Le bois des louves de Dominique-Marie Rousseau – Editions Paulo-Ramand

20179665_10155844790319341_1169348574_n

 

 

Voici une court roman, par sa taille mais pas par son intensité.

Une histoire où plane le mystère. Un conte? Une légende?

130 pages dévorées en quelques heures, car tout y est…

Une période de l’histoire propice aux croyances, à la magie, aux mythes et légendes. Le quatrième de couverture laisse planer le mystère, j’en ferai donc autant.

Une superbe couverture et une histoire qui l’est tout autant, un château, des passages secrets, une forêt sombre et qui regorge de secrets.

Si vous aimez l’univers romanesque, les histoires de vengeance et surtout le monde à part et incroyable des loups, ce livres est fait pour vous.

4ème de couverture:

Décembre en l’’an de grâce 1500. Il fait très froid ce matin là
malgré le soleil qui se lève sur la contrée. Des brumes matinales
forment des langues vaporeuses au dessus de la clairière.
De ça, de là, des monticules de neige apparaissent faisant penser
que l’’hiver est toujours présent. Un arc en ciel s’est formé
de part et d’’autre de la vallée encore endormie donnant des
couleurs irisées au paysage. Tout le monde y vit en harmonie.
Non loin de là se trouve un bois qui, paraît-il, empêche quiconque
d’y pénétrer. Sinistre et envoûtant, composé de chênes
et de hêtres, il donne l’’impression de n’’être qu’’une immense
masse sombre et noire. En ce matin d’’hiver, il est plus angoissant
que jamais. Son peuple se terre dans les sous-bois. Tout
au milieu du bois se trouve une clairière, repère des louves.
Huit noires et une blanche. Elle est la chef de la meute. Tout
ce monde se respecte mais cependant, à certaines heures de la
nuit, la louve blanche quitte le bois.
Le bois des louves
L’’auteur : Dominique Rousseau est née un matin de début d’’été en Seine
et Marne. Dès sa plus petite enfance, elle a été passionnée par la lecture et
la musique. C’’est donc tout naturellement que, plus tard, elle s’’est mise à
l’’écriture. Elle a commencé par des poèmes, puis, petit à petit, l’’envie d’’écrire
devenant plus importante à ses yeux, elle a débuté par quelques lignes par
ci-par là. Jusqu’’au jour où, après une visite dans un parc animalier dans les
Charentes, le déclic s’’est imposé et l’’envie d’’écrire un roman est né. Son
imagination fertile lui a été très précieuse. Par ailleurs, passionnée également
de musique sacrée depuis de nombreuses années elle a intégré le Choeur
Européen de Vaison la Romaine en septembre 2001 où elle chante dans le
pupitre des sopranes.

 

Publicités

Le baptême des ténèbres de Ghislain Gilberti

sm_CVT_BAPTEME-DES-TENEBRES_7621Ghislain Gilberti
ISBN : 2843377412
Éditeur : Anne Carrière (02/10/2014)

 

Premier roman que je lis de l’auteur. Je les ai tous acquis en même temps, mais mon dévolu s’est d’abord porté sur celui-ci, grand bien m’en fasse.

Je m’attendais biensûr à de la noirceur, c’est évident, mais je dois dire que j’ai été plus que servi.

Ghislain Gilberti n’y va pas avec le dos de la cuillère.

L’auteur nous plonge dans un bain de sang et d’horreur, mais attention, tout cela avec un talent qui même si il vous fait détester ce monstre qu’est le tueur sanguinaire qu’il nous dépeint, il vous donne cette incroyable envie d’en savoir plus et de plonger en enfer.

Un page-turner d’une implacable efficacité qui emmène son lecteur au fin fond du gouffre, tout cela par paliers, alors que vous pensez avoir atteint le maximum de l’angoisse, vous découvrez de nouvelles strates dans cette grotte obscure qu’est l’esprit du tueur.

Un thriller terrifiant et sans aucune pitié, qui fait de sacrés dégâts sur son passage.

