Trump Fiction de Jean-Luc Hees

davJe ne suis, initialement, pas une grande fan de débats politiques ou de questions d’actualité. La faute à ce sentiment qu’on nous ment, qu’on nous manipule et que même quand les résultats des élections nous ont satisfaits, on finit déçus de toute façon… J’ai néanmoins des convictions, pas forcément très fines, ni originales, mais j’y tiens ! Et Trump en fait partie ! Alors ce « pamphlet, à charge, aussi décapant qu’hilarant », disait la quatrième de couverture, m’a fait de l’œil.

Et je ne regrette pas !
Evidemment, Jean-Luc Hees déteste Trump et ça a un petit côté jouissif de lire ce mépris dans les mots de quelqu’un d’autre. Les saynètes sont toujours intelligentes, souvent drôles, même si un peu répétitives parfois. Chapeau à l’auteur qui parvient à faire parler aussi bien Donald Duck (qui veut « élever une protestation pour privation de jouissance»), que De Gaulle, le pape François, Brigitte Macron ou Philip Roth !
Néanmoins, le sourire est de courte durée car derrière ces fables, d’apparence légère, se cache une effrayante réalité. L’homme est idiot, malade, mais il est surtout dangereux et en cela, cet ouvrage, agréable en soi, n’est pas pour nous rassurer… Je suis toutefois bien d’accord avec Jean-Luc Hees : dans ce monde où l’expression est parfois trop libérée, surtout celle des imbéciles, la vérité est toujours trop bridée et le droit à la satire, en France, est encore un privilège dont il nous faut profiter, plus que jamais ! Mission parfaitement accomplie, M. Hees, bravo ! Et merci aux éditions BakerStreet pour la découverte !

Priscilla (@Priss0904)

Quelques citations pour comprendre le ton de l’ouvrage :

« Il [John MCCain] se rappelle de ce que son père disait lorsque son rejeton faisait part de ses doutes sur l’issue de la bataille électorale : « Il y a les gagneurs et il y a les branleurs ! » John McCain glousse : « Super ! Aujourd’hui on a les deux pour le prix d’un. »

« En tout cas, le Ku Klux Klan se porte plutôt bien ces jours-ci. Quelques milliers de militants dévoués. Des Américains loyaux, sur qui on peut compter en cas de besoin. C’est vrai, nous avons eu jusqu’à quatre millions d’adhérents à la bonne époque. Mais je garde espoir. Trump a l’art de rouvrir les vieilles plaies américaines et, lorsque je lis que notre pays compte 907 « groupes de haine » entre l’Atlantique et la côte Ouest, je me dis que l’avenir est prometteur. »

« Vous n’allez pas le croire. Mon gros rougeaud de Trump espère obtenir le prix Nobel de la paix. C’est comme si Bonnie and Clyde faisaient savoir au monde qu’ils souhaitaient devenir membres honoraires du FBI… C’est clownesque. »

 

Publicités

Peur de l’ombre de Jean-François Delage

 

9782266257503

Peur de L’ombre, le 14 janvier 2016 aux éditions Pocket

Jean François Delage nous propulse quelques années en avant, en 2020 et nous nous plonge dans une terrible période d’intégrisme et de terrorisme. 

Incroyable histoire, qui est bien entendu une fiction, mais qui après le 13 novembre 2015, a un goût un peu amer…Pourtant l’auteur a écrit ce roman bien avant les événements terribles de cette fin d’année. Malgré un sujet d’actualité, une véritable histoire romancée s’installe ici, avec en toile de fond une Première dame, dont le passé laisse à désirer, des services de renseignement et de police Français  qui peinent  à maintenir le calme sur le territoire…

Un sacré pavé qui nous transporte de Paris au désert du Moyen-Orient, de l’enlèvement d’un agent de la DCRI à la poursuite de « L’ombre Persique »qui menace d’actes terroristes le pays et file entre les doigts des autorités. 

Une chasse à l’homme bien particulière face à un ennemi invisible, nul part et partout à la fois.

Le talent d’écrire un roman tel que celui dans un contexte géo-politique compliqué, mêler une part de réalité et des éléments totalement fictionnels, tout cela donne une excellente lecture qui se révèle passionnante dès les premières pages.

Accessible au plus grand nombre car on n’y trouve pas de contexte et d’enjeu politique au delà du nécessaire,  qui la plupart du temps complique la lecture et la compréhension, dans ce type de livre. Ici, le sujet est vraiment traité du côté des forces de l’ordre qui cherchent avant tout à protéger la population et garder le calme sur le territoire.

Résumé:

Le Gagnant du Prix VSD du polar 2014 Paris, été 2017, un attentat visant le président de la République française fait de nombreuses victimes à Paris dont le fils de Nora Morientès et Michaël Botton, tous deux en charge de l’anti-terrorisme à la DCRI. Dans le même temps, Michaël Botton est enlevé sous les yeux de Nora par un groupuscule intégriste. Après des années de recherches, Botton reste introuvable, tout comme le commanditaire qui a fomenté et revendiqué cet attentat… jusqu’au jour où la DCRI découvre qu’une nouvelle conspiration se prépare. Toutes les polices sont en alerte maximum et une course contre la montre est lancée afin de découvrir qui se cache derrière l’Ombre persique qui plane sur l’Occident.