500 articles 😊😊😆

Publicités

Hantée Tome 1 de Christelle Coldpaert Soufflet

IMG_20180131_090552.jpg

 

Je vous parle aujourd’hui d’un roman auto-édité, le premier tome d’une saga , qui comme vous pouvez le voir au titre ainsi qu’à la couverture, n’est pas un compte pour enfant.

Après avoir entendu parler de cette auteure sur facebook, j’ai immédiatement eu envie de la découvrir.

Nombreuses sont les tentatives de faire peur par le biais des mots, et rares sont celles qui aboutissent, me concernant en tout cas…

J’ai donc découvert l’univers de Léonie à travers ce premier tome, que j’ai trouvé assez réussi, j’ai eu quelques petites trouilles bien senties, l’envie de lire dès que possible afin de connaître la suite m’a immédiatement saisie. Je me suis donc retrouvée à emmener le livre partout en faisant bien attention de ne traumatiser personne avec cette couverture assez terrifiante.

L’histoire de Léonie et Jessy est passionnée, passionnante, elle nous embarque dans un tourbillon de sensations. Ils s’aiment follement, il faut dire que Léonie est une jeune femme hors du commun, avec une sensibilité rare, ce qui semble créer un flot d’émotions chez les autres, bonnes ou mauvaises d’ailleurs.

Du paranormal en veux tu en voilà, tel qu’il me faisait vibrer et me retourner dans mon lit, lorsque j’étais adolescente.

De plus une affection particulière pour cette auteure et pour le contexte de son livre, puisque originaire du Nord pas de Calais, je ne peux que trouver que de la nostalgie positive à l’évocation de certains lieux.

Vous, qui aimez trembler à chaque page, qui aimait ressentir le frisson de la peur, de cette présence inexpliquée à vos côté, je ne peux que vous inciter à découvrir ce roman et les suivants, qui pour moi sont une évidence.

 

Pascalou de Albert Ducloz

img_20180124_135442.jpg

De prime abord, cette belle et attendrissante couverture , ainsi que ce surnom de Pascalou utilisé en titre, m’ont totalement séduites.

Les éditions De Borée, nous proposent avec Albert Ducloz, une belle histoire, qui pourtant démarre assez mal pour le petit Pascal, dont la vie emporte une partie de sa famille, lors d’un accident de voiture. Cependant et malgré des conflits familiaux , qui vont lui rendre la vie plus que difficile, Pascalou va devenir un jeune homme de caractère, fort et tenace.

Une belle histoire d’amitié mais de famille, de sang ou de cœur, Pascalou va faire de belles rencontres tout au long du chemin compliqué que sera sa vie. Il recevra certains soutiens indéfectibles.

Un roman qui parle  » du bon temps », et qui se déroule principalement en Ardèche, région à laquelle le jeune homme est attaché et que l’auteur nous décrit avec beaucoup de plaisir.

Une enfance dans les années 60, une époque où tout semble encore sincère et centrée sur la famille, un roman qui me plaît aussi, justement parce qu’il se déroule dans le passé, et que j’aime ce retour en arrière, quelque soit l’époque. Cela permet de découvrir les modes de vie et les priorités qui rythmaient la vie des gens.

Un côté rural, qui plaît également beaucoup, car il apporte cette sérénité, cette envie de nature, de balade, j’ai par exemple ici eu envie de découvrir l’Ardèche que je ne connais pas.

Un très agréable moment de lecture passé en compagnie de Pascalou et des rencontres qui jalonnent cette histoire.
4ème de couverture:

Suite à un accident de voiture, Pascalou et sa jeune soeur se retrouvent orphelins et placés en foyer. Lors d’une dispute avec son oncle qui utilise la maison de son frère pour son propre compte, il bascule par la fenêtre et accuse Pascalou d’avoir tenté de le tuer. C’est le début des ennuis judiciaires pour ce jeune garçon. Alors qu’il parvient à les sur- monter, à retrouver son amour de jeunesse et à monter un commerce de librairie, son oncle continue de remuer le passé : Pascalou parvien- dra-t-il à prouver que son oncle l’accuse à tort ?

Amoureuses de Charlotte Léman

 

 

81SbIMHYDRL._SL1500_.jpgEnvie d’un peu de fraîcheur, de bonne humeur? Alors parfait, vous êtes au bon endroit.

Charlotte Leman nous propose une comédie qui fait du bien, qui fait sourire. Deux supers copines à qui la vie a décidé de jouer quelques tours pendables avec les hommes, pourtant elles y croient encore. Elles vont donc se soutenir dans le recherche du grand amour, elles nous amusent les deux copines, elles n’ont pas la langue dans leur poche et elles ont tout un tas d’idées pour parvenir à leur fin.

