Roméo cherche Roméo de Justin Myers

IMG_20181031_132300.jpgUne jolie bouffée d’air frais qui fait du bien au moral ! Si vous avez aimé Coup de foudre à Notting Hill, Le Journal de Bridget Jones ou autres histoires de ce type, vous allez adorer ! Même si ce roman est un peu différent.

J’ai retrouvé dans cette histoire pleins d’éléments qui m’ont fait sourire, non parce qu’on est dans le gag, mais parce que c’est tellement vrai…

Pour peu que vous ayez été en couple avec quelqu’un de « destructeur » pour vous, que vous ayez traîné sur des sites de rencontre, voire que vous ayez rencontré des personnes par ce biais ou que vous ayez tenu un blog, le récit de James, homosexuel, fraîchement célibataire, manquant de confiance en lui, inscrit sur Soulseekers (notez que le nom du site est un peu plus romantique qu’Adopteunmec… et pourtant !) et blogueur sur Un Roméo de plus, va vous évoquer des souvenirs.

Ce qui est très intéressant dans la structure de ce roman, c’est le choix du narrateur-personnage. On est constamment avec le vrai James et on sent très vite le décalage entre lui et Roméo (le personnage du blog), décalage qui est le fond du problème : quand on joue un rôle, il faut veiller à ne pas se perdre en chemin. On sent le problème venir et en même temps, on est happés, nous aussi, par ce blog et par le style humoristique, cynique et volontairement caricatural de son auteur !

Ce n’est donc pas une comédie romantique comme les autres : des rencontres, il y en a plusieurs, de l’amour, pas vraiment, pas le vrai, pas encore, peut-être… Ce n’est pas fleur bleue du tout, ça ressemble plutôt à une descente aux enfers même à certains moments, mais c’est tout en légèreté et franchement, ça fait du bien !

Tous les personnages sont attachants, pour des raisons différentes : les amis Bella, Silvie, Nicole & Richie, Curtis ; les Roméos bien sûr, le crade, le « cuit à point », le « à la baignoire », Finn, Nate et même les personnages plus déplaisants comme Adam ou Hurley… Tous apportent quelque chose d’essentiel dans la quête du héros jusqu’à la fin de l’histoire, que j’ai adorée !

Pour le contenu, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas répétitif. Le point de départ, drôle en soi, se complexifie de relation en relation, les conséquences ne sont pas forcément celles qu’on aurait pu attendre et les choix de James sont souvent surprenants finalement.

Il y a aussi des éléments qui poussent à réfléchir, même si je ne suis pas certaine que c’était forcément l’intention de l’auteur. Par exemple, le fait que toutes les rencontres qui fonctionnent à peu près se font en deux temps, la fin de soirée ayant toujours lieu dans un bar gay, afin de pouvoir embrasser l’autre sans gêner les tables voisines. Même à Londres ! Même au XXIe siècle ! Je vous laisse méditer là-dessus !

Bien sûr ce roman n’a pas vocation à être un chef-d’oeuvre de la littérature, mais l’auteur avance finement dans une intrigue si bien menée que l’on devine rapidement qu’elle s’appuie sur du vécu. On sourit, on rit, on espère, on y croit, on n’y croit plus et on comprend enfin (merci Bella !!) ! J’ai vraiment beaucoup apprécié ces soirées passées avec James, qui doit faire un super pote et ça a été une jolie bouffée d’air frais et d’oxygène ! N’hésitez pas !

Merci à Eric Poupet et aux éditions LJ (J’ai lu) pour cette agréable découverte !

Priscilla (@Priss0904)

Résumé du roman : Gay, gaffeur et célèbre malgré lui… Le cousin de Bridget Jones ! James vient de rompre. Comme il tourne en rond dans son studio et au boulot, il décide de reprendre sa vie amoureuse en mains. Mais à l’ère digitale, pas facile de rencontrer le grand amour romantique ! En attendant, jouant de son humour et de sa belle plume, James trompe l’ennui en racontant sur son blog ses blind dates sous le pseudo de Roméo. Une initiative qui ne tarde pas à faire le buzz. Mais qui est donc Roméo ? Devenu malgré lui une célébrité du net, James ne se doute pas des péripéties qui vont suivre. L’amour sera-t-il au bout de l’aventure ?

