Lou après tout II La communauté de Jérôme Leroy

C’est avec le plus grand des plaisirs que je viens vous parler du tome 2 de Lou après tout. Attention, si vous n’avez pas lu le premier tome, passez votre chemin, car je risque de vous en dévoiler trop. Voici ce que je vous disais du tome 1 de cette trilogie: https://livresque78.wordpress.com/2019/05/28/lou-apres-tout-tome-le-grand-effondrement-de-jerome-leroy/

J’ai passé un excellent moment, une fois de plus, à retrouver Lou là où je l’avais laissé avec tant de peine et de tristesse, ce deuxième opus approfondit la découverte de cette jeune fille dont on ne sait que très peu au final. Cette jeune fille, à l’histoire hors du commun dans ce monde apocalyptique, va devoir continuer seule, elle n’a plus Guillaume à ses côtés, à l’horreur de sa vie va se mêler la solitude et le chagrin incommensurable qui l’habite. Comment s’en sortir, comment trouver encore la force de vivre, de faire face, de tenter de survivre encore et toujours? Mais le sort n’en est pas jeté, la route de Lou va être jalonnée de rencontres, belles pour certaines mais pas toujours, une nouvelle vie peut-être? Lou est entière, elle aime à 100%, elle va encore une fois nous le démontrer. L’amour d’un homme, d’un enfant, d’un ami, des sentiments qui portent et qui donne la volonté d’avancer encore, notre jeune héroïne va découvrir qu’un cœur blessé peut encore aimer, qu’un avenir est encore possible, que le désir de vivre peut donner des ailes.

Un deuxième tome dont l’intensité monte en flèche, les situations tendues sont nombreuses, pourtant la poésie reste omniprésente, l’amour des mots et des livres aide Lou à rester forte et digne, cette passion transmise par Guillaume lui donne une échappatoire à ce monde de fous. Davantage de personnages, de rebondissements, on sent que le cocon que Guillaume avait créer autour de Lou et lui même n’existe plus, le duo qu’ils formaient n’existe plus, Lou doit s’ouvrir pour survivre. L’auteur donne donc avec beaucoup de talent un impulsion à son histoire, il avait lors du premier tome appâté le lecteur, cette fois il le ferre.

Je termine donc ce livre avec une impatience qui va être difficile à gérer, comment vais-je pouvoir attendre? Bref, si vous n’avez pas encore découvert cet auteur et cette saga Française, je ne peux que vous inciter à vous rendre chez votre libraire préféré.

Ils ont aimé le tome 1:

Lou après tout, tome 1 : Le grand effondrement – Jérôme Leroy

Lou après tout : LE roman post-apo de 2019 ?

Publicités

Throwback Thursday Livresque n°23

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, Bettie du blog Bettie Rose Books a pris l’initiative d’en faire un rendez-vous livresque en 2016. Le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné. Bettie a passé le flambeau, désormais le récap’ des liens se fait sur le blog my-bOoks.com. Venez y participer.

Thème de cette semaine, 10 octobre : Les métamorphes

Après le succès de Twilight, Vampire Diaries, Teen Wolf et autres sagas ou séries du même acabit, on a vu fleurir dans les étagères de nos libraires ou, en ce qui me concerne, de nos CDI, des romans plus ou moins réussis sur le thème des métamorphes.

Je me souviens avoir lu, il y a fort longtemps (bon d’accord 6 ans seulement), les deux tomes de Zoanthropes de Mathias Rouage que j’avais beaucoup aimés, au point que je les avais conseillés à mon père et à ma cousine qui avaient, eux aussi, bien apprécié l’intrigue et l’écriture. Seulement voilà, j’en ai lu des romans en 6 ans et je n’avais pas de blog à l’époque, il ne m’en reste donc qu’un vague souvenir, mais un vague souvenir uniquement positif… Une histoire bien construite, des personnages attachants et un style vraiment agréable. Désolée de ne pouvoir faire que cela cette semaine… Mais au moins, on est dans le thème !