 

 

Cécile Sanchez, commissaire de police spécialisée en criminologie, en analyse comportementale et en interprétation du langage non verbal, dirige une section d’élite de l’OCRVP, l’Office central pour la répression des violences aux personnes.
Elle traque les criminels les plus dangereux et déviants de l’Hexagone.
Entourée par un médecin-légiste aussi compétent qu’excentrique, un groupe méticuleux de la police scientifique et une section d’assaut structurée en meute, Sanchez devra cette fois percer les arcanes d’un tueur au psychisme atypique. Celui qui est rapidement surnommé «le Ramoneur» au sein des services de police, à cause de son penchant pour pénétrer ses victimes à la lame, signe ses actes en dessinant sur les visages des suppliciées un masque mortuaire à l’esthétique sanglante.
Alors que les enquêteurs luttent pour travailler à couvert, en retardant au maximum la fièvre médiatique, le tueur va accélérer la cadence et modifier son mode opératoire jusqu’à atteindre un niveau de barbarie insoutenable.
Au fil des investigations, la commissaire va plonger au cœur d’un dossier ténébreux. Heureusement, un spécialiste des profondeurs va la rejoindre en chemin et jouer le rôle d’un Virgile des temps modernes.

 

Ajouter une citation

Ajouter une critique
étiquettes
Ajouter des étiquettes
fiction   suspense   roman noir   thriller   cauchemars   esthétique   violence   analyse   police   tueurs   drogue   sociopathe   tenebres   imaginaire   psychopathe   crime   meurtre   tueur en série   romans policiers et polars   littérature française
Critiques, Analyses & Avis (26) Voir plus
Ajouter une critique

cannibalector08 février 2016
★★★★★
★★★★★
★★★★★

De jeunes femmes, au physique similaire, sont retrouvées mutilées et sauvagement torturées. Au fil des crimes, les meurtres sont de plus en plus atroces.
La commissaire Sanchez, criminologue, psychologue et responsable d’un groupe dédié aux meurtres à caractère sériel va trés vite cerner la psychopathologie du tueur, l’identifier et le localiser rapidement ( au quart du livre).
Mais le psychopathe va s’enfoncer au fin fond des tenebres et notre commissaire devra donc le poursuivre en enfer.
Nous suivons, pas à pas, l’enquête policière qui avance grâce à la synergie des diffèrentes forces de police et aux connaissances psychologiques du commissaire.
Le rythme est dense, le style est trés resserrée, et la tension na faiblit pas jusqu’au final éblouissant.
Coté noirceur, le lecteur est servi, peut être même un peu trop: quelques horreurs auraient pu nous être épargnées sans que cela nuise à l’intrigue.
De plus, la commissaire est une « super woman »: toutes ses déductions psychologiques sont justes, elle ne se trompe jamais: un peu trop robotisée à mon goût.
Mais ce polar est toutefois d’un trés haut niveau: trés documenté, cohérent, haletant jusqu’à la dernière
page.
Réservé à un public averti
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie
46
0

 

