, Cass Neary a connu son quart d’heure de gloire warholien. Ce qui n’était pas prévu, c’est qu’elle y survive. Vingt ans plus tard, c’est une quadragénaire has been ayant gardé de sa folle jeunesse, outre un penchant prononcé pour les paradis artificiels, une profonde et incurable nostalgie.

Aussi, quand son vieil ami Phil lui propose d’aller interviewer Aphrodite Kamestos, artiste culte des années 1960 vivant désormais recluse sur une petite île perdue au large du Maine, Cass n’hésite pas très longtemps ; d’autant que Kamestos, dont l’œuvre a inspiré son propre travail, a apparemment demandé à la voir personnellement. Mais le Maine en novembre est un monde en soi : grise, glacée, peuplée de figures inquiétantes, la région baigne dans une atmosphère quasi onirique, et l’esprit embrumé de la visiteuse n’arrange rien à l’affaire.

Avant de s’embarquer pour Paswegas Island, Cass apprend que des disparitions ont été signalées dans le secteur. L’accueil glacial que lui réserve Aphrodite, et l’étrange comportement du fils de cette dernière, ne font rien pour dissiper ses angoisses. Et si l’expression « artiste maudite » était à prendre au sens littéral ? Cass est-elle prête à affronter ses propres démons ?

 

Publicités

9 réflexions sur “Images fantômes de Elizabeth Hand

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s