Le glas de l’innocence de Cyril Carrère

Voici ma dernière chronique de l’année 2018 et je suis ravie de la consacrer à ce roman qui a une saveur bien particulière, je ne saurais mettre véritablement de mots sur ce sentiment, j’ai adoré tout simplement et par conséquent il marquera indéniablement ce début d’année. J’en profite d’ailleurs pour vous présenter tous mes vœux, que cette cuvée littéraire 2019 vous soit des plus favorables.

Ce roman de Cyril Carrère m’attendait depuis un bon moment, il était temps que je lui fasse honneur. D’autant qu’il est d’une très grande qualité, impossible en lisant cette histoire plutôt noire, de deviner que nous découvrons là un tout jeune auteur. Cyril Carrère fait preuve d’une maturité dans la narration qui ne peut que surprendre la lectrice que je suis. Je dois avouer que je savais que je ne serais pas déçue car les précédents avis que j’ai pu lire sont élogieux.

J’adore les films Asiatiques, ils ont un ton bien particulier, une sincérité qui se ressent immédiatement, une touche d’humour, juste ce qu’il faut, une émotion palpable et digne. Il en est de même ici, une histoire à deux niveaux dans le temps, Ken un jeune garçon dont le quotidien angoissant vous prend aux tripes, ce genre d’enfant que vous avez envie de protéger, qui déclenche chez vous cette envie de rentrer dans l’histoire afin de lui apporter votre aide. Puis 20 ans plus tard, on se retrouve au cœur d’une enquête sur une série de meurtres qui va embarquer Alex et son équipe dans une enquête digne des meilleurs thrillers, tout cela agrémenté du charme de l’Asie, de l’originalité de ces personnages qui ont des façons d’être soit attachantes soit intrigantes. Un véritable puzzle que l’auteur prend un malin plaisir à démonter dès que vous relâchez votre attention, hors de question de vous laisser deviner trop vite l’issue de ce roman! Rien n’est laissé au hasard, tous les ingrédients sont posés de telle façon qu’il vous est impossible de ne pas vous sentir happé par cette histoire. Une qualité d’écriture, je vous le disais, qui amène des sentiments et émotions fortes, des moments de totale frénésie où il vous est difficile de lâcher votre lecture. Une ambiance particulière, des dialogues et attitudes qui donnent une saveur particulière aux personnages et qui vous dépayse totalement de vos lectures habituelles.  Un thriller extrêmement bien ficelé où tout est réfléchi. Je ne peux donc que vous le conseiller et ressentir l’envie de lire le second roman de l’auteur.

Belle lecture et encore une fois très belle fin d’année 2018. A l’année prochaine. 

Publicités

Les Classiques de Priscilla – Le Reading Classics Challenge 2019

J’ai donc terminé 2018 en suivant le Reading Classics Challenge proposé par Lilly and Books et c’est tout naturellement et avec plaisir que je m’engage à suivre la version 2019.

Voici le programme :

1542366629337_reading-classics-challenge-2019

Et voici mon programme de lecture :

Janvier : Françoise Sagan, Bonjour tristesse (il paraît que c’est une merveille)

Février : Virginia Woolf, Mrs Dalloway (je ne suis pas fan de Jack London)

Mars : Ernest Hemingway, Le Vieil Homme et la mer (je ne connais pas du tout)

Avril : Alexandre Dumas : Le Comte de Monte-Cristo (ça fait des années que j’ai envie de le lire)

Mai dépendra de l’issue du match

Juin : Colette, Le Blé en herbe (depuis des années dans ma bibliothèque mais jamais lu non plus !)

Juillet : Maya Angelou, Je sais pourquoi l’oiseau chante en cage (je ne connais pas du tout, j’ai fait des recherches sur Internet et ce premier roman autobiographique me tente vraiment !)

Août : Dostoïevsky, Crimes et châtiments (lui aussi fait partie de ces titres que tout le monde connait mais que nous sommes peu nombreux à avoir lus)

Septembre : Romain Gary, La vie devant soi (tout le monde dit que ce roman est une merveille)
Octobre dépendra de l’issue du match

Novembre : Philip Roth, Pastorale américaine (on en a beaucoup entendu parler lors de son décès, et je ne connais pas du tout ses œuvres)

Décembre : Kenzaburo Oé, Seventeen (je ne connais pas du tout la littérature japonaise, alors je me lance !)

Merci encore à Lilly and Books grâce à qui je vais faire de nombreuses découvertes encore cette année. Je suis déjà emballée alors que 2019 n’a même pas commencé !

Des volontaires pour suivre ce challenge ?

