S’accrocher aux étoiles de Katie Khan

CVT_Saccrocher-aux-etoiles_9370Katie Khan

ISBN : 237056069X
Éditeur : Super 8 éditions (11/05/2017)

 

Voici encore chez Super8 une très belle découverte, la dernière en date avait été Il y a un robot dans le jardin.

Ce roman est pour moi, tout autant empreint de tendresse, d’amour et de sentiments forts.

Un savant mélange de Science-fiction ou en tout cas d’anticipation et d’une très belle histoire d’amour, dans une société où il est compliqué voir impossible de vivre son amour à la vue de tous avant 35 ans, une société où chacun a son chemin tout tracé, ce qui ne laisse aucune place à la fantaisie et l’impulsivité.

Des aller-retours entre présent et passé nous expliquent comment Carys et Max se sont rencontrés et surtout comment ils en sont arrivés à une telle situation, à savoir qu’ils dérivent dans l’espace  avec juste 90 minutes d’oxygène devant eux.

Entre tentatives pour s’en sortir et bilan de leur relation, nous découvrons dans cette histoire, d’une façon détournée, bien sûr, un pied de nez aux regards des différences et à tous ceux qui veulent que l’être humain et ses sentiments rentrent dans un moule.

Un très joli moment de lecture, sur les sacrifices, la dévotion à l’autre et l’amour puissant.

4ème de couverture:

Dérivant dans l’’espace, Carys et Max n’’ont plus que 90 minutes disponibles d’’oxygène – 90 minutes durant lesquelles il vont essayer de sauver leur vie.
Accrochés l’’un à l’’autre, les deux amoureux regardent la planète bleue, se souviennent de leur rencontre, et évoquent le monde qu’’ils laissent derrière eux. Un monde censément idéal, duquel l’amour véritable est banni.
Love-story grandiose évoquant immanquablement Gravity, compte-à-rebours dopé au cortisol, S’accrocher aux étoiles met en scène deux personnages que l’’amour a changé et qui aimeraient à présent changer le monde. Mais à quel prix ?

 

 

La plage de la mariée de Clarisse Sabard

51OJQuUGF-L._SX195_

Je découvre Clarisse Sabard avec ce roman, elle a pourtant obtenu le prix du livre romantique 2016 avec Les lettres de Rose. Ce deuxième roman m’a donc permis de découvrir sa plume, certes romantique, mais pas seulement…

L’auteure nous parle ici de Zoé, une trentenaire, que la vie vient d’écorcher un grand coup. Mais Zoé est une battante, elle va entamer une quête qui va la mener à quitter sa ville actuelle, Nice et sa vie pour la Bretagne, où elle se rend afin de mener à bien la promesse faite à sa mère avant le décès de celle-ci.

J’ai trouvé dans ce roman, ce, bien-sûr à quoi je m’attendais: de l’amour, de l’amitié, mais aussi et à mon grand étonnement, un vrai hymne à la Bretagne, à ses paysages, à ses bons petits plats. C’est au final en plus d’être une histoire d’amour filiale et conjugale, une véritable ode épicurienne.

Clarisse Sabard, ne nous décrit pas un personnage parfait en la personne de Zoé, elle gaffe, est un peu mêle tout, mais tellement attachante. En toile de fond, une belle histoire d’amour fort dont le dénouement est attendu tout au long de cette lecture, qui a été une véritable bouffée d’air pur. Il me prend en refermant ce livre, comme une envie de prendre la route vers la Bretagne, dommage que je doive travailler demain…

Bonne lecture à tous.

4ème de couverture:

Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. L’hôpital l’appelle, ses parents viennent d’avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Celle-ci va révéler à Zoé qu’elle lui a menti depuis toujours : l’homme qui l’a élevée n’est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ». Zoé va rester quatre mois dans le déni, puis finit par craquer et se décide à partir à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé à l’américaine, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toutes ces années. L’arrivée d’un beau touriste pas comme les autres, Nicolas, va la perturber au plus haut point.

