Cet été là de Martin Lee

61oobjv-i0l-_sx195_

Lee Martin

ISBN : 2355845581
Éditeur : Sonatine (09/02/2017)

En refermant ce livre, je ressens une certaine tristesse, non parce qu’il est fini, mais parce que j’ai l’impression d’abandonner la petite Katie.

Vous l’avez donc compris, j’ai été touché par cette lecture, alors bien entendu je suis sensible à la cause des enfants comme la plupart d’entre nous, mais il faut aussi dire que Martin Lee a su créer une ambiance bien particulière.

Un roman qui laisse le choix au lecteur de ce qu’il veut ressentir, pas de larmoyant ni de condescendance. Des faits, des mensonges et des vérités tardives, et libre à vous de décider: vous leur pardonnez? Vous les comprenez? Vous passez votre chemin, vous oubliez?

Un fait divers qui comme beaucoup se déroulent tous les jours ici et ailleurs malheureusement, mais l’auteur nous propose de s’arrêter quelques heures dans cette petite ville des Etats-Unis, afin de vivre de l’intérieur une disparition, qui aurait pu être évitée si chacun avait assumé ses sentiments, ses désirs, ses frustrations et ses erreurs.

Une petite fille que l’on se prend à aimer au fil des pages et qui en vient à nous manquer à la fin du livre. Une narration à plusieurs voix, donc différents points de vue.

Un roman difficile qui m’a chamboulée pendant et après sa lecture.

Merci à Sonatine et bien sûr à Martin Lee de m’avoir procuré tant d’émotions contradictoires.

4ème de couverture:

Tout ce qu’on a su de cette soirée-là, c’est que Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu’elle n’était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé la vie bien tranquille de cette petite ville de l’Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l’enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n’a jamais su ce qui était arrivé à Kathy.
Que s’est-il réellement passé cet été là ?
Trente ans après, quelques-uns des protagonistes se souviennent.
Le frère de Katie, son professeur, la veuve d’un homme soupçonné du kidnapping, quelques voisins, tous prennent la parole, évoquent leurs souvenirs. Des secrets émergent, les langues se délient.
Qui a dit la vérité, qui a menti, et aujourd’hui encore, qui manipule qui ?

Avec ce magnifique roman polyphonique, littéralement habité par le désir et la perte, Lee Martin nous entraîne dans la résolution d’un crime à travers une exploration profonde et déchirante de la nature humaine.

 

 

Trahison de Pierre Bellemare et Jean-François Nahmias

51wMqvdqtNL._SL160_

De tous les temps, les trahisons ont existé, elles font partie de la nature humaine, on en veut plus, on trouve que l’herbe est plus verte de l’autre côté de la ligne.

Pierre Bellemare nous relate dans ce livre un florilège d’actes qui ont émaillé l’histoire à petite ou grande échelle. Mais il faut retenir que chaque trahison a un impacte , une conséquence.

Des espions qui changent de camps, des traîtres qui renient leur pays et changent le cours de l’histoire, mais aussi des amours déçus que l’on piétine par filouterie…

Un ensemble d’histoires dans la lignée des écrits de Pierre Bellemare, conteur hors paire. Des récits documentés et courts, ce qui les rend agréables à lire.

Ceux qui aiment et connaissent l’auteur en tant que tel, ne seront pas à convaincre d’ajouter cette lecture à leur bibliothèque.

Moi qui ai entendu durant toute ma vie ou presque les histoires de Mr Bellemare, j’ai trouvé ce livre instructif et divertissant.

Quelques petits rappels de l’histoire, qui en cette période de rentrée, ne peuvent pas faire de mal.

Merci à Presse & Communication ainsi qu’à Flammarion.

Résumé:

Traîtres, félons, indics, agents doubles voire triples, amants maléfiques, la trahison a pris mille visages au cours de l’histoire. Ces personnages complexes au destin souvent dramatique nous ont toujours fascinés alors que leurs motivations nous intriguent. Elles sont pourtant simples. C’est l’argent, comme pour Dalila qui causa la perte de Samson ou le commandant Esterhazy, le véritable traître de l’Affaire Dreyfus. Mais aussi l’idéologie, comme pour Pierre Laval, qui souhaitait la victoire du IIIe Reich, ou Kim Philby, la plus célèbre taupe soviétique de la guerre froide ;…

De l’eau pour les éléphants de Sara Gruen

cvt_De-leau-pour-les-elephants_3123

Résumé:

Ce roman pas comme les autres a une histoire exceptionnelle : en quelques mois, il a fait d’un auteur inconnu un véritable phénomène d’édition, le coup de coeur de l’Amérique. Durant la Grande Dépression, dans les années 1930, les trains des petits cirques ambulants sillonnent les États-Unis. Jacob Jankowski, orphelin sans le sou, saute à bord de celui des frères Benzini et de leur « plus grand spectacle du monde ». Embauché comme soigneur, il va découvrir l’envers sordide du décor. Tous, hommes et bêtes, sont pareillement exploités, maltraités.

Sara Gruen fait revivre avec un incroyable talent cet univers de paillettes et de misère qui unit Jacob, Marlène la belle écuyère, et Rosie, l’éléphante que nul jusqu’alors n’a pu dresser, dans un improbable trio.

Plus qu’un simple roman sur le cirque, De l’eau pour les éléphants est l’histoire bouleversante de deux êtres perdus dans un monde dur et violent où l’amour est un luxe.

Mon avis:

Une très belle histoire dans le présent d’un vieil homme mais aussi dans son passé. Cet homme de 90 ans ou peut-être 93 est très touchant. Son passé au cirque l’est encore plus. Je ne pensai pas tomber dans cette histoire, pourtant j’ai été passionné et je me sens toute chose d’en avoir terminé.

C’est le genre de roman qui vous tire une larmichette, forcément, il est plein de beauté mais pour que cette beauté se montre, il faut qu’elle rencontre la dureté, la méchanceté… Et bien, c’est le cas ici, mais c’est un livre que l’on doit à tout prix avoir lu, surtout avant d’en voir l’adaptation au cinéma.

Je le conseille, sans aucune réserve.

Ma note 5/5