Cet été là de Martin Lee

61oobjv-i0l-_sx195_

Lee Martin

ISBN : 2355845581
Éditeur : Sonatine (09/02/2017)

En refermant ce livre, je ressens une certaine tristesse, non parce qu’il est fini, mais parce que j’ai l’impression d’abandonner la petite Katie.

Vous l’avez donc compris, j’ai été touché par cette lecture, alors bien entendu je suis sensible à la cause des enfants comme la plupart d’entre nous, mais il faut aussi dire que Martin Lee a su créer une ambiance bien particulière.

Un roman qui laisse le choix au lecteur de ce qu’il veut ressentir, pas de larmoyant ni de condescendance. Des faits, des mensonges et des vérités tardives, et libre à vous de décider: vous leur pardonnez? Vous les comprenez? Vous passez votre chemin, vous oubliez?

Un fait divers qui comme beaucoup se déroulent tous les jours ici et ailleurs malheureusement, mais l’auteur nous propose de s’arrêter quelques heures dans cette petite ville des Etats-Unis, afin de vivre de l’intérieur une disparition, qui aurait pu être évitée si chacun avait assumé ses sentiments, ses désirs, ses frustrations et ses erreurs.

Une petite fille que l’on se prend à aimer au fil des pages et qui en vient à nous manquer à la fin du livre. Une narration à plusieurs voix, donc différents points de vue.

Un roman difficile qui m’a chamboulée pendant et après sa lecture.

Merci à Sonatine et bien sûr à Martin Lee de m’avoir procuré tant d’émotions contradictoires.

4ème de couverture:

Tout ce qu’on a su de cette soirée-là, c’est que Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu’elle n’était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé la vie bien tranquille de cette petite ville de l’Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l’enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n’a jamais su ce qui était arrivé à Kathy.
Que s’est-il réellement passé cet été là ?
Trente ans après, quelques-uns des protagonistes se souviennent.
Le frère de Katie, son professeur, la veuve d’un homme soupçonné du kidnapping, quelques voisins, tous prennent la parole, évoquent leurs souvenirs. Des secrets émergent, les langues se délient.
Qui a dit la vérité, qui a menti, et aujourd’hui encore, qui manipule qui ?

Avec ce magnifique roman polyphonique, littéralement habité par le désir et la perte, Lee Martin nous entraîne dans la résolution d’un crime à travers une exploration profonde et déchirante de la nature humaine.

 

 

Pas de deux de Sophie Aubard- Editions Atelier Mosesu

41nhfzhu4l-_sx195_

Aubard Sophie

ISBN : 1092100911
Éditeur : MOSESU (2017)

Quand des vacances familiales tournent au cauchemar et que l’on perd des proches, il faut se reconstruire. Difficile de poursuivre une vie normale quand des êtres que vous aimez vous sont arrachés, c’est ce dont nous parle Sophie Aubard dans ce premier roman, une histoire de famille brisée.

Les filles, Solyne et Manon sont jumelles, ce qui est déjà une particularité, cela va-t-il les aider à affronter cette tragédie?

Un premier essai réussit pour l’auteure, un roman bien écrit et qui titille la curiosité du lecteur dès les premières pages. Il manque peut-être juste quelques fausses pistes et détours afin de réellement semer la zizanie dans l’esprit du lecteur pour garder le suspense entier jusqu’au bout.

Mais l’ensemble est réussi et annonce de  belles lectures à venir.

4ème de couverture:

Un voyage de rêve qui vire au cauchemar.
Un accident rarrissime, collision d’une automobile et d’un avion.
Sur les quatre occupants du véhicule, deux perdent la vie.
Comment peut-on se reconstruire après un tel drame ?
C’est ce que Manon et Solyne tentent de faire : reprendre le cours normal de leur existence.

