Les yeux Jaunes Tome 1 Les premiers jours de Yvan Godbout

41o0rkod7vl-_sx195_Yvan Godbout

ISBN : 2897332573
Éditeur : ADA ÉDITIONS (18/09/2013)

Je regardais d’un oeil gourmand cette série depuis un petit moment. Je me suis donc enfin décidée à m’y plonger et j’avoue que j’y ai trouvé ce que j’attendais.
Alors, certains me diront que le thème des zombie, de l’apocalypse et de la fin du monde a été traité en long en large et en travers, et qu’il est difficile d’y trouver quelque chose qui sorte des sentiers battus. Je répondrais à ces personnes que lorsqu’on se plonge dans ce type de série, qu’elle soit sous forme de romans ou de d’épisodes télé, on sait très bien où on met les pieds. On s’attend à trouver du sang, des tripes, des morsures, de la peur, des poursuites, de la survie…

 

Un début de roman qui m’a un peu inquiété car j’ai trouvé les premières pages pseudo-comique, ce que je ne voulais absolument pas trouver dans un roman de ce type.

Mais l’histoire  a vite pris en profondeur et en intensité au fil des pages.

Un suspense constant et une fin de ce premier tome qui donne une envie folle de se plonger directement dans le tome 2.

Mais patience, je vous en parle bientôt, car il faut ménager le suspense et vous laisser le temps de vous procurer ce premier volume.

J’espère vous avoir donné l’envie de vivre un moment en compagnie des yeux jaunes…

4ème de couverture:

J’étais en train de pisser quand j’ai remarqué l’étrange couleur du ciel par la fenêtre de la salle de bain. Je me suis dit que c’était un caprice de Dame Nature, et j’ai poursuivi mes ablutions matinales. Je ne savais pas encore à ce moment-là que le Diable avait étendu son territoire sur notre si jolie planète. J’ai commencé à comprendre qu’il se passait un truc vraiment pas normal quand j’ai découvert ma fille Susie en train de s’offrir notre gros matou Charlot en guise de petit déjeuner, et j’ai dû admettre l’évidence lorsque mon épouse Catherine a tenté de me croquer à son tour. Là, il n’y avait plus aucun doute. La fin du monde était arrivée, et ma traversée de l’Apocalypse n’allait pas être de tout repos

 

Déchirés de Peter Stenson

téléchargement

Une drôle d’histoire que « Déchirés » de Peter Stenson.
Donc: des zombies, ça on connaît, on en voit partout ( pas encore en bas de chez moi), mais alors là l’originalité est que ce ne sont pas les courageux ou les braves qui sont les héros.

Les héros sont Les déchirés, les défoncés, les toxicos, ceux qui ne pigent rien tellement ils sont stones.
Alors il va falloir qu’ils se réveillent, me direz vous?
Mais attention, dans le roman, on ne trouve pas que cela, il y a aussi de l’amour…, heureusement d’ailleurs car nos principaux protagonistes, en qui l’on fonde nos espoirs durant quelques pages, nous replongent dans l’affliction juste après.
De l’humour dosée avec justesse et bien sûr l’élément absolu : du sang, des tripes et des boyaux…
Mais la réflexion trouve aussi sa place dans le roman, car ce n’est pas qu’une accumulation de vices et de scènes gores que vous allez découvrir durant votre lecture.
Etre ainsi attaqué par la vie à seulement 25 ans, cela interpelle inévitablement. Vous le comprenez donc, Déchirés est un livre qui sous des apparences dures et violentes amène à la réflexion, la fin du roman vous remue indéniablement.
Une belle surprise.

Résumé:

Accro à la méthamphétamine, Chase Daniels est un junkie minable sans cesse en quête d’un nouveau fix. Quand il se réveille un beau matin pour voir une fillette déchiqueter un Rottweiler, il ne s’inquiète pas plus que ça. Ouais, peut-être qu’il devrait. Car la fin des temps est là : les rues grouillent de zombies avides de chair humaine, et survivre est devenu un objectif à très court terme. Mais que signifie l’apocalypse, se demande Chase, quand la société a déjà tiré sur vous un trait définitif ? Et cette malédiction, qui semble toucher tout le monde sauf lui et son ami Typewriter, n’est-elle pas l’occasion qu’il attendait… celle de prendre un nouveau départ et d’accomplir enfin quelque chose de grandiose ? Dans un monde livré au chaos et aux flammes, le  » nouveau  » Chase Daniels, perdu dans ses rêves de rédemption et d’amour fou, se met en tête de retrouver son ex-petite amie et de la sauver. Les règles du jeu ont changé : désormais, c’est tuer, ou être tué, fuir sans penser au lendemain. Hanté par les fantômes du passé, dévoré par le manque, Chase ne court-il pas au-devant de sa dernière désillusion ? Comédie noire, thriller horrifique, à la fois cruel et atrocement comique, Déchirés n’est pas seulement un grand roman de zombies porté par une écriture survoltée : c’est aussi, à mi-chemin entre The Walking dead et Breaking Bad, Hubert Selby Jr. et Las Vegas Parano, l’histoire d’amour la plus extrême et déchirante que vous ayez jamais lue.

