Une jeunesse en fuite de Arnaud Le Guern

Voici le second roman d’Arnaud Le Guern, Paru aux éditions du Rocher Une jeunesse en fuite est un très joli retour dans les souvenirs de l’auteur. Arnaud le Guern a le même âge que moi à quelques mois près, j’ai donc ici fais moi-même une incroyable introspection dans mes souvenirs d’adolescence. Un retour aux sources qu’Arnaud utilise afin de reprendre contact avec cette période de sa vie, en faire un roman, pouvoir découvrir ou redécouvrir son père, cet homme qui se dévoile peu mais qui depuis qu’il a perdu Tess, sa chienne n’est plus tout à fait le même.

Une bouffée de nostalgie, de sensations qui se rapportent à cette période de la vie d’Arnaud, des souvenirs de la situation politique qui embarque son père à Ryad durant la guerre du Golf, une période où Mitterrand est président et où toutes les familles de soldats Français qui partent, tremblent face à cette guerre et à l’inconnu.

Arnaud jeune est imprégné par la musique de l’époque qu’il écoute en boucle avec des goûts bien à lui, il lit aussi beaucoup, il admire des actrices, des comédiens, des réalisateurs. Sa narration, qu’elle soit passée ou présente est une bulle de culture, elle vous transporte dans des films et vous donne envie de les revoir, elle vous amène à des découvertes et vous foncez sur Google pour prendre des renseignements.

Un roman parfois léger, parfois plus profond lorsqu’est abordé le départ de ce père pour un danger dont Arnaud ne veut guère entendre parler. Un petit aire frais de Bretagne, une envolée d’amour pour son enfant, un très joli roman plein de poésie, qui m’a été droit au cœur.

Résumé:

De retour en Bretagne avec sa fille, le temps d’un été chez ses parents, l’auteur se souvient du début des années 90. La guerre du Golfe et le départ de son père, médecin militaire, pour l’Arabie saoudite. Une époque qu’il avait balayée de son esprit. Remplacée par les fiancées éphémères, la griserie des nuits, les écrivains fantaisistes. Relisant les lettres que son père envoyait depuis le Moyen-Orient, il retrouve les traces d’une adolescence perdue. Tout lui revient par petites touches : ses camarades de lycée, la moustache de Saddam Hussein, les actrices et mannequins à la mode, la peur que son père ne revienne pas.
Dans Une jeunesse en fuite, Arnaud Le Guern fait résonner sa musique intime, entre quête du père et éducation sentimentale. Une touchante invitation à la flânerie romanesque.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s