Publicités

Bon retour à la maison de Debbie Macomber

Bon_retour_a_la_maison_c1_large.jpg

 

Chaque Histoire Charleston est différente, mais elles émeuvent toutes d’une façon ou d’une autre leurs lecteurs.

Pour ceux qui suivent le blog régulièrement, j’avais déjà pu vous faire découvrir cet auteur, grâce à une chronique sur son livre Une lettre en été, paru en 2015 et qui était le tome 3 d’une saga, je vous rafraîchit la mémoire ici:

https://livresque78.wordpress.com/2015/07/11/une-lettre-en-ete-de-debbie-macomber/

Debbie Macomber nous raconte ici un morceau de vie, trois sœurs qui s’aiment mais que pourtant, la vie, les choix, les rencontres, les malentendus ont séparés.

C’est un roman qui parle des erreurs, des décisions qu’on pense être les bonnes et qui nous emmènent loin de ceux qui sont chers à notre cœur. Mais aussi sur la seconde chance, sur le fait que rien ne soit jamais acquis ou perdu.

Le belle histoire de femmes courageuses qui acceptent de reconnaître leurs erreurs et  par conséquent de ne plus passer à coté de l’essentiel: l’amour de son entourage.

Un roman qui va à l’essentiel: la tendresse, l’affection, l’envie de bonheur et qui laisse le lecteur pantois par la précision des mots de l’auteur pour définir tous ces sentiments.

On ressort de cette lecture le coeur emplit de positivité et de volonté d’avancer.

Encore un très beau moment de lecture.

Résumé:

En grandissant, Cassie Carter et ses soeurs, Karen et Nichole, étaient extrêmement proches. Jusqu’à ce qu’un événement les sépare… Après l’université, Cassie a fuit maison pour épouser un homme mauvais, jetant aux orties ses études et brisant le coeur de ses parents.

À maintenant 31 ans, Cassie est de retour à Washington avec sa fille, espérant laisser son passé derrière elle. Après avoir mis fin à un mariage compliqué, elle tente de reconstruire le puzzle de sa vie. Malgré ses tentatives, elle n’a jamais réussi à faire la paix avec ses soeurs. Karen, la plus âgée, est une femme occupée, entre sa carrière et l’éducation de ses deux enfants. Et Nichole, la plus jeune, est une mère au foyer dont le mari passe tous les caprices.
Mais un jour, Cassie reçoit une lettre de Karen, qui laisse espérer une réconciliation. Et alors que Cassie se permet de croire à l’avenir, en s’excusant auprès de ses soeurs et en trouvant l’amour, elle réalise le pouvoir de la compassion, et la possibilité d’un nouveau départ…
Un merveilleux roman sur la persévérance et la confiance, un voyage excitant à travers les challenges et les joies de la vie.
« Les fans de Debbie Macomber ne seront pas déçus ! »
Library Journal

 

 

 

 

 

Après les ténèbres de Martine Delomme

PicsArt_01-22-11.48.39.png

 

Je vous parle aujourd’hui d’un roman de Martine Delomme, dont je découvre la plume aux éditions l’Archipel.

Une lecture que j’ai pris plaisir à découvrir, mais il faut le dire difficilement classable, c’est un roman, une histoire, telle qu’en vivent beaucoup de personnes comme vous et moi, tous les jours. C’est un moment de vie, où se croisent des destins de tous bords, où se font des rencontres inattendues.

Difficiles de savoir si on fait les bons choix en écoutant ce que nous dicte notre instinct, c’est ce que va découvrir Marion, qui pense agir comme il se doit sans savoir si cela ne va pas modifier son avenir ainsi que celui de Fabien. Le monde de l’art sur fond de seconde guerre mondial, des œuvres volées, vendues par les Allemands, dont on n’a plus aucune trace.

Une histoire juste dans le ton qu’emploie Martine Delomme, car elle nous offre des personnages attachants qui aiment, qui souffrent et ne sont donc au final pas différents de nous, sauf peut-être dans leur volonté de rétablir la vérité et de rendre justice.

Une lecture fluide agréable que je ne peux que conseiller.

