Stone Junction de Jim Dodge aux éditions Super8

Captured_écran2016-12-21à16.03.26

L’auteur
Né en 1945 en Californie, Jim Dodge a notamment été bûcheron, berger, prof, ramasseur de pommes et joueur professionnel (le reste est classé secret défense). Il a aussi écrit trois merveilleux romans que sont L’Oiseau Canadèche, Not Fade Away (Éditions Cambourakis) et Stone Junction, préalablement publié dans l’intrépide collection « Lot 49 » au Cherche midi.  
Liens
ISBN papier : 978-2-37056-094-0
ISBN numérique : 978-2-37056-095-7
Format : 14 x 20 cm
Nombre de pages : 720
Prix public papier : 21,00 euros
Prix public numérique : 12,99 euros
Mise en vente : octobre 2017

Pas facile de vous parler de ce livre, car il est un univers à lui tout seul. Difficile de décrire mon ressenti donc, pourtant mon avis est inévitablement positif, c’est une lecture fascinante.

Les personnages sont passionnants par leurs vies dans l’illégalité et dans l’inadaptation sociale. Daniel, que l’on suit à partir de sa naissance, et sa mère vont au fil des rencontres découvrir l’AMO, Alliance of Magiciens & Outlaws, Daniel va être formé par cette alliance, au perçage de coffres forts, aux tables  poker, à la méditation…

Des rencontres incroyables vont jalonner son parcours, drogues, cambriolages font aussi partis de l’aventure qu’est l’AMO, une certaine forme d’entraide, comme une mise en commun de ressources et de talents dans l’intérêt de chacun. Cette impression de changer de lieu à chaque nouvelle personne chargée de la formation de Daniel. 

Mais un fil conducteur guide cette lecture, l’enquête que mène Daniel sur la mort de sa mère, qui par amour a accepté de participer à une dangereuse opération…

Une marche sur un fil entre réalité et fiction, entre possible et étrange. 

Un livre quelque peu mystérieux où on se demande quelle est l’étape suivante, c’est comme vivre au jour le jour, on découvre page après page ce que Jim Dodge nous réserve.

4ème de couverture:

La magie, c’est la vie !
 Depuis sa naissance, Daniel Pearse jouit de la protection et des services de l’AMO (Association des magiciens et outlaws), géniale et libertaire société secrète. 
Sous le parrainage du Grand Volta, ancien magicien aujourd’hui à la tête de l’organisation, le désormais jeune homme va être initié à mille savoir hors normes, de la méditation à la pêche à la mouche, du poker à l’art de la métamorphose, en passant par le crochetage express et l’invisibilité pure et simple. Mais dans quel but ? Celui de l’aider à retrouver (et à faire payer) l’assassin de sa mère… ou celui de dérober un mystérieux – et monstrueux – diamant détenu par le gouvernement, rien moins, peut-être, que la légendaire pierre philosophale ? 
À ces deux missions inextricablement liées s’ajoute en creux, la quête primordiale de Daniel : celle qui lui permettra de découvrir qui il est vraiment. Et peu importent les moyens qu’il lui faudra employer pour l’accomplir. 
Roman initiatique sous haute tension salué par Thomas Pychon (« Lire Stone Junction, c’est participer à une fête ininterrompue en l’honneur de tout ce qui compte. »), le livre de Jim Dodge est l’un de ces rares ouvrages authentiquement magiques et enchanteurs, capables de transformer leurs lecteurs. Bienvenue au club ! 

 

 

 

Publicités

22/11/63 de Stephen king

 

22_11_63_EXE_new_Mise en page 1En ce 5 janvier 2016, je vais débuter cet article en vous souhaitant une merveilleuse année, qu’elle soit riche en découvertes et pleine de moments que vous garderez en mémoire tour au long de votre vie. Que vos proches vous soient encore plus proches…

Je débute donc cette année en vous parlant d’un pavé, dont vous avez déjà beaucoup entendu parler, mais plus de 900 pages, cela demande du temps. J’ai donc profité de mes vacances afin d’attaquer cette lecture. Et je trouve que c’est un bon choix pour débuter une année, avec de nouvelles résolutions ( comme chaque fois). 22/11/63 est un roman très bien conçu, intelligent où à aucun moment je ne me suis ennuyée, car Stephen King nous parle d’une époque de charme, dans un pays à une période de l’histoire, tout semblait possible.

