Possession de Paul Tremblay

9782355846656ORI

 

 

Hier, le 22 mars 2018, sortait aux éditions Sonatine Possession de Paul Tremblay.

Tout commence avec une couverture et un titre tout simplement excitants, vous ne pourrez pas dire le contraire…

Puis on se lance dans la lecture de ce roman totalement original, je vais essayer de vous en parler sans trop en dévoiler car son originalité, c’est à vous de la découvrir. 

Une histoire dont la trame de base a déjà été traité dans plusieurs romans et de nombreuses fois au cinéma, avec plus ou moins de talent d’ailleurs.

Mais Possession est bien plus qu’une simple histoire d’exorcisme, elle nous est racontée d’un point de vue différent, innocent, que j’ai trouvé absolument génial. Vous êtes curieux? Je ne vous en dit pas plus à ce sujet ;-). 

Paul Tremblay nous plonge dans l’incertitude, dans l’angoisse, il crée une ambiance stressante, je ne savais plus moi-même sur quel pied danser, où était la vérité?

Il m’a plongé au milieu de cette famille, au milieu de leur drame, de leurs angoisses, de leurs tentatives de trouver une solution. Aucune certitude, aucune possibilité d’être serein face à ce roman d’une très grande qualité, à mon humble avis.

Une histoire d’aliénation, certes, mais avant tout une histoire de famille, de fratrie, de confiance, d’admiration entre une cadette et son aînée. 

Certaines scènes m’ont faite trembler, d’autres m’ont ramenée à mes 8 ans et à mon innocence et ma crédulité de petite fille…

Un roman tout simplement bluffant, dont je garderai pour un bon moment les personnages et les sensations en tête.

Résumé:

Après Rosemary’s Baby et L’Exorciste, le nouveau classique de l’horreur.
Malgré une mère alcoolique et un père au chômage, la famille Barrett tente de mener une vie ordinaire dans la tranquille banlieue de Beverly, Massachusetts, jusqu’au jour où leur fille de 14 ans, Marjorie, commence à manifester les symptômes d’une étrange schizophrénie. Alors que des événements de plus en plus angoissants se produisent, les Barrett décident de faire appel à un prêtre, qui ne voit qu’une seule solution : l’exorcisme. À court d’argent, la famille accepte l’offre généreuse d’une chaîne de télévision ; en contrepartie, elle suivra la guérison de Marjorie en direct. L’émission connaît un succès sans précédent. Pourtant, elle est interrompue du jour au lendemain sans explications. Que s’est-il passé dans la maison des Barrett ?

Avec ce thriller terrifiant d’une rare intelligence, Paul Tremblay réinvente l’horreur à l’ère des médias, de l’avènement de la télé-réalité et de la culture pop. Possession fait partie de ces quelques livres susceptibles de nous procurer des émotions nouvelles, qui continuent à nous hanter bien après la dernière page.

 

 

 

Publicités

Hantée Tome 1 de Christelle Coldpaert Soufflet

IMG_20180131_090552.jpg

 

Je vous parle aujourd’hui d’un roman auto-édité, le premier tome d’une saga , qui comme vous pouvez le voir au titre ainsi qu’à la couverture, n’est pas un compte pour enfant.

Après avoir entendu parler de cette auteure sur facebook, j’ai immédiatement eu envie de la découvrir.

Nombreuses sont les tentatives de faire peur par le biais des mots, et rares sont celles qui aboutissent, me concernant en tout cas…

J’ai donc découvert l’univers de Léonie à travers ce premier tome, que j’ai trouvé assez réussi, j’ai eu quelques petites trouilles bien senties, l’envie de lire dès que possible afin de connaître la suite m’a immédiatement saisie. Je me suis donc retrouvée à emmener le livre partout en faisant bien attention de ne traumatiser personne avec cette couverture assez terrifiante.

L’histoire de Léonie et Jessy est passionnée, passionnante, elle nous embarque dans un tourbillon de sensations. Ils s’aiment follement, il faut dire que Léonie est une jeune femme hors du commun, avec une sensibilité rare, ce qui semble créer un flot d’émotions chez les autres, bonnes ou mauvaises d’ailleurs.

Du paranormal en veux tu en voilà, tel qu’il me faisait vibrer et me retourner dans mon lit, lorsque j’étais adolescente.

De plus une affection particulière pour cette auteure et pour le contexte de son livre, puisque originaire du Nord pas de Calais, je ne peux que trouver que de la nostalgie positive à l’évocation de certains lieux.

Vous, qui aimez trembler à chaque page, qui aimait ressentir le frisson de la peur, de cette présence inexpliquée à vos côté, je ne peux que vous inciter à découvrir ce roman et les suivants, qui pour moi sont une évidence.

 

AAVERHELYON de Michael Fenris

IMG_20171027_061656

Michael Fenris est un auteur surprenant, voici le deuxième roman que je lis de ce Monsieur est je ressors décoiffée une fois de plus.

Il nous fait réellement ressentir les influences littéraires et cinématographiques qui font de lui l’écrivain qu’il est.

Il ne se range pas dans une case, et ce n’est que le début, il risque de nous surprendre encore.