 

 

L’ombre et la lumière de Jack Laurent Amar

 

L’auteur nous dit être un « bébé « auteur, en effet L’ombre et la lumière est son premier roman.

Eh bien je dois dire que je tombe de haut, je viens de me prendre une grande claque, et je m’attends à très rapidement entendre parler de Mr Jack Laurent Amar. En tout cas, je ne peux que vous inviter à lire ce qui suit et à vous intéresser de plus près au cas de cet auteur originaire du Var. Il a une imagination débordante, et il nous en fait profiter dans L’ombre et la lumière.

Il m’a scotché à mon canapé avec cette histoire qui mêle amour, sensibilité, intelligence du thriller, on sent que Jack Laurent Amar s’est documenté et n’est pas parti dans une narration à l’aveuglette. Tout est pensé, bien rythmé de la première ligne jusqu’à la dernière. Il met tout d’abord en place une relation amoureuse, ce que l’on pourrait considérer comme une amourette de lycée, car même si cette relation semble forte, on a toujours tendance à penser qu’elle est passagère, éphémère… Mais Bastien et Lolie vont nous surprendre, surtout Bastien. Car c’est là que l’auteur nous emmène dans ce que son esprit a crée de toute pièces, et avec je trouve un grand talent.

Il mêle deux personnalités en une seule, un équilibre total et étonnant, il chamboule totalement l’idée qu’il vous avait mis en tête au départ. Mais je ne dois pas vous en dire trop car les surprises et les rebondissements rendent ce livre totalement addictif. Je m’y suis accroché comme à une bouée et chaque avancée dans l’histoire et dans la compréhension des événements m’ont donné beaucoup de plaisir de lecture. Plus le roman avance et plus on sent que Jack Laurent lâche la bride, il prend confiance et ses personnages et son histoire s’enrichissent.

 

Les années du silence tome 2- Les chemins de la destinée Louise Tremblay D’Essiambre

512waambdel-_sx210_

Louise Tremblay-d’Essiambre

ISBN : 2368121021
Éditeur : CHARLESTON (2016)

Je vous ai parlé il y a quelques semaines de la première partie de cette saga: Dans la tourmente.

https://livresque78.wordpress.com/2016/12/03/dans-la-tourmente-tome-1-les-annees-du-silence-louise-tremblay-dessiambre/

La suite nous embarque directement au Canada car nous connaissons les personnages, leurs histoires, le voyage démarre.  Le temps est passé , ils ont vieilli, créés ou agrandi leur famille. Mais les difficultés jalonnent toujours leur chemin, les encombres ne sont plus les mêmes car l’époque et les mœurs ont changé.

Heureusement, les plus âgés, les plus sages, ceux qui ont vécu veillent sur les plus jeunes, ils sont là pour les guider et leur montrer le chemin.

Toujours énormément d’émotions, des moments et décisions difficiles, mais surtout beaucoup d’amour.

Un roman qu’on ne lit pas mais que l’on vit, on se demande quels seraient nos choix et nos réactions si nous étions Jérôme, Cécile et leurs proches.

J’ai encore passé de belles heures de lecture et je vous parle bientôt de la troisième partie de la saga, en sachant que la fin de ce second volet se termine avec un suspense de taille.

4ème de couverture:

Après quarante ans de séparation, Jérôme et Cécile se retrouvent enfin, chacun portant les cicatrices d’une vie mouvementée. Mais l’amour sera-t-il encore au rendez-vous ? Parviendront-ils enfin, au crépuscule de leur vie, à redonner un sens à ces années d’espoir sans trêve ? Jérôme et Cécile, à la recherche du temps perdu, réussiront-ils à reprendre leur vie là où la guerre l’avait laissée ?
Commence alors une quête. La quête de l’amour, du bonheur et de la sérénité. La quête de la vie !
Et puis il y a François, le petit-fils, et Sébastien, un adolescent frondeur à qui la vie ne fait aucun cadeau. Amer, blessé, il a choisi la rue parce que personne ne l’a choisi. François arrivera-t-il à faire une différence dans la vie de Sébastien ?

