Et le ciel sera bleu de Tamara McKinley Archipoche

 

9782352879268-001-g-220x356

Je vous parle à nouveau de ce magnifique roman car il sort en version poche chez Archipoche:

http://www.archipoche.com/livre/demain-le-ciel-sera-bleu/

 

Encore un magnifique roman que voilà.

Tamara McKinley a écrit ce roman sous le pseudonyme d’Ellie Dean, il le premier tome d’une série. J’ai d’ailleurs hâte de pouvoir lire les prochains opus, tant celui-ci m’a plu.

J’ai lu précédemment de Tamara McKinley L’île aux mille couleurs, dont l’histoire se passait en Australie:

https://livresque78.wordpress.com/2015/06/02/lile-aux-mille-couleurs-de-tamara-mc-kinley/

L’auteure change ici ses habitudes pour nous plonger dans l’Angleterre de 1939, en pleine seconde guerre mondiale.

Une ambiance extrêmement bien décrite, le lecteur parvient sans aucune difficulté à donner un visage aux personnages, et bien sûr à ressentir de l’affection pour eux.

La guerre de 39-45 est une période que j’affectionne particulièrement pour les romans, je trouve que les sentiments y sont plus vrais, tout y est plus intense.

Tamara McKinley a réussi à me faire ressentir la tendresse, la tension, l’angoisse et tous les sentiments qu’elle fait vivre à Sally, Ernie, Peggy, Ron, elle est parvenu à me transporter en 1939 à Cliffehaven.

Beaucoup d’émotion dans cette lecture, des protagonistes sincères et vrais. Une solidarité entre les gens, une empathie qui au jour d’aujourd’hui, donne particulièrement envie d’aider son prochain, ou en tout cas de le regarder avec un œil nouveau.

Tamara McKinley a écrit ce roman sous le pseudonyme d’Ellie Dean, il le premier tome d’une série. J’ai d’ailleurs hâte de pouvoir lire les prochains opus, tant celui-ci m’a plu.

J’ai lu précédemment de Tamara McKinley L’île aux mille couleurs, dont l’histoire se passait en Australie:

https://livresque78.wordpress.com/2015/06/02/lile-aux-mille-couleurs-de-tamara-mc-kinley/

L’auteure change ici ses habitudes pour nous plonger dans l’Angleterre de 1939, en pleine seconde guerre mondiale.

Une ambiance extrêmement bien décrite, le lecteur parvient sans aucune difficulté à donner un visage aux personnages, et bien sûr à ressentir de l’affection pour eux.

La guerre de 39-45 est une période que j’affectionne particulièrement pour les romans, je trouve que les sentiments y sont plus vrais, tout y est plus intense.

Tamara McKinley a réussi à me faire ressentir la tendresse, la tension, l’angoisse et tous les sentiments qu’elle fait vivre à Sally, Ernie, Peggy, Ron, elle est parvenu à me transporter en 1939 à Cliffehaven.

Beaucoup d’émotion dans cette lecture, des protagonistes sincères et vrais. Une solidarité entre les gens, une empathie qui au jour d’aujourd’hui, donne particulièrement envie d’aider son prochain, ou en tout cas de le regarder avec un œil nouveau.

Les bombardiers lourds Français de la RAF

CVT_Les-bombardiers-francais-de-la-RAF--leur-histoire_7576

Une histoire d’amour et de guerre aux Editions Jourdan

Pas besoin d’être un grand connaisseur de la Seconde Guerre Mondiale pour apprécier cette lecture.C’est avant tout pour moi l’histoire d’amour qui prime, elle se déroule dans les derniers moments de cette terrible guerre.

Francis est Français, originaire de Marseille et Barbara est Anglaise.

Un amour epistolaire va naître entre eux, pas de coup de foudre mais des sentiments qui s’étoffent petit à petit, avec en toile de fond les missions de Francis qui est pilote.

Ce livre se base sur les véritables événements de l’époque et sur les échanges postaux entre Francis et Barbara ainsi que sur le journal de cette dernière.