 

 

Les années du silence tome 2- Les chemins de la destinée Louise Tremblay D’Essiambre

512waambdel-_sx210_

Louise Tremblay-d’Essiambre

ISBN : 2368121021
Éditeur : CHARLESTON (2016)

Je vous ai parlé il y a quelques semaines de la première partie de cette saga: Dans la tourmente.

https://livresque78.wordpress.com/2016/12/03/dans-la-tourmente-tome-1-les-annees-du-silence-louise-tremblay-dessiambre/

La suite nous embarque directement au Canada car nous connaissons les personnages, leurs histoires, le voyage démarre.  Le temps est passé , ils ont vieilli, créés ou agrandi leur famille. Mais les difficultés jalonnent toujours leur chemin, les encombres ne sont plus les mêmes car l’époque et les mœurs ont changé.

Heureusement, les plus âgés, les plus sages, ceux qui ont vécu veillent sur les plus jeunes, ils sont là pour les guider et leur montrer le chemin.

Toujours énormément d’émotions, des moments et décisions difficiles, mais surtout beaucoup d’amour.

Un roman qu’on ne lit pas mais que l’on vit, on se demande quels seraient nos choix et nos réactions si nous étions Jérôme, Cécile et leurs proches.

J’ai encore passé de belles heures de lecture et je vous parle bientôt de la troisième partie de la saga, en sachant que la fin de ce second volet se termine avec un suspense de taille.

4ème de couverture:

Après quarante ans de séparation, Jérôme et Cécile se retrouvent enfin, chacun portant les cicatrices d’une vie mouvementée. Mais l’amour sera-t-il encore au rendez-vous ? Parviendront-ils enfin, au crépuscule de leur vie, à redonner un sens à ces années d’espoir sans trêve ? Jérôme et Cécile, à la recherche du temps perdu, réussiront-ils à reprendre leur vie là où la guerre l’avait laissée ?
Commence alors une quête. La quête de l’amour, du bonheur et de la sérénité. La quête de la vie !
Et puis il y a François, le petit-fils, et Sébastien, un adolescent frondeur à qui la vie ne fait aucun cadeau. Amer, blessé, il a choisi la rue parce que personne ne l’a choisi. François arrivera-t-il à faire une différence dans la vie de Sébastien ?

« Il faut apprendre à regarder les choses avec le cœur de l’autre quand on dit aimer… »

 

 

 

 

Dans la tourmente tome 1 Les années du silence- Louise Tremblay d’Essiambre

51fIeI-KYlL._SX195_.jpg

Louise Tremblay-d’Essiambre

ISBN : 2368120432
Éditeur : CHARLESTON (2016)
Voici le premier tome d’une saga.  J’ai trouvé celle-ci totalement différente, tout d’abord vous serez dérouté par les dialogues, le patois de Beauce, province de Québec donne une touche étonnante à ce premier volet. Ce patois amène, je trouve un côté chaleureux à ce roman. Puis vient l’histoire de chacun des personnages, ils vivent des situations difficiles voire même terribles, et tout cela fait que l’on s’y attache très rapidement et avec beaucoup de force.
A une époque où le « qu’en-dira t-on » est très important, n’oublions pas que nous sommes en pleine période de Seconde Guerre Mondiale, dans un petit village proche de Québec, certaines décisions, situations nous feraient bondir d’effroi aujourd’hui, mais dans ces temps incertains, tout cela semblait être le plus judicieux. Nous assistions donc à des souffrances psychologiques très fortes.
Le titre « Dans la tourmente », vous donne donc le ton de ce roman, mais ce qu’il ne vous dit pas c’est le plaisir que le lecteur prend à suivre l’évolution de ces personnages. 
Des émotions très fortes m’ont submergé, j’ai eu beaucoup d’empathie pour certains, et au final j’ai donc très envie de connaitre la suite de cette histoire.
Je vous invite donc à découvrir vous aussi Cécile, Jérôme, ainsi que leurs familles respectives, et les embûches qui vont venir jalonner leur parcours. 
A très vite pour vous parler du tome 2 et 3 de cette magnifique et émouvante saga.
4ème de couverture:
1942. À l’aube de ses dix-huit ans, Cécile Veilleux doit quitter la ferme de ses parents, dans la Beauce, et son fiancé Jérôme, pour dissimuler une grossesse qui jetterait l’opprobre sur sa famille.
Au même moment, à Québec, la jeune Rolande Comeau est envoyée à l’hôpital de la Miséricorde pour dissimuler une grossesse tout aussi honteuse.
Recluses à l’orphelinat, les deux jeunes filles vont subir les affres du silence. Le silence à garder sur leurs blessures et leur déshonneur, qu’il faut à tout prix cacher. Le silence qui marque brutalement la fin de leur jeunesse. Dans la tourmente, l’amitié entre les deux jeunes filles pourra-t-elle les aider à surmonter ces épreuves ? Et l’amour entre Cécile et Jérôme survivra-t-il, malgré l’absence et la guerre qui se profile ?

