Throwback Thursday Livresque n°23

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, Bettie du blog Bettie Rose Books a pris l’initiative d’en faire un rendez-vous livresque en 2016. Le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné. Bettie a passé le flambeau, désormais le récap’ des liens se fait sur le blog my-bOoks.com. Venez y participer.

Thème de cette semaine, 10 octobre : Les métamorphes

Après le succès de Twilight, Vampire Diaries, Teen Wolf et autres sagas ou séries du même acabit, on a vu fleurir dans les étagères de nos libraires ou, en ce qui me concerne, de nos CDI, des romans plus ou moins réussis sur le thème des métamorphes.

Je me souviens avoir lu, il y a fort longtemps (bon d’accord 6 ans seulement), les deux tomes de Zoanthropes de Mathias Rouage que j’avais beaucoup aimés, au point que je les avais conseillés à mon père et à ma cousine qui avaient, eux aussi, bien apprécié l’intrigue et l’écriture. Seulement voilà, j’en ai lu des romans en 6 ans et je n’avais pas de blog à l’époque, il ne m’en reste donc qu’un vague souvenir, mais un vague souvenir uniquement positif… Une histoire bien construite, des personnages attachants et un style vraiment agréable. Désolée de ne pouvoir faire que cela cette semaine… Mais au moins, on est dans le thème !

Voici la quatrième de couverture :

Dans un futur flou, le monde humain doit faire face à la menace des zoanthropes, des hommes ayant la capacité de se changer en hybrides, mi-hommes, mi-animaux. Ces créatures redoutées inspirent la terreur. Shina Sirkis, jeune humaine, découvre que son destin est lié à une ancienne guerre. Découvrant sa zoanthropie, elle devra quitter son propre pays fuyant à la fois les humains, et une organisation mystérieuse.
 De péripéties en rebondissements, Shina comprend qu’elle ne voit que la partie émergée de l’iceberg. L’Histoire telle qu’elle la connaît n’est peut-être pas celle qu’on a bien voulu lui raconter.

J’ai hâte maintenant de voir ce que vous avez choisi aujourd’hui…

Priscilla

Publicités

Les Classiques de Priscilla – C’est le cœur qui lâche en dernier de Margaret Atwood

dav

C’est, encore et toujours, grâce au Reading Classics Challenge de Lilly & Books, que je me suis lancée dans ce roman de Margaret Atwood, bien connue pour sa Servante écarlate. J’ai d’abord été tentée de découvrir celui-ci, mais les critiques que j’en ai lu n’étaient pas toujours élogieuses, beaucoup avaient même arrêté en cours de route. Je suis donc allée dans ma librairie préférée et j’ai pris un autre roman de cet auteur. Je ne regrette pas.

C’est un roman vraiment haletant construit autour d’une intrigue mêlant l’argent, l’amour, le désir, la politique, la déontologie, la science, le bonheur… Les personnages de Stan & Charmaine sont livrés à eux-mêmes : mariés depuis peu mais victimes d’une crise économique sans précédent, ils vivent dans leur voiture, constamment inquiets à l’idée d’être agressés. Quand Charmaine voit passer une publicité pour Consilience, elle est immédiatement attirée. Le concept est simple : un mois en liberté dans un monde coupé de tout, au sein duquel tous les habitants ont du travail, un toit sur la tête et de quoi manger, et un mois en prison à s’occuper de travaux d’intérêt général. Evidemment, même la prison semble plus attirante que la vie qu’elle connaît avec son mari : on y mange et on y dort en sécurité. Malgré les réticences de Conor, le frère de Stan, les deux héros signent et s’engagent pour la vie… Ils ne savent malheureusement pas dans quoi !