belette291127 octobre 2014
★★★★★
★★★★★
★★★★★

Robert Larousse me le confirme, « Baptême : plonger dans un liquide ». Lors de votre baptême, on vous a plongé la tête dans l’eau, si vous êtes étudiant, ce sera dans la bière pour le bizutage en règle.
Ici, pour votre baptême, vous plongerez dans le sang et la tête la première dans des ténèbres épaisses, profondes et sinistres.
Ténèbres au sens figuré puisque vous aurez un aperçu de l’âme tourmentée d’un serial killer particulièrement réussi et au sens propre, étant donné que les souterrains de la ville et la faune qui y grouille n’auront plus aucun secret pour vous.
La plume de l’auteur est magique puisque, malgré une narration au présent que je déteste, j’ai mis du temps à m’en rendre compte, tant le style de son écriture, acéré comme un scalpel, m’avait agrippé dès le départ.
Il est comme ça le monsieur, il couche des mots sur le papier et comme il y met toute son âme, toutes ses tripes, toutes ses connaissances de certains milieux, et bien, ça vous accroche, ça vous scotche et ça ne vous lâche plus.
Bon sang, on se croirait dans un récit « vrai » et pas une « fiction », comme si on lisait les mémoires d’une commissaire de la section d’élite de l’OCRVP.
On plonge fort bas dans les ténèbres, on les explore, on tremble, on sue et on serre les fesses.
Son premier roman m’avait emporté dans une maelstrom d’émotions, le second aussi. D’un genre différent puisque pas d’alternance de personnages dans les chapitres, mais il m’a permis de mieux faire connaissance avec un de ses personnages, Cécile Sanchez, la commissaire de police spécialisée en criminologie, en analyse comportementale et en interprétation du langage non verbal, dirigeante de la section d’élite de l’OCRVP.
Pourtant, j’avoue avoir eu un peu peur quand, peu après la page 100, la commissaire nous annonçait déjà le nom du criminel… Là, je me suis demandée comment on allait pouvoir meubler les 300 pages restantes.
Franchement, l’auteur aura le droit de me taper sur l’épaule et de me dire, en me faisant des gros yeux (si je le croise un jour) : « Tu n’as pas honte d’avoir mis en doute mon talent, femme de peu de foi ? ». Oui, « shame on me » d’avoir eu cette idée qui m’a traversé l’esprit.
Non seulement l’auteur nous tient en haleine tout en nous donnant le nom du coupable, mais en plus, il nous entraine à sa poursuite à tel point que les pages défilent sans que l’on s’en rende compte. Pour les 90 dernières, c’est de l’adrénaline pure.
La tension est toujours présente, le suspense aussi, sans en ajouter et sans abuser des codes du thriller. Gilberti joue avec nos nerfs et notre claustrophobie (si vous l’êtes) comme un chat avec une souris.
Les personnages sont bien torchés, j’apprécie de plus en plus Cécile et le criminel était réussi, bien que j’aurais aimé entrer dans sa tête durant les crimes. Bon, je ne vais pas faire ma chieuse, niveau psychologique, on est bien servi.
Niveau scènes de crimes, les amateurs de hard seront servi, les autres déglutiront un bon coup et inspireront profondément (si je puis me permettre ce mot, vu les mises à mort). Je précise que les descriptions un peu hard sont nécessaires et sans voyeurisme « gratuit », la commissaire étant un personnage qui a de l’empathie et du respect pour ces pauvres femmes.
Malgré tout le plaisir que j’ai eu à lire ce roman, je pense coller un procès à monsieur Gilberti pou l’augmentation de mon rythme cardiaque, pour ma tension artérielle qui a monté en flèche, pour mes mains qui sont devenues moites, pour ma déglutition qui s’est parfois coincée, pour mes jambes qui se sont serrées, malgré moi.
Indemnités pour ma claustro qui est revenue, pour ma respiration qui s’est accélérée et pour le fait que par deux fois j’ai failli louper mon arrêt de métro !! Sans la présence de mon mari, j’étais en route pour le terminus.
Procès aussi parce que maintenant, je dois attendre pour le troisième opus afin de découvrir de nouvelles aventures.
Les romans de Gilberti, c’est une plume acérée, un récit rythmé, des personnages taillés à la serpe, avec de la profondeur, un méchant psychologiquement travaillé et un travail titanesque afin de blinder toutes les parties du récit pour que l’ensemble soit cohérent et vraisemblable.
Bref, un put*** d’excellent roman policier/thriller dont la couverture trouve son explication dans le récit.
« Quand tu regardes l’abîme, l’abîme regarde aussi en toi. » J’ai intérêt à me plonger dans ma collection de Petzi, à présent.
Merci, Ghislain pour ce roman magnifique, tu peux être fier de ton travail. Moi, les mots me manquent pour rendre hommage à ton récit.