Te laisser partir de Clare Mackintosh

 

CVT_Te-laisser-partir_6083masse_critique

Ce livre est génial, il m’a énormément surprise.
C’est pour moi un livre à double fond, tu crois lire une histoire et là une claque incroyable. Non, non, je n’en dirai pas plus, ce serait sacrilège.
Je peux juste insister sur le fait que ce livre part d’un sujet émouvant, la mort d’un enfant, la douleur d’une mère et des questions, telles qu’un drame peut amener à se poser.
Les personnages sont vrais, accessibles, ils ont chacun une vie et les soucis qui vont avec, y compris les enquêteurs et cela les rend attachants.
On parcours toute cette histoire en leur compagnie, on cherche à comprendre. L’entête du livre annonce des rebondissements, je me méfie en général de cette accroche, car le lecteur attend donc beaucoup et est souvent déçu. Mais ici, pas de mot pour définir ma surprise, bien installée dans ma lecture,j’ai terminé en une fois la seconde partie du roman, tant ma soif d’en connaître l’issue était grande.
La campagne, la mer, des lieux propices à la réflexion et au pardon…
Un livre que j’ai tout simplement beaucoup aimé, et dont il est difficile de parler sans vendre la mèche.
Alors vous qui aimez les sujets qui touchent au coeur, vous qui aimez suivre une enquête policière, vous qui aimez quand le rythme s’accélère, lisez ce livre et vous comprendrez tout ce que je viens de tenter de vous faire passer, à travers ces quelques mots.
Merci à Babelio et à Maraboooks.

 

Résumé:

Une mère accablée par la mort de son enfant. Un capitaine de police déterminé à lui faire justice, jonglant entre tensions familiales et obligations professionnelles.
Une femme fuyant son passé, résolue à construire une nouvelle vie…

 

Quand le ciel descend sur la terre de Maud Cordier

cvt_Quand-le-Ciel-Descend-Sur-la-Terre_1267

Maud est une jeune auteure, qui a pris contact avec moi il y a quelques temps. Nous sommes donc en amitié sur Babelio, sur Facebook, nous partageons l’amour des animaux, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de lire ces écrits.

Une envie de lire un jeune auteur m’a pris, il m’est donc apparu clairement que c’est vers Maud que cette envie devait se tourner. En un clic son premier roman Quand le ciel descend sur la terre était donc dans ma liseuse.

Et voilà le moment de dire ce que j’ai pensé de cette lecture.

Maud a su me plonger dans son histoire, certes, une histoire simple où des sentiments se percutent. Mais elle a su trouver l’essence même de ces sentiments, une profondeur, une intensité, une douleur qui étouffe et qui pourtant côtoie des moments plus léger.

Des personnages attachants qui vivent des choses de tous les jours, mais qui le vivent intensément malgré leur jeune âge, Maud a donné son prénom a son personnage principal, elle lui a aussi transmis son amour de la vie, de la nature, des animaux et des belles choses. On sent dès le début de la lecture que l’auteure y a mis ses tripes, ce livre est son premier bébé( en tout cas, son premier bébé littéraire), et je suis persuadé que bien d’autres suivront, car le talent de la narration est là. Maud, cette jeune fille dont l’auteure nous narre la difficulté à sortir de l’adolescence et à rentrer dans l’âge adulte, ou plutôt d’y être propulsée, m’a ému, m’a enchanté par son courage.