Etayé comme un véritable document par des photos ( qui amènent un réalisme très touchant) et des explications claires sur le matériel, les lieux, les circonstances et événements, tout y est, pas de fiction ici.

Des moments touchants, heureux mais aussi tristes et difficiles.

La difficulté d’entretenir une relation amoureuse, non seulement avec l’ombre des combats, de la mort, mais également le fait que Francis soit un soldat étranger pour Barbara. 

Quel est leur avenir?

J’aime en apprendre plus sur les événements qu’ont vécu ceux qui ont subi cette guerre, mais il est vrai que le fait que ceci soit assorti d’une jolie histoire, rend les choses bien moins studieuse. Un équilibre entre l’amour et les faits que je trouve très intéressant.

Résumé:

Barbara Harper-Nelson fut autrefois la petite amie d’un jeune aviateur français, Francis Usai, qui combattait dans le Bomber Command de la RAF, basé à Elvington, près de York, d’où il mena des missions de nuit dans l’horrible déluge de feu que fut la bataille de la Ruhr. Étonnamment, elle conserva toutes ses lettres (plus de 2000 pages) ainsi que ses propres journaux. Réunis tant d’années plus tard, ces documents authentiques, qui se lisent comme un roman, constituent une conversation unique, évocatrice, émouvante, mais parfois aussi amusante, entre deux jeunes gens pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils font revivre la mémoire de nombreuses personnes qu’ils ont rencontrées et nous replongent dans la réalité des événements historiques qu’ils ont vécus. L’intensité de leur amour et leur courage sont saisissants. Très peu de gens savent qu’environ 2300 Français basés (personnel navigant et au sol inclus) à Elvington, près de York, ont combattu aux côtés des alliés dans le Bomber Command de la RAF et que sur les équipages initialement engagés un homme sur deux fut tué. La base d’Elvington fut la seule quasiment entièrement affectée à une autre nationalité en Grande-Bretagne. Les Anglais à York l’avaient baptisée « La petite France ». Ce livre leur rend hommage et devrait aussi contribuer à mieux les faire connaître. C’est également une mine d’informations sur les évènements historiques vécus sur le vif par ces deux jeunes gens et sur le contexte culturel de l’époque (musique, films, etc.).

 

 

 

La jeune fille sur la falaise de Lucinda Riley

 

sm_CVT_La-jeune-fille-sur-la-falaise_7227

Encore une fabuleuse histoire publiée aux éditions Charleston. J’affectionne particulièrement leur romans, cela représente toujours une magnifique pause lecture, du romantisme, de l’émotion…

Lucinda Riley a l’art de raconter, elle nous embarque dans une saga familiale de plus de cent ans, et j’ai tout simplement été passionnée.

Un univers incroyable dans lequel le lecteur se projette sans aucune retenue ni difficulté malgré qu’il soit éloigné dans le temps et dans les lieux.

Des histoires d’amour impossibles, des sacrifices, des trahisons et retournements de situations, des hasards et coïncidences folles…

Nous rencontrons tout au long de ce livre des femmes incroyables, courageuses, à qui la vie n’épargne rien, des rebondissements qui pimentent l’histoire quand il faut et qui font tourner les 486 pages de ce roman à un rythme fou.

Une intrigue familiale rondement menée, qui foisonne de détails qui se rejoignent et s’emboîtent parfaitement.

Et que dire de ce bel objet qu’est le livre en lui-même, si comme moi vous êtes sensible aux livres papier, celui-ci est superbe, une belle qualité de papier et d’impression, ainsi qu’une couverture qui donne le ton: L’émotion.

 

Résumé:

Pour échapper à une récente rupture, Grania Ryan quitte New York pour aller se ressourcer en Irlande auprès de sa famille. C’est là, au bord d’une falaise, qu’elle rencontre Aurora Lisle, une petite fille qui va changer sa vie.