Après avoir lu Feuilles, dans lequel j’ai indéniablement retrouvé du Stephen King, je termine cette lecture avec une image des classiques d’horreur qui ont jalonné mon enfance ou en tout cas celle de mes frères et qui à l’époque faisaient battre notre petit cœur lorsqu’ils étaient diffusés. Une touche de gothique, une touche d’érotisme afin de nous faire rougir, des créatures toutes plus effrayantes les unes que les autres…Mais avant tout, cette ambiance que Michael a su distiller petit à petit, ce manoir, cette pluie incessante, l’orage, le froid, et ces hôtes qui peuplent nos plus terribles cauchemars et dont on ne sait que penser.

Excellent moment de lecture, que je ne saurai que vous recommander.

4ème de couverture:

Par une nuit d’orage, Daniel Trusk, un ex-flic alcoolique devenu détective, prend en charge une jeune institutrice en panne sur le bord de la route, Kathleen Herton.A la recherche d’un endroit pour s’abriter, ils sont attirés par les lueurs d’un manoir perdu au milieu de nulle part, propriété de la famille Vardek. Celle-ci occupe les lieux depuis des siècles et se livre à de la sorcellerie. Alors que les portes se referment sur eux, Trusk comprend qu’ils sont à la veille d’une grande cérémonie sacrificielle, et qu’ils n’ont aucune chance de s’échapper…

 

 

 

1974 de Arnaud Codeville

 

CVT_1974_3119

Mon avis:

Voici le deuxième roman de l’auteur, Arnaud Codeville et je dois dire que je l’ai trouvé encore meilleur et bien plus abouti que le premier.  Arnaud a su créer un univers vraiment personnel ainsi qu’une histoire qui file vraiment les chocottes.

Le lieu où se déroule l’histoire est fait pour me séduire et me rendre nostalgique, Valenciennes et ses environs. Je me suis donc immédiatement sentie comme chez moi, familière avec le nom des villes et les descriptions des lieux.

Un véritable roman d’horreur qui donne des sueurs froides à de nombreuses reprises et tous ceux qui son fans de ce genre de lecture savent à quel point faire trembler le lecteur est chose difficile.

Pas de temps morts, les scènes s’enchaînent toutes plus effrayantes les unes que les autres, une ambiance glauque et oppressante où on se demande à chaque instant ce qu’il va se passer.

Une bonne construction de l’histoire où tout s’emboîte et paraît évident et logique.

Très bon avis, donc pour ma part de ce roman. J’attend la suite des écrits d’Arnaud Codeville avec beaucoup d’impatience.

4ème de couverture:

À Sebourg, petit village du Nord de la France, c’est l’effervescence. Les pompiers mettent le feu au 16 de la rue Jean Jaurès. La plupart des habitants se massent pour admirer le spectacle. Tous redoutent la vieille demeure et tous se réjouissent de la voir disparaître à jamais du paysage et pour cause : elle serait hantée…
Parmi la foule de curieux, un homme assiste à l’incendie. Il est sans doute le seul à être aussi fasciné par l’agonie de la bâtisse…

Pour rien au monde, il n’aurait raté ce moment.

Le goût du sang de Michaël Sailliot

Editions Kitsunegari http://www.kitsunegari-editions.com/
Editions Kitsunegari
http://www.kitsunegari-editions.com/

Note: ♥♥♥♥ sur 5

Je dois avouer avoir été étonné par ce roman. Je pensai partir sur une simple histoire de loups garous et me voilà embarquer dans un univers bien plus complexe.

Un sympathique roman fantastique horreur, qui réunit de nombreux éléments nécessaires à une bonne histoire du genre.

Une écriture fluide et agréable, l’auteur nous emmène dans son univers, on comprend vite qu’il s’est documenté et qu’il a fait des recherches afin de nous éclairer sur les légendes urbaines, les créatures démoniaques et les monstres qui peuplent cette histoire.

Michaël Sailliot mêle à tout cela une enquête policière mais aussi des pouvoirs parapsychiques et des dons paranormaux qui donnent à l’ensemble un véritable intérêt et cela au travers de scènes assez flippantes…

Ce roman n’est donc pas pour un jeune public, loin de là puisqu’on y trouve de nombreuses scènes adultes aussi  bien de l’ordre de la violence et du sang que des scènes à connotation sexuelle.

Un univers assez sombre, dans les bas-fonds d’Arras, une ville du Nord de la France, région dont je suis moi-même originaire.

Un roman et un auteur à découvrir, pour tous les fans de personnages démoniaques et cruels. Une lecture qui ne vous laissera pas de marbre.

Résumé:

Dans les vestiges d’un ancien hôpital psychiatrique, un vieux docteur et son équipe tentent de recréer la race des loups-garous aujourd’hui disparue. Seulement, lors d’une sortie souterraine, le sujet de ces expériences échappe au contrôle de ses maîtres.

 

Dans les Boves d’Arras, trois touristes anglais sont retrouvés massacrés. Après une battue stérile, la Police s’apprête à classer l’affaire. C’est compter sans la ténacité d’un flic peu ordinaire, le lieutenant Gabriel Papadhόpoulos.

 

Avec son ami d’enfance doté de pouvoirs parapsychiques, Abdelkacem Alhazred, Gabriel va découvrir que l’Enfer possède une porte ouverte sur notre monde et que les démons qui le peuplent aiment bien trop le goût du sang. 

 

 

Auteur : Michaël Sailliot

Illustration de couverture : Virgilles

Broché, 462 pages

Genre : Fantastique/Horreur

Public : contient des scènes susceptibles d’heurter la sensibilité, à réserver à un public averti

Prix : 21€

A paraître : mai 2015