Aveuglé de Stona Fitch

Sonatine + 263 pages 13€
Sonatine +
263 pages
13€

Je me met à écrire cette chronique juste après avoir refermé Aveuglé de Stona Fitch.

Ce roman m’a mis une claque. Certes il est dur, certaines scènes sont très difficiles, pourtant l’auteur est parvenu à garder une totale maîtrise.

C’est une histoire dingue, qui regroupe des faits de sociétés, qu’ils soient d’ordre politique, de modes télévisuelles ou encore de souvenirs des erreurs du passé. Je ne peux bien-sûr pas trop vous en dire, car ce livre est une vraie surprise, une bulle de folie dans un monde où l’on s’habitue à la violence des actes et des images.

Un monde où la fiction ne suffit plus, où la violence est reine,  l’intimité n’existe plus, un monde où les technologies permettent à chacun d’en voir et d’en savoir encore plus.

Stona Fitch signe ici une roman qui ne peut que nous faire réfléchir sur notre société actuelle, sur les limites que nous devons encore nous imposer et sur ce que nous donne à ressentir la souffrance des autres, connaissons nous encore le sens du mot empathie?

Un roman qu’il faut lire pour comprendre, un vrai choc en tout cas, une lecture qui me laisse des frissons, non pas uniquement pour son texte mais aussi pour ce que l’auteur cherche à nous dire.

Merci à Sonatine, pour cet uppercut littéraire.

Résumé:

Bruxelles. Après un dîner d’affaires, Elliott Gast, économiste américain sans histoires, se fait kidnapper. Il se retrouve enfermé dans un appartement anonyme, sans aucun contact avec ses ravisseurs. Elliott pense d’abord que c’est une erreur. Qu’on l’a pris pour quelqu’un d’autre. Rien en effet dans son existence ne peut motiver un tel acte. Il n’est pas spécialement riche, il ne fait pas de politique, il n’est pas célèbre, c’est un homme dans la foule. Alors pourquoi s’en prendre à lui ? Lorsque, enfin, ses ravisseurs lui révèlent la vérité, elle apparaît plus atroce que tout ce qu’il a pu imaginer : ceux-ci savent tout de lui et ont décidé, pour des raisons bien précises, d’en faire la proie d’une expérience interactive et voyeuriste d’une cruauté sans précédent. Roman culte dans les pays anglo-saxons, Stona Fitch décrit un monde où terrorisme, vie privée et voyeurisme sont étroitement liés, un monde où la compassion n’a presque plus sa place.

Publicités

Des noeuds d’acier de Sandrine Collette

CVT_Des-noeuds-dacier_7846

Résumé:

Théo Béranger sort de prison. Dix-neuf mois de rapports humains violents et âpres, qu’il a passés concentré sur un seul objectif : sa libération. Son errance le mène au fin fond de la France, dans une région semi-montagneuse couverte d’une forêt noire et dense. Là, kidnappé par deux frères déments, il va replonger en enfer. Un huis clos implacable, où la tension devient insoutenable.

Mon avis:

J’ai passé un moment très angoissé en plongeant dans ce roman. L’histoire est très noire, très troublante, et pourtant très addictive. En effet, ce roman se dévore car, on connait en gros l’issue de l’histoire, mais comment en arrive t-on là?
Dès les premières pages, notre curiosité est piquée, l’auteure nous donne immédiatement envie d’en savoir plus.
Le récit est douloureux et la douleur ne fait qu’augmenter au fil des pages. Un environnement de folie pure, elle est physique, psychologique, elle est partout, elle alterne avec l’espoir, le désespoir, la solitude…
Un roman qui est donc très oppressant, mais c’est aussi un huit-clos rondement mené, un roman qu’on ne peut plus lâcher avant la dernière page;