Lien : http://thecanniballecteur.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie
31
8

 

gruz02 octobre 2014
★★★★★
★★★★★
★★★★★

« Ténèbres : obscurité profonde, sinistre, qui peut provoquer la peur, l’angoisse. Domaine de ce qui est inconnu, difficile à comprendre ».
Avec cette définition du dictionnaire Larousse, vous avez une parfaite vision de ce qui vous attend dans ce deuxième thriller de Ghislain Gilberti.
Je l’affirme haut et fort dès le début de cette chronique : en ce qui concerne l’analyse du Mal, Gilberti est largement au même niveau que les cadors du genre, Chattam et consorts. Ce nouveau thriller en est une éclatante confirmation.
Que vous soyez féru de ce genre de lecture ou non, ce baptême est un rituel qui risque fort de marquer votre esprit. On y retrouve un des deux personnages principaux de son précédent roman, mais il n’est clairement pas indispensable de l’avoir lu pour son plonger dans ces ténèbres-là.
L’auteur ne s’est pas complu dans sa zone de confort, le baptême des ténèbres est sensiblement différent du précédent opus. On y retrouve toutes les qualités perçues tout au long du Festin du serpent, mais modelées de manière différente.
Le style de l’auteur est précis comme la lame d’un scalpel, d’une étonnante fluidité et d’une belle profondeur. Son histoire atteint un tel degré de vraisemblance qu’on sent presque le goût du sang. de telles particularités font que le récit s’avale à une vitesse folle (surtout qu’il est plus ramassé que le précédent, soit 420 pages).
Dans ce style tout en noirceur, Gilberti va très loin. Loin dans la violence, parfois extrême (mais pas gratuite), loin dans l’analyse psychologique (voire psychiatrique) des personnages.
Un récit à la fois clinique et rempli de bruits et de fureur. Une descente particulièrement éprouvante dans les ténèbres, et qui nous plonge dans ce que l’humain peut avoir de plus noir. Et c’est ici que le roman prend toute sa dimension, avec cette analyse très fouillée de l’âme humaine.
Surtout que l’auteur prend la peine de blinder chaque parcelle de son histoire. Tout est minutieusement documenté, que ce soit concernant certaines bases historiques, ou l’environnement de l’intrigue (je ne dévoilerai rien, mais c’est une sacrée plongée dans les bas-fonds qui vous attend).
Cette étonnante vraisemblance, déjà constatée dans son précédent roman, fait du récit de Gilberti une réussite du genre. La trame est un peu moins originale que celle de son premier roman, mais ce léger bémol est assez vite noyé dans l’adrénaline engendrée par le récit.
Tout y est, un tueur comme on en voit rarement, une analyse psychologique poussée à l’extrême, des descriptions plus vraies que nature, des querelles internes parfaitement maîtrisées au sein des forces de l’ordre… Je pourrais dresser une liste de plusieurs kilomètres.
Ghislain Gilberti est, en deux romans, devenu une plume qui compte dans le thriller français moderne et mériterait même une reconnaissance internationale.
A noter, la magnifique couverture, en droite ligne du roman précédent.
Lien : http://gruznamur.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie
32
12

 

hurledesanges25 août 2014
★★★★★
★★★★★
★★★★★

Cécile Sanchez, commissaire de police spécialisée en criminologie, en analyse comportementale et en interprétation du langage non-verbal, dirige une section d’élite de l’Office central pour la répression des violences aux personnes – qui traque les criminels les plus dangereux et les plus déviants sévissant en France. Elle se trouve face à un tueur au psychisme atypique qui commet des meurtres d’une rare brutalité. Celui qui est rapidement surnommé « Le Ramoneur » au sein des services de police, à cause de sa tendance à pénétrer ses victimes à la lame, signe ses actes en dessinant sur les visages des suppliciées un masque mortuaire à l’esthétique sanglante. Alors que les enquêteurs luttent pour travailler à couvert, en retardant au maximum la fièvre médiatique, le tueur va augmenter la cadence et modifier son mode opératoire jusqu’à atteindre un niveau de barbarie insoutenable.
Une équipe sur mesure, mise en place autour d’un dossier considéré comme prioritaire. Chacun des membres va s’engager dans un combat contre un mal aux contours incertains. Entourée par les meilleurs spécialistes de la police judiciaire, Cécile Sanchez va plonger au coeur d’une affaire profonde et obscure. Une avancée incertaine qui va l’obliger à aller toujours plus loin, là où les ténèbres sont épaisses, voraces, presque palpables.
Une affaire éprouvante pour la commissaire qui, au fil des investigations, va devoir percer les mystères d’un tueur à l’esprit qui déborde sur le réel. Chaque policier devra lutter pour ne pas sombrer face à des paysages sans points de fuites ni horizons, entièrement dévorés par la nuit.

