Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes

cvt_le-detective-detraque-ou-les-mesaventures-de-sherl_6210

 

Comme toujours chez Baker Street Editions, je découvre une petite pépite d’originalité et d’humour.

Nous connaissons tous le célèbre détective Sherlock Holmes, qui nous a toujours épaté par son sens de la déduction. Nous le découvrons ici , sous les traits de la parodie légère et de la douce dérision, tout cela dans le respect de l’oeuvre de l’auteur ainsi que des personnages. Car il faut dire que Sir Arthur Conan Doyle a lui même participé à certaines de ces petites histoires qui se moquent gentiment de notre cher Sherlock en ne forçant qu’à peine les traits et les manières.

 On sent derrière tout cela une profonde affection et un respect total pour les déductions fines de notre personnage préféré.

Baker Street nous propose donc ici des textes qui au fil des années rendent un hommage certains à celui qui ne laisse personne insensible et dont l’auteur qui ne se prédestinait pas à l’écriture, a donné vie à l’une des légende de l’enquête policière.

Un lecture bien agréable et qui ne fait que donner envie de découvrir ou de redécouvrir les aventures de Mr Sherlock Holmes et de son acolyte.

4ème de couverture:

Dans ce petit volume de pastiches, sketchs, et autres textes humoristiques autour de la figure du grand détective, nous avons demandé des textes à quelques holmésiens de nos jours, et ajouté des écrits de leurs prédécesseurs. Esprit d’éloge, de complicité et de fun, autant d’hommages aux deux grands maîtres que furent Sir Arthur Conan Doyle et Sherlock Holmes. Même si par moments on peut apercevoir un brin de moquerie, les plumes de nos auteurs sont toujours pleines d’admiration et d’affection. Le recueil comportera des textes français et des textes traduits de l’anglais, certains contemporains et d’autres un peu plus anciens.

 

 

 

 

Publicités

Espagnes de Alain Freudiger

41sgrns3j9l-_sx210_

Alain Freudiger

ISBN : 2940431574
Éditeur : LA BACONNIERE (2016)

Treize nouvelles dans ce recueil, dont ma préférée est sans nul doute Molly. Il est vrai que je lis rarement des recueils de nouvelles, même lorsque les auteurs les plus connus et les plus médiatisés s’y collent. Le problème est souvent de réussir à créer chez le lecteur de l’intérêt et du plaisir à chaque histoire.Il est donc difficile d’attribuer un style à Alain Freudiger, que je ne connaissais pas, ou même une note à son recueil car mon plaisir de lecture n’a fait que varier au fil des mes lectures.

J’ai par moment été totalement séduite par le ton ou par le style comme avec Le castor du dernier étage. D’autres fois je me suis ennuyée comme avec Ovation.

Mais on ne peut pas retirer à l’auteur le choix des mots, ainsi que sa volonté d’offrir aux lecteurs des plaisirs variés en associant des histoires totalement différentes. 

Merci à Babelio, à La baconnière ainsi qu’à Alain Freudiger, car les découvertes m’enrichissent, quelle que soit mon impression finale.

 

4ème de couverture:

Auteur de pamphlets et de romans, Alain Freudiger publie pour la première fois un recueil de nouvelles. Treize nouvelles sur le thème plus ou moins apparent de la rupture. La plupart d’entre elles se situent dans un univers a priori réaliste, au bureau entre collègues, dans les locaux d’une association, dans l’appartement d’un couple, devant un immeuble lors d’une crise de colère et pourtant des détails, symboliques, comiques ou absurdes de plus en plus présents nous font douter de la réalité des scènes. Ces petites scènes qu’on aurait pu dire décrites par un observateur attentif glissent vers un quotidien légèrement fantastique et étrangement inquiétant. Amateur de la contrainte en littérature et grand admirateur de Perec, Alain Freudiger s’essaie à sa façon faussement neutre à une écriture blanche mais particulièrement pertinente de l’expression du quotidien. Travailée mais jamais fastidieuse, l’écriture révèle des personnages ennuyés, coincés, exapérés ou heureux juste avant un moment de basculement. Une des nouvelles du recueil, « Molly » avait reçu en 2013 le Prix « Naples raconte » de la prestigieuse université de traduction, L’Orientale de Naples.

 

 

Propos cocasses et insolites entendus en librairie de Jen Campbell

 

Alors là!

51u2+Sc3ZqL._SX210_

Jen Campbell

ISBN : 2917559659
Éditeur : EDITIONS BAKER STREET (2016)

Voilà tout ce que j’aime: un livre qui parle de livres, de librairie et qui en plus est drôle et véridique.

Très bon petit recueil de propos, questions, anecdotes, toutes plus étonnantes et drôles les unes que les autres.

Une suite d’aventures de libraires, on se dit que ce n’est pas un métier où l’insolite est de mise et on fait erreur, ce petit livre qui se dévore comme un paquet de friandises, nous le prouve.

On sourit, on rit et on est quelques fois consternés , il faut bien l’avouer. Mais le grotesque de certaines situations, qui laisse les libraires sans voix, amène le lecteur à se délecter de ce recueil.

A lire et à conseiller sans aucune modération.

4ème de couverture:

Ce recueil, bestseller outre-Manche, réunit les questions les plus drôles, surprenantes et bizarres que les gens posent parfois à leurs libraires. Et pourtant rien n’a été inventé…
Poète et nouvelliste, Jen Campbell s’est inspirée de son expérience de libraire à Édimbourg et à Londres pour rapporter dans un blog ses conversations invraisemblables, étranges ou extravagantes avec certains clients. Le succès de son blog lui a donné l’idée de partager sous forme de recueil ces perles complètement inouïes – et pourtant vraies ! Le livre a déjà été traduit dans une dizaine de pays. Suite au succès du livre (bestseller du Sunday Times), un deuxième volume est sorti deux ans plus tard.