Le petit musée de la Vème république de Devo

 

9782917559376_1_75

Date de parution : 06/04/2017

 

Je vais vous parler politique, mais pas dans le sens où vous l’entendez, car je sais que l’on vous rabat les oreilles depuis des semaines.

Moi, je suis là pour vous faire découvrir ce petit recueil humoristique de Devo, il caricature avec beaucoup de finesse les hommes et femmes politique de la Vème république. le style est simple, mais efficace.

Tous y passent avec beaucoup de gentillesse et d’humour, de Arlette Laguillé à François Baroin, de Harlem Désir à Jean-Luc Mélenchon.

Tout cela est très bon enfant, et amène justement une petite touche bien sympathique dans cette campagne Présidentielle épuisante et omniprésente…

Donc, ici pas besoin d’être un féru politologue, juste quelques rappels des personnalités politiques qui nous ont vu grandir, quelque soit notre âge. Un peu d’humour, dans une période difficile.

 

 

Propos cocasses et insolites entendus en librairie de Jen Campbell

 

Alors là!

51u2+Sc3ZqL._SX210_

Jen Campbell

ISBN : 2917559659
Éditeur : EDITIONS BAKER STREET (2016)

Voilà tout ce que j’aime: un livre qui parle de livres, de librairie et qui en plus est drôle et véridique.

Très bon petit recueil de propos, questions, anecdotes, toutes plus étonnantes et drôles les unes que les autres.

Une suite d’aventures de libraires, on se dit que ce n’est pas un métier où l’insolite est de mise et on fait erreur, ce petit livre qui se dévore comme un paquet de friandises, nous le prouve.

On sourit, on rit et on est quelques fois consternés , il faut bien l’avouer. Mais le grotesque de certaines situations, qui laisse les libraires sans voix, amène le lecteur à se délecter de ce recueil.

A lire et à conseiller sans aucune modération.

4ème de couverture:

Ce recueil, bestseller outre-Manche, réunit les questions les plus drôles, surprenantes et bizarres que les gens posent parfois à leurs libraires. Et pourtant rien n’a été inventé…
Poète et nouvelliste, Jen Campbell s’est inspirée de son expérience de libraire à Édimbourg et à Londres pour rapporter dans un blog ses conversations invraisemblables, étranges ou extravagantes avec certains clients. Le succès de son blog lui a donné l’idée de partager sous forme de recueil ces perles complètement inouïes – et pourtant vraies ! Le livre a déjà été traduit dans une dizaine de pays. Suite au succès du livre (bestseller du Sunday Times), un deuxième volume est sorti deux ans plus tard.

 

Le mystère du magicien disparu de Ian Sansom

51OeLKBYdcL._SL160_

Parution le 13 avril 2016 aux Editions Hoëbeke

Si vous cherchez une lecture décalée qui vous fasse sourire, Israël, le bibliothécaire est donc votre homme.

Ian sansom écrit ici le second tome des aventures d’Israël Armstrong, pour moi une découverte, qui a su titiller ma curiosité et me faire sourire à bien des égards.

L’auteur n’hésite pas à ( gentiment) se moquer des travers des Irlandais, car son personnage Israël Armstrong, un nom qui amène déjà au questionnement, est un Anglais travaillant et vivant au Nord de l’Irlande . Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il vit de drôles d’aventures dans ce pays d’adoption, à la façon de raisonner un peu étrange…

En effet, alors qu’Israël se retrouve mêlé et suspecté dans une affaire de cambriolage et d’enlévement, la police a une étrange façon de mener l’enquête. Israël, qui doit donc se défendre contre cette erreur judiciaire, va se retrouver au coeur de conversations et de dialogues, qui n’ont pas été sans me rappeller les pièces de théatre humoristiques que je regardais avec mes grand-parents, sur les chaînes Belge, lorsque j’étais enfant.

Un humour pince-sans-rire, l’auteur se gausse des tics de langage de ses amis Irlandais ( Irlande du nord où il vit) ce qui donne des conversations en jeux de mots et en tournures de phrases qui apportent un ton léger à une affaire qui pour l’interessé principal, est on ne peut plus importante.