IMG_20190522_230115.jpg

Derrière la façade dorée se cache une réalité glaçante. Bien sûr le concept fonctionne, mais à quel prix ? Que fait-on de ceux qui veulent s’enfuir ? Qui n’y croient plus ? Les deux personnages voient leurs illusions fondre comme neige au soleil au fil des mois. Leur mariage a été amoché par la vie qu’ils ont dû partager et Charmaine est séduite par un homme qu’elle désire passionnément. A partir de cet écart de conduite, tout va s’accélérer pour nos héros. La simple histoire de sexe devient une intrigue politico-économique dont dépend la vie de milliers de personnes. Ed, le fondateur de Consilience, maîtrise les faits et gestes de tous ses clients. Il va de soi que, comme beaucoup d’êtres humains, il sera tenté d’utiliser son pouvoir à des fins personnelles. Au cœur d’une histoire qui les dépasse et qu’ils ont de la peine à croire, Stan et Charmaine, séparés par les membres de la sécurité du protocole, apprennent à se battre seuls, contre leurs désirs, leurs colères, leurs préjugés. Ils ouvrent les yeux sur la réalité, sur la chance qu’ils avaient avant et ils grandissent. Charmaine, surtout. Profondément naïve, influençable, elle est l’instrument de beaucoup de gens véreux et elle a même eu tendance à m’agacer dans sa tendance à se convaincre que tout va bien dans le meilleur des mondes ; alors que Stan, plus « ours », devient l’outil de la rébellion pour sauver sa femme, pour se sauver lui, pour tenter quelque chose !

Comme à chaque fois, je ne peux pas trop en dire car il y a un vrai suspens dans ce roman, et jusqu’à la dernière page, vraiment ! Je m’en tiendrai donc à mon ressenti. Ce roman est une dystopie passionnante parce qu’à dimension plus humaine que ne le sont des sagas, que j’ai par ailleurs adorées, comme Hunger Games ou Divergente. Nous savons tous que l’argent ne fait pas le bonheur, mais l’absence d’argent mène très souvent à une grande détresse. N’aurions-nous pas signé, nous aussi ?

Ce texte fait également réfléchir à une tendance que nous avons encore aujourd’hui : préférer fermer les yeux que découvrir la vérité et dénoncer, de peur de perdre son confort. Jusqu’où les dirigeants (de manière générale bien sûr, aucune volonté politique dans mon propos !) peuvent-ils utiliser cette peur de perdre ce que l’on a ? Jusqu’où les laisserons-nous aller avant de réagir ?

Je vous laisse sur cette réflexion 😉

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)

LOU APRÈS TOUT Livre 1 – Le grand effondrement de Jérôme Leroy

Premier tome d’une trilogie, Le grand effondrement est un roman jeune adulte, paru chez les éditions Syros et je dois avouer que j’ai vraiment accroché, je vous explique pourquoi.

Jérôme Leroy l’auteur, utilise les classiques de ce qui fonctionne depuis quelques années maintenant dans la littérature dystopique: la fin du monde, les contagions, le gouvernement qui fait souffrir le peuple… Mais, car il y a un MAIS de taille, l’auteur rend cette lecture bien plus riche que cela, il fait un constat navrant sur notre société, sur l’état de notre planète, sur les nouvelles technologies, sur les addictions…

Jérôme Leroy construit cette histoire d’une façon intelligente et qui la rend très addictive, on constate tout d’abord dans une première partie où en est notre pays aux alentours de 2040, il situe ses personnages dans le Nord de la France, vers Roubaix, Lille. Il nous met entre les mains le bagage nécessaire à la compréhension, le décor est posé, rien ne va plus, l’angoisse est déjà bien présente. Nous faisons donc la connaissance de Lou et Guillaume, ils tentent ensemble de survivre à un monde apocalyptique où toutes nos craintes semblent s’être matérialisées. Pour en savoir plus à leur sujet il va vous falloir lire le roman car même sous la torture je ne parlerai pas.

Puis vient une seconde partie, la plus grande en quantité de pages et en importance du récit. Nous revenons, à travers les souvenirs de Guillaume sur tout d’abord son histoire personnelle mais aussi sur l’origine de la situation. J’ai aimé le rythme de cette partie, la tension monte crescendo, le doute n’est pas permis puisque l’on connait l’issue funeste de ce récit, pourtant l’angoisse et la peur sont de plus en plus palpables. L’auteur utilise nos craintes de 2019 pour l’avenir et il nous les fait exploser en pleine figure 20-30 ans plus tard, et c’est ce qui en fait une lecture prenante mais inquiétante car elle ressemble assez à une prophétie!

Guillaume qui nous accompagne et bien plus encore ( il nous guide, nous vivons à travers ses souvenirs, ses bonheurs, ses douleurs) tout au long de cette lecture, il est un poète, un tendre, un amoureux, un meilleur ami, un grand frère, un fils. Il laisse dans ce premier livre, le premier tome d’une trilogie qui va, j’en suis certaine, se révéler passionnante, une empreinte forte et émouvante. J’ai donc forcément en terminant ce roman la boule au ventre et la puissante envie de connaître la suite de cette belle saga à la Française, de ces mots de l’auteur qui même si ils racontent le pire savent aussi apporter le meilleur. Bravo.