« Il faut apprendre à regarder les choses avec le cœur de l’autre quand on dit aimer… »

 

 

 

 

Les bombardiers lourds Français de la RAF

CVT_Les-bombardiers-francais-de-la-RAF--leur-histoire_7576

Une histoire d’amour et de guerre aux Editions Jourdan

Pas besoin d’être un grand connaisseur de la Seconde Guerre Mondiale pour apprécier cette lecture.C’est avant tout pour moi l’histoire d’amour qui prime, elle se déroule dans les derniers moments de cette terrible guerre.

Francis est Français, originaire de Marseille et Barbara est Anglaise.

Un amour epistolaire va naître entre eux, pas de coup de foudre mais des sentiments qui s’étoffent petit à petit, avec en toile de fond les missions de Francis qui est pilote.

Ce livre se base sur les véritables événements de l’époque et sur les échanges postaux entre Francis et Barbara ainsi que sur le journal de cette dernière.

Etayé comme un véritable document par des photos ( qui amènent un réalisme très touchant) et des explications claires sur le matériel, les lieux, les circonstances et événements, tout y est, pas de fiction ici.

Des moments touchants, heureux mais aussi tristes et difficiles.

La difficulté d’entretenir une relation amoureuse, non seulement avec l’ombre des combats, de la mort, mais également le fait que Francis soit un soldat étranger pour Barbara. 

Quel est leur avenir?

J’aime en apprendre plus sur les événements qu’ont vécu ceux qui ont subi cette guerre, mais il est vrai que le fait que ceci soit assorti d’une jolie histoire, rend les choses bien moins studieuse. Un équilibre entre l’amour et les faits que je trouve très intéressant.

Résumé:

Barbara Harper-Nelson fut autrefois la petite amie d’un jeune aviateur français, Francis Usai, qui combattait dans le Bomber Command de la RAF, basé à Elvington, près de York, d’où il mena des missions de nuit dans l’horrible déluge de feu que fut la bataille de la Ruhr. Étonnamment, elle conserva toutes ses lettres (plus de 2000 pages) ainsi que ses propres journaux. Réunis tant d’années plus tard, ces documents authentiques, qui se lisent comme un roman, constituent une conversation unique, évocatrice, émouvante, mais parfois aussi amusante, entre deux jeunes gens pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils font revivre la mémoire de nombreuses personnes qu’ils ont rencontrées et nous replongent dans la réalité des événements historiques qu’ils ont vécus. L’intensité de leur amour et leur courage sont saisissants. Très peu de gens savent qu’environ 2300 Français basés (personnel navigant et au sol inclus) à Elvington, près de York, ont combattu aux côtés des alliés dans le Bomber Command de la RAF et que sur les équipages initialement engagés un homme sur deux fut tué. La base d’Elvington fut la seule quasiment entièrement affectée à une autre nationalité en Grande-Bretagne. Les Anglais à York l’avaient baptisée « La petite France ». Ce livre leur rend hommage et devrait aussi contribuer à mieux les faire connaître. C’est également une mine d’informations sur les évènements historiques vécus sur le vif par ces deux jeunes gens et sur le contexte culturel de l’époque (musique, films, etc.).

 

 

 

La jeune fille sur la falaise de Lucinda Riley

 

sm_CVT_La-jeune-fille-sur-la-falaise_7227

Encore une fabuleuse histoire publiée aux éditions Charleston. J’affectionne particulièrement leur romans, cela représente toujours une magnifique pause lecture, du romantisme, de l’émotion…

Lucinda Riley a l’art de raconter, elle nous embarque dans une saga familiale de plus de cent ans, et j’ai tout simplement été passionnée.

