Nous rêvions juste de liberté de Henri Loevenbruck

9782290119075_1_75

 

Enfin! J’ai enfin lu ce roman dont j’entend parler depuis des mois. Il m’a été conseillé à de multiples reprises, mais je me méfie souvent des livres dont tout le monde parle, car je suis très souvent déçue, peut-être que j’en attend trop.

Ce n’est nullement le cas ici, un véritable roman sur l’amitié, la véritable et durable amitié, la confiance absolue, la fraternité.

Une véritable gifle littéraire, un coup de poing en pleine face!

J’ai voyagé avec Bohême sur sa moto, je l’ai suivi dans toutes ses aventures, ses réussites, ses échecs. J’ai compris ses actes, ses pensées, je l’ai aimé, lui et ses compagnons de galère, j’ai vécu à leur rythme tout au long de ma lecture.

L’auteur parvient à nous faire vivre une vie qui n’est pas la nôtre, Hugo alias Bohême nous raconte comment cette histoire entre quelques amis a débuté, on oscille entre joie et tristesse, on vibre au fil des kilomètres parcourus, on réfléchit au sens de la vie et à l’égalité ou plutôt à l’inégalité des chances. Hugo mène une quête, celle du bonheur, celle de la liberté.

Un superbe roman, les mots me manquent pour décrire les sentiments qu’il a remué en moi, une lecture à faire absolument, impossible de passer à côté, ce serait un péché littéraire!

4ème de couverture:

Hugo, dit Bohem, et ses amis fuient la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Au fil des années, leurs idéaux de fraternité et de liberté perdent de leur force.

 

 

 

 

 

 

Le petit musée de la Vème république de Devo

 

9782917559376_1_75

Date de parution : 06/04/2017

 

Je vais vous parler politique, mais pas dans le sens où vous l’entendez, car je sais que l’on vous rabat les oreilles depuis des semaines.

Moi, je suis là pour vous faire découvrir ce petit recueil humoristique de Devo, il caricature avec beaucoup de finesse les hommes et femmes politique de la Vème république. le style est simple, mais efficace.

Tous y passent avec beaucoup de gentillesse et d’humour, de Arlette Laguillé à François Baroin, de Harlem Désir à Jean-Luc Mélenchon.

Tout cela est très bon enfant, et amène justement une petite touche bien sympathique dans cette campagne Présidentielle épuisante et omniprésente…

Donc, ici pas besoin d’être un féru politologue, juste quelques rappels des personnalités politiques qui nous ont vu grandir, quelque soit notre âge. Un peu d’humour, dans une période difficile.

 

 

L’énigme Gerstein de Alain Le Ninèze

CVT_Lenigme-Gerstein_6982

 

Voici une livre pour lequel l’auteur, Alain Le Ninèze a effectué de nombreuses recherches, car le cas Gerstein est comme le nom du roman l’indique une véritable énigme, un mystère.

Que penser de ce catholique allemand qui pour venger et dénoncer l’assassinat de sa belle-soeur, internée à la clinique de Hadamar, infiltre la Waffen-SS? Ce livre va bien-sûr vous permettre de vous faire une opinion, mais malgré tout, le doute subsiste et reste présent.

En infiltrant ceux qu’ils souhaitent dénoncer aux yeux du monde, Gerstein va se retrouver mêler aux horreurs perpétrées.

Alain Le Ninèze, nous donne les faits, ils utilisent tous les documents disponibles afin de donner aux lecteurs la possibilité de se faire un avis, car la justice elle-même n’a pas pu statuer sur le cas de cet homme. Ce qui explique qu’il reste aux yeux du monde une énigme.

Gerstein s’est tout de même retrouvé à fournir le Zyklon B, qui a servi à tuer des milliers d’innocents. Donc il appartient au lecteur de se poser les questions que soulèvent cette lecture. Aurait-il pu faire davantage afin d’éviter ce massacre? A t-il été jusqu’au bout de ses possibilités? Aurait-il été entendu quelles que soient les méthodes qu’il aurait utilisées.

Je vous invite donc à vous faire votre propre opinion.

Toxique de Niko Tackian

9782702160916_1_75

 

Heureuse et ravie, car j’ai gagné ce livre sur le site Lecteur.com. Il était dans ma liste de souhaits depuis sa sortie. Alors comblée de joie par ce gain inattendu, je m’attaque à ce livre comme une morte de faim.