En trouvant de vieilles lettres datant de 1914, elle se rend compte du lien qui unit leurs deux familles. Les horreurs de la guerre, l’attrait irrésistible du ballet, le destin d’un enfant abandonné, ont fait naître un héritage de chagrin, qui a tour à tour marqué chaque nouvelle génération.

C’est finalement l’intuition d’Aurora qui leur permettra de se libérer des chaînes du passé, et d’aller vers un futur où l’amour triomphe sur la perte.

 

 

 

L’Edit d’Alambrisa Alix D’Angalie – Editions Monde Premier

edit

Monde premier

Lu en  numérique au format Word

L’histoire: ♥♥♥♥

Résumé:

À l’issue d’une ère de guerres sanglantes, les Hommes sont parvenus à développer une civilisation aussi pacifique que prolifique.
Tellur est un monde en Paix, un rêve devenu réalité au prix de sacrifices incommensurables? et grâce à l’Édit d’Alambrisa.

Plus de trois-mille six-cent ans après la rédaction de l’Édit d’Alambrisa, Sicara Narki accède au prestigieux statut d’Apprentie et intègre le lieu de formation des Mages les plus puissants de Tellur, sous l’égide du plus mystérieux des professeurs.
Mais elle est loin de mener au Conservatoire la vie studieuse et sereine à laquelle elle a toujours aspiré. Une série de drames sans précédent vient perturber la Paix d’Alambrisa et très vite, l’Apprentissage de Sicara prend une tournure inattendue et dangereuse qui changera du tout au tout le cours de son existence? Et peut-être même la civilisation de l’Édit tout entière.

Mon avis:

J’ai contacté l’association Monde Premier, afin de leur proposer un partenariat, ce qu’ils ont très gentiment accepté.

J’ai débuté ce roman en un volume, et je dois avouer que cette histoire m’a transcendé dès le début, l’auteur est parvenu à éveiller ma curiosité dès le début de l’histoire.

Une véritable épopée qui n’a rien à envier aux plus grands, ici pas de bataille épique mais des rebondissements qui s’enchaînent et s’intensifient au fur et à mesure de l’histoire, mais aussi de la magie et ceci à très juste dose.

Le personnage principale: Sicara Narki est courageuse, elle a du caractère et a un don…

La narration est passionnante mais accessible, malgré le nombres de personnages, tout y est cohérent.

Juste quelques erreurs dans le texte, mais qui ne retirent rien au charme de ce livre qui mêle fantasy et romanesque.

Je ne saurai que recommander cette histoire, qui m’a surprise par sa qualité.

Merci à Monde Premier de leur confiance.

Les brumes de Grandville de Gwendoline Finaz de Villaine – B.Editions

CVT_Les-Brumes-de-Granville-T1-Monotropa-Uniflora_9447♥♥♥♥♥Attention: énorme coup de  COEUR ♥♥♥♥♥

