Les Classiques de Priscilla – Mrs Dalloway de Virginia Woolf

Je suis encore dans les temps, ouf… Dans les temps pour vous parler de mon mois de février du ReadingClassicsChallenge 2019 dont vous avez mon programme ici.

dav

J’ai donc découvert ce mois-ci Virginia Woolf et son célèbre roman Mrs Dalloway. C’est une lecture qui a été longue et difficile en ce qui me concerne. J’ai beaucoup aimé le style : tout y est décrit en nuances, en sensations qui invitent le lecteur à imaginer parfaitement le Londres des années 1920, et ça, ce fut un réel plaisir.

Je ne peux qu’être admirative du tour de force opéré par Virginia Woolf dans ce roman où il ne se passe pas grand chose, mais pendant plus de 300 pages. C’est ce qui a rendu ma lecture un peu fastidieuse, je n’ai que rarement été happée par un suspens qui m’aurait motivée à ouvrir mon livre à chaque occasion et, fait assez rare en ce qui me concerne, mes yeux se sont souvent fermés malgré moi au cours de ma lecture. D’ailleurs, l’action que nous attendons le plus n’a jamais lieu.

IMG_20190225_220945_654Et pourtant… Pourtant, j’ai aimé ce roman ! Ce glissement opéré entre plusieurs personnages, chacun nous offrant un monologue intérieur par définition très intime. Je me suis sentie émue par Peter, Clarissa, Richard, Septimus et Rézia en particulier. Nous sommes confrontés, presque malgré nous, au décalage qui existe entre les apparences et les méandres profonds de leurs âmes. Nous découvrons alors les finesses des psychologies, les incidences du passé et les manœuvres des égos surdimensionnés des bourgeois anglais.

A cette richesse de la narration s’ajoute un travail important de tissage entre les différentes « intrigues ». Tout se passe comme si nous suivions un personnage, jusqu’à ce qu’il en rencontre un autre, qui l’intrigue de quelque manière que ce soit, et que nous choisissions de changer notre focalisation pour suivre ce nouveau personnage.

Pour moi, ce roman est une parfaite illustration d’une forme de tragédie moderne, celle de ces personnages de la haute société qui donnent le change, quitte à s’enfoncer dans des vies mornes, sans saveur, désespérées, accrochés qu’ils sont à un passé, une adolescence insouciante ou qu’ils veulent voir comme telle. Ces gens deviennent ternes, vides, dépressifs, suicidaires mais surtout condamnés à ne pas s’en sortir, comme prisonniers d’une destinée qui les dépasse. En effet, on sait, on sent que Clarissa & Peter n’arriveront pas à vivre un amour, dont on ne peut même pas assurer qu’il serait salutaire ; on sent que personne ne connaît vraiment Clarissa qui finalement ne s’interroge sur ses sentiments qu’à l’égard d’une personne qui n’est ni son mari, ni son premier amant.

Mais attention, je ne ressors pas moi-même déprimée par ma lecture, déjà parce que je n’appartiens pas, et heureusement, à cette catégorie de personnes et parce que, ce que je garde de ce récit, c’est sa beauté et sa poésie, malgré une certaine lenteur.

L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Ca m’intéresse…

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla)

Publicités

Les Classiques de Priscilla – Bonjour Tristesse de Françoise Sagan

 

dav

Grâce au Reading Classics Challenge de Lilly and Books, j’ai (enfin !) découvert la plume de la sulfureuse Françoise Sagan avec Bonjour Tristesse. Il s’agit d’un court roman que la fluidité du style rend très facile d’accès, malgré tous les sujets qu’il aborde.

La narratrice, Cécile, 17 ans, nous parle de ses vacances d’été dans une villa de la Côte d’Azur que son père a louée pour plusieurs semaines. Elle vient de rater son bac et n’a pas l’air de voir cet échec comme quelque chose de grave. On sent très vite malgré un contexte apparemment assez neutre, l’importance de ce flashback dans la vie de la jeune femme, mais il faudra attendre les dernières pages pour comprendre pourquoi (honnêtement, je ne l’avais pas vu venir…).

L’ensemble du récit est très théâtralisé, ce qui n’est pas désagréable, et ce qui pourrait ressembler, au premier coup d’œil, à un simple vaudeville (le père avec sa très jeune maîtresse, éphémère évidemment, et sa fille passent des vacances reposantes jusqu’à l’arrivée de la bourgeoise, amie intime de la mère décédée, « tutrice » morale de la fille, mais belle…incroyablement belle !) prend très rapidement une tonalité tragique.