J’ai aimé le côté mature de Charlotte et Valentine, elles sont mamans et savent ce qu’elles veulent, elles nous font donc biensûr un peu penser à Bridget Jones, mais avec de la cervelle en plus, moins gaffeuse. Pourtant l’ensemble du roman nous fait bien sourire, j’ai tout le long de ma lecture eu très envie d’en savoir plus.

L’auteure, m’a séduite par ses dialogues et ses scènes qui nous rappellent à toutes des moments vécus, ou des pensées que nous avons eu à un moment de notre vie de couple.

Une lecture qui fait vraiment du bien.

4ème de couverture:

Après des vacances de maman solo bien trop « solo » à son goût, Charlotte retrouve Paris et son poste de communicante chez Love Empire, la start-up de l’amour. Heureusement, la perspective du retour de Mathieu, son boss charismatique et amant, vient égayer son quotidien morose. Mais les retrouvailles ne vont pas tout à fait se passer comme prévu…
De son côté, Valentine, rédactrice au magazine ExceptionnElles, a enfin classé, archivé (ou presque) le dossier Alexis, son amour de jeunesse, et décide de donner une dernière chance à son couple. Mais pour cela, il faut être deux…
Entre métro, boulot, bobos et loupiots, la rentrée ne s’annonce pas de tout repos pour les deux meilleures amies pourtant bien décidées à ne pas renoncer à leur part du gâteau. Heureusement, il n’y a pas d’âge pour (re)tomber amoureuse.

 

 

Après les ténèbres de Martine Delomme

PicsArt_01-22-11.48.39.png

 

Je vous parle aujourd’hui d’un roman de Martine Delomme, dont je découvre la plume aux éditions l’Archipel.

Une lecture que j’ai pris plaisir à découvrir, mais il faut le dire difficilement classable, c’est un roman, une histoire, telle qu’en vivent beaucoup de personnes comme vous et moi, tous les jours. C’est un moment de vie, où se croisent des destins de tous bords, où se font des rencontres inattendues.

Difficiles de savoir si on fait les bons choix en écoutant ce que nous dicte notre instinct, c’est ce que va découvrir Marion, qui pense agir comme il se doit sans savoir si cela ne va pas modifier son avenir ainsi que celui de Fabien. Le monde de l’art sur fond de seconde guerre mondial, des œuvres volées, vendues par les Allemands, dont on n’a plus aucune trace.

Une histoire juste dans le ton qu’emploie Martine Delomme, car elle nous offre des personnages attachants qui aiment, qui souffrent et ne sont donc au final pas différents de nous, sauf peut-être dans leur volonté de rétablir la vérité et de rendre justice.

Une lecture fluide agréable que je ne peux que conseiller.

4ème de couverture:

En posant les yeux sur ce tableau de Matisse, Marion ignorait quels terribles secrets elle allait déterrer… Étudiante en droit et en histoire de l’art, Marion revient à Apt auprès de ses parents à l’occasion d’un stage chez Fabien Goldberg, notaire et homme politique à la carrière prometteuse. Troublé par le charme et l’enthousiasme de la jeune fille, celui-ci l’invite dans le domaine familial et lui fait admirer quelques peintures de grands maîtres. Une toile de Matisse retient l’attention de Marion. Ce Soleil couchant à Collioure ne fait-il pas partie des oeœuvres d’art disparues pendant la Seconde Guerre mondiale ? Quel que soit le mystère qui se cache derrière cette découverte, il va bouleverser le destin de Marion et de ceux qu’elle aime…

 

 

Les crins de l’âme Tome 1 de Blue Indigo

PicsArt_01-18-09.00.53.png

Je vous parle aujourd’hui d’un livre énigmatique, comment pourrait-il en être autrement de la part d’un auteur nommé ainsi..

Heureuse d’assister à la naissance de la maison d’éditions After Real, lui souhaitant tout le succès possible

Les crins de l’âme Tome 1 est un voyage, dans différentes contrées, un voyage en amour, un voyage en amitié, un voyage entre la vie et la mort.

Une relation forte entre l’homme et l’animal, presque magique, hors du commun en tout cas. Difficile de mettre des mots précis sur l’amour que l’on porte à quelqu’un, Ewart découvre une souffrance indicible en perdant celle qu’il aime plus que tout, cela va pourtant lui faire ouvrir son cœur à autre chose. Ewart a en quelque sorte un don, il communique avec les chevaux, son esprit est donc déjà prêt au voyage spirituel qu’il va effectuer.