Voici mon, avis sur le tome 2:

https://livresque78.wordpress.com/2019/10/15/lou-apres-tout-ii-la-communaute-de-jerome-leroy/

Ils en parlent:

http://www.nouveautes-jeunesse.com/2019/05/lou-apres-tout-le-grand-effondrement-jerome-leroy-syros-2019.html

https://journalduneternelado.blogspot.com/2019/05/lou-apres-tout-livre-1-le-grand.html?m=1

Phobos tome 1

CVT_Phobos-tome-1--Les-ephemeres_9597

Retour à l’une de mes passions livresque, la dystopie et le Young adult, je n’y peux rien, j’adore ça. Phobos était dans ma liseuse depuis un moment, j’ai donc profité des vacances, de la plage et du camping pour m’y mettre et commencer le tome 1 et cela avec le plus grand des plaisirs.

C’est avec un véritable enthousiasme que je vous en parle, j’ai beaucoup aimé l’histoire que j’ai trouvée assez originale dans son genre. Car il faut dire que le risque avec ce type de lecture est, de rapidement tourner en rond, surtout quand l’auteur s’adresse au départ et en priorité à un public assez jeune. Et bien ici, rien de tout cela, pas de niaiseries, pas de solutions faciles ou d’histoires déjà vues. Les personnages sont par contre comme souvent des enfants mal aimés, de qui la société future profite et abuse. 

Ici on atteint encore une fois des sommets dans la cruauté et la soif de pouvoir, les mensonges et les manipulations viennent de tous bords pour parvenir à atteindre son but.

Un premier tome, donc très réussi, qui sans aucune hésitation donne l’envie de découvrir la suite, qui promet d’être peut-être même encore plus passionnante. 

N’hésitez pas à me donner votre avis, que vous l’ayez lu ou que ce soit dans vos projets.

Résumé:

SIX PRÉTENDANTES.
SIX PRÉTENDANTS.
SIX MINUTES POUR SE RENCONTRER.
L’ÉTERNITÉ POUR S’AIMER.

ILS VEULENT MARQUER L’HISTOIRE AVEC UN GRAND H.

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial.
Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

ELLE VEUT TROUVER L’AMOUR AVEC UN GRAND A.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…

MÊME SI LE RÊVE VIRE AU CAUCHEMAR, IL EST TROP TARD POUR REGRETTER.

 

 

 

Lucide tome 1- Initiation de Soraya Doye

CVT_Lucide-tome-1--Initiation_6277.jpg

 

Pour changer de mes dernières lectures, voici le premier tome d’une saga Young Adult à la Française, cocorico!!! Avec une intrigue qui se déroule à Paris.

Un premier opus qui tient ses promesses et attise la curiosité dès les premières pages. Une lecture qui parvient malgré l’affluence de ce type de roman a traité d’un sujet assez original pour le coup: les rêves et la possibilité d’y vivre une seconde vie. Un monde parallèle, dans lequel Alaya se retrouve plongée le jour de ses 18 ans.

J’ai aimé le tempérament de cette jeune fille, dont le passé contient une grosse plaie très difficile à cicatriser. Elle est forte et volontaire, ce qui va lui permettre de vivre avec un certain aplomb les événements qui vont bouleverser sa vie.
Je retiens aussi et surtout une amitié indéfectible entre Alaya et ses deux amis de toujours, Ethan et Maya, qui ont vécu à ses côtés les moments difficiles. 

Une intrigue agréable mais qui comme souvent manque de détails, de réponses aux questions, mais je ne doute pas que tout cela se précisera dans le deuxième tome, que j’ai hâte de découvrir. 

Cette mise en bouche qu’est le premier tome est une réussite, et saura, je n’en doute pas charmer les jeunes lecteurs mais aussi les moins jeunes, comme moi par exemple…

Résumé:

La nuit de ses dix-huit ans, Alaya découvre qu’elle est une Lucide, un être capable de vivre et de contrôler ses rêves. Sa rencontre avec Thomas, qui partage le même don, va la plonger dans un avenir inconnu où le danger sera omniprésent. Entre traques et révélations, elle devra se montrer impitoyable pour protéger sa famille et son secret. Guidée par son instinct et par son coeur, sa vie sera bouleversée à jamais. Une aventure au-delà des dimensions, à la limite de la réalité, au coeur de la Lucidité. Nous dormons en moyenne vingt-cinq ans au cours de notre vie. Si vous pouviez vivre consciemment vos rêves, que feriez-vous de toutes ces années ?