Voici la quatrième de couverture :

Dans un futur flou, le monde humain doit faire face à la menace des zoanthropes, des hommes ayant la capacité de se changer en hybrides, mi-hommes, mi-animaux. Ces créatures redoutées inspirent la terreur. Shina Sirkis, jeune humaine, découvre que son destin est lié à une ancienne guerre. Découvrant sa zoanthropie, elle devra quitter son propre pays fuyant à la fois les humains, et une organisation mystérieuse.
 De péripéties en rebondissements, Shina comprend qu’elle ne voit que la partie émergée de l’iceberg. L’Histoire telle qu’elle la connaît n’est peut-être pas celle qu’on a bien voulu lui raconter.

J’ai hâte maintenant de voir ce que vous avez choisi aujourd’hui…

Priscilla

Lady Helen Le club des mauvais jours de Alison Goodman

Petit achat totalement compulsif juste avant mon départ en vacances, voici mon avis sur ce premier tome de Lady Helen.

Dans la société Londonienne du 19ème siècle, nous faisons la connaissance de Lady Helen, qui vit sous la garde serrée de son oncle et de sa tante. Helen n’a plus ses parents et il faut dire que la mémoire de sa mère n’est pas à évoquer lors des diners familiaux. Rapidement le lecteur découvre que l’auteure Alison Goodman, a eu la très bonne idée de mettre au milieu de toutes ses manies, de cette bonne conduite typiques de ce siècle, une intrigue qui va donner un rythme fabuleux à ce roman. Entre disparitions et rencontres sombres et intrigantes, Helen va vite découvrir que sa vie risque de perdre de sa quiétude et que son principal soucis journalier ne sera plus de choisir sa tenue… Lord Carlston va chambouler sa vie, ce  » Bad boy » d’une autre époque rentre dans cette histoire de façon fulgurante et j’ai adoré ce personnage qui met de coté les bonnes manières et conventions de l’époque.

Quant à Helen, c’est une jeune femme vive, intelligente et courageuse pour l’époque dans laquelle elle évolue, on la sent tellement envieuse de s’émanciper, de se libérer, mais on sent aussi que les codes et traditions de la société, la freine dans son envie de baisser les dernières barrières face à l’aventure dans laquelle elle se retrouve mêlée bien brutalement. On a bien, à quelques reprises, l’envie de lui mettre un coup de pied aux fesses et de l’encourager à tout envoyer en l’air, mais nous ne vivons pas dans le même monde, trois siècles nous séparent, il ne faut pas l’oublier. Des phénomènes assez horribles, qui glacent le sang et qui amènent à se méfier de tous, même de ses proches, c’est ce que vit Lady Helen. Le rythme du livre monte rapidement en intensité à tel point que je ne pouvais plus le lâcher sur les dernières pages!

Mêler de la fantasy à cette époque romanesque et romantique est à mon avis une idée ingénieuse qui permet à un public diversifié de se passionner pour cette incroyable aventure. Des personnages forts, aux caractères bien trempés et différents, des femmes qui, bien qu’engoncées dans une époque où rien ou presque ne leur est autorisé sans l’aval d’un homme, ne se laissent pas dicter leur conduite et assument leurs actes. Je trépigne d’envie de m’offrir la suite et de la dévorer. N’hésitez donc pas à vous plonger dans cette saga, dont j’espère rapidement pouvoir vous parler encore et encore…

Le passageur- Le coq et l’enfant de Andoryss

C’est pour moi une lecture en demi-teinte dont je vous parle aujourd’hui, vous en serez certainement étonnés car les avis semblent être plutôt positifs concernant ce premier tome. Je vais donc de manière simple et clair vous dire ce que j’ai aimé et ce que j’ai moins aimé dans ce livre.