Né en 1977 à Belfort, Ghislain Gilberti est l’auteur de Dynamique du chaos, un roman noir publié en ligne qui rencontre un vif succès depuis des années. le Baptême des ténèbres remet en scène le personnage de Cécile Sanchez, héroïne du Festin du Serpent (Éditions Anne Carrière, 2013), lauréat du Grand Prix France Bleu des lecteurs, du Prix découverte Polars Pourpres et finaliste du Prix du meilleur polar francophone. Travaillant dans le registre contemporain noir, il puise dans les replis les plus sombres du corps social de quoi alimenter une littérature incisive, réaliste et sombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie
11
5

 

Profileuse229014 octobre 2014
★★★★★
★★★★★
★★★★★

Je viens juste à l’instant de terminer « Baptême des Ténèbres « et franchement il m’a captiver jusqu’au bout , j’arrivais même pas à le lâcher . Mais quelle force d’écriture , l’histoire tellement bien écrite . Personnages , description , le style . J’avais l’impression de le voir comme dans un film tellement c’était percutant . Waouh franchement c’est du lourd !!!!. du début à la fin je ne l’ai pas lâcher . Plus je le lisais plus je me disais mais où avais vous été inspirer pour écrire un roman aussi bien construit . On prend une grosse claque ^^ . On plonge dans les dédales du ramoneur dans sa tête sa folie .Punaise incroyable vous êtes Mr Ghislain Gilberti ,j’en lis des romans thrillers policier h24 mais là celui ci plus votre premier il m’on subjuguer . Continuer continuer d’écrire parce que vous n’avez plus besoin d’avoir aucun doute vous êtes trop fort et vos livres sont captivant époustouflant surprenant haletant . En tout cas félicitation vous avez assurée avec le  » Baptême des Ténèbres  » . Je suis fan de vos livres ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie
14
1

Citations & extraits (5)
Ajouter une citation

hurledesanges31 août 2014

C’est alors qu’il éprouve une impression étrange, comme si l’obscurité totale qui règne aufond de cette béance venait de trouver une résonnance en lui. Il ressent un vertige, ébloui par une clarté intérieure paradoxale – comme lorsqu’on met deux miroirs face à face, ou qu’on provoque un larsen assourdissant orsqu’on presse un micro contre son enceinte, ou encore comme le brouillage d’une caméra filmant l’écran qui affiche les images qu’elle capture. Un caméléon sur un caméléon, révelant sa véritable couleur : un noir absolu.
Les yeux du garçon ont perçu dans les ténèbres une figure identique à ce fragment au fond de lui. Un échange vilent s’opère. Sans comprendre pourquoi, l’enfant ne peut plus bouger, malgré sa panique grandissante et son envie de fuir. Incapable de détourner le regard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie
8
0

 

hurledesanges03 octobre 2014

« Vous n’imaginez pas à quel point sont nombreuses les galeries
militaires qui serpentent dans les sous-sols de la capitale et de
sa banlieue. En raison de toutes les constructions et des multiples
modifications qui ont été effectuées en un siècle, entre 1840
et 1943, il serait impossible d’en établir une cartographie précise,
même partielle. Imaginez-vous que l’enceinte Thiers possédait
déjà son réseau de galeries, reliant les murailles aux forts,
allant même rejoindre les catacombes. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie
12
0