Bird box de Josh Malerman

bird box

Résumé:

Malorie élève ses enfants de la seule façon possible: barricadés chez eux. Dehors, il y a un danger terrible, sans nom. S’ils s’aventurent à l’extérieur, ce sera les yeux bandés pour rester en vie.

S’ils ôtent leurs bandeaux, ils se donneront la mort avec une violence inouïe. Malorie a deux solutions: rester cachée avec ses enfants, isolée, ou bien entamer un terrifiant périple jusqu’au fleuve dans une tentative désespérée, presque vaine, pour rejoindre une hypothétique colonie de survivants. La maison est calme.

Les portes sont verrouillées, les rideaux sont tirés, les matelas cloués aux fenêtres. Les enfants dorment dans la chambre de l’autre côté du couloir. Mais bientôt, elle devra les réveiller et leur bander les yeux. Aujourd’hui, ils doivent quitter la maison et jouer le tout pour le tout.

Un tour de force psychologique oppressant au cœur de l’Amérique contemporaine, dans une atmosphère de fin des temps digne d’un livre de Barjavel, de La Route de Cormac McCarthy ou du Jour des Triffides de John Wyndham. Bird Box revisite le roman post-apocalyptique et hisse son jeune auteur Josh Malerman parmi les grands noms du genre.

Mon avis:

Quel choc! Ce livre est tout simplement époustouflant, il m’a agrippé dès les premières pages et ne m’a plus lâché. L’idée est génial, et aussi très effrayante, en effet, lorsque nous avons la chance de voir, le fait de perdre cette possibilité nous terrifie. Ici c’est par obligation que chacun doit se bander les yeux, car regarder signifie mourir.
Le va et vient entre le présent et le passé amène un suspense digne de ce com.
Cela faisait longtemps qu’un livre de ‘avait pas donner autant de sueurs froides.
Il touche vraiment à deux choses qui nous font peur.: vivre dans le noir et le danger, celui qui va nous rendre fou et nous tuer.

Pas de niaiserie, des moments durs qui vous collent le frisson. La solitude qui revient quoi qu’il arrive, il en faut du courage pour survivre à ça!
Ruez vous sur ce livre, il est génial.

Apocalypsis tome 5 Omega Eli Esseriam

cvt_Apocalypsis-Tome-5--Omega_9255

L’Oméga. La fin. L’Apocalypse. Alice, Edo, Maximilian et Elias doivent enfin affronter leur destin, ensemble. Tandis que l’heure du choix approche, les quatre Cavaliers sont pris dans un tourbillon de révélations qui mettra à mal toutes leurs convictions. Que sont les ténèbres, quelle est la lumière ? Ils devront cependant oublier leurs doutes, car leur mission est simple : détruire l’humanité, et n’épargner que 144.000 âmes. En seront-ils capables ?

Mon avis:

note:4/5

Je commence par préciser que la note 4/5 a été motivé par l’ensemble de la saga, il m’étais impossible de mettre une note moyenne à un série que j’ai tant aimé.
Cependant, je dois avouer que j’ai ressenti une certaine déception à la lecture de cet ultime tome, je m’explique:
Merci à ceux qui n’ont pas lu ce tome de passer leur chemin!
– Je m’attendais à l’apocalypse, et je me suis retrouvée avec un imbroglio de personnages et d’histoires, j’avais beaucoup de mal à m’y retrouver, ce qui a souvent tendance à vite me lasser.
-J’étais impatiente de retrouver Alice, Edo, Max et Elias ensemble et de faire un bout de chemin avec eux, mais ils se sont bien vite séparés.
Maintenant, je me dois de relever les points positifs, quand même:
-L’écriture de l’auteure fait toujours son effet, précise, intéressante, les anecdotes et opinions racontés sont toujours passionnantes et l’on s’y accroche pour connaître l’issue.
– de nombreux détails s’éclaircissent, les chemins et les histoires des personnages se croisent, tout s’éclaire.
-La fin du tome, est très bonne, elle m’a de nouveau interpellé comme au premières lignes d’Alice, j’étais déçue de ne pas en savoir plus sur les personnages évoqués.
Dans l’ensemble cette saga reste hors norme et de grande qualité et je la conseille vivement.