Ce que j’ai aimé:

Le passageur a beau être un roman destiné prioritairement à la jeunesse, il est écrit avec beaucoup d’intelligence, un vocabulaire riche et une histoire profonde et forte. Matéo est un jeune homme touchant, son passé et sa vie actuelle amènent le lecteur à l’empathie. Le sujet de l’adolescence difficile est donc abordé avec les problèmes relationnels de cet âge, les difficultés à trouver sa place au sein de sa famille. Matéo a une relation extrêmement tendue avec son père, on pourrait même la qualifier de révoltante, la douleur de la perte a mis une distance incommensurable entre ces deux-là. La xénophobie, les clichés raciaux sont également abordés et Matéo et sa famille en font également les frais. Vous l’aurez donc compris, des sujets d’actualité et de fond sont abordés par l’auteure, ce qui rend ce roman vraiment intéressant et lui donne un côté mature qui fait sa force.

Ce que j’ai moins aimé:

Ce qui m’a moins plus dans ce livre est justement ce pour quoi je l’avais choisi: le surnaturel. Je n’ai tout simplement pas été transporté par l’aventure à travers le temps de Matéo, il m’est d’ailleurs difficile de mettre des mots sur cette déception. Pas de passion, pas d’envie de découvrir la suite de ce voyage dans le passé ni de connaître l’issue de cette mission dont Matéo se retrouve involontairement dans l’obligation de réaliser. J’ai pourtant bien conscience que le don dont il a hérité lui permet de se sortir d’un quotidien où il ne trouve plus sa place depuis longtemps, pourtant la magie n’a pas opéré. C’est peut-être au final cette ambiance trop noire, trop sombre, trop triste qui m’a freinée. J’en suis un peu déroutée, car je dois avouer que j’attendais beaucoup de cette lecture, dommage!

Stranger Things- Suspicious minds de Gwenda Bond

Je suis une énorme fan de la série Stranger Things, l’ambiance, les personnages, la musique, l’époque, tout me rend totalement accroc. Pourtant, je lis rarement les romans tirés de films ou de séries et je regarde rarement les adaptations de romans… Mais là, il fallait que je tente le coup, il me fallait découvrir par moi même et non à travers l’avis des autres, ce que ce roman préquel pouvait apporter à l’univers de la série ainsi qu’à ma connaissance de l’histoire.

Sachant qu’il est stipulé dès l’accroche du livre que ceci est un préquel et que par conséquent je n’allais pas retrouver le démongorgon, ni les personnages que j’aime tant, je savais parfaitement dans quoi je m’engageais, et je dois dire que ce début eeimaginé par Gwena Bond fonctionne plutôt bien. On y rencontre cette étudiante amoureuse, nous sommes en 1969, en pleine guerre du Vietnam. Nous faisons également la rencontre du Dr Brenner, et ici il tient une part très importante de l’histoire, il débute ses expériences dans son laboratoire secret, des expériences, vous le comprendrez vite, plus que douteuses, mais dans lesquels des jeunes gens n’hésitent pas à devenir cobayes en échange de quelques billets… Une bonne équipe de copains va se former au sein de ces sujets d’expérimentations , il va leur falloir se serrer les coudes afin d’affronter ce qui va suivre, pire que tout ce qu’ils auraient pu imaginer, le laboratoire se révèle être un lieu où l’humain en tant que tel disparait afin de laisser la place au sujet d’expérience.

Les événements concordent, on y voit clair, et l’intérêt de découvrir le pourquoi du comment permet à ce livre de tenir ses promesses. Me voilà donc à n’avoir qu’une envie: me jeter sur la saison 3 de cette série que j’aime tant et de me replonger dans cet univers adolescent si prenant. Il est aussi à noter que pour ceux qui comme moi, ont aimé ce préquel, un second volet est sorti:

Bonne lecture, bon visionnage…

Throwback Thursday Livresque n°13

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, Bettie du blog Bettie Rose Books a pris l’initiative d’en faire un rendez-vous livresque en 2016. Le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné. Bettie a passé le flambeau, désormais le récap’ des liens se fait sur le blog my-bOoks.com. Venez y participer.