4ème de couverture:

En posant les yeux sur ce tableau de Matisse, Marion ignorait quels terribles secrets elle allait déterrer… Étudiante en droit et en histoire de l’art, Marion revient à Apt auprès de ses parents à l’occasion d’un stage chez Fabien Goldberg, notaire et homme politique à la carrière prometteuse. Troublé par le charme et l’enthousiasme de la jeune fille, celui-ci l’invite dans le domaine familial et lui fait admirer quelques peintures de grands maîtres. Une toile de Matisse retient l’attention de Marion. Ce Soleil couchant à Collioure ne fait-il pas partie des oeœuvres d’art disparues pendant la Seconde Guerre mondiale ? Quel que soit le mystère qui se cache derrière cette découverte, il va bouleverser le destin de Marion et de ceux qu’elle aime…

 

 

La fille qui aimait les abeilles de Santa Montefiore

CVT_La-fille-qui-aimait-les-abeilles_3628Santa Montefiore
ISBN : 2368121706
Éditeur : Charleston (06/10/2017)

th

 

Ce 6 octobre 2017 sort un magnifique roman, encore une fois, aux éditions Charleston.

Ceux qui suivent le blog régulièrement savent à quel point j’apprécie les parutions de cette maison d’édition, non seulement parce que ce sont de beaux livres mais aussi et surtout parce que ce sont des histoires qui touchent au cœur.

Celle dont je vous parle aujourd’hui est particulièrement touchante et poétique. La fille qui aimait les abeilles nous fait vivre l’histoire d’amour de Trixie mais aussi celle que sa mère a vécu, 40 ans plus tôt. Au fil des pages, nous découvrons aussi la force de la relation qui les unit l’une à l’autre.

Deux histoires remplies de passion, de déception, de transgression…Quel plaisir pour la lectrice que je suis, un vrai régal.

La nature, les abeilles, le miel, tant de douceur qui vont pourtant être quelque peu assombries par la guerre qui pointe à l’horizon. 

Du début à la fin, Santa Montefiore, nous entoure de romantisme, de folie de jeunesse, elle nous fait ressentir à merveille et à nouveau la passion de nos jeunes années et de nos premiers émois. Une magnifique histoire, très touchante.

4ème de couverture:

1973. Trixie Valentine est amoureuse du leader d’un groupe anglais de rock qui passe l’été sur la petite île au large de Cape Cod (Massachusetts) où elle a grandi. La jeune femme en a assez de sa vie isolée, et rêve des grandes villes du monde. Elle ne veut pas finir comme sa mère, Grace, qui s’occupe des jardins des grands propriétaires depuis qu’elle a quitté l’Angleterre avec son mari, Freddie, à la fin de la guerre. Trixie ne comprend pas non plus son obsession pour les abeilles…
1937. L’Angleterre se prépare au combat, et la jeune Grace Hamblin va se marier. Mais alors qu’elle est sur le point de s’engager avec Freddie Valentine, elle est déchirée entre cet amour de jeunesse et le superbe aristocrate qu’elle sait ne jamais pouvoir épouser.
De l’Angleterre des années 1940 jusqu’à l’Amérique des années 1970, La fille qui aimait les abeilles est le récit magnifique de deux femmes aux prises avec un amour débordant.

 

 

 

La petite herboristerie de Montmartre de Donatella Rizzati

51gBO2omy+L._SX195_Donatella Rizzati

ISBN : 2368121242
Éditeur : Charleston (09/05/2017)

 

La petite herboristerie de Montmartre est une bouffée d’air à prendre à un moment  de votre choix, mais je vous suggère de la prendre maintenant.

Cette lecture est ce que l’on appelle une lecture Feel good, il est vrai qu’elle fait du bien, elle donne envie de prendre soin de soi. Mais c’est aussi une roman qui parle du deuil et de la nécessité de regarder de l’avant, de continuer à vivre, à aimer, à prendre du plaisir.

Pas de chaudes larmes, car n’oublions pas qu’on reste dans un roman de l’été, un moment léger et agréable. Là est donc, je trouve, le talent de l’auteur, car elle parvient à parler de sujets difficiles et qui touchent beaucoup d’entre nous tout en restant « Feel good ».

Ponctué de petites recettes de beauté ou de bien être ce roman nous fait un peu l’effet de lire quelques pages d’un livre de recettes de notre grand-mère, cela donne envie de toutes les essayer.

Une lecture, vous l’aurez compris que j’ai beaucoup apprécié et que je ne saurai que vous recommander.