L’histoire: ♥♥♥♥♥ La couverture:♥♥♥♥♥ Résumé: Apolonie, encore troublée par cette rencontre, tombe sous le charme indécent d’une mystérieuse1919. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, Apollonie devient professeur de musique. Belle, libre et déterminée, la jeune orpheline découvre la vie au château de Grandville. Elle ne tarde pas à faire la connaissance du fils de la Comtesse, le magnétique et mystérieux Hector, dont la beauté n’a d’égale que le cynisme.Appolonie, encore troublée par cette rencontre, tombe sous le charme indécent d’une voix mystérieuse sortie des ombres… Mon avis: Wahou!! Mais quel choc, ce livre est un véritable coup de cœur pour moi. Il ne faut surtout pas s’arrêter aux trois points de suspension qui termine le résumé de ce roman. Car c’est justement là que l’histoire démarre. Ce livre est une véritable merveille. L’auteur nous emmène dans ce domaine de Grandville, et le voyage semble réel, on arpente les pièces en même temps que l’héroïne, on le visite et le découvre en même temps qu’Apollonie. Extraordinaire idée de mêler l’histoire de la Grande guerre et le fantastique. Tout se tient d’un bout à l’autre, l’équilibre entre les deux ingrédients principaux est parfait, l’auteur joue sur les tableaux de l’après guerre et sur celui du romanesque et du fantastique avec un savoir faire extraordinaire. Son héroïne est intelligente, profonde, raisonnée. Les personnages secondaires sont décrits physiquement et moralement avec juste ce qu’il faut pour commencer à avoir une opinion à leur égard. Sans parler qu’Hector, que l’on ne peut s’empêcher d’imaginer tant Apollonie le trouve beau et magnétique. Le domaine de Grandville donne malgré l’époque à laquelle se déroule l’histoire, un côté cocon, ou flotte l’impression que le temps s’est arrêté et que les atrocités de la bataille sont restées dehors. Le choix de l’époque reste pour moi, un atout majeur de ce roman, il permet au lecteur de garder du recul par rapport à l’histoire d’amour d’Apollonie. Il faut aussi que je vous parle de cette couverture, cette jeune fille de dos, devant la grille de Grandville, laisse au départ imaginer toutes sortes de choses. C’est un très beau livre, le genre de livre que l’on aime lire en public, que l’on aime exhiber, il est simple sans fioriture. J’ai eu hâte de l’ouvrir dès que je l’ai reçu. Je confirme donc le bonheur que j’ai eu à lire ce premier tome, je suis maintenant dans l’attente impatiente, mais très impatiente de la suite de cette merveilleuse histoire. Merci à  Gwendoline Finaz de Villaine ainsi qu’à B.Editions pour cette lecture enchanteresse.

Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs

cvt_Miss-Peregrine-et-les-Enfants-Particuliers_6420

Résumé:

Une histoire merveilleusement étrange, émouvante et palpitante.
Un roman fantastique qui fait réfléchir sur le nazisme, la persécution des juifs, l’enfermement et l’immortalité.

Mon avis:

J’ai acheté ce roman sur un coup de tête en voyant que cette lecture était celle du mois d’octobre sur babelio. Ce livre ne faisait donc pas parti de ma PAL, et pourtant j’ai eu un plaisir fou à le lire. Je dois tout d’abord vous dire, que comme la plupart d’entre vous, je pense, je suis extrêmement sensible à la beauté du livre. je trouve celui-ci tout simplement magnifique, la couverture est belle et intrigante, et le papier est d’une très belle qualité. de plus les photos qui documentent ce livre sont attirantes, on ne se lasse pas de les découvrir au fil des pages.
Maintenant l’histoire, elle mélange le fantastique et la réalité du nazisme et de l’horreur de la chasse aux juifs.
J’ai adoré ce livre, je n’en dirai pas plus car il se suffit à lui même. c’est une lecture à ne pas louper. Bravo.

Au revoir là Haut de Pierre Lemaître

cvt_Au-revoir-la-haut_4439

Résumé:

« Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d’avantages, même après. »

Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts…
Fresque d’une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d’évocation, « Au revoir là-haut » est le grand roman de l’après-guerre de 14, de l’illusion de l’armistice, de l’État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l’abomination érigée en vertu.

Dans l’atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.

Mon avis:

Que puis-je dire de plus que ce qui a été dit. Je vais tout d’abord vous avouer que cette lecture était dans ma PAL depuis longtemps mais le côté « Prix Goncourt » me rebutait un peu, beaucoup.
Après avoir lu Alex et Cadres noirs, je ne pouvais pas faire faire l’impasse sur celui-ci, il parle d’une époque ou mon grand-père est né, il parle d’une époque dont aujourd’hui on ne garde que peu de souvenirs, car les personnes aptes à les transmettre ne sont plus parmi nous.
Ce livre est un monument, alors ici pas de monuments aux morts, mais un monument de littérature, et donc moi qui suis loin d’être capable de juger un Prix Goncourt, je dis juste, « chapeau » Mr Lemaître. Vous avez réussi à me passionner avec un sujet quasi inconnu pour moi, une histoire triste mais juste.