Thème de cette semaine, 27 juin : Musique

Notes_de_musique

Aujourd’hui, je vais donc vous parler d’un duo de romans. Il ne s’agit pas d’une saga, mais de deux romans qui racontent la même histoire de deux points de vue différents. Et les deux sont très intéressants, je les fais souvent lire à mes 4e (évidemment, ils n’en choisissent qu’un des deux, mais après ils doivent échanger à ce propos).

Le Pianiste sans visage de Christian Grenier se présente comme le journal intime de Jeanne alors que La Fille de 3eB du même Christian Grenier nous présente les pensées et sentiments de Pierre.

250_Le_Pianiste_sans_visage_2010Tous deux sont élèves du même lycée mais ne se fréquentent pas trop. Pierre est un jeune musicien et Jeanne a perdu son père, qui était compositeur. Amoureuse de la musique, elle se rend au concert d’un jeune pianiste dont elle tombe follement amoureuse de la musique d’abord, de l’artiste ensuite. Avec l’aide de Pierre qu’elle croise souvent sur un banc, elle s’initiera à la découverte de la musique classique, renouera avec les travaux de son père et découvrira le niveau de ces deux talents, Paul Niemand, le jeune artiste et son propre père. Evidemment, ce à quoi elle ne s’attend pas, c’est la découverte de l’amour par la même occasion.

000946039Avoir le point de vue des deux personnages est vraiment intéressant. Pierre connaît très bien Paul Niemand, je ne peux pas vous en dire plus, mais du coup il a un rôle d’intermédiaire essentiel, qui semble trouble du point de vue de Jeanne mais qui est très cohérent quand on se situe de l’autre côté. Voilà qui donne naissance à quelques débas sympathiques en classe.

Ces deux romans sont donc l’occasion d’un bon moment de lecture, ponctué de symphonies, de partitions, d’opéras qui en font un duo parfaitement adapté au thème de cette semaine.

Vous connaissez ?

Priscilla (@priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)

Dans la maison de Philip Le Roy aux éditions Rageot

Philip Le Roy que je découvre avec ce livre, nous propose ici un thriller terrifiant dont à la base le public ciblé est adolescent. Cependant, moi qui aime les lectures ados et jeunes adultes, je me suis d’emblée jeté sur cette lecture.

L’auteur invite dans cette fameuse maison un groupe d’amis en classe de première, en plus d’être ados ils sont artistes, donc rien ne m’a étonné de leur part. Ayant moi-même deux adolescents à la maison, les codes de l’âge, les attitudes, les réactions m’ont paru très justes. J’ai souri de certains tics de langage, de certaines références cinématographiques. Il faut ici noter que ces jeunes gens sont assez intelligents ou en tout cas possèdent une certaine culture, mais comme tous les jeunes de leur âge, ils veulent découvrir leurs limites et aiment à se faire peur!

C’est donc sur cette idée que Philip Le Roy nous plonge dans ce roman, qui pourra dresser quelques poils sur vos bras, et créer quelques inquiétudes dans votre esprit. Cela a en tout cas bien fonctionné pour moi et je me suis d’ailleurs empressée de conseiller ce livre à ma fille de 17 ans qui est cliente de ce genre de trouille…

L’auteur m’a un peu embrouillé l’esprit, j’ai cru avoir tout compris, puis plus du tout, il a su me perdre dans mes propres certitudes. Une intrigue qui fonctionne même si une ou deux choses m’ont un peu perturbée, notamment une que j’ai eu du mal à oublier pour le reste de ma lecture. Mais le roman reste dans l’ensemble assez bien, et les rebondissements donnent un bon rythme à tout cela.