Un roman qui attire inévitablement l’amoureuse des chevaux que je suis, mais aussi pour sa vision de l’amitié, pour la beauté de l’écriture de l’auteur, et ce côté énigmatique qui attise ma curiosité. Une jolie découverte pleine de poésie, de positivité, un très beau message.

4ème de couverture:

Ewart, un homme qui a travaillé de longues années avec les chevaux, renonce à tout ce qu’il aime quand sa femme se tue en voiture. Le chagrin et la culpabilité l’amènent à un point de non-retour. La vie et le destin n’en ont pourtant pas fini avec lui. Sa meilleure amie, Kersten, lui fait rencontrer un cheval magnifique, étrange et immontable. Cet être particulier va les emmener dans un voyage au bout du monde, à la rencontre de peuples nomades, de chamans et surtout au bout d’eux-mêmes. Que leur réserve cette quête ?

 

Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux de Martha Hall Kelly

PicsArt_01-17-08.34.04

Les Editions Charleston nous proposent ici, je pense, le roman le plus bouleversant qui soit.

En tout cas, me concernant, je ressors de cette lecture avec des sentiments qui se bousculent. 

Un roman à trois voix,  qui s’inspire d’événements et de faits réels, trois femmes aux destins opposés, aux univers totalement différents mais  dont les routes vont plus ou moins se croiser.

Martha Hall Kelley, écrit ici un roman sur un sujet, qui a certes, été de nombreuses fois traité., cependant, la justesse de narration, l’émotion qu’elle y met, en font une lecture totalement unique.

Des femmes qui, durant la Seconde Guerre Mondiale vont subir et vivre de différentes façons l’horreur de l’occupation. Bien sûr certaines se retrouvent du meilleur côté de la barrière, une position qui amène à la réflexion et à une forme ou en tout cas à une tentative de compréhension.

L’horreur des camps de concentration, vue de l’intérieur, les tortures, la mort, la faim… La nécessité d’obéir aux ordres afin d’être reconnue, quitte à agir aveuglément et à perdre toutes émotions…Mais aussi l’envie, la volonté de secourir, l’abnégation, l’empathie, le partage malgré le fait que la vie ait été plus que généreuse avec vous…

Trois femmes, trois parcours, l’auteure nous raconte leur courage, leur lâcheté, leurs tentatives pour aider, pour pardonner.

Un roman qu’il vous faut absolument découvrir, il va vous émouvoir aux larmes. Une lecture qui frappe par sa pudeur, le courage de ces femmes transpire de chacune des pages que j’ai lu.

Merci Charleston.

4ème de couverture:

« Inspirée par des faits réels, Martha Hall Kelly a tissé l’histoire de trois femmes durant la Seconde Guerre mondiale, une histoire qui montre le courage, la lâcheté et la cruauté de ces années. Cette part de l’Histoire – et de l’histoire des femmes – ne doit jamais être oubliée. » Lisa See, auteure de Filles de Shanghai

« Un roman qui met en lumière les souffrances de ces femmes, et de tant d’autres. J’ai été émue aux larmes. » San Francisco Book Review

À New York, Caroline Ferriday travaille au consulat français. Mais lorsque les armées hitlériennes envahissent la Pologne en septembre 1939, c’est tout son quotidien qui va être bouleversé.

De l’autre côté de l’océan, Kasia Kuzmerick, une adolescente polonaise, renonce à son enfance pour rejoindre la Résistance. Mais la moindre erreur peut être fatale.

Quant à l’ambitieuse Herta Oberheuser, médecin allemand, la proposition que lui fait le gouvernement SS va lui permettre de montrer enfin toutes ses capacités. Mais une fois embauchée, elle va se retrouver sous la domination des hommes…

Les vies de ces trois femmes seront liées à jamais lorsque Kasia est envoyée à Ravensbrück, le tristement célèbre camp de concentration pour femmes. À travers les continents, de New York à Paris, de l’Allemagne à la Pologne, Caroline et Kasia vont tout tenter pour que l’Histoire n’oublie jamais les atrocités commises.

Un premier roman remarquable sur le pouvoir méconnu des femmes à changer l’Histoire à travers la quête de l’amour, de la liberté et des deuxièmes chances.

Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux

 

 

 

Droit dans le mur de Nick Gardel

PicsArt_01-11-08.50.35.png

Voici le troisième livre que je lis de Nick Gardel.