Priscilla (@Priss0904)

Les Classiques de Priscilla – Orgueil et Préjugés de Jane Austen

dav

C’est un très heureux concours de circonstances qui m’a conduite à découvrir le célèbre roman de Jane Austen, Orgueil et Préjugés, puisque j’ai reçu, de la part des éditions Diva Romance, Préjugés et Orgueil de Lynn Messina (je vous en reparlerai très vite !) et que Jane Austen était l’un des noms proposés ce mois-ci pour le Reading Classics Challenge de Lilly and Books. En outre, ce roman était depuis un moment dans ma PAL. Autant d’arguments recevables pour me lancer dans la découverte de ce classique. Et grand bien m’en a pris !

J’ai tout simplement adoré ce roman ! J’y ai retrouvé le plaisir de lire des classiques du XIXe siècle, bien qu’on soit très loin, avec Jane Austen, des descriptions réalistes longues et très documentées du réalisme ou du naturalisme français. Le « faire vrai » n’est pas dans la précision, mais dans l’ambiance rendue page après page. Sans réelle description des robes ou des intérieurs, on sent très bien la simplicité de Longburn, l’ostentation de Rosings et la beauté poétique de Pemberley.

Les personnages sont tous hauts en couleurs. Lizzy, évidemment, que j’ai adorée avec son tempérament de feu, sa franchise, sa loyauté, sa naïveté aussi ; Jane et sa réserve candide ; Darcy, évidemment et son orgueil (ou pas !). Bien qu’ils soient moins connus, j’ai beaucoup souri grâce aux répliques cyniques de Mr Bennet et au ridicule de son épouse ou de Mr Collins. Même les personnages moins sympathiques tels que Lady Catherine ou Miss Bingley apportent une touche essentielle à l’histoire.

L’histoire justement : tout le monde la connaît, et pourtant… Bien sûr il y a de l’amour, mais ce n’est pas l’essentiel selon moi. La véritable histoire réside dans la faculté de grandir de Lizzy et Darcy, l’un au contact de l’autre. Il s’agit donc plutôt d’un double roman d’apprentissage. On est loin du coup de foudre, on se rapprocherait même de l’anti-coup de foudre entre Swann et Odette ou entre Aurélien et Bérénice. Mais il y a,  dans le rejet de Darcy par Lizzy et dans l’indifférence de Darcy pour la demoiselle, une fascination immédiate qui ne trompe pas le lecteur.

Tous les deux sont orgueilleux, tous les deux ont des préjugés. Si Lizzy ne s’attend pas le moins du monde à l’aveu des sentiments de Darcy au milieu du roman, le lecteur, qui a flirté avec les pensées de celui-ci, s’y est davantage préparé, mais là n’est pas la question. L’originalité du roman est due justement à la lente découverte des mécanismes d’un amour qui n’est pas aussi immédiat que celui qui existe entre Jane, la grande sœur de Lizzy et Bingley, le meilleur ami de Darcy. Il faudra du temps pour que l’orgueil laisse place à la sincérité et pour que les préjugés s’estompent au profit du jugement individuel sur la personne elle-même. Lizzy ne comprendra qu’elle pourrait aimer Darcy que quand elle le verra passer outre ses valeurs, son honneur et ses principes par amour. Et c’est là que c’est magique : dès qu’elle sent qu’elle pourrait l’aimer, elle se rend compte qu’elle l’aime déjà…et que ça ne s’explique pas !

Oui, je spoile un peu… Mais je crois que même ceux qui n’ont jamais lu le roman savent, de par sa notoriété, comment il finit, alors vous m’excuserez…
IMG_20181229_135953[2912].jpg

Dans la foulée, et parce que, vraiment, je suis pleinement rentrée dans cet univers, j’ai regardé l’adaptation de Joe Wright avec Keira Knightley. Je l’ai trouvée bien faite, fidèle sur de nombreux points au roman. Mais rien ne surpassera la lecture de ce chef-d’œuvre : 500 pages de doutes, de questionnements, de compréhension progressive ne peuvent être parfaitement rendues en deux heures de film. J’ai pourtant passé, avec cette adaptation, un second très bon moment…

Vous avez un plaid ? Une tasse de thé ? Du temps ? Foncez !!!

Priscilla (@Priss0904)

A fleur de bruine de Amélie de Lima

J’ai eu la chance de gagner ce roman sur un jeu concours, l’occasion de découvrir l’auteur dont c’est ici le troisième roman. Lorsque vous regardez la photo d’Amélie de Lima, vous êtes frappé par sa beauté, la finesse de ses traits, quel choc donc que la noirceur de ce roman!

