Tout le monde connaît Lola de Jonathan Mazo

Attention, ce roman est un OVNI littéraire. Jonathan Mazo nous embarque dans une histoire abracadabrantesque du début à la fin. J’ai même, à plusieurs reprises, été perdue, mais j’ai aimé être perdue, parce que je me suis retrouvée dans la position du narrateur, David. Comme lui, nous ne connaissons pas Lola, nous ne savons pas ce qu’elle fait là… Je m’explique avec la quatrième de couverture :

qrfÀ la suite d’une rupture dont il ne parvient pas à se remettre, David noie son chagrin entre les quatre murs de son appartement parisien. Un soir, alors qu’il broie du noir, une sublime italienne prénommée Lola surgit dans son salon. Il ne l’a jamais vue mais tout porte à croire qu’ils vivent ensemble depuis plusieurs mois. Aurait-il perdu la raison ? Lorsqu’il se décide à en parler autour de lui, tout le monde semble connaître Lola. Et si le destin s’était décidé à lui prêter main-forte dans sa quête de l’âme sœur ?

Nous en sommes là quand le récit commence…

Le personnage de David est haut en couleurs : paumé, un peu loser sur les bords, David est en plus blasé par la vie et en arrive à tenir des propos d’une misogynie assez affolante, si elle n’était pas drôle, tellement c’est du second degré. Il fuit les responsabilités de couple, d’adulte et se retrouve tout à coup face à une Lola, institutrice, impulsive, volontaire et exigeante. En quel honneur David devrait-il se conformer aux désirs de cette jeune femme qui a déjà l’air désabusée par son couple ?

Lola arrive évidemment avec toute une bande de joyeux lurons autour d’elle : sa meilleure amie Clémentine, une jeune mère célibataire un peu folle, un peu nymphomane, un peu inconsciente, mais surtout en mal d’amour ; ses parents Demetrio, sourd muet un peu rude mais au cœur débordant d’amour, et Louise ; son admirateur, un homme beau, qui connaît le succès et sait y faire pour séduire les femmes. Et surtout Lucien, le vieux voisin aigri que tout le monde déteste et qui s’avère être un ange avec David et Lola, un ange au destin étrange et insaisissable.

Au contant de tout ce petit monde, David va évoluer, se rendre compte qu’il doit se battre pour obtenir la vie qu’il veut, qu’il n’y a pas de fatalité ou de facilité en amour. David va aller d’espoirs en désillusions : Lola existe-t-elle ou non ? La connaît-il ? Le connaît-elle ?

Ce roman est ambigu jusqu’à la fin, il n’est jamais définitif justement. La fin peut même éventuellement être considérée comme un début, pourquoi pas ?

Merci aux éditions Incartades pour cette découverte originale et drôle de Jonathan Mazo.

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s