4ème de couverture:

Viola Consalvi passe pour la première fois la porte d’une herboristerie tout près de la rue Lepic, à Montmartre. Pour cette passionnée de naturopathie, la découverte de ce lieu hors du temps est un véritable coup de foudre. Au contact de cet endroit magique et de sa propriétaire, Gisèle, la jeune étudiante est confortée dans son choix d’étudier la médecine alternative, choix que n’a hélas pas accepté sa famille. Son diplôme en poche, Viola retourne à Rome et rencontre l’amour en la personne de Michel. S’ensuivent six ans de bonheur, qui volent en éclat quand Michel décède brutalement d’un arrêt cardiaque. Bouleversée, anéantie, Viola se sent basculer. Au plus fort de la tourmente, une idée lui traverse soudain l’esprit : et si elle retournait à Paris, là où tout a commencé ?

 

 

S’accrocher aux étoiles de Katie Khan

CVT_Saccrocher-aux-etoiles_9370Katie Khan

ISBN : 237056069X
Éditeur : Super 8 éditions (11/05/2017)

 

Voici encore chez Super8 une très belle découverte, la dernière en date avait été Il y a un robot dans le jardin.

Ce roman est pour moi, tout autant empreint de tendresse, d’amour et de sentiments forts.

Un savant mélange de Science-fiction ou en tout cas d’anticipation et d’une très belle histoire d’amour, dans une société où il est compliqué voir impossible de vivre son amour à la vue de tous avant 35 ans, une société où chacun a son chemin tout tracé, ce qui ne laisse aucune place à la fantaisie et l’impulsivité.

Des aller-retours entre présent et passé nous expliquent comment Carys et Max se sont rencontrés et surtout comment ils en sont arrivés à une telle situation, à savoir qu’ils dérivent dans l’espace  avec juste 90 minutes d’oxygène devant eux.

Entre tentatives pour s’en sortir et bilan de leur relation, nous découvrons dans cette histoire, d’une façon détournée, bien sûr, un pied de nez aux regards des différences et à tous ceux qui veulent que l’être humain et ses sentiments rentrent dans un moule.

Un très joli moment de lecture, sur les sacrifices, la dévotion à l’autre et l’amour puissant.

4ème de couverture:

Dérivant dans l’’espace, Carys et Max n’’ont plus que 90 minutes disponibles d’’oxygène – 90 minutes durant lesquelles il vont essayer de sauver leur vie.
Accrochés l’’un à l’’autre, les deux amoureux regardent la planète bleue, se souviennent de leur rencontre, et évoquent le monde qu’’ils laissent derrière eux. Un monde censément idéal, duquel l’amour véritable est banni.
Love-story grandiose évoquant immanquablement Gravity, compte-à-rebours dopé au cortisol, S’accrocher aux étoiles met en scène deux personnages que l’’amour a changé et qui aimeraient à présent changer le monde. Mais à quel prix ?

 

 

La plage de la mariée de Clarisse Sabard

51OJQuUGF-L._SX195_

Je découvre Clarisse Sabard avec ce roman, elle a pourtant obtenu le prix du livre romantique 2016 avec Les lettres de Rose. Ce deuxième roman m’a donc permis de découvrir sa plume, certes romantique, mais pas seulement…

L’auteure nous parle ici de Zoé, une trentenaire, que la vie vient d’écorcher un grand coup. Mais Zoé est une battante, elle va entamer une quête qui va la mener à quitter sa ville actuelle, Nice et sa vie pour la Bretagne, où elle se rend afin de mener à bien la promesse faite à sa mère avant le décès de celle-ci.

J’ai trouvé dans ce roman, ce, bien-sûr à quoi je m’attendais: de l’amour, de l’amitié, mais aussi et à mon grand étonnement, un vrai hymne à la Bretagne, à ses paysages, à ses bons petits plats. C’est au final en plus d’être une histoire d’amour filiale et conjugale, une véritable ode épicurienne.

Clarisse Sabard, ne nous décrit pas un personnage parfait en la personne de Zoé, elle gaffe, est un peu mêle tout, mais tellement attachante. En toile de fond, une belle histoire d’amour fort dont le dénouement est attendu tout au long de cette lecture, qui a été une véritable bouffée d’air pur. Il me prend en refermant ce livre, comme une envie de prendre la route vers la Bretagne, dommage que je doive travailler demain…

Bonne lecture à tous.

4ème de couverture:

Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. L’hôpital l’appelle, ses parents viennent d’avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Celle-ci va révéler à Zoé qu’elle lui a menti depuis toujours : l’homme qui l’a élevée n’est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ». Zoé va rester quatre mois dans le déni, puis finit par craquer et se décide à partir à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé à l’américaine, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toutes ces années. L’arrivée d’un beau touriste pas comme les autres, Nicolas, va la perturber au plus haut point.