Donc, Mr Le Roy, soit du haut de mes 41 ans j’ai su garder une âme jeune, soit vous avez su combler un public très large, dans les deux cas je suis ravie.

Ils en parlent:

https://leschroniquesdeyaguelle.blogspot.com/2019/03/dans-la-maison-philip-le-roy.html?m=1

https://deslivresetsharon.wordpress.com/2019/03/27/dans-la-maison-de-philip-le-roy/

Résumé:

Huit lycéens d’’une section Arts Appliqués ont l’’habitude de faire la fête le samedi soir dans une maison de campagne isolée. Pour changer, l’’un d’’eux propose d’’organiser une soirée frissons. Le but du jeu : effrayer les autres, et les faire boire. Mais avec des ados aussi créatifs, les bonnes blagues laissent bientôt la place à des mises en scène angoissantes. L’’ambiance devient pesante. Et quand un orage éclate, le groupe se retrouve coupé du monde. Bientôt, des bruits étranges retentissent dans la maison, des pierres surgissent de nulle part, un garçon disparaît, puis une fille… La soirée bascule dans un huis clos horrifique.

Throwback Thursday Livresque n°5

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, Bettie du blog Bettie Rose Books a pris l’initiative d’en faire un rendez-vous livresque en 2016. Le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné. Bettie a passé le flambeau, désormais le récap’ des liens se fait sur le blog my-bOoks.com. Venez y participer.

Thème de cette semaine, 2 mai : Science-fiction

Je vais vous parler aujourd’hui d’un roman que je fais régulièrement lire à mes élèves de 3e car je trouve qu’il permet de réfléchir à l’avenir de notre civilisation, sans pour autant être aussi long et difficile que 1984 d’Orwell ou Le Meilleur des Mondes d’Huxley. Il s’agit de littérature jeunesse, mais de très bonne qualité : Felicidad de Jean Molla.

Quatrième de couverture : Pour tous les Citoyens de Grande Europe, le bonheur est un droit et un devoir. Il est garant d’une société harmonieuse et policée. A la demande du ministre de la Sûreté intérieure, le lieutenant Alexis Dekcked enquête sur une affaire de la plus haute importance. Des parumains, conçus pour servir les humains se sont révoltés et se sont enfuis dans les enclaves de Felicidad. Leur disparition est-elle liée au meurtre de leur créateur, Choelcher, le généticien génial ? Pourquoi le ministre du Bonheur obligatoire est-il sauvagement assassiné ? Dekcked peut-il avoir confiance en Majhina, la belle parumaine dont il est amoureux ? Son enquête va le conduire à des vérités qu’il n’aurait jamais dû mettre au jour. Hommage à Blade Runner le nouveau roman de Jean Molla allie suspense et action. Entre polar et science-fiction, une histoire menée à un rythme haletant. Lecteur, ne vous laissez pas manipuler !

003586550Ce roman a le mérite de passionner ses lecteurs. On commence dans le feu de l’action et on ne le quitte jamais. A une enquête policière, mêlant intérêts personnels, complots politiques et meurtres, s’ajoute une vraie réflexion sur la place des robots dans notre société. Ces parumains créés pour exécuter les tâches les plus répétitives, refusées par les humains, ont tout de leurs compatriotes, sauf les droits : ils ont un couvre-feu, des obligations de présence et d’extinction, l’interdiction d’avoir des sentiments… Et pourtant, ils sont là, ils servent, ils apprennent à connaître les hommes, ils leur viennent en aide, ils se révoltent, preuve que les sentiments, quand le robotique se rapproche à ce point de l’humanité, naissent en dépit des efforts scientifiques fournis. Quel est le but des ces frondeurs robotisés ? Agissent-ils de leur propre chef ? Y a-t-il un humain derrière eux ? Pourquoi ? Pour le héros, la question sera aussi de savoir s’ils ont vraiment tort de se rebeller ? Pourquoi ces doutes en lui ?

