After Anna de Alex Lake

IMG_20180212_111007.jpg

Edition J’ai Lu

Le 14 février 2018

 

Le 14 février 2018 c’est la St Valentin, oubliez, les fleurs, les chocolats, offrez plutôt un livre…

D’ailleurs, le 14 février, par un heureux hasard, les éditions J’ai Lu nous propose un thriller psychologique qui touche là où ça fait mal, dès les premières pages: After Anna.

Anna disparaît, enlevée, perdue? Le mystère est entier. On débute donc ce livre avec une totale empathie pour ce couple de parents qui étaient au bord de la séparation avant que ce drame survienne et les plonge dans une incompréhension totale.

Puis, Anna revient et là commence un enfer pour sa mère Julia. Les sentiments du lecteur fusent dans tous les sens, tristesse, agacement, colère, rage. A partir de là les pages se tournent à une vitesse folle, le lecteur émet des hypothèses, il tente d’imaginer, de comprendre. 

Vous l’aurez deviné, un roman qui prend aux tripes, qui chamboule et vous plonge dans la folie de l’âme humaine.

Au milieu de tout cela, la petite Hanna, qui tente de vivre une vie normale malgré des événements qui perturberaient plus d’une enfant. Possède t-elle la clef de ce qu’il s’est passé, sa mémoire va t-elle revenir et permettre de trouver le coupable?

Je vous laisse le découvrir.

Résumé:

 

 

 

Publicités

Emma dans la nuit de Wendy Walker

9782355845253ORI

\nhttps://www.lisez.com/livre-grand-format/emma-dans-la-nuit/9782355845253
Le 15 février 2018 sort ce petit bijou de chez Sonatine, que j’ai eu la chance de lire en exclusivité.

Wendy Walker tisse ici une toile bien solide, un thriller psychologique qui chamboule les méninges. Elle mène son lecteur là où elle le souhaite et on n’y voit que du feu. Des personnages, attachants, dérangeants, antipathiques, énigmatiques…

Une histoire incroyable, où l’on cherche à démêler le vrai du faux, l’auteur construit autour de son lecteur un puzzle qui petit à petit prend forme mais au prix d’une bouillante envie de savoir, de comprendre.

Il est difficile de construire un bon thriller psychologique, car il faut que toutes les pièces s’emboîtent sans erreur possible, Wendy Walker envoie du lourd avec cette histoire familiale qui cache bien des secrets. Une ambiance pesante qui reflète parfaitement ce que l’on doit ressentir en vivant au sein de l’univers des sœurs Tanner.

Dès les premières pages, l’univers est posé, on sent immédiatement que nos nerfs vont être mis à rude épreuve, Cass revient seule, trois ans après qu’elle et sa sœur Emma aient disparu. Là démarre un récit au compte goutte, avec des retours dans le passé, l’auteur fait monté la pression.

A lire de toute urgence, croyez moi.
Résumé:

Deux sœurs disparaissent. Trois ans plus tard, une seule revient. Dit-elle toute la vérité ?
Emma, 17 ans, et Cass, 15 ans, sont les sœurs Tanner, devenues tragiquement célèbres depuis leur inexplicable disparition. Après trois ans d’absence, Cass frappe à la porte de chez ses parents. Elle est seule. Elle raconte comment sa sœur et elle ont été victimes d’un enlèvement puis retenues captives sur une mystérieuse île. Emma y serait toujours. Mais la psychiatre qui suit cette affaire, le Dr Abigail Winter, doute de sa version des faits et s’intéresse de plus près aux Tanner. Elle finit par découvrir, sous le vernis des apparences, une famille dysfonctionnelle régentée par une mère narcissique. Que s’est-il réellement passé trois ans auparavant ? Cass dit-elle toute la vérité ?

Passée maître dans l’art de tisser sa toile psychologique, l’auteur de Tout n’est pas perdu réussit une fois encore à nous emporter avec ce récit sombre et fort. Chaque personnage livre peu à peu sa personnalité, fascinante, trouble et complexe, et les liens familiaux deviennent bientôt comme un bâton de dynamite dont on aurait allumé la mèche.

Hantée Tome 1 de Christelle Coldpaert Soufflet

IMG_20180131_090552.jpg

 

Je vous parle aujourd’hui d’un roman auto-édité, le premier tome d’une saga , qui comme vous pouvez le voir au titre ainsi qu’à la couverture, n’est pas un compte pour enfant.

Après avoir entendu parler de cette auteure sur facebook, j’ai immédiatement eu envie de la découvrir.

Nombreuses sont les tentatives de faire peur par le biais des mots, et rares sont celles qui aboutissent, me concernant en tout cas…

J’ai donc découvert l’univers de Léonie à travers ce premier tome, que j’ai trouvé assez réussi, j’ai eu quelques petites trouilles bien senties, l’envie de lire dès que possible afin de connaître la suite m’a immédiatement saisie. Je me suis donc retrouvée à emmener le livre partout en faisant bien attention de ne traumatiser personne avec cette couverture assez terrifiante.

L’histoire de Léonie et Jessy est passionnée, passionnante, elle nous embarque dans un tourbillon de sensations. Ils s’aiment follement, il faut dire que Léonie est une jeune femme hors du commun, avec une sensibilité rare, ce qui semble créer un flot d’émotions chez les autres, bonnes ou mauvaises d’ailleurs.

