U4 – Stéphane de Vincent Villeminot

51iVo4AwNTL._SL160_

J’ai acheté ce livre le jour de sa sortie, il a attendu bien sagement dans ma bibliothèque que je prenne le temps de le savourer, j’en attendais énormément.

Ceux qui me lisent régulièrement savent à quel point je suis sensible à l’aspect d’un livre, il motive mon envie de le lire. Ici pas d’erreur, la couverture me parle, elle fait son effet, rien à y redire.

J’ai Choisi de lire Stéphane en premier, car l’auteur est Vincent Villeminot et que sa réputation dans le domaine de la littérature jeunesse et young adult n’est plus à faire.

Le début du livre est très vite envoûtant, l’histoire de Stéphane, survivante du Virus U4, s’avère immédiatement passionnante.

Je ne vous en dirai pas trop, car la 4ème de couverture laisse le mystère de l’histoire. Sachez juste que ce livre nous raconte l’évolution d’une ado de 17 ans en femme mûre qui doit prendre des décisions difficiles pour sa vie et celle de ceux qu’elle aime.

Tout n’y est pas tout rose, loin de là, beaucoup de souffrance de mort.

Un livre percutant sur le bien et le mal, sur la limite à ne pas dépasser pour sauver sa peau.

Un bon roman, à lire pour tous ceux qui aiment les histoires de survie et de jeunes lucides et courageux, qui contrairement aux adultes ne se laissent pas abattre lorsque tout paraît perdu…

Résumé:

Cela fait dix jours que le virus U4 accomplit ses ravages. Plus de 90% de la population mondiale ont été décimés. Les seuls survivants sont des adolescents. L’électricité et l’eau potable commence à manquer, tous les réseaux de communication s’éteignent.
Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous.
Parviendront-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses ?

Publicités

Celle qui a tous les dons de M.R. Carey

41NEboH4msL._SL160_Éditeur: L’atalante

Note générale:♥♥♥♥/5

Mon avis:

Ce roman m’a tapé dans l’oeil lors d’une opération masse critique de Babelio. Sa couverture et son titre, me semblaient gais et évocateurs. Je dois vous avouer ( ceux qui veulent garder le secret total ne doivent pas aller plus loin dans la lecture de cet article! ), que la surprise a été entière. En effet, rien ne peut qualifier ce roman de gai ou de quelque adjectif agréable.

L’histoire est totalement différente de tout ce que j’avais pu imaginer, car le résumé de l’éditeur ne nous en dit pas beaucoup, et il a eu tout à fait raison, car le choc a été total pour moi.

Je ne veux pas vous gâcher la surprise, donc il faut que je m’en tienne à vous dire que c’est un livre que j’ai aimé, malgré des premières pages un peu difficiles, qui ne nous donnent que peu d’indices sur la réalité de l’histoire, l’action démarre  et tout se met à aller très vite. Donc, futurs lecteurs de ce livre, ne vous décourager pas, l’intrigue va vous happer très rapidement.

Un bon roman du genre, mais qui me laisse un gout de tristesse… après avoir tourné cette dernière page.

Résumé:

La rencontre entre les univers de Kazuo Ishiguro et The Walking Dead.

Tous les dons ne sont pas une bénédiction

Chaque matin, Melanie attend dans sa cellule qu’on l’emmène en cours. Quand on vient la chercher, le sergent Parks garde son arme braquée sur elle pendant que deux gardes la sanglent sur le fauteuil roulant. Elle dit en plaisantant qu’elle ne les mordra pas. Mais ça ne les fait pas rire.

Melanie est une petite fille très particulière…

Chroniques de la fin du monde tome 1 de Susan Beth Pfeiffer

cvt_Chroniques-de-la-fin-du-monde-Tome-1--Au-commence_5984

Résumé:

Miranda est une adolescente normale avec les préoccupations de son âge. Elle raconte sa vie banale dans son journal intime… jusqu’à ce qu’un astéroïde vienne bouleverser l’ordre des choses. Les médias se font le relais enthousiaste de ce rarissime incident. Mais l’excitation cède la place à la panique lorsque l’astéroïde détourne la lune de son orbite! Le météorite se rapproche de la Terre et les premiers effets ne tardent pas à se faire sentir. Les catastrophes naturelles s’enchaînent, et un hiver permanent s’installe quand des cendres volcaniques obscurcissent le ciel. Miranda se réfugie chez elle et s’organise. Le rationnement et les privations sont désormais son quotidien… et la survie son seul objectif ! De quoi est capable une adolescente pour protéger sa famille quand elle n’a plus rien à perdre ?

Mon avis:

Ce premier tome est donc , comme son titre l’indique une chronique sous forme de journal intime. Une météorite percute la lune et l’a fait dévier de son orbite. Elle se rapproche donc dangereusement de la terre, et s’ensuivent d’énormes conséquences, les marées deviennent folles, les volcans se réveillent… très bon roman, qui semble assez méconnu, car j’ai eu du mal à le trouver, mais je le conseille vivement.

On y partage avec l’héroïne des moments de tristesse et de désespoir. On plonge dans ce roman pour n’en ressortir qu’à la dernière page.

Apocalypsis tome 2 Cavalier rouge: Edo De Eli Esseriam

cvt_Apocalypsis-Tome-2--Cavalier-Rouge-Edo_8775

Résumé:

« Je me suis éloigné tranquillement et, dans mon sillage, le ciel continuait de se déchaîner, la terre n’en finissait pas de se lézarder, d’éclater comme un fruit trop mûr. La nuit avait l’air d’un trou béant qui avalait tout.

Je suis remonté sur ma moto et j’aurais pu jurer que, sous sa roue arrière, le bitume crevait. Les flammes couraient derrière moi et embrasaient les vignes, les arbres, les maisons. Pas pour me rattraper et m’allumer. Plutôt pour m’escorter. La traîne de la mariée, la dentelle en moins, les cris et la mort en plus. Après moi, le déluge, comme dirait l’autre. L’autre, en l’occurrence, c’était moi.»

Mon avis:

Lu dans la foulée du premier tome « Alice », et je reste sur ma première opinion, quelle superbe découverte! Encore beaucoup d’humour, mais aussi de moments difficiles.
Contrairement à Alice, Edo n’a pas eu une enfance rose dans une famille modèle. Pourtant, il a tout de même des points communs avec le cavalier blanc, il n’aime personne, n’a aucune pitié, excepté pour son petit frère, qu’il protège et dont il s’occupe. Malgré sa brutalité et son manque de savoir vivre, il croise sur sa route quelques personnes qui en valent la peine.
Il est un cavalier de l’apocalypse et comme Alice il doit faire le vide autour de lui, pour réussir sa mission et tenter de protéger ceux qu’il aime ou commence à aimer.
Tout en écrivant la suite de  » cavalier blanc », Eli Esseriam parvient à nous embarqué avec « cavalier rouge » dans une histoire tout à fait différente, mais en gardant les quelques fils nécessaires qui lient les deux histoires.
Décidément j’aime le style et l’écriture de cette auteure, elle est drôle, tranchante, moderne.
Impatiente de connaître la suite, mais je vais essayer de ménager un peu le suspense, car c’est le genre de saga sur laquelle on ne tombe pas tous les jours.