Apocalypsis tome 4 Le cavalier pâle Elias de Eli Esseriam

cvt_Apocalypsis-Tome-4--Cavalier-Pale-Elias_1054

Résumé:

Si tu viens à trouver ces feuillets, c’est que les choses ne se sont pas exactement déroulées comme nous le pensions.

Il est important que je consigne quelque part les faits qui te concernent, car la probabilité est grande que ta mémoire soit altérée au moment où tu découvriras ces pages.

Ce sont des souvenirs du passé et du présent, mais aussi des souvenirs du futur. Si je te les écris, c’est qu’ils sont essentiels. Ils définissent ton existence et expliquent qui tu es. N’en néglige aucun, ne méprise pas celui qui te paraîtra léger ou insignifiant.

Mon avis:

Mais quel plaisir, je viens de passer le meilleur moment de cette saga, je crois, mais il me reste encore Omega à lire, donc le bilan définitif se fera plus tard.
Comment vous faire comprendre mes sensation après la lecture de ce cavalier pâle: Elias.
Il est vraiment à l’opposer des autres cavaliers. Il est bon, gentil, et c’est son problème d’ailleurs, il ne peut pas accomplir ce pourquoi il est sur cette terre, il faut qu’il change.
Il détient un pouvoir qui de prima abord, apparaît comme fabuleux, mais la réalité n’ai pas si rose que ça.
Il a en commun avec les cavaliers rouge et noir, le fait qu’il aime une personne par dessus tout, d’un amour qui est ici, pur et d’une beauté à toutes épreuves.
Mais je ne vous en dit pas plus sur ce personnage que j’ai trouvé extraordinaire.
Comme chaque cavalier il faut le découvrir par soi même.
Concernant l’écriture de l’auteure, je suis toujours autant bluffée, c’est rondement mené, tout s’emboîte, on peut faire des petits recoupements avec les autres cavaliers et leur entourage, et là on se dit « mais oui, bien sûr »
Ce tome 4 nous amène de façon magistrale au cinquième et dernier tome de la saga « Oméga », et j’avoue que c’est avec une certaine effervescence que je m’empresse de terminer cette critique afin de pouvoir connaître le grand final et le fin mot de l’histoire.

Pour finir, il y a des livres dont on a envie de parler pendant des heures, avec ceux qui l’ont lu, mais dont on a aussi envie de parler avec ceux qui ne l’ont pas lu, pour leur donner envie, et bien celui-ci fait partie de cette catégorie.

Apocalypsis tome 3, le cavalier Noir Maximilian de Eli Esseriam

cvt_Apocalypsis-Tome-3--Cavalier-Noir-Maximilian_4972

Résumé:

Maximilian Von Abbetz, le Cavalier Noir, est issu d’une famille autrichienne richissime, ayant su tirer profit du nazisme. Orgueilleux, cynique et charismatique, il ne fréquente que l’élite. Il jouit d’une popularité inquiétante, d’un pouvoir de séduction surnaturel qui ne laisse personne insensible ; hormis sa jeune sœur qui, souffrant de cécité, restera la seule à l’aimer pour ce qu’il est réellement. Son don réside dans son apparence, qui prend les traits de l’objet de désir de celui qui le regarde. Adulé, vénéré, il pousse les êtres qui l’entourent aux pires exactions. Personne ne semble connaître son véritable visage, si
tant est qu’il en ait un.

Mon avis:

Je me lance afin de tenter d’exprimer mes sentiments en mots et faire la critique de ce troisième cavalier.
Je l’ai trouvé totalement différant des deux cavaliers, Alice et Edo.
J’avais par moment l’impression de lire un roman qui traîtait d’un autre sujet que l’apocalypse, car l’histoire nous amène par des chemins tortueux et douloureux là ou Maximilien, notre cavalier noir, doit se rendre.
Je m’explique:
Je trouvai que Maximilien, avait moins conscience de qui il était et de quel était son rôle, alors qu’en fait en finissant ce roman, je comprend que Max se retrouve exactement là ou il devait être pour que l’histoire continue.
la force de cette série de roman, est que chaque histoire est totalement différente de la précédente et pourtant l’auteure arrive à rassembler les personnages ou en tout cas à créer le lien nécessaire.
Ce troisième tome est donc encore un grande surprise, pas vraiment dans le sens par lequel je l’entendais au départ, mais une grande surprise tout de même.