L’attrait principal de cette histoire n’est pas l’enquête car celle-ci n’est pas des plus complexes et poussée, son principal atout est indéniablement son côté noir de chez noir. Une ambiance sombre se met en place dès les premières pages, Véronique et Bettina, les deux principaux personnages de ce roman n’ont pas été épargné, on le comprend rapidement, mais les explications viennent au fil de l’avancée de l’histoire, en progressant dans l’histoire les choses ne vont pas en s’égayant, des meurtres dont on sent bien qu’ils sont hors du commun vont bien malgré elles unir nos deux protagonistes.

Encore une fois et pour mon plus grand plaisir, les événements se déroulent dans le Nord à Lille, ville d’origine de l’auteur. Mon petit cœur de Ch’ti ne peut donc qu’être une fois de plus sensible à ce rappel de mes origines que j’aime retrouver à travers le talent d’écriture de tous ces auteurs qui méritent grandement à être connu. Oui, dans le Nord one fait pas que des frites, on fait aussi de bons romans car y naissent de bons auteurs avec une imagination quelque peu machiavélique.

En résumé, une lecture forte en émotions, qui n’épargne rien à ses lecteurs, qui pose juste là, comme ça, sans prévenir, une ambiance noire, pesante par moments, qui va ravir les connaisseurs et amateurs du genre.

Résumé:

Quand le passé revient pour se venger, quand les vieux secrets ressurgissent, la mort ne peut être que la seule échappatoire? Lille, septembre 2016.Six ans après la terrible affaire de la Deûle, des corps de jeunes hommes sont retrouvés la bouche scarifiée, pieds et mains liés, immergés dans un canal. Qui sont-ils et pourquoi les a-t-on tués ? C’est ce que Véronique De Smet et Bettina Rosco tenteront de découvrir, dans une enquête complexe dont elles ne sortiront pas indemnes?

Throwback Thursday Livresque- Dernier livre lu en 2017

Qu’est-ce que ce rendez-vous livresque ?

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais version livres ! Chaque semaine, un thème est proposé et il faut partager une lecture correspondante (une seule) à ce thème. Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à vos lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres ! Comme nous « revenons en arrière », il s’agit de livres déjà lus. Sauf exception de thème. Quand un thème ne vous inspire pas, vous pouvez piocher à votre guise dans les anciens. Vous devez me donner votre lien en commentaire si vous voulez faire partie du récapitulatif.

Cette semaine le thème est: LE DERNIER LIVRE LU EN 2017

Le dernier livre lu en 2017 sera probablement pour vous une totale découverte et je m’en fais une joie. Je vous parle donc de Lycée Etc de Emmanuel Bitz

Un roman dans lequel je me suis plongée avec une totale innocence, je n’en connaissais rien et la surprise a été extrêmement positive. Des personnages matures malgré leur jeune âge. Des dialogues posés qui rendent cette histoire passionnante. Un roman qui mérite vraiment d’être connu et que par conséquent je prend grand plaisir à afficher ici.

Cet article me permet aussi de constater qu’en un an mes chroniques se sont grandement améliorées car malgré mon plaisir à lire ce livre ainsi que sa qualité, j’en parlais en seulement quelques lignes sur le blog, ce qui est bien dommage. Voici ce que je vous en disais à l’époque, en décembre 2017:

/
/

L’Hôtel du Lac des Ombres de Daniela Tully

IMG_20181226_230241.jpgQuelle histoire, mes amis… Je découvre, avec ce roman, les éditions Mazarine et d’emblée j’avais été attirée par cette couverture que je trouve tout simplement magnifique. Mais le contenu n’a rien à envier à l’enveloppe.

Vous le savez maintenant, je raffole des romans historiques mais j’avoue que je craignais un peu de me lasser de la période hitlérienne en Allemagne vu que j’ai lu, il y a peu, De notre côté du ciel. Mais non ! Rien à voir !

Daniela Tully arrive à mêler intelligemment roman historique, saga familiale, enquête policière, amoureux maudits et roman d’apprentissage en quelques 350 pages. Je me suis immédiatement laissé prendre au jeu en croyant naïvement que je ferai des allers-retours entre le passé et le présent et entre les différents protagonistes. Ce n’est pas tout à fait le cas ! Le plus étonnant ici, c’est que toutes les clés sont données plusieurs dizaines d’années après les faits et pas forcément de la manière la plus traditionnelle qui soit. Je ne peux pas vous en dire plus, il faut que vous le lisiez.