Merci Maud pour ce joli moment passé en compagnie de tes personnages, j’ai hâte de découvrir la suite, tu as suscité mon intérêt, et attiser ma curiosité.

Résumé:

Maud est une jeune femme de 20 ans qui cherche à fuir son passé. Suite à sa rupture avec Alex, elle est enfermée dans une spirale infernale où déni et tristesse se mêlent. Mais jusqu’où la tristesse justifie-t-elle le déni ? Doit-on pour autant fuir la réalité pour s’éviter de souffrir ? Peut-on être heureux quand les blessures du passé entaillent l’avenir ?

 

 

 

 

22/11/63 de Stephen king

 

22_11_63_EXE_new_Mise en page 1En ce 5 janvier 2016, je vais débuter cet article en vous souhaitant une merveilleuse année, qu’elle soit riche en découvertes et pleine de moments que vous garderez en mémoire tour au long de votre vie. Que vos proches vous soient encore plus proches…

Je débute donc cette année en vous parlant d’un pavé, dont vous avez déjà beaucoup entendu parler, mais plus de 900 pages, cela demande du temps. J’ai donc profité de mes vacances afin d’attaquer cette lecture. Et je trouve que c’est un bon choix pour débuter une année, avec de nouvelles résolutions ( comme chaque fois). 22/11/63 est un roman très bien conçu, intelligent où à aucun moment je ne me suis ennuyée, car Stephen King nous parle d’une époque de charme, dans un pays à une période de l’histoire, tout semblait possible.

Il prend en toile de fond un personnage mythique qu’est J.F Kennedy, ainsi que le drame dont il a été victime, une famille emblématique, dont l’histoire et les membres ont toujours passionné le monde.

A cela Stephen king rajoute l’histoire d’un homme, ses rencontres, ses amours, bref, un pur bonheur de lecteur où tout s’emboîte parfaitement.

900 et quelques pages de plaisir, de découverte ou de redécouverte. Un travail de recherche, pour l’auteur, qui a dû être énorme afin d’éviter les anachronismes et autres erreurs. Un roman très bien conçu, une réflexion sur laquelle il est important de s’arrêter car un voyage dans le temps nous a tous effleuré l’esprit, que ferions-nous si un tel retour en arrière était possible?

Résumé:

22 novembre 1963: 3 coups de feu à Dallas.
Le président Kennedy s’écroule et le monde bascule.
Et vous, que feriez-vous si vous pouviez changer le cours de l’Histoire?

2011. Jake Epping, jeune professeur au lycée de Lisbon Falls dans le Maine, se voit investi d’une étrange mission par son ami Al, patron du diner local, atteint d’un cancer. Une « fissure dans le temps » au fond de son restaurant permet de se transporter en 1958 et Al cherche depuis à trouver un moyen d’empêcher l’assassinat de Kennedy. Sur le point de mourir, il demande à Jake de reprendre le flambeau. Et Jake va se trouver plongé dans les années 60, celles d Elvis, de JFK, des grosses cylindrées, d’un solitaire un peu dérangé nommé Lee Harvey Oswald, et d’une jolie bibliothécaire qui va devenir l’amour de sa vie. Il va aussi découvrir qu’altérer l’Histoire peut avoir de lourdes conséquences…
Une formidable reconstitution des années 60, qui s’appuie sur un travail de documentation phénoménal. Comme toujours, mais sans doute ici plus que jamais, King embrasse la totalité de la culture populaire américaine.

 

 

 

Sans traces apparentes de Elisa Tixen

41x2pW2dj4L._SL160_

Difficile de ressentir la peine de Charlie dans les premières pages. Elle retrouve sa grand-mère et ses souvenirs d’enfance au retour d’une mission humanitaire. Pourtant Charlie est en deuil, et elle souffre, sans savoir quand la douleur s’arrêtera.