Pas déçue la dame, car j’ai eu sur quelques détails l’impression de trouver du Franck Thilliez dans ce roman, surtout par son personnage central Tomar Khan, qui m’a rappelé le grand et fort Sharko. En effet, Tomar Khan est lui aussi un être torturé par son passé, à qui il arrive de franchir la ligne, il oscille entre le bien et le mal en permanence.

Donc un premier point positif pour ce premier roman de l’auteur, ensuite vient le contexte de l’enquête.  Une intrigue originale, puisqu’elle débute dans une école maternelle, c’est osé de la part de l’auteur, mais rassurez-vous les enfants vont bien. Et le groupe de la section 3, chargé d’enquêter ne va pas se laisser endormir par les apparences.

L’enquête se déroule quelques mois après les terribles attentats qui ont frappé Paris en 2015, le contexte est donc tendu et le groupe de la section 3, chargé d’enquêter sur cette affaire de meurtre d’une directrice d’école, ne va pas se laisser endormir par les apparences.

Je pourrai juste, si je voulais pinailler, me plaindre du fait que ce roman est trop court, Niko Tackian aurait pu approfondir l’histoire des personnages principaux, Tomar et Rhonda, mais peut-être aurons nous la chance de les découvrir plus en détails dans une autre aventure? En tout cas je l’espère, car ce premier roman de l’auteur, m’a mis l’eau à la bouche et son univers m’a véritablement intrigué. J’aime ces flics en souffrance, qui ne sont pas lisses et parfaits, de plus le contexte familial et les origines de Tomar lui donnent un charme non négligeable.

Donc vous l’aurez compris, très emballée par cette lecture, et bien-sûr je vous la conseille.

4ème de couverture:

Certains aiment entrer dans votre vie, certains aiment exercer leur pouvoir sur vous, Certains aiment vous séduire pour vous détruire. Ce sont les personnalités toxiques. Janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau. Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crime envoie le commandant Tomar Khan, chef de groupe de la section 3, surnommé le Pitbull et connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes.
A première vue, l’affaire est simple, « sera bouclée en 24 h », a dit un des premiers enquêteurs, mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il y paraît. Et il comprend tout de suite que la pure violence de ce meurtre est un faux-semblant. Tandis qu’il enquête avec son équipe de la Crime, sa vie prend un tour très sombre.
D’abord, il apprend qu’on a retrouvé dans le bois de Boulogne le cadavre d’un violeur récidiviste qu’il connaît bien. La dernière fois qu’il l’a vu, dans ce même bois, le Bob en question était salement amoché par la correction qu’il venait de lui donner, mais vivant. Tomar va devoir veiller à ce que personne ne remonte jusqu’à lui. Et puis, le même jour, ce qu’il redoute depuis près de vingt ans se produit : l’homme qu’il paye chaque année pour se tenir éloigné de sa mère et de son frère ressurgit, avec un chantage imparable.
Un début d’année douloureux, donc, pour Tomar entre batailles intérieures et conflits ouverts.

 

 

La plage de la mariée de Clarisse Sabard

51OJQuUGF-L._SX195_

Je découvre Clarisse Sabard avec ce roman, elle a pourtant obtenu le prix du livre romantique 2016 avec Les lettres de Rose. Ce deuxième roman m’a donc permis de découvrir sa plume, certes romantique, mais pas seulement…

L’auteure nous parle ici de Zoé, une trentenaire, que la vie vient d’écorcher un grand coup. Mais Zoé est une battante, elle va entamer une quête qui va la mener à quitter sa ville actuelle, Nice et sa vie pour la Bretagne, où elle se rend afin de mener à bien la promesse faite à sa mère avant le décès de celle-ci.

J’ai trouvé dans ce roman, ce, bien-sûr à quoi je m’attendais: de l’amour, de l’amitié, mais aussi et à mon grand étonnement, un vrai hymne à la Bretagne, à ses paysages, à ses bons petits plats. C’est au final en plus d’être une histoire d’amour filiale et conjugale, une véritable ode épicurienne.