Avec cette lecture, j’ai passé des moments de rires, mais aussi beaucoup de moments tristes, à penser à tous ces poilus de retour de guerre avec la gueule cassée et rien en poche. Pour certains la vie n’étaient sûrement pas facile avant guerre, mais elle a dû être bien pire après.
Donc juste deux mots: Merci et Bravo…

Le diable tout le temps de Donald Ray Pollock

CVT_Le-Diable-tout-le-temps_8441

Résumé:

Dans la lignée des oeuvres de Truman Capote, Flannery O’Connor ou Jim Thompson, un roman sombre, violent et inoubliable sur la condition humaine.

De la fin de la Seconde Guerre mondiale aux années 60, les destins de plusieurs personnages se mêlent et s’entrechoquent. Willard Russell, qui a combattu dans le Pacifique, est toujours tourmenté par ce qu’il a vécu là-bas. Il est prêt à tout pour sauver sa femme Charlotte, gravement malade, même s’il doit pour cela ne rien épargner à son fils Arvin…

Carl et Sandy Henderson forment un couple étrange qui écume les routes et prend de jeunes auto-stoppeurs qui connaîtront un sort funeste

Roy, un prédicateur convaincu qu’il a le pouvoir de réveiller les morts, et son acolyte Theodore, un musicien en fauteuil roulant, vont de ville en ville, fuyant la loi et leur passé.

Donald Ray Pollock s’interroge sur la part d’ombre qui est en chaque individu, sur la nature du Mal. Son écriture est d’une beauté inouïe mais sans concessions. Avec maestria, il entraîne le lecteur dans une odyssée sauvage qui marque durablement les esprit.

Mon avis:

J’ai acheté ce roman sur un coup de tête, sans trop savoir ce qu’il valait. Je l’ai trouvé génial, et oui génial par sa noirceur et sa crasse.
Difficile de trouver les mots pour qualifier cette lecture, elle m’a tout simplement scotché.
En lisant ce roman, je me demandait lequel de ces personnages était le plus repoussant, méchant, diabolique.
Ils se cachent tous derrière leurs prières et leur foi pour mieux tuer, salir et rendre détestable tout ce qu’ils touchent.
L’auteur parvient à nous rendre accroc à ses lignes alors qu’il nous dépeint l’enfer sur terre.
A côté des personnages de ce livre vos pires ennemis redeviennent des angelots en culotte courte.
Une lecture très noire mais extrêmement addictive, on veut connaître la fin à tout prix, afin de savoir si il y a au moins un gentil!

Fin du monde de Fabrice Colin

31jVmEe3c8L._SL160_

Résumé:

Lorsque la première bombe atomique explose au-dessus de San Francisco, Jim Thompson veut croire qu’un avenir existe encore. Hélas! Aux quatre coins du globe, une guerre nucléaire totale se propage. L’un après l’autre, tous les pays sont rayés de la carte : le pire des scénarios est devenu réalité. Chine, Egypte, France, Etats-Unis… Séparés par des milliers de kilomètres, quatre adolescents aux destins mystérieusement liés s’efforcent d’échapper à l’inéluctable et de rallier une base secrète du Groenland. Mais peut-on survivre à la fin du monde?

Mon avis:

Ce livre fait peur par son réalisme et par la possibilité du conflit qui y est évoqué. La peur d’une guerre nucléaire est présente dans tous les esprits.
Ce court roman nous plonge dans l’enfer d’une guerre qui ressemble plus à une extermination de la race humaine et de toute forme de vie sur la terre.
Nous suivons ici différents jeunes issues de France, de Chine du Caire, leur destin sont plus ou moins liés, par de petits ou grands détails.
Leur but commun est de survivre à cette folie humaine qui se déclare à partir d’un conflit entre la Chine et les Etats-unis.
Une lecture qui nous fait prendre conscience que notre destin à tous repose entre les mains des « grands » de ce monde, qui peuvent jouer avec nos vies comme on joue la bataille navale.
A méditer.

Une note de 4/5.