 

hurledesanges03 octobre 2014

Ses yeux se lèvent vers le ciel gris argent, lourd de gros nuages
poussés par le vent. Pas un temps à traîner dehors. Dans un geste
machinal, elle allume une cigarette et aspire trois longues bouffées
chargées de nicotine, de goudron et d’un tas d’autres poisons lents.
Commenter  J’apprécie
8
0

 

hurledesanges25 août 2014

Dompter la bête, la dresser avec poigne. Faire taire tous ces murmures, ces grincements et ces cris dans ma tête. Le gouffre vide réclame sa pitance. Il menace de m’avaler, moi, s’il n’a rien d’autre pour le combler.
Commenter  J’apprécie
9
0

 

hurledesanges03 octobre 2014

 

Quand vous sondez les Ténèbres, lentement elle s’immiscent en vous.
Commenter  J’apprécie
11
0

Videos de Ghislain Gilberti (6) Voir plus
Ajouter une vidéo

Secrets de rentrée 2/8 : le prochain livre explosif de Ghislain GILBERTI. Découvrez ce que vous réserve « Super 8 », la prochaine rentrée Ring. #SecretsdeRentrée 2/8 : Ghislain Gilberti
autres livres classés : thrillerVoir plus

Da Vinci Code
Dan Brown
535 critiques   262 citations

Ne le dis à personne …
Harlan Coben
247 critiques   103 citations

Anges et démons
Dan Brown
192 critiques   153 citations

Les Rivières pourpres
Jean-Christophe Grangé
133 critiques   53 citations

Shutter Island
Dennis Lehane
315 critiques   202 citations
Acheter ce livre sur
Voir tous les libraires

 

 

 

 

 

Intégrer

 

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère
Voir plus

 

Les lutns urbains tome 4: Le péril Groumf

51aLpeIfmML._SX195_Renaud Marhic
ISBN : 2373730235
Éditeur : Editions P’tit Louis (23/03/2017)

 

 

Les lutins sont de retour pour une 4ème aventure. On y retrouve Gustave Flicman, qui a reçu de l’avancement depuis le dernier tome.

Vous rencontrerez ici un Groumf voleur de doudous, planquez donc le vôtre…

Toujours aussi drôles, aussi attachants, les personnages semblent tout aussi heureux de nous retrouver que nous le sommes de les voir débarquer à nouveau. Un univers riche et ludique qui plaît aux petits comme aux grands, à vous de voir dans quelle catégorie je me place, non, non, je ne vous dirai pas mon âge.

Toujours ces blagounettes sur les fausses marques, qui sont une des marques de fabrique de l’auteur.

Merci aux lutins d’être une fois de plus passés par chez moi.

4ème de couverture:

On les croyait disparus à jamais, chassés de nos contrées par la modernité.
Erreur ! On peut bien avoir construit des villes à la campagne,
les lutins se sont faits urbains !
Et ils n’’ont rien perdu de leurs pouvoirs d’’agaceries, tracasseries,
et espiègleries…

On a volé le jouet préféré du pacha-héritier ! C’’est en visite dans la Grosse Cité que le jeune prince du Pépettochistan a été dé

valisé. Du coup, son père menace de déclencher la 3e Guerre mondiale si le responsable n’’est pas retrouvé…
Voilà un travail pour Gustave Flicman. Car selon les autorités, aucun doute : encore un coup des Lutins Urbains ! De retour à ‘l’’Université d’’Onirie, c’’est pourtant un tout autre voleur que notre héros découvre…
L’’étrange coupable et son complice, Le Troll, ne tardent pas à quitter la ville. En voiture Simone ! Gustave décide de suivre le duo. Il ne sait pas que l’’attend le plus fou, le plus périlleux des voyages qu’’il n’’ait jamais imaginé…

 

Résistants de Thierry Crouzet

51KyvMk5zvL._SX195_Thierry Crouzet
ISBN : 9791028110420
Éditeur : Bragelonne (19/04/2017)

 

Après avoir commandé cet ouvrage auprès de mon libraire, je me suis empressé de le lire, car j’en avais énormément entendu parler sur la blogosphère.