Un univers incroyable dans lequel le lecteur se projette sans aucune retenue ni difficulté malgré qu’il soit éloigné dans le temps et dans les lieux.

Des histoires d’amour impossibles, des sacrifices, des trahisons et retournements de situations, des hasards et coïncidences folles…

Nous rencontrons tout au long de ce livre des femmes incroyables, courageuses, à qui la vie n’épargne rien, des rebondissements qui pimentent l’histoire quand il faut et qui font tourner les 486 pages de ce roman à un rythme fou.

Une intrigue familiale rondement menée, qui foisonne de détails qui se rejoignent et s’emboîtent parfaitement.

Et que dire de ce bel objet qu’est le livre en lui-même, si comme moi vous êtes sensible aux livres papier, celui-ci est superbe, une belle qualité de papier et d’impression, ainsi qu’une couverture qui donne le ton: L’émotion.

 

Résumé:

Pour échapper à une récente rupture, Grania Ryan quitte New York pour aller se ressourcer en Irlande auprès de sa famille. C’est là, au bord d’une falaise, qu’elle rencontre Aurora Lisle, une petite fille qui va changer sa vie.

En trouvant de vieilles lettres datant de 1914, elle se rend compte du lien qui unit leurs deux familles. Les horreurs de la guerre, l’attrait irrésistible du ballet, le destin d’un enfant abandonné, ont fait naître un héritage de chagrin, qui a tour à tour marqué chaque nouvelle génération.

C’est finalement l’intuition d’Aurora qui leur permettra de se libérer des chaînes du passé, et d’aller vers un futur où l’amour triomphe sur la perte.

 

 

 

Brume légère sur notre amour de Madeleine Chapsal éditions Fayard

téléchargement (6)

Un roman court qui se lie rapidement. Pas de sujet de fond ici, mais de jolies lignes qui nous parlent de l’amour, celui qu perdure après de nombreuses années de vie commune.

Un instant de vie, principalement de celle de Roger et Martine mais aussi de leur entourage. Arrivé à un moment de la vie et du couple où les choses peuvent changer: la maladie, la séparation, le décès du conjoint, où on se demande si on peut encore séduire…

Une période où l’amour n’est plus le même, mais est-ce pour autant qu’il n’existe plus? Un agréable moment de lecture sur un âge où l’on a tendance a penser que le plus beau est derrière nous alors qu’en y regardant bien, il est devant.

Résumé: 

Cinquante ans et trente années d’amour, les « noces de perle », est-ce que cela va continuer, disons, jusqu’au bout ? C’est la question  que se pose à part soi un couple de Parisiens. Roger est architecte,  Martine femme au foyer, et c’est en douce que l’un et l’autre vont mettre leur amour à l’épreuve par quelques écarts, cachotteries et diverses  tromperies. Le fil d’or de leur entente est-il assez solide pour résister à de telles secousses, ou va-t-il se rompre ?En cours de route, on fait de nouvelles rencontres : un autre couple, une femme souffrant poétiquement d’alzheimer, une jeune séductrice aussi, et l’on randonne sur le plateau de Millevaches. Tous incidents  qu’expose  avec finesse et talent Madeleine Chapsal, l’analyste des passions,  dans ce roman doux et violent où bien des couples risquent de se reconnaître? ? Pour en rire, en pleurer, ou peut-être reprendre espoir, une fois la brume dissipée. 

Au premier chant du merle de Linda Olsson

9782809818093-001-G-220x352
Editions l’Archipel      251 pages 20€

 

Un roman qui aborde tout simplement le sujet de la solitude et de la dépression car Elizabeth est dépressive et vit recluse. Mais pas s’inquiète de, tout va s’arranger…

Qu’elle soit volontaire ou dû à un handicap ou un accident de la vie, beaucoup de gens vivent une forme de solitude. Ils s’enferment chez eux ou dans un mutisme avec leurs douleurs et leurs souffrances.