La fin est également géniale. Le retournement est tel qu’il faut souvent que je reprenne les choses  avec mes chères têtes blondes… Je vous invite à le découvrir, il se lit vite, bien et vous surprendra, quel que soit votre âge !!

Priscilla (@priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)

 

Les terres inconnues- Amissum tome 1 de Maes Larson

Les éditions De Saxus nous surprennent une nouvelle fois avec le premier tome de Amissum intitulé Les terres inconnues. Une superbe saga jeunesse, à partir de 13 ans, débute ici, un roman qui contient tous les éléments qui font vibrer notre jeunesse, et nous-mêmes adultes: l’amitié, l’aventure, la magie et le mystère… Trois garçons aux caractères différents mais aux tempéraments bien trempés, des qualités notables comme l’attention et l’amour portés à leurs familles respectives font aussi partie de ce qui est remarquable chez eux et rares de nos jours. 

Réussir à associer Fantasy et facilité de lecture pour la jeunesse n’est pas chose aisée, mais Maes Larson y parvient avec brio, il décrit à merveille les contextes et les lieux, de telle façon que le lecteur quel que soit son âge s’y sent transporté. Je reprocherai juste à ce roman les répétitions régulières dans les dialogues et les mises en situation, ce qui est d’ailleurs pour moi le seul bémol dans la construction de cette histoire.

Si vous aimez les quêtes, les combats, qui se mêlent à une relation forte entre les trois principaux protagonistes, vous êtes donc destinés à lire ce premier tome et même pourquoi pas à l’offrir pour les fêtes à un adolescent de votre entourage mais aussi bien à un adulte, car un univers aussi riche que celui de Maes Larson mérite amplement d’être découvert à grande échelle.

Dans un livre, le contenant est très important, il sublime le contenu et c’est le cas ici avec cette très belle couverture qui ne peut qu’attirer l’œil Masi car il y a un mais… Elle est hragile et j’ai trouvé qu’elle s’écornait vite. Vous l’aurez donc bien compris, mon avis sur cette lecture est positif et je ne peux donc comme expliqué précédemment, que vous le conseiller vivement, alors qu’attendez-vous pour foncer et mettre Les terres inconnues de Maes Larson au pied du sapin?

Je pense qu’il ne sert à rien de vous en dire davantage, vous souhaitez découvrir vous-même ce monde que crée pour nous l’auteur, les couleurs, les odeurs, les sensations qu’il parvient à mettre en scène appartiennent à ma lecture, à mon propre ressenti, à vous de vous faire vos propres impressions. Mais sachez juste que moi qui suis sensible à la lecture jeunesse, je suis ici indéniablement séduite.

Résumé:

La « Sordide Guerre » est certes terminée, mais la paix n’a jamais été aussi instable pour les cinq Grands Royaumes :

Au royaume d’Elmeria, le souverain Klausmery reçoit des rapports sans équivoque : une menace plane au-dessus des couronnes, les alliances se délient et les complots se mettent en place. 

La reine Astrid dans sa forteresse d’Heldgard compte bien profiter de la situation pour contester les forces dominantes et redorer le blason de sa famille.

Dans le même temps à Mirabilis, un obscur Osydian sème la mort et le chaos sur son passage. Le Roi Garamei garant de la paix et de la prospérité est pour la première fois sujet au doute. Pourra-t-il encore une fois maintenir ce fragile équilibre ? Et à quel prix ?

Dans ces moments de conspiration, de haine retrouvée et d’alliances guerrières, ce qui est un espoir pour les uns, peut-être un malheur pour les autres. Et l’apparition soudaine de trois garçons, Adam, Isaac et Ryan ne fait que confirmer qu’un événement aux conséquences irréversible est sur le point d’éclater.
Loin de leurs familles et de leurs proches, les trois héros s’interrogent : comment en sont-ils arrivés là ? Comment rentrer chez eux ? Et surtout pourquoi leur accorde-t-on tant d’intérêt ?