Clarisse Sabard, ne nous décrit pas un personnage parfait en la personne de Zoé, elle gaffe, est un peu mêle tout, mais tellement attachante. En toile de fond, une belle histoire d’amour fort dont le dénouement est attendu tout au long de cette lecture, qui a été une véritable bouffée d’air pur. Il me prend en refermant ce livre, comme une envie de prendre la route vers la Bretagne, dommage que je doive travailler demain…

Bonne lecture à tous.

4ème de couverture:

Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. L’hôpital l’appelle, ses parents viennent d’avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Celle-ci va révéler à Zoé qu’elle lui a menti depuis toujours : l’homme qui l’a élevée n’est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ». Zoé va rester quatre mois dans le déni, puis finit par craquer et se décide à partir à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé à l’américaine, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toutes ces années. L’arrivée d’un beau touriste pas comme les autres, Nicolas, va la perturber au plus haut point.

 

 

Tout ce qu’ils méritent de Patricia Rappeneau

51f12ZTARCL._SX195_

 

Je vais vous parler d’un thriller d’un autre temps, en effet l’auteure Patricia Rappeneau, que je lis pour la première fois, m’a totalement déstabilisé en proposant un roman de type thriller qui se déroule à une époque où la France semble s’être arrêtée. La séparation de l’église et de l’Etat est consommée, pourtant dans les campagnes, les choses peinant à changer.

Si vous ouvrez ce roman vous découvrirez Rose Caleu, bonne du curé, ce qui prête de nos jours à sourire, détrompez-vous car Rose qui a subit les violences sexuelles que toutes jeunes filles pauvres vivaient, a compris que ses charmes pouvaient lui sévir tout autrement. Elle entend bien se venger de tous ces monstres lubriques.

A coté de cela nous découvrons un gendarme, qui  est en fait une femme travestie, André Colinot, ses talents d’enquêteurs ne sont plus à démontrer, mais ses mensonges concernant ce qu’il est, vont lui poser quelques soucis durant cette enquête.

Vous l’aurez compris Patricia Rappeneau nous offre un thriller que l’on peut qualifier de rural et on ne peut plus original. Cette lecture vous met sur les montagnes russes des sentiments et des sensations, un coup amusé et étonné, celui d’après en colère et effrayé par la lubricité et les souffrances imposées.

Un roman très étonnant qui vaut le détour, car il vous amène là où vous êtes rarement allés.

4ème de couverture:

Fin 1908 : Rose Caleu, jeune femme à la beauté sculpturale, bonne du curé le jour, devient aux heures sombres une prédatrice redoutable et une tueuse psychopathe implacable et insoupçonnée. Violentée dès son plus jeune âge, victime d’inceste et d’abus sexuels, la jeune gourgandine use et abuse de ses charmes pour torturer à plaisir et tuer à foison les amateurs de chair fraîche et de lubricité. Nouvelle recrue de la Maréchaussée, le gendarme André Colinot est chargé de l’enquête. Inflexible, intègre, fin limier, observateur hors pair, mais surtout femme travestie en homme, le gendarme se trouve confronté à ses pulsions en la personne de Léon Dubreuil, cafetier robuste et fort en gueule, dont l’intelligence rivalise avec ses attributs masculins… Ensemble, ils vont déjouer de nombreux pièges et recueillir les indices nécessaires pour mener l’enquête à son terme et démasquer la coupable

 

 

Mala Vida de Marc Fernandez

9782253191162_1_75

Petit roman que j’ai beaucoup apprécié, il nous narre une histoire très noire mais qui nous amène à voir l’Espagne d’un autre œil. En effet, nous ne connaissons l’Espagne que par son côté touristique, ses équipes de foot, mais il semble que ce soit bien autrement.

En pleine sortie de période électorale, la droite dure passe au pouvoir après 10 ans de socialisme. Des meurtres de personnalités politiques, religieuses sont commis de façon sèche et brutale. Diego, un journalisme qui ne rentre pas dans le rang que le pouvoir impose aux médias, mène l’enquête sur ces meurtres ainsi qu’en parallèle sur des accusations de vols de bébés commis par les autorités depuis de nombreuses années.

Très agréable lecture, je me suis sentie immergée du début à la fin, je vivais parmi ces gens, parmi cette corruption et ces non-dits.