IMG_20190122_210048.jpgLes monologues de la jeune adolescente qui ont semblé longs à plusieurs lecteurs m’ont passionnée. Comme une sorte de fatalité, la narratrice se rend compte, au fur et à mesure, de l’étendue du pouvoir des mots, du mensonge, facultés qu’elle ne pensait même pas posséder. Finalement, elle lance les dés mais au moment où elle souhaiterait les reprendre, elle se rend compte qu’elle n’est plus la seule en lice dans la partie et tous les coups décisifs se font presque sans elle.

J’ai trouvé ses hésitations et sa versatilité très réalistes : elle ne sait pas si elle est amoureuse ou non, si elle est jalouse ou non, si elle aime Anne ou si elle la déteste. Finalement, Cécile est encore une enfant capricieuse qui, au gré des événements, change radicalement de désir, mais comme elle n’est effectivement plus une enfant, le destin ne lui passe pas ses caprices. Comme pour les adultes, chacun de ses choix a une conséquence ; comme les héros tragiques, la question de sa culpabilité demeure en suspens.

Le thème du désir me semble central dans ce roman ; au-delà de l’amour, c’est lui qui détermine la destinée de tous les personnages (de 17 à 45 ans, homme ou femme, enfant ou fiancé…) Cette vision, déjà quelque peu désabusée sur la nature humaine, est impressionnante pour une auteure de 17 ans elle aussi. Car en effet, derrière Cécile, on devine Françoise Sagan : la jeune femme libre, refusant les carcans de la famille, de la bourgeoisie et même des études, à la sexualité affirmée sans honte dans une société encore très moralisatrice, un être assoiffé de changements, de variété et craignant plus que tout la monotonie. On comprend alors le scandale qu’une telle œuvre a pu susciter à l’époque (1954 !!!!!).

En bref, un roman bien construit, une pièce régulière, une narratrice intéressante et un style très agréable, c’est donc une lecture qui m’a vraiment plu et m’a donné envie de découvrir l’œuvre de Françoise Sagan plus en détails. Si vous ne connaissez pas encore, n’hésitez pas !

Juste pour le plaisir des mots, je vous cite le début du roman qui m’a enchanté immédiatement : « Sur ce sentiment inconnu dont l’ennui, la douceur m’obsèdent, j’hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse. C’est un sentiment si complet, si égoïste que j’en ai presque honte alors que la tristesse m’a toujours paru honorable. Je ne la connaissais pas, elle, mais l’ennui, le regret, plus rarement le remords. Aujourd’hui, quelque chose se replie sur moi, comme une soie, énervante et douce, et me sépare des autres. »

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla)

Les Classiques de Priscilla – Le Reading Classics Challenge 2019

J’ai donc terminé 2018 en suivant le Reading Classics Challenge proposé par Lilly and Books et c’est tout naturellement et avec plaisir que je m’engage à suivre la version 2019.

Voici le programme :

1542366629337_reading-classics-challenge-2019

Et voici mon programme de lecture :

Janvier : Françoise Sagan, Bonjour tristesse (il paraît que c’est une merveille)

Février : Virginia Woolf, Mrs Dalloway (je ne suis pas fan de Jack London)

Mars : Ernest Hemingway, Le Vieil Homme et la mer (je ne connais pas du tout)

Avril : Alexandre Dumas : Le Comte de Monte-Cristo (ça fait des années que j’ai envie de le lire)

Mai dépendra de l’issue du match

Juin : Colette, Le Blé en herbe (depuis des années dans ma bibliothèque mais jamais lu non plus !)

Juillet : Maya Angelou, Je sais pourquoi l’oiseau chante en cage (je ne connais pas du tout, j’ai fait des recherches sur Internet et ce premier roman autobiographique me tente vraiment !)

Août : Dostoïevsky, Crimes et châtiments (lui aussi fait partie de ces titres que tout le monde connait mais que nous sommes peu nombreux à avoir lus)

Septembre : Romain Gary, La vie devant soi (tout le monde dit que ce roman est une merveille)
Octobre dépendra de l’issue du match

Novembre : Philip Roth, Pastorale américaine (on en a beaucoup entendu parler lors de son décès, et je ne connais pas du tout ses œuvres)

Décembre : Kenzaburo Oé, Seventeen (je ne connais pas du tout la littérature japonaise, alors je me lance !)

Merci encore à Lilly and Books grâce à qui je vais faire de nombreuses découvertes encore cette année. Je suis déjà emballée alors que 2019 n’a même pas commencé !

Des volontaires pour suivre ce challenge ?

Priscilla (@Priss0904)