Colère assassine de Stéphanie Exbrayat

Me voilà de retour pour vous parler d’un roman assez addictif qui paraît aujourd’hui aux éditions De Borée, dans leur collection « Marge Noire », Colère assassine de Stéphanie Exbrayat.

Voici la quatrième de couverture : Malheur à quiconque provoque la colère de Léa, trentenaire parisienne qui ne supporte pas l’incivilité. Un soir, en quittant sa salle de sport, elle entend l’appel au secours d’une femme enfermée dans les toilettes du sous-sol. Mais quand la prisonnière s’impatiente au point de devenir odieuse, Léa explose et part en l’abandonnant à son sort. Le lendemain la femme est retrouvée morte… Se retrouvant au cœur d’une machination diabolique, Léa pourra compter sur Rodolphe, policier chargé de l’enquête, qui, entre un petit garçon mutique et une ex-conquête rancunière, a pourtant déjà fort à faire dans sa vie privée !

Il ne vous faudra que quelques pages pour entrer dans l’histoire et vous familiariser avec Léa, Rodolphe et Gabin. Chacun de ces personnages est attachant mais complexe et dissimulateur, ce qui donne encore plus envie de continuer la lecture, évidemment. Quant à Adeline, je ne peux pas trop vous en dire, mais l’ « ex-conquête rancunière » est bien plus que cela dans ce thriller bien ficelé.

Trois destins qui se croisent à des moments charnières : Léa, avec son enfance difficile, son caractère imprévisible, sa violence potentielle, fait la connaissance de Rodolphe, policier veuf, père d’un enfant mutique et peu convaincu qu’il a encore sa place dans la police, dans un commissariat où elle est entendue en tant que témoin d’un meurtre, ou en tant que suspecte… Adeline… Adeline est folle ! Elle aurait pu ne faire que passer, mais ça n’aurait pas été elle.

En fait, Stéphanie Exbrayat mêle habilement enquête policière, thriller psychologique, histoire de serial killer, histoire d’amour et récit d’une renaissance, dans un roman dont le rythme va crescendo pour finir en apothéose. Le dernier tiers du livre m’a complètement tenue en haleine, sans parler de la fin… Non… Evidemment… Je ne peux pas parler de la fin !

Le seul petit bémol que j’émettrais, c’est que finalement l’enquête policière qui a fait que tous ces destins se sont croisés m’a semblé bâclée sur la fin : la machination annoncée n’est pas si diabolique. Toutefois, au regard de tout ce qui leur arrive à côté, ce n’est peut-être pas un mal… En tout cas, si vous êtes des adeptes du thriller, si vous avez envie d’un roman à l’intrigue addictive, si vous souhaitez côtoyer des personnages tendres et délicieusement dingues, Colère assassine est le roman qu’il vous faut en cette période de rentrée littéraire !

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s