Mais la guérison va venir de là où elle ne l’attendait pas, tant dérangée par la présence de Luka qui occupe le studio où loge habituellement Charlie chez sa grand-mère. Le jeune homme est lui aussi en souffrance, il cherche à guérir ses plaies dans les beaux paysages des Landes, parfaitement décrits par l’auteure.

Une romance à laquelle Charlie ne s’attendait pas, va débuter entre eux, à petite dose.

Ce roman est avant tout un drame familial, agrémenté de quelques épices, dont je vous laisse découvrir les saveurs. 

J’ai personnellement eu du mal à m’attacher aux personnages, par lesquels je n’ai pas réussi à être transporté. Mais c’est une lecture qui plaira à tous ceux qui aiment les recherches historiques et familiales.Une enquête généalogique en quelque sorte.

Résumé:

Après la mort brutale de son compagnon, Charlie se réfugie chez sa grand-mère, au cœur de la forêt landaise. Alors qu’elle espérait retrouver la paix, elle découvre dans la vie de ses ancêtres une série de morts tragiques qui font écho à sa propre histoire. Coïncidences ou malédiction ?

Charlie refuse de laisser de vieux secrets de famille peser sur son avenir. Elle remonte le temps, à la recherche de la vérité, entraînant le lecteur dans une enquête « psycho-généalogique » aux nombreux rebondissements.

Wave de Sonali Deraniyagala

CVT_Wave_5962

Comme tous, j’ai été bouleversé en voyant les images de cette catastrophe de décembre 2004. Cette vague gigantesque qui déferle sur le Sri Lanka, et bien Sonali y était avec toute sa famille, dans son pays natal.

Nous avons tous pleuré les morts et les familles brisées, alors que nous n’en connaissions aucun. Et bien Sonali y a perdu ses enfants, son mari et ses parents, difficile d’imaginer pire cauchemar.

Ce livre est un récit dans lequel la jeune mère et épouse, incroyablement courageuse nous raconte comment elle n’est pas morte.

Pas morte sous cette trombe d’eau qui a tout dévasté en quelques minutes, mais aussi les jours, les semaines les mois et les années qui ont suivi. Sonali n’est pas morte de chagrin, alors elle a dû apprendre à vivre et à survivre après que son monde se soit écroulé pour faire place à l’horreur.

Une lecture intense et difficile. Sonali nous parle de la douleur indicible de perdre autant et si brutalement, avec pudeur et beaucoup d’amour.

Un livre magnifique, une belle leçon de vie qui m’a donné envie de serrer et d’aimer encore plus les miens.

Merci à Pocket.

Résumé:

 » La mousse s’est transformée en vagues. Des vagues qui bondissaient par-dessus le récif, à l’autre bout de la plage. Ça n’était pas normal. La mer ne venait jamais aussi près. Les vagues ne se brisaient pas, elles ne s’affaissaient pas. Plus près. L’eau brune et grise. Brune ou grise. Des vagues par-dessus les conifères et qui se rapprochaient de notre chambre. Toutes ces vagues maintenant, chargeant, barattant. Soudain folles et furieuses. Soudain menaçantes.  » Le matin du 26 décembre 2004, un tsunami frappe l’Océan indien. Sonali Deraniyagala, en vacances au Sri Lanka, son pays natal, en réchappe miraculeusement. Mais, de sa famille, elle est la seule. La vague lui a pris ses parents, son mari et ses deux petits garçons.

Wave raconte l’histoire de ce jour, où elle a tout perdu, et de tous ceux qui ont suivi. Les mois, les années lorsque l’insupportable déchirement du souvenir succède aux premiers moments d’horreur. La matière de ce livre, c’est la peine impalpable, indescriptible de la narratrice.
Sonali Deraniyagala réussit un récit poétique, sans concession et incroyablement digne sur comment survivre à l’inimaginable.