Tous les personnages sont attachants, même ceux qui sont dérangeants. La famille Montgomery, à l’arbre généalogique vraiment complexe, et aux individus cupides ou profondément humains ; Maya la libraire solitaire, perdue, en quête de toutes les formes d’amour ; Martha, la jeune fille rebelle et idéaliste ; Hans, l’homme bon et différent ; Siegfried, l’homme aux personnalités multiples ; Wolfgang le frère torturé… Tous ont des liens, tous ont des secrets, tous ont plusieurs identités, plusieurs vies et on n’a de cesse de tourner les pages que quand la vérité s’est dévoilée.

Amour, haine, jalousie, fraternité, homosexualité, ambition, reconnaissance, famille : tous ces thèmes se mélangent en 80 ans d’histoire et sur deux continents pour créer une intrigue unique et vraiment prenante. L’auteur mêle tous ces fils d’une main de maître, le tout dans une ambiance peinte de façon très réaliste : personnellement, le Montgomery Resort m’a autant fascinée que dérangée !

Autre intérêt de ce roman très riche : les différents niveaux de narration. En plus des changements de focalisation (Martha, Maya, Hans…) s’insèrent dans l’histoire des contes, des lettres, des récits qui sont autant d’éléments de réponse au problème principal : la disparition inexpliquée de Martha.

Que vous soyez friands de récits historiques, d’enquêtes policières, de sagas familiales ou d’histoires d’amour, ce roman devrait faire votre bonheur. Il est encore temps de se faire des cadeaux après tout 😉

Merci aux Editions Mazarine pour ce passionnant voyage !!

Priscilla (@Priss0904)

Résultats concours des 700 abonnés – 8 gagnants

Voici comme promis les résultats du grand final de la série de concours pour fêter les 700 abonnés du blog, merci à tous les auteurs et éditeurs qui nous ont fait confiance et ont permis cette cascade de cadeaux.  Voici les résultats du tirage au sort:

Pour le lot N°1: Le roman Chorale de Nick Gardel:

Lot N°2 L’affaire Creutzwald de Thierry Berlanda

Lot N°3 Marche ou Greffe d’Olivier Kouroulsky

Lot N°4 La parole du chacal de Clarence Pitz

Lot N°5 Voleur de temps de Corinne Martel

Lot N°6 Boston Family saison 1 de Manuel Benetreau

Lot N°7 Un exemplaire numérique de La grotte et un exemplaire numérique de Le mur du temps de Ludovic Metzker

Lot N°8 AAverhelyon et Diamants sur Macchabées de Michael Fenris

Bravo à toutes les gagnantes car nous n’avons eu que des participantes cette fois. Merci à tous, joyeuses fêtes de fin d’année 2018. 

Pensez à nous envoyer vos coordonnées sur Livresque78@yahoo.com

La lettre d’amour interdite de Lucinda Riley

Je vais tout d’abord commencer par vous expliquer que Lucinda Riley nous met en scène ici bien plus qu’une romance, elle nous embarque dans une intrigue qui dure d’un bout à l’autre du roman. Jusqu’à la dernière page, les révélations continuent. J’ai aimé l’intrigue de ce roman qui mêle de nombreuses histoires passionnelles à une enquête menée par Joanna Haslam mais aussi par d’autres protagonistes qui rendent cette histoire de plus en plus mystérieuse.

Lucinda Riley n’est plus à présenter, elle donne des frissons à ses lecteurs depuis de nombreuses années, elle est particulièrement connue pour sa fabuleuse saga des Sept Sœurs, qui a connue depuis la parution du premier tome, un succès incroyable. Ce qui est intéressant chez cette auteur est qu’elle allie avec beaucoup de talent les histoires d’amour et des intrigues qui donnent un piquant fou à ses romans.

J’ai ici une fois de plus passé un très bon moment de lecture, les rebondissements, particulièrement la mort de James à l’âge de 95 ans vont mettre ses petits enfants dans une incroyable spirale, notamment en déposant Joanna sur leurs chemins. Leur vie respective n’était pourtant déjà pas simple, tout va s’entremêler et se compliquer très rapidement. Pas toujours d’accord avec les agissements des acteurs de ce roman mais tellement curieuse de connaître l’issue de cette folle enquête que je ne pouvais qu’acquiescer à certains agissement qui ont pu m’hérisser les cheveux. Une immersion dans un milieu fermé que je vous laisse le soin de découvrir. 

Un véritable labyrinthe que je ne peux que vous encourager à découvrir, une véritable enquête digne d’un film ou d’un roman d’espionnage, des mensonges, des coups montés, tout est parmi pour atteindre ses objectifs, vraiment Lucinda Riley n’épargne rien à Joanna, Marcus, Zoé et Simon.

Merci à Charleston pour une fois de lus cette lecture surprenante, car elle nous emmène là où l’on ne pensait vraiment pas se retrouver.