La boîte à outils de Gérard Besnier

  • En librairie le 24 janvier 2019
  • 496 pages Editions François Bourin
  • ISBN979-10-252-0428-3

Ce roman est un OVNI, inclassable car totalement hors cadre. Mais pourquoi faudrait-il toujours mettre les romans dans des genres, des cases? L’essentiel est ce que l’on a ressenti durant la lecture non? Je dois dire que j’ai apprécié ce roman dont le sujet de départ est effectivement une boîte à outils, j’ai été touché par celui à qui elle appartient cette boîte, bien qu’il ait un nom totalement improbable, Nicolas Dédacin Amoraus ce qui est d’ailleurs le cas de la plupart des personnages rencontrés dans ce livre. Nicolas est un sensible, utilisé, manipulé pour sa totale absence de méchanceté, il a envie de vivre tout simplement, une vie simple, il veut faire plaisir à son père et parvenir à construire un bonheur sincère mais sans prétention.

Comme tous les gens simples, les autres en abusent et Nicolas, toujours prêt à tout pour aider mais pas toujours très doué va se retrouver à l’origine de beaucoup d’ennuis. Nous le suivons donc au fil de ses aventures du jour où il quitte l’école, de manière un peu forcée, les ennuis commencent. Mais il a aussi un très bon ami, qui l’aide, l’héberge en toutes circonstances, lui aussi a un nom impossible: Jakhno.

Nicolas va traîner sa fameuse boîte à outils dans ses apprentissages de différents métiers, rien ne se finit jamais bien, mais au final une telle volonté de bien faire ne peut que lui attirer des amitiés, des connaissances utiles, sincères ou non, ça c’est une autre histoire.

Un roman touchant, car un personnage attachant, qui bien que limité, ne voyez rien de négatif dans ce terme, Nicolas apprend et absorbe tout ce qu’on accepte de mettre à sa disposition. Mais pour apprendre il faut que la formation soit faite par des professionnels et dans un cadre bien défini, pour vivre une histoire d’amour il faut la vivre avec une personne qui nous accepte tel que nous sommes, Nicolas va vivre tous ces moments forts et parfois difficiles et nous allons l’accompagner sur un petit bout de chemin.

Le seul point négatif est ces intrusions de l’auteur qui parle à sa lectrice, je n’y ai vu aucun intérêt, et j’avoue même les avoir zappé à de nombreuses reprises. Mea Culpa.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s