Un moment de lecture très sympathique, que je recommande à tous ceux qui aiment l’humour bon enfant dans un style classe, typiquement British.

Résumé:

Après Le Mystère des livres disparus, on retrouve avec plaisir le plus drôle des bibliothécaires-détectives !

Depuis qu’il a résolu le mystère des livres disparus, Israël Armstrong sillonne les routes du nord de l’Irlande du Nord à bord de son bibliobus, traquant les usagers récalcitrants à rendre leurs prêts. Ce qui plonge ce boulimique de littérature dans les affres du désespoir, lui qui avait toujours cru aux vertus de la lecture. Son existence semble s’éclaircir lorsqu’il est chargé d’organiser une exposition itinérante commémorant les cent ans du légendaire grand magasin Dixon & Pickering. Mais par un hasard dû à la malchance congénitale de notre héros malgré lui, le voici mêlé à une sale affaire : l’éminent M. Dixon, propriétaire de l’établissement et membre de l’Association des magiciens de l’Ulster, vient de  disparaître. Tout à l’art d’être au mauvais endroit au mauvais moment, Israël devient le suspect n°1. Menotté, mis en examen, duffle-coat et livres confisqués, il est incarcéré. Il devra pour prouver son innocence se lancer dans une enquête à cent à l’heure à travers le pays, s’aidant maladroitement des techniques de détectives de papier glanées dans quelques polars. Arrivera-t-il à retrouver le magicien et à blanchir sa réputation ?

Le premier livre de Ian Sansom a été salué par la presse française. Pour Paris Match, « une madeleine imbibée au whisky, qui rappelle les comédies de Stephen Frears » ; pour Livres Hebdo, « un petit bijou anglais de loufoquerie. » « Hilarant » pour La Croix ; « un des romans les plus drôles et déjantés de ces dix dernières années » pour LCI.  

 

 

J’adore New York de Isabelle Laflèche

 

ACH002555350.1310410915.580x580

Voici un sympathique roman d’une auteur Québécoise: Isabelle Laflèche. Elle nous embarque à New York avec Catherine, une petite avocate Françoise, qui ravie de s’expatrier dans la grande pomme, va vite s’apercevoir que tout ne tourne pas aussi bien que prévu.

Catherine se retrouve vite débordée, en concurrence permanente. Côté sentimental, vous vous en doutez bien, tout ne sera pas simple non plus.

Des personnages au caractère affirmé, de l’humour et de nombreuses mésaventures.

Un roman qui me fait quelque peu penser à Bridget Jones, même si Catherine est un peu moins fofolle et que les procès et enjeux juridiques, apportent du sérieux à la situation.

Une lecture agréable, sans prise de tête, un moment de lecture drôle et frais.

Catherine parviendra t-elle à faire son trou dans cette ville totalement différente du monde qu’elle a quitté? Je vous laisse le découvrir avec ce roman moderne et « Girly », selon un terme très employé de nos jours ( J’ai réussi à le placer).

Résumé:

Obtenir un job dans un grand cabinet d’avocats new-yorkais : pour Catherine Lambert, la petite frenchie, c’est un rêve. Manhattan, ses lieux branchés, ses boutiques fascinantes pour une accro du shopping… Mais dès qu’elle pose le pied à New York, tout part en vrille. Sa patronne ? Une hystérique ultra-exigeante. Ses clients ? Des types lubriques aux égos surdimensionnés. Ses collègues ? Des assoiffés de pouvoir prêts à tout. Heureusement que dans cet enfer, Catherine peut compter sur Rikash, son assistant indien qui la sort des situations les plus délicates. Et puis il y a ce riche homme d’affaires pour qui elle a le béguin : avec lui, c’est spas, limousines, haute couture et soirées chics ! Mais si cette histoire, comme tout dans cette ville, n’était que de la poudre aux yeux ?

http://www.city-editions.com/index.php?page=livre&ID_livres=502&ID_auteurs=272

 

 

 

 

 

J’ai liké ton profil…et j’aurai pas dû de Paula Haddad

 

41abI0EUjeL._SX95_

Edition Archipoche, 154 pages- 6€

Pour ma part, j’ai eu la chance ( je pense que l’on peut dire cela) de rencontrer l’amour sans faire appel aux sites de rencontres… Mais bien sûr, des personnes de mon entourage, ami(e)s ou même famille ont dû passer par là pour faire des rencontres.