Du paranormal en veux tu en voilà, tel qu’il me faisait vibrer et me retourner dans mon lit, lorsque j’étais adolescente.

De plus une affection particulière pour cette auteure et pour le contexte de son livre, puisque originaire du Nord pas de Calais, je ne peux que trouver que de la nostalgie positive à l’évocation de certains lieux.

Vous, qui aimez trembler à chaque page, qui aimait ressentir le frisson de la peur, de cette présence inexpliquée à vos côté, je ne peux que vous inciter à découvrir ce roman et les suivants, qui pour moi sont une évidence.

 

Lignes de sang de Gilles Caillot

PicsArt_12-27-11.22.59.png

Je profite de cet intermède entre les deux fêtes pour vous parler de mon premier Gilles Caillot, qui pour moi a été Lignes de sang.

Je dois dire que je ne m’attendais qu’à du bon, tant les critiques parlent de l’auteur en bons, voir très bons termes.

Je n’ai absolument pas été déçu, un roman bien trash et gore, un tueur qui pourrait figuré dans un palmarès des plus cruels. Des enquêteurs qui ne sont pas de héros mais tentent tant bien que mal de résoudre cette affaire, comme le feraient nos policiers du quotidien.

L’écriture de l’auteur est fluide, ses personnages sont bien décrits, on sait qui est qui. 

Concernant l’issue de cette enquête, Gilles Caillot, m’a tout d’abord laissé l’impression d’être sur la bonne piste, puis m’a faite douter, et pour qu’en sera t-il.

Un auteur, encensé par ceux qui le connaissent et qui mérite amplement d’être découvert par ceux qui n ‘ont pas encore été initié… Mais attention, ce n’est pas une lecture paisible que vous allez débuté, bien loin de là. C’est le genre de roman policier dont on sort chamboulé, bien comme il faut.

4ème de couverture:

« Richard Granjon, écrivain à la dérive, voit dans son prochain roman l’ultime chance de relancer sa carrière. Isolé dans une maison de campagne, il veut que son texte soit noir, angoissant, sanglant, aux antipodes de ses précédents livres, plutôt édulcorés.

Mais la tranquillité de sa retraite va être soudainement ébranlée. Via d’obscurs réseaux du web, il est manipulé et poussé à bout par un mystérieux tueur dénué de toute humanité.

 

Mémoire espionne du cœur-Conversations rêvées avec… de Frédéric Ferney

IMG_20171109_091404.jpg

 

Comme à leur habitude les éditions Baker Street me surprennent, voici cette fois un recueil de courriers, de lettres totalement imaginées par l’auteur Frédéric Ferney.

L’auteur nous propose des correspondances écrites , qui auraient pu avoir lieu entre Warhol et Sagan ou Lucchini et Ferdinand Céline… Vous l’aurez compris, vous allez dans ce recueil, rencontrer de l’amitié, de l’admiration, quelques tensions ( toujours imaginaires bien sûr ). 

Il est passionnant de découvrir ce qu’auraient pu s’écrire ces grands artistes entre eux, ou ce qu’ils auraient avoué à de stricts inconnus. Chaque page tournée nous surprend, par sa poésie ou encore par son franc parler.

Un livre surprenant, touchant, qui nous amène à voir certains avec un œil neuf.IMG_20171109_091444.jpg

 

 

 

 

Au pied de Carole Mijeon aux éditions Daphnis et Chloé

IMG_20171026_164317.jpg

 

 

Qui n’a jamais eu de job d’été, d’étudiant, le week end, le soir après les cours? On a tous cherché à gagner un peu d’argent, pour aider les parents ou afin d’être autonome. 

Du coup on a quelque fois accepté d’être mal payé ou par moment mal considéré. On est tous à un moment de notre vie, passés par là…

Carole Mijeon, nous campe une histoire telle que beaucoup en vivent, Mathilde manque de confiance, mais elle est sérieuse dans ses études, elle économise chaque sous afin d’être indépendante et de se donner la vie qu’elle souhaite.

Jusqu’au au job, celui qui va changer sa vie, sa façon de voir l’avenir, qui va lui en mettre plein les yeux, mais aussi éteindre la petite flamme, le peu de confiance qu’elle s’accordait. 

Une rencontre avec une femme qui est l’opposée de Mathilde, mais aussi l’opposé de l’empathie, de la générosité, de la gentillesse naturelle de Mathilde.

Un très jolie roman qui fait réfléchir sur le sens que l’on veut donner à sa vie, sur l’argent et ce qu’il nous apporte. Un livre qui fait son chemin dans votre réflexion, tout au long de la lecture.

4ème de couverture:
Etudiante sans le sou, Mathilde vient de décrocher un job inespéré : assistante de la belle et fantasque Geneviève Arcand. En franchissant la grille du château où elle doit officier, elle découvre un monde de luxe et de raffinement, à mille lieux de son quotidien: son logis à elle est le sous-sol humide d’’un pavillon, qu’’elle partage avec Léa, sa colocataire fêtarde. Naviguant d’’un milieu à l’’autre, elle se flatte de partager l’’intimité de sa patronne. Mais naïve et vulnérable, elle tombe peu à peu sous son emprise. Entre fascination et perversion, la relation qui lie les deux femmes ne laissera personne indemne.”
Un roman sur le thème de la perversion narcissique, exercée ici dans une relation entre deux femmes, que tout sépare -la fortune, la beauté, les origines sociales- en sus de leur condition d’’employeuse et employée.