 

 

L’ombre et la lumière de Jack Laurent Amar

 

L’auteur nous dit être un « bébé « auteur, en effet L’ombre et la lumière est son premier roman.

Eh bien je dois dire que je tombe de haut, je viens de me prendre une grande claque, et je m’attends à très rapidement entendre parler de Mr Jack Laurent Amar. En tout cas, je ne peux que vous inviter à lire ce qui suit et à vous intéresser de plus près au cas de cet auteur originaire du Var. Il a une imagination débordante, et il nous en fait profiter dans L’ombre et la lumière.

Il m’a scotché à mon canapé avec cette histoire qui mêle amour, sensibilité, intelligence du thriller, on sent que Jack Laurent Amar s’est documenté et n’est pas parti dans une narration à l’aveuglette. Tout est pensé, bien rythmé de la première ligne jusqu’à la dernière. Il met tout d’abord en place une relation amoureuse, ce que l’on pourrait considérer comme une amourette de lycée, car même si cette relation semble forte, on a toujours tendance à penser qu’elle est passagère, éphémère… Mais Bastien et Lolie vont nous surprendre, surtout Bastien. Car c’est là que l’auteur nous emmène dans ce que son esprit a crée de toute pièces, et avec je trouve un grand talent.

Il mêle deux personnalités en une seule, un équilibre total et étonnant, il chamboule totalement l’idée qu’il vous avait mis en tête au départ. Mais je ne dois pas vous en dire trop car les surprises et les rebondissements rendent ce livre totalement addictif. Je m’y suis accroché comme à une bouée et chaque avancée dans l’histoire et dans la compréhension des événements m’ont donné beaucoup de plaisir de lecture. Plus le roman avance et plus on sent que Jack Laurent lâche la bride, il prend confiance et ses personnages et son histoire s’enrichissent.

 

Les années du silence tome 2- Les chemins de la destinée Louise Tremblay D’Essiambre

512waambdel-_sx210_

Louise Tremblay-d’Essiambre

ISBN : 2368121021
Éditeur : CHARLESTON (2016)

Je vous ai parlé il y a quelques semaines de la première partie de cette saga: Dans la tourmente.

https://livresque78.wordpress.com/2016/12/03/dans-la-tourmente-tome-1-les-annees-du-silence-louise-tremblay-dessiambre/

La suite nous embarque directement au Canada car nous connaissons les personnages, leurs histoires, le voyage démarre.  Le temps est passé , ils ont vieilli, créés ou agrandi leur famille. Mais les difficultés jalonnent toujours leur chemin, les encombres ne sont plus les mêmes car l’époque et les mœurs ont changé.

Heureusement, les plus âgés, les plus sages, ceux qui ont vécu veillent sur les plus jeunes, ils sont là pour les guider et leur montrer le chemin.

Toujours énormément d’émotions, des moments et décisions difficiles, mais surtout beaucoup d’amour.

Un roman qu’on ne lit pas mais que l’on vit, on se demande quels seraient nos choix et nos réactions si nous étions Jérôme, Cécile et leurs proches.

J’ai encore passé de belles heures de lecture et je vous parle bientôt de la troisième partie de la saga, en sachant que la fin de ce second volet se termine avec un suspense de taille.

4ème de couverture:

Après quarante ans de séparation, Jérôme et Cécile se retrouvent enfin, chacun portant les cicatrices d’une vie mouvementée. Mais l’amour sera-t-il encore au rendez-vous ? Parviendront-ils enfin, au crépuscule de leur vie, à redonner un sens à ces années d’espoir sans trêve ? Jérôme et Cécile, à la recherche du temps perdu, réussiront-ils à reprendre leur vie là où la guerre l’avait laissée ?
Commence alors une quête. La quête de l’amour, du bonheur et de la sérénité. La quête de la vie !
Et puis il y a François, le petit-fils, et Sébastien, un adolescent frondeur à qui la vie ne fait aucun cadeau. Amer, blessé, il a choisi la rue parce que personne ne l’a choisi. François arrivera-t-il à faire une différence dans la vie de Sébastien ?

« Il faut apprendre à regarder les choses avec le cœur de l’autre quand on dit aimer… »