Linda Olsson nous raconte ici la rencontre de trois solitaires, qui vont réapprendre à découvrir le bonheur tout simple d’être ensemble.  Redécouvrir des choses simples, qui permettent le partage et d’ouvrir son attention à l’autre.

♫♫♫♫      ☼☼☼☼     ♥♥♥♥

Une belle lecture pleine de poésie qui même si elle débute de façon un peu tristounette, gagne en optimisme et en sentiments heureux tout au long de la lecture. Une petite histoire, comme il y en a sûrement beaucoup autour de nous, sans que nous le sachions. Une lecture qui aborde le passé et ses blessures, mais aussi les sentiments simples mais tellement enrichissants. Une très jolie histoire, qui mérite d’être découverte.

Note générale: ♥♥♥,5/♥♥♥♥♥

Résumé:

Dépressive, taciturne, hantée par son passé et les visions d’une «dame en vert», Elizabeth vit recluse dans son appartement, coupée du monde, limitant tout contact social. Jusqu’au jour où son voisin septuagénaire, Elias, s’adresse à elle par la fente de sa boîte à lettres. Ce rapport rare la trouble et la touche. Elle lui répond alors en lui offrant un recueil de poèmes. Un dialogue se noue entre ces deux êtres à la dérive.
Le jour où est témoin de l’agression du vieil homme, elle prévient Otto, l’ami d’Elias, qui habite le même immeuble qu’eux. Elizabeth et Otto apprennent alors à se connaître, se rapprochent. Par la grâce de cette mésaventure, ces trois êtres fragiles, que tout opposait, vont apprendre se serrer les coudes et à s’ouvrir : accepter de se dépasser, combattre ses peurs, pour connaître, enfin, la quiétude auprès des siens.
Et, peut-être, l’amour.

 

 

 

 

 

Quand le ciel descend sur la terre de Maud Cordier

cvt_Quand-le-Ciel-Descend-Sur-la-Terre_1267

Maud est une jeune auteure, qui a pris contact avec moi il y a quelques temps. Nous sommes donc en amitié sur Babelio, sur Facebook, nous partageons l’amour des animaux, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de lire ces écrits.

Une envie de lire un jeune auteur m’a pris, il m’est donc apparu clairement que c’est vers Maud que cette envie devait se tourner. En un clic son premier roman Quand le ciel descend sur la terre était donc dans ma liseuse.

Et voilà le moment de dire ce que j’ai pensé de cette lecture.

Maud a su me plonger dans son histoire, certes, une histoire simple où des sentiments se percutent. Mais elle a su trouver l’essence même de ces sentiments, une profondeur, une intensité, une douleur qui étouffe et qui pourtant côtoie des moments plus léger.

Des personnages attachants qui vivent des choses de tous les jours, mais qui le vivent intensément malgré leur jeune âge, Maud a donné son prénom a son personnage principal, elle lui a aussi transmis son amour de la vie, de la nature, des animaux et des belles choses. On sent dès le début de la lecture que l’auteure y a mis ses tripes, ce livre est son premier bébé( en tout cas, son premier bébé littéraire), et je suis persuadé que bien d’autres suivront, car le talent de la narration est là. Maud, cette jeune fille dont l’auteure nous narre la difficulté à sortir de l’adolescence et à rentrer dans l’âge adulte, ou plutôt d’y être propulsée, m’a ému, m’a enchanté par son courage.

Merci Maud pour ce joli moment passé en compagnie de tes personnages, j’ai hâte de découvrir la suite, tu as suscité mon intérêt, et attiser ma curiosité.

Résumé:

Maud est une jeune femme de 20 ans qui cherche à fuir son passé. Suite à sa rupture avec Alex, elle est enfermée dans une spirale infernale où déni et tristesse se mêlent. Mais jusqu’où la tristesse justifie-t-elle le déni ? Doit-on pour autant fuir la réalité pour s’éviter de souffrir ? Peut-on être heureux quand les blessures du passé entaillent l’avenir ?