Je dois tout d’abord avouer que ce n’est pas ce à quoi je m’attendais. Mais la surprise à tout de même été bonne. Ce roman est avant tout un thriller, mais il est pointu et scientifique.

Alors si vous êtes du genre à vous ruer sur votre armoire à pharmacie ou sur votre encyclopédie médicale au moindre bobo, ce livre est pour vous ou pas?

Le côté très poussé dans les explications scientifiques m’a un peu effrayé, mais au final tout va bien, j’ai compris tout ce que l’auteur nous explique par le biais de cette enquête pour défier un terrible virus.

Une belle leçon de moral face à l’attitude de notre société, sur l’usage des médicaments, l’élevage intensif, la volonté de faire plus de profits par tous les moyens. Tout cela peut-il se retourner un jour ou l’autre contre nous?

Thierry Crouzet nous embarque dans une aventure à vous couper le souffle et à vous glacer le sang. Je peux vous garantir, que vous ne verrez plus les choses de la même façon lorsque vous aurez terminé ce livre.

Un thriller différent de tout ce que j’avais pu lire jusqu’à présent et qui en vaut vraiment le détour.

4ème de couverture:

Les passagers d’un yacht sont soudain terrassés par une superbactérie, résistante aux antibiotiques.
Sauf Katelyn, une étudiante. Pourquoi est-elle la seule survivante?
Recrutée par l’Anti-bioterrorism Center, elle est chargée de retrouver l’infecteur, quitte à entrer dans son intimité. Mais l’homme qu’elle pourchasse éveille en elle des sentiments contradictoires.
Il ne tue peut-être pas aveuglément…

 

 

 

L’emprise du passé de Charlotte Link

 

 

Aujourd’hui je vous parle de ma découverte de cette auteur, dont je lis pour la première fois l’un des romans.  Aux éditions J’ai lu est paru L’emprise du passé, un roman de type thriller, très accrocheur.

L’intrigue commence immédiatement, Charlotte Link ne prend pas de gant et plonge le lecteur dans son univers, elle l’amène là où elle le souhaite.

Nous découvrons plusieurs histoires, qui même si au départ ne nous semblent pas liées les unes aux autres, en avançant dans la lecture, les fils se dénouent petit à petit.

On découvre par le biais de l’enquête Richard Linville, victime dès les premières pages. Sa fille, une flic mal aimée au sein de Scotland Yard, tente de découvrir des indices, est-ce un criminel qu’aurait arrêter Richard qui l’a torturé et assassiné froidement?

Un suspense intense jusqu’au bout, des personnages qui doutent, qui découvrent que leurs proches sont imparfaits et que tout cela a des conséquences. Pour ma part, impossible de deviner le dénouement de l’histoire avant la fin, je me suis délectée de chaque avancée dans l’enquête , de chaque retour en arrière, de chaque impasse, de chaque fausse piste.

Une lecture surprenante dans le bon sens du terme, vous l’aurez compris, dont la fin inattendue m’a donné envie d’en lire davantage de  l’auteur.

4ème de couverture:

Qui pouvait bien en vouloir à Richard Linville, ancien inspecteur de police, retrouvé assassiné dans son domicile de Scalby ? L’enquête piétine et sa fille unique, Kate, 39 ans, détective, comme papa, décide de prendre les choses en main. Quitte à froisser Caleb Hale, à qui le dossier a été confié, et qui compte bien, grâce à lui, redorer son image – il sort tout juste de cure de désintoxication.

La vérité, cependant, c’est que Kate avance nettement plus vite que lui. Elle n’a pas plus tôt mis le nez dans l’affaire que les pistes se multiplient – et, avec elles, les morts. Dont celle d’une certaine Melissa Cooper, qui aurait été un temps la maîtresse du défunt. Tandis que Caleb, persuadé que Richard a subi la vendetta d’un malfrat, épluche les archives de la police, Kate, de son côté, va creuser la vie de ce père dont elle croyait tout savoir… Mais est-elle vraiment prête à remuer le passé ?