 

La déclaration – L’histoire d’Anna de Gemma Malley

IMG_20180420_102641.jpg

 

http://helium-editions.fr/livre/la-declaration/

Je termine à l’instant le premier tome de cette dystopie, ce qui me rappelle à quel point j’aime ce type de lecture. J’en ai lu beaucoup fut un temps, je les enchaînais, puis mes lectures se sont diversifiées. Pourtant chaque fois que je reviens à ce genre, je n’ai plus qu’une envie, c’est d’en lire d’autres.

Anna est une jeune fille courageuse et qui tente d’être une personne bien, malgré qu’elle soit « une surplus », elle veut racheter ses fautes. Comme beaucoup de dystopie, ici, rien n’est épargné à la jeunesse, on l’emprisonne, la brime, l’insulte, on lui fait croire qu’elle ne mérite pas de vivre…

Mais la rencontre de Peter va tout changer pour Anna. Une histoire qui va à l’essentiel, passionnante du début à la fin, cette saga est vraiment prometteuse, un très beau premier tomes dans cette version éditée par Hélium

Une vision du futur basée sur l’égoïsme et qui ne semble que dériver vers la fin de l’humanité puisque la jeunesse et le renouvellement de la population se révèle impossible et surtout interdit. 

A lire pour tous les fans du genre et à découvrir pour tous les novices car La déclaration semble réellement une bonne première expérience de la dystopie.

Résum

« Mon nom est Anna. Mon nom est Anna et je ne devrais pas être là. Et pourtant, j’existe ».

Angleterre, 2140. Les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s’ils renoncent à faire des enfants. Anna vit depuis presque toujours au Foyer de Grange Hall, un pensionnat pour les Surplus, des enfants qui n’auraient pas dû naître, des enfants dont les parents ont défié la loi en les mettant au monde. Anna n’a plus de parents désormais.

Confinée dans l’enceinte du pensionnat, elle travaille très dur, pour effacer leur faute. Anna a tout oublié de son passé jusqu’au jour où arrive un jeune garçon qui semble la connaître. Mais qui est Peter ? Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille ? Et pourquoi se sent-elle soudain si troublée ? À travers l’histoire d’Anna, un roman bouleversant sur la vitalité de l’adolescence.

 

Adolescence / culpabilité / Deuil
À partir de 14 ans
14,5 x 22 cm ● 224 pages

EAN : 9782330096779 ● 16 € ● 2018

 

 

 

 

Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir

cvt_une-braise-sous-la-cendre-t01_8205Sabaa Tahir

ISBN : 2266254340
Éditeur : Pocket Jeunesse (15/10/2015)

 

Alors là, je ne peux qu’abonder dans le sens de tous les avis que j’ai pu lire sur ce premier tome de Sabaa Tahir.

Je l’ai trouvé tout simplement excellent, moi qui suis friande de saga et de roman jeunesse, j’ai été comblée.

Des personnages passionnants et loin d’être niais et superficiels, bien au contraire… Une histoire riche, travaillée, avec des rebondissements à tout va, beaucoup de souffrance mais avec une légère lueur d’espoir derrière tout cela.

Allez hop, moi je ne dis rien de plus, un excellent roman que je conseille très, très vivement. A très vite pour la lecture du tome2.

Allez Zou!!! vous devriez déjà être à la librairie de votre quartier pour pouvoir débuter ce livre avec le week-end qui arrive, vous n’avez pas d’excuse!

 

Ah! J’allais oublier de dire un mot sur cette sublime couverture, un vrai bijou.

Bon week-end.

4ème de couverture:

Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la résistance a tenté de pénétrer dans l’école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et t’écraserai.

_______________________________________________

Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment.

 

 

L’émeraude oubliée Tome 1: L’évasion de Lina Carmen

 

 

51MRkXTrJGL._SX210_Editions La bourdonnaye

 

 

Aujourd’hui sort L’émeraude oubliée Tome 1, une dystopie qui s’adresse en priorité biensûr à la jeunesse, mais bon moi du haut, très haut de mes 38 ans j’ai beaucoup aimé cette lecture.

 

Je suis, comme beaucoup le savent, friande de lecture jeunesse, mais il est vrai qu’elles se ressemblent souvent. Avec ce premier tome de Lina Carmen, j’ai tout d’abord ressenti de la fraîcheur. 