Apocalypsis tome 2 Cavalier rouge: Edo De Eli Esseriam

cvt_Apocalypsis-Tome-2--Cavalier-Rouge-Edo_8775

Résumé:

« Je me suis éloigné tranquillement et, dans mon sillage, le ciel continuait de se déchaîner, la terre n’en finissait pas de se lézarder, d’éclater comme un fruit trop mûr. La nuit avait l’air d’un trou béant qui avalait tout.

Je suis remonté sur ma moto et j’aurais pu jurer que, sous sa roue arrière, le bitume crevait. Les flammes couraient derrière moi et embrasaient les vignes, les arbres, les maisons. Pas pour me rattraper et m’allumer. Plutôt pour m’escorter. La traîne de la mariée, la dentelle en moins, les cris et la mort en plus. Après moi, le déluge, comme dirait l’autre. L’autre, en l’occurrence, c’était moi.»

Mon avis:

Lu dans la foulée du premier tome « Alice », et je reste sur ma première opinion, quelle superbe découverte! Encore beaucoup d’humour, mais aussi de moments difficiles.
Contrairement à Alice, Edo n’a pas eu une enfance rose dans une famille modèle. Pourtant, il a tout de même des points communs avec le cavalier blanc, il n’aime personne, n’a aucune pitié, excepté pour son petit frère, qu’il protège et dont il s’occupe. Malgré sa brutalité et son manque de savoir vivre, il croise sur sa route quelques personnes qui en valent la peine.
Il est un cavalier de l’apocalypse et comme Alice il doit faire le vide autour de lui, pour réussir sa mission et tenter de protéger ceux qu’il aime ou commence à aimer.
Tout en écrivant la suite de  » cavalier blanc », Eli Esseriam parvient à nous embarqué avec « cavalier rouge » dans une histoire tout à fait différente, mais en gardant les quelques fils nécessaires qui lient les deux histoires.
Décidément j’aime le style et l’écriture de cette auteure, elle est drôle, tranchante, moderne.
Impatiente de connaître la suite, mais je vais essayer de ménager un peu le suspense, car c’est le genre de saga sur laquelle on ne tombe pas tous les jours.

Apocalypsis- tome1 cavalier blanc Alice de Eli Esseriam

cvt_Apocalypsis_4550
  • Broché: 238 pages
  • Editeur : Nouvel Angle éditions (6 octobre 2011)
  • Collection : Matagot
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2354501781
  • ISBN-13: 978-235450178
  • Présentation de l’éditeur:
  • La fin du monde est proche. Ils sont quatre jeunes de 17 ans : Alice, Edo, Maximilian et Elias. Ils sont les Cavaliers de l’Apocalypse. Ils n’épargneront que 144 000 âmes. En ferez-vous partie ? « Cela doit être très reposant, parfois, d’être une personne lambda, destituée de toute responsabilité, lovée dans l’ignorance de tout ce qui se joue dans des sphères plus élevées. Pour la première fois, je les regarde avec une sorte de jalousie contenue. La fin du monde, pour eux, se définit par une mauvaise note en latin, déchirer son pantalon au niveau des fesses ou se faire larguer devant tout le monde dans la cour du lycée » – Alice Naulin, Cavalier Blanc.

Mon avis:

Je ressors très étonnée de cette lecture, dans le bon sens du terme.
Les sentiments ressentis au fil de ce premier tome ont différé, de la quasi hilarité lors de certains passages ou Alice découvre sa capacité et cherche à en connaître les limites; puis l’affliction et la tristesse, le dégoût lors des moments ou elle comprend l’ampleur de ces actes et en subit les conséquences.
Alice est loin d’être une fille sympa, elle est même méchante, pourtant elle peut ressentir des sentiments, mais elle sait qu’elle doit les étouffer dans l’oeuf, elle est destiné à autre chose, elle est le chevalier blanc de l’apocalypse.
Tout a été prévu par son créateur, chaque étape est nécessaire. Bientôt elle renco
ntrera ses frères.

Cette saga de 5 tomes est une très belle surprise pour l’instant.
J’ai été étonné de la découvrir au rayon ado de ma médiathèque.
L’écriture est intelligente, le vocabulaire riche.
L’auteure fait appel à de très nombreuses références littéraires, historiqu
es, mythologiques.

Je me jette sur le deuxième tome avec faim et avidité.