Paula Haddad, une grande experte de la cyber rencontre ( c’est elle qui le dit) décrypte pour nous le langage bien particulier du « e-boulet ». Car je pense qu’il faut voir les choses en face, sur internet il est plus facile de rencontrer un boulet qu’un prince charmant, mais le ratio n’est pas comparable avec la « vraie  » vie.

L’auteure m’a en tout cas bien fait sourire avec sa version du site de rencontre, les pièges à éviter, les sous-entendus à comprendre n’ont plus de secret pour elle, et elle nous fait donc bénéficier de son expérience… Avec beaucoup d’humour et de légèreté.

C’est au final, réellement un guide de survie que chaque nouvel inscrit devrait compulser avant toute rencontre.

Peut-être cela lui évitera t-il une terrible déception dès les premières heures de sa recherche de l’âme soeur.

Un sympathique moment de lecture, rapide et qui porte à sourire à chaque page.

Je vous rappelle le concours Archipoche, les explications et le lien vers archipoche, c’est ici:

https://livresque78.wordpress.com/2016/01/25/concours-archipoche/

 

Résumé:

Le monde des rencontres sur Internet semblait merveilleux tant que vous ne faisiez pas partie du club des profils anonymes. Jusque-là, vous regardiez d’un air amusé la fiche de votre meilleure amie, de votre collègue ou de votre mère. Puis vous avez commis l’impensable : créer votre propre profil sur un site de rencontres. Déferlante de « chats », de conversations « skypées », de SMS de 06 inconnus.
Passée la magie des premiers clics, le verdict est tombé : le virtuel est un vivier de candidats inquiétants, de « pas nets du Net ». Puis vous avez franchi le pas : aller à un premier rendez-vous. Il a réussi à vous convaincre qu’il n’était pas comme les autres. Et pourtant !
Accompagné de fiches de rencontres, avec illustrations et récits de « chat », cet anti-guide est un florilège des pires expériences vécues sur les sites de rencontres, et de toutes leurs petites manies. Passant au crible Meetic, AdopteUnMec, Tinder, et autres, un guide fondé sur une expérience 100% vraie racontée avec humour… Alors, tu likes ou pas ?

 

 

 

 

 

 

Comment trouver la femme idéale ou le théorème du homard de Graeme Simsion

Auteur: Graeme Simsion Editions Pocket  400 pages
Auteur: Graeme Simsion
Editions Pocket
400 pages