Il prend en toile de fond un personnage mythique qu’est J.F Kennedy, ainsi que le drame dont il a été victime, une famille emblématique, dont l’histoire et les membres ont toujours passionné le monde.

A cela Stephen king rajoute l’histoire d’un homme, ses rencontres, ses amours, bref, un pur bonheur de lecteur où tout s’emboîte parfaitement.

900 et quelques pages de plaisir, de découverte ou de redécouverte. Un travail de recherche, pour l’auteur, qui a dû être énorme afin d’éviter les anachronismes et autres erreurs. Un roman très bien conçu, une réflexion sur laquelle il est important de s’arrêter car un voyage dans le temps nous a tous effleuré l’esprit, que ferions-nous si un tel retour en arrière était possible?

Résumé:

22 novembre 1963: 3 coups de feu à Dallas.
Le président Kennedy s’écroule et le monde bascule.
Et vous, que feriez-vous si vous pouviez changer le cours de l’Histoire?

2011. Jake Epping, jeune professeur au lycée de Lisbon Falls dans le Maine, se voit investi d’une étrange mission par son ami Al, patron du diner local, atteint d’un cancer. Une « fissure dans le temps » au fond de son restaurant permet de se transporter en 1958 et Al cherche depuis à trouver un moyen d’empêcher l’assassinat de Kennedy. Sur le point de mourir, il demande à Jake de reprendre le flambeau. Et Jake va se trouver plongé dans les années 60, celles d Elvis, de JFK, des grosses cylindrées, d’un solitaire un peu dérangé nommé Lee Harvey Oswald, et d’une jolie bibliothécaire qui va devenir l’amour de sa vie. Il va aussi découvrir qu’altérer l’Histoire peut avoir de lourdes conséquences…
Une formidable reconstitution des années 60, qui s’appuie sur un travail de documentation phénoménal. Comme toujours, mais sans doute ici plus que jamais, King embrasse la totalité de la culture populaire américaine.

 

 

 

Justiciers de Bruno Fuglini

 

CVT_JUSTICIERS_275

Un roman qui mélange fiction et histoires vraies. Des crimes nous sont racontés en avançant dans le temps de l’antiquité à nos jours.

Des histoires qui apprennent aux justiciers d’aujourd’hui, comment les prédécesseurs ont fait avancé la criminologie.

Des affaires criminelles passionnantes par leur diversité, car personne ne dira le contraire:

le crime fascine, les grands meurtriers de ce monde aussi mais ce qui rend également tout cela aussi passionnant, c’est la traque qui leur est menée.

Les justiciers jouent donc une importante part dans le retentissement des affaires.

Dès les premières pages, nous sentons la patte de l’historien qui nous donne beaucoup de précisions sur les histoires que son personnage: le professeur Joannon nous raconte, à travers la formation de ces jeunes, qui intègrent l’école de police.

Merci aux éditions Sonatine pour leur confiance.

 

Résumé:

Corps démembrés, familles dévastées : des crimes d’une spectaculaire sauvagerie terrorisent le pays quand le jeune Antoine intègre l’École de police. Un vieux professeur de criminalistique va lui donner les clefs du mystère à travers vingt histoires vraies, vingt crimes et enquêtes attestés historiquement, du Moyen Âge à nos jours, sur tous les continents. Une initiation au mal absolu.

Un démonologue, un lieutenant général de police, un patron de Scotland Yard, un roi blanc du Pacifique, un « Sherlock Holmes russe », un policier de la jungle malaise ou un greffier de la Morgue épris de poésie : tels sont les justiciers d’hier qui viennent au secours du justicier d’aujourd’hui.

Avec ce texte d’une grande originalité et d’une grande précision, Bruno Fuligni navigue entre fiction et réalité historique pour raconter la force d’un certain esprit de justice et la constitution d’un véritable savoir policier à travers les siècles.