Résumé:

De nos jours en Espagne. La droite dure vient de remporter les élections après douze ans de pouvoir socialiste. Une majorité absolue pour les nostalgiques de Franco, dans un pays à la mémoire courte. Au milieu de ce renversement, une série de meurtre est perpétrée, de Madrid à Barcelone en passant par Valence. Les victimes : un homme politique, un notaire, un médecin, un banquier et une religieuse. Rien se semble apparemment relier ces crimes … Sur fond de crise économique, mais aussi de retour à un certain ordre moral, un journaliste radio spécialisé en affaires criminelles, Diego Martin, tente de garder la tête hors de l’eau malgré la purge médiatique. Lorsqu’il s’intéresse au premier meurtre, il ne se doute pas que son enquête va le mener bien plus loins qu’un simple fait divers, au plus près d’un scandale national qui perdure depuis des années, celui dit des « bébés volés » de la dictature franquiste.Quand un spécialiste du polar mêle petite et grande histoire sur fond de vendetta, le résultat détonne et secoue. Marc Fernandez signe ici un récit sombre et haletant qui nous dévoile les secrets les plus honteux de l’ère Franco, dont les stigmates sont encore visibles aujourd’hui. Un premier roman noir qui se lit comme un règlement de comptes avec la côté le plus obscur de l’Espagne

 

Les cinq éléments- La tablette d’émeraude de Dan Jolley

CVT_Les-Cinq-Elements-tome-1--La-tablette-demeraude_6160

Voici un roman jeunesse d’aventure qui me ramène et me rappelle mon enfance et mes premiers romans d’aventure bibliothèque verte. Les thèmes principaux sont une incroyable amitié qui lie les jeunes aventuriers en herbe. Une amitié qui est mise à mal par un déménagement, celui de Gabe, nos cinq copains décident donc de vivre intensément le peu de temps qu’il leur reste à passer ensemble, ils veulent de l’action et ils vont être servis.

Un roman jeunesse qui comblera les fans de magie et de mystère, nos jeunes héros sont courageux et intrépides. Ils n’hésitent pas à braver les interdits afin d’assouvir leur curiosité, mais attention ils pensent comme tous les jeunes de leur âge, qu’ils maîtrisent la situation, mais est-ce vraiment le cas?

Ils risquent d’être surpris.

4ème de couverture:

Une nouvelle série dont l’’écriture rythmée va envoûter les jeunes lecteurs.
Une histoire haletante, un récit addictif entre magie, aventure, action et développement de relations fortes dans un groupe de jeunes héros attachants.

Cinq éléments comme les cinq héros de cette série addictive
Le feu, c’’est l’’instinct et la colère.
L’’air, c’’est l’’esprit allié au coeur.
L’’eau, c’’est la célérité et la ruse.
La terre, c’’est la lenteur et la stabilité.
Il existe un cinquième élément : la Magie – et la Magie, c’’est le destin, aussi sombre soit-il.

masse_critique…

 

 

 

Carnet secret de Lakshmi de Ari Gauthier

 

51b130ppqXL._SX195_

Ce roman est pour le moins atypique, l’auteur nous expose la pensée de Lakshmi, une éléphante comme toutes celles que l’on trouve devant les temples d’Inde du Sud.

Elle bénit les touristes, pose en photos avec eux, puisque je vous le rappelle l’Inde vénère un Dieu à tête d’éléphant. Ari Gauthier nous fait donc entrer dans les pensées de Lakshmi, elle s’interroge, réfléchit au sens de sa vie, à la raison de sa présence devant ce temple, mais aussi à l’homme, à ses attitudes envers elle, mais aussi à ses congénères.

Vous rencontrerez aussi, en lisant ce livre, Tripod un chien errant, un chien des rues pseudo Gourou mais aussi d’autres personnages qui participent tous au charme de cette histoire.

Des traditions et anecdotes sur Pondichéry, Lakshmi en a à raconter. Sa personnalité est tendre et touchante, elle nous remet en mémoire que les animaux, même sans avoir la parole ont une âme, des émotions et Ari Gauthier donne avec beaucoup de talent et de justesse, voix à celles de cette éléphante.

Merci pour ce beau voyage et cette histoire dépaysante .

4ème de couverture:

Carnet secret de Lakshmi est l’histoire de Lakshmi, qui refuse la fatalité de la vie à laquelle elle a été destinée. En arrivant à Pondichéry, dans cette petite ville paisible qui dort bercée par les vagues du golf de Bengale, sa rencontre avec Tripod Dog Baba et Alphonse va changer le cours de sa vie.