Nous avant tout le reste de Victoria Redel

photomania-6049ec24a93c1e85443a01ad1443a99dQuand la mort est imminente, quand la vie devient urgente, sur quoi se concentrer ? L’amour ? L’amitié ? La famille ? La vérité ? Le présent ? Le passé ? Peut-on mourir heureux ? Qu’est-ce que vivre heureux ?

Ce roman, dans lequel on sent la mort planer dès les premières pages, est un hymne à la vie.

Anna est condamnée et décidée à abréger ses souffrances. En cette occasion lourdement particulière, tous les gens qui l’aiment se réunissent pour tenter de la convaincre de se battre. Encore… Désespérément… Mais à travers ses « Vieilles Amies », celles de l’enfance, des bêtises et de la complicité, ses nouvelles amies, son mari, ses enfants, ses frères, son groupe de musique, Anna rejoue, avec un plaisir épuisé mais bienfaisant, les meilleurs moments de sa vie. Cet ultime flashback n’aura pas l’effet escompté, mais quel bonheur pour elle de se rendre compte, avant le grand départ, qu’elle a eu de la chance !

Ce roman m’a vraiment chamboulée parce qu’il a ravivé de nombreux souvenirs. On souhaite tous que les gens qu’on aime nous quittent avec la même certitude qu’Anna, on espère tous avoir joué un rôle déterminant dans leur bonheur, à l’heure du bilan. Et ce chemin, long et douloureux, pour ceux qui restent, ce chemin qui conduit à s’apercevoir que nos êtres chers ne meurent jamais vraiment, qu’ils sont en chacun de nous, dans nos souvenirs bien sûr, mais dans notre avenir aussi. Ces amis, parents que l’on connaît si bien qu’on les entend, outre-tombe, nous conseiller, nous consoler, nous guider ou se fâcher.

L’histoire n’est pas vraiment gaie, mais elle n’est complètement triste non plus. On ne peut pas accepter l’inacceptable, on ne peut que le subir, c’est en quelque sorte, le tribut que l’on paie tous un jour ou l’autre à la vie. Mais on continue, on avance, pour tous les autres êtres chers qui continuent à rythmer nos vies, pour que notre bilan soit lui aussi positif, pour que le leur nous compte parmi ce qui les a le plus marqués. Il y aura toujours des erreurs, des silences, des absences, mais il y aura toujours aussi des fous rires, des victoires, de l’amour.

Se souvenir de l’amour et oublier les aigreurs, pardonner les fautes, être reconnaissant pour toutes ces joies partagées un jour et qu’il ne faut jamais effacer. Les êtres passent, trépassent même mais leur simple passage est souvent une bénédiction. Anna n’est extraordinaire que parce que ses proches la voient ainsi, ses amies sont si précieuses parce qu’elle a voulu leur donner cette place. Bien sûr, il y a un peu de « Carpe Diem » dans ce texte que j’ai vraiment trouvé beau, mais c’est aussi un « Carpe Diem » au passé, parce qu’on ne peut, un jour, plus saisir grand chose du présent. Alors on se ressaisit de ses souvenirs, comme on ne l’avait jamais fait et ce faisant, on se sent bien, on oublie la peur qui nous paralyse. La vie est toujours plus forte que la mort, à nous de décider la direction vers laquelle se portera notre regard.

sticker-citation-carpe-diem-plume-oiseaux-ambiance-sticker-KC_2824Pas de leçon de vie dans ce roman, contrairement à ce que ma chronique pourrait laisser penser. Simplement, un roman qui touchera tous ses lecteurs qui pourront y plaquer leur propre expérience et qui forcément le refermeront les larmes aux yeux et le sourire aux lèvres. Chez moi, il a fait naître l’envie de dire Merci à tous ceux qui, un jour, pour plus ou moins longtemps et avec plus ou moins de succès, ont essayé de faire partie des bons souvenirs…

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)

Publicités

6 réflexions sur “Nous avant tout le reste de Victoria Redel

  1. C’est bien la première fois que je finis de lire une chronique les larmes aux yeux… Cette chronique était magnifique. Le sujet a un écho particulier et je ne sais pas si j’aurais les épaules pour le lire, mais merci pour cette découverte.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s