J’aime, chez cet auteur pour sa simplicité, son côté « droit au but », d’ailleurs ici il nous envoie droit dans le mur. 

Comme toujours, cet humour mêlé à une véritable histoire « polardienne », que j’ai particulièrement apprécié.

Des personnages attachants par leur singularité, leurs petits défauts, leurs origines et des méchants qui sont vraiment méchants, rien à dire… 

Vous trouverez aussi quelques conseils bricolage, qui pour une néophyte comme moi, ne sont pas négligeables.

On sent encore et toujours les inspirations de l’auteur, ses goûts littéraires et cinématographiques, c’est un retour à nos jeunes années, aux dialogues qui tout en étant percutants, prêtaient à sourire, en tous cas moi je m’y retrouve tout à fait et quel plaisir…

Un roman, court, trop court d’ailleurs, tant on en voudrait encore, mais je sais que Nick Gardel, a encore plus d’une histoire dans son sac et qu’il nous fera encore très vite profiter de ses bons mots et de ses histoires.

Pour le commander, c’est ici:

http://www.editionsducaiman.fr/boutique/polars-en-france/droit-dans-le-mur-de-nick-gardel.html

4ème de couverture:

Ancien vigile, Michel Marchandeau a cru au rêve campagnard : il s’est installé dans une maison des contreforts vosgiens. Mais le voisinage peut vous pourrir la vie bien plus vite qu’on ne le croit.
Entre une congrégation d’illuminés aux prétentions territoriales envahissantes et un Anglais chercheur de trésor, le retraité va devoir jouer des poings. Rapidement les cadavres commencent à s’entasser et cette histoire pourrait bien finir… droit dans le mur !
Extrait :
« Je l’ai déjà dit, chez les mecs, le point d’impact optimal se situe au niveau de leur entrejambe. On peut s’entraîner à massacrer du poteau de bus avec les tibias, à défoncer de la planche de douze à la main, mais personne ne résiste à un coup ajusté dans les glaouis. »
Mon cuistot s’est plié en deux, pile au-dessus de l’acier qui l’attendait en obélisque. La pointe est rentrée par le menton, a traversé la langue et j’ai dû pousser pour qu’elle perfore le plancher du palais. Le gros a gigoté un peu, pour faire croire à une dernière volonté. Mais il avait clairement la tête ailleurs. Il s’est écroulé d’un coup, en tas amorphe et l’œil vitreux, commençant le décompte de sa date limite de fraîcheur.
ISBN : 9782919066650
240 pages

 

 

 

Lycèe Etc de Emmanuel Bitz

PicsArt_01-08-09.42.39.pngVoici le premier roman publié d’Emmanuel Bitz, je pense que beaucoup d’autres suivront. L’auteur nous propose ici un roman qui parle certes de lycéens, mais pas de n’importe lesquels. Morgann et Alex, sont futés, surtout Morgann qui est ici le narrateur.

Une amitié qui démarre d’une façon peu commune (vous comprendrez en lisant le roman), pour deux ados peu communs. Une relation forte et peut-être pour certains, hors norme va naître avec Ambre, 7 ans de plus qu’eux et l’expérience qui va avec.

Morgann nous raconte leurs vies de lycéens et un intérêt véritable se met en place, car notre trio pense, réfléchit, analyse la société d’aujourd’hui, l’univers dans lequel ils évoluent. Beaucoup de sujets sont abordés, entre autres les parents, la laïcité…Tout cela est habillement saupoudré de musique rock, pop, de textes, de littérature.

Une immersion dans la vie de jeunes adultes, particulièrement réfléchis, posés. Des jeunes avec un vocabulaire, un recule rafraîchissant sur le monde qui les entoure.

Une histoire qui m’a vraiment mais alors vraiment agréablement surprise par l’intelligence de son texte, par la réflexion qu’elle amène.

Un roman qu’il serait bon de faire découvrir à notre jeunesse, qui ne pourrait qu’en tirer bénéfice.

4ème de couverture:

Morgann a 15 ans lorsqu’il rencontre Alex – qui devient vite son ami le plus proche – et la belle Ambre, de sept ans leur aînée, qui les trouble tous deux. Au rythme de la musique pop-rock qu’il aime écouter, Morgann grandit, cultive son originalité et porte sur la société contemporaine un regard vif et sans candeur. Relations familiales, vie sociale, scolarité, sexualité, médias, religion, tout est sujet à questionnement et à discussion, sans faux-semblants ni concessions. Un roman initiatique sur fond de rock qui porte un éclairage lucide mais bienveillant sur la jeunesse d’aujourd’hui.