Les personnages principaux Yan et Sonia ont envie de découvrir le monde, ce qui leur est impossible est interdit, car ils vivent à Mornia, où les deux principales catégories d’habitants vivent séparés, les pauvres dans les bas-fonds et les riches en hauteur, là où l’air est pur.

Pourtant, leur chemin va se croiser et leurs envies de s’évader de cette ville vont s’associer. Une trame simple mais efficace qui garde le lecteur accroché à l’aventure de ses deux jeunes que tout rapproche alors que la société tente de les éloigner.

Donc une très belle découverte, loin, je trouve des dystopies aux multiples personnages, et aux situations similaires.

Je reste donc sur cette idée de bouffée d’air frais, d’envie d’évasion, car ce sont les mots qui me viennent à l’esprit lorsque je pense à cette lecture.

 

Résumé:

Dans la sinistre ville de Mornia, à la végétation inexistante, seules des tours de béton grises aux dimensions célestes s’élèvent vers des hauteurs indistinctes. Un mur infranchissable empêche toute sortie de cette prison qui ne dit pas son nom, gouvernée par un dictateur, le président Percy.
Les plus riches vivent en haut des tours, dans un confort luxueux. Les plus pauvres vivent en bas, dans une brume permanente, le « smog » métropolitain.

 

Yan, un garçon de 15 ans, est l’un de ces indigents dont le destin est de finir ouvrier dans une usine, comme son père et son grand-père. Mais il rêve d’une autre vie. Peut-être là-haut, chez les riches ? Ou bien ailleurs qu’à Mornia. Existe-t- il un autre monde que celui-ci ? Pour le savoir, il faudrait s’échapper. C’est alors que Yan rencontre Sonia, une jeune fille de son âge, issue des niveaux supérieurs, avec laquelle il va peut-être concrétiser ses rêves. L’évasion se prépare. Cependant, Percy et ses hommes sont prêts à tout pour faire échouer ce projet.

 

 

 

 

 

Eldorado de Hina Corel

 Auteur : Hina Corel Illustration de couverture : Vay Broché, 260 pages Genre : SF/Dystopie Public : ados/YA Prix : 17€ A paraître : mai 2015

Auteur : Hina Corel
Illustration de couverture : Vay
Broché, 260 pages
Genre : SF/Dystopie
Public : ados/YA
Prix : 17€
A paraître : mai 2015

Mon avis:♥♥♥♥♥ sur5

Alors là, je dois dire que je suis bluffée! Cette auteure est une vraie révélation pour moi, et je n’hésiterai nullement à la suivre à l’avenir.

Je n’ai pas lu de dystopie depuis longtemps, car le côté répétitif m’a donné envie de les mettre de côté et de passer à autre chose.

Les éditions kitsunegari m’ont adressé celle-ci sous forme de manuscrit, et je dois dire que j’en ai tiré un très grand plaisir.

Une très bonne histoire, un one shot, ce qui me séduit encore plus, car les suites à répétitions me lassent souvent.

Un roman qui se déroule dans un futur relativement lointain où un jeu d’existence virtuelle, nommé Eldorado a pris une place primordiale dans la vie des gens. Je ne vous en dis pas plus, car cette histoire se découvre petit  à petit.

L’intrigue est très bien écrite, l’essentiel y est sans aucun superflu ce qui permet au roman d’être relativement court mais d’aller à l’essentiel.

Une lecture qui séduira même les « allergiques » aux dystopies classiques qui inondent le marché du livre. Car ici, une histoire humaine sans fioriture qui mêle l’aventure et l’intérêt du jeu vidéo tel que chacun l’imagine dans l’avenir, mais aussi une interrogation qui est dans l’esprit de beaucoup d’entre nous face à l’avenir de l’humanité et de la violence des guerres et des conflits.

Une « chouette » aventure dans laquelle Hina Corel m’a embarqué, merci et longue vie littéraire à elle, ce dont je ne doute pas.

Merci aux éditions Kitsunegari pour cette très belle découverte.

4ème de couverture:

Prénom : Gordon

Avatar : Alganar

Classe : Guerrier

Niveau : 400

Informations : déconnecté de son Fauteuil Virtuel par les rebelles, doit réapprendre à vivre après six années passées dans Eldorado.

 

Prénom : Ariane

Avatar : Asdis

Classe : Guérisseuse

Niveau : 146

Informations : habite la capitale des Villes Unifiées, fréquente une salle de jeu clandestine pour échapper aux restrictions.