Note générale: ♥♥♥♥/5 Mon avis: Comment trouver la femme idéale est un roman plein de finesse, d’humour et de tendresse. Don est un homme on ne peut plus intelligent, un scientifique, capable de répondre à la plus grande des exigences intellectuelles, oui mais, c’est un « invalide » de l’amour, on ne peut pas dire qu’il soit un séducteur. Sa vie est minutée, avec une rigueur qui fait sourire. Il est rempli de manies qui lui permettent de gérer son temps et sa vie. Mais Don est un homme attachant. Graeme Simsion nous conte une belle histoire, il nous parle de l’amour, de la différence; Don, le personnage principal de cette histoire est vraiment différent. L’absurdité de certaines de ses réactions, le rendent tellement attachant, il est « cash », il est brut. Don est totalement incapable d’avoir des relations sociales normales, mais il recherche une femme, il va donc s’atteler à cette tâche, à sa façon bien à lui. Un très joli moment de lecture, où l’on sourit, on rit, on s’agace du manque de tact de Don, mais on ne peut que finir par l’aimer. L’amour est une chose bien mystérieuse, vous en aurez la preuve en lisant ce roman, qui nous démontre une fois de plus que l’amour peut balayer toutes nos certitudes  avec une facilité déconcertante. Tout ce que l’on croyait être bon pour nous et être « conventionnel » se retrouve à la poubelle. L’auteur nous amuse avec plein de petits clichés sur le compagnon ou la compagne idéal. Un livre où l’on rencontre de vraies personnes, qui lient de vraies relations, qu’elles soient amicales ou amoureuses. Une lecture que je recommande à tous ceux qui recherchent un peu de positivité et de vrai, ce livre en est rempli. Merci aux éditions Pocket. Résumé: Don Tillman a un gros problème. Ce n’est pas son incapacité à vivre en société. Ni ses idées arrêtées sur à peu près tout (à commencer par le homard au dîner, le mardi). Non, le vrai souci de Don, brillant professeur de génétique, c’est le  » Problème Épouse « . Sur 100 individus de sexe féminin, 100 ne répondent absolument pas à la liste de critères scrupuleusement établie par lui – et Rosie, étudiante le jour, serveuse la nuit, encore moins que les autres… Et c’est bien là que le théorème se complique…  » De quiproquos en éclats de rire, on en pince pour Le Théorème du homard.  » Madame Figaro  » Original, charmant, fascinant.  » The Times  » Absurde à souhait.  » Vanity Fair

Prime Time de Jay Martel

Éditions Super 8      2015 472 pages G<<<<<                     enre:
Super 8
472 pages
Genre: Science-f. Humour

Note générale:♥♥♥♥ sur 5

Mon avis:

C’est la première fois que je lis ce type de roman. Il faut dire qu’un mélange de Science-fiction et d’humour, ça ne court pas les rues (en tout cas pas les miennes).

Prime Time est un roman totalement décalé où par moment, il m’est arrivé de me croire plongée dans un livre de SF des plus sérieux.: La terre est en danger, il faut la sauver!

Mais c’était sans compter toutes ces moqueries et blaques qui jalonnent l’histoire.

Perry, le héros est un trouillard, pas très dégourdi, ce qui n’augure rien de bon.

L’auteur se moque de tous les sujets, oui, tout y passe: la guerre, la religion, même Elvis est malmené par l’humour de l’auteur.

En pleine période où est ouvert le débat sur la liberté d’expression, ce roman tournent tout à la dérision.

Une lecture savoureuse où la prise de tête est exclue. un moment de dérision totale, qui donne un peu de recul et de réflexion sur ce qui fait le charme de notre planète et de notre condition humaine.

Car en voulant imaginer une civilisation meilleure que la nôtre, nous risquons aussi de perdre tout ce qui fait de nous des êtres bons ( un peu de philosophie) ;-).

Résumé:

 » Laissez tomber les blurbs : contentez-vous de lire ce roman hilarant.  » Michael Moore

A l’insu de ses habitants, la Terre est depuis des décennies le programme de télé réalité le plus suivi de la galaxie. Tous se régalent depuis longtemps des aventures des Terriens, ces êtres primaires, aussi stupides qu’arrogants, qui, à force de guerres, de pollution, de décisions irrationnelles, s’approchent chaque année un peu plus de l’autodestruction. Leurs aventures sexuelles, religieuses, politiques ont souvent été irrésistibles. Puis, peu à peu, l’audience s’est mise à chuter. Les spectateurs se sont lassés. Inutile d’épiloguer : vous faites partie du spectacle, après tout, vous savez ce qu’il en est. Aussi les producteurs ont-ils décidé d’arrêter les frais. Et ils préparent en secret un dernier épisode destiné à marquer durablement les esprits : la fin du monde, prévue dans trois semaines. Un seul homme, bien malgré lui, va avoir la possibilité de sauver la planète. Scénariste has been un peu déplumé et travaillé par une libido dévorante, Perry Bunt va en effet lever le voile sur la conspiration. Hélas pour nous, il n’a pas grand chose d’un héros !