Boston Family saison 1 de Manuel Bénétreau

J’ai rencontré l’auteur au salon sang pour sang de Longperrier en septembre 2018, oui j’y ai fait de belles et nombreuses rencontres. Manuel Bénétreau m’a parlé de son univers et m’a proposé de commencer par cette saga, c’est donc parti pour la saison 1 de Boston Family, qui est une très belle surprise. . Tout démarre de nos jours, on découvre Louis Avallon qui à l’occasion du mariage de son petit-fils se plonge dans l’histoire de sa famille, dont au final il ne connait pas grand chose. Nous découvrons en même temps que lui une passionnante histoire qui débute en 1929 période de la grande crise économique, celle d’un couple, les parents de Louis, leurs succès et leurs échecs au fils des ans. Manuel Bénétreau nous parle du Boston de l’époque et des Etats-unis en général face aux changements mondiaux, la prise de pouvoir d’Hitler en Allemagne et de la menace qui en découle sur l’Europe. Et toujours au premier plan ce couple et les rencontres importantes qui jalonnent leur vie, leurs réactions face à l’évolution de l’industrie, des modes.

Les Avalon évoluent au milieu des grands de l’industrie mais aussi de ceux qui ne se sont pas relevés de cette fameuse crise qui a tant fait souffrir. 

Un roman documenté, riche d’informations sur l’histoire Américaine, son commerce, l’évolution de ses marchés et la politique qui souvent compliquent la vie des grands entrepreneurs.

Un plaisir de lecture qui s’accroit au fil des pages, on se passionne pour cette famille et on est pantois devant leurs stratégies commerciales et leurs capacités d’adaptation en fonction des événements. Un livre qui peut être bien-sûr qualifié d’historique mais c’est aussi une saga qui ne fait que débuter pour moi, puisqu’elle comporte 3 saisons. Une vraie et belle réussite qui mérite vraiment à être connue.

Publicités

Là où se pose le cœur de tamara mckinley

J’ai à de nombreuses occasions pu vous parler de Tamara McKinley et de cette façon si singulière qu’elle a de vous emporter dans ses histoires, et bien la voici de retour avec une nouvelle aventure dans la famille Reilly et leur pension du bord de mer. Cette famille si attachante a bercé mes lectures durant de nombreuses heures, elle parvient encore une fois à faire chavirer mon cœur. 

Voici ce que je vous disais des deux premiers tomes de cette saga et le lien vers Babelio pour le troisième que je n’ai pas encore eu l’occasion de lire:

https://livresque78.wordpress.com/2015/11/23/et-le-ciel-sera-bleu-de-tamara-mckinley/

https://livresque78.wordpress.com/2016/11/22/si-loin-des-siens-de-tamara-mckinley/

https://www.babelio.com/livres/McKinley-Lespoir-ne-meurt-jamais/101227

Vous l’aurez donc compris, cette saga peut bien entendu se lire dans l’ordre ou individuellement, chaque histoire est indépendante.Nous sommes toujours en pleine guerre, 1941, l’Angleterre subit toujours d’intenses bombardements et attaques, Londres où vit Julie et sa famille n’y échappe pas. Cette pauvre jeune infirmière, sage-femme va vivre un cauchemar, le sort va s’acharner sur les siens, il va lui falloir changer totalement de vie pour l’amour et la protection de son neveu. C’est ainsi que nous retrouvons donc la famille Reilly chez qui va se retrouver Julie, cette famille recomposée pour la plupart, prend en son sein chaque personne à qui la vie joue un mauvais tour en cette période si difficile. C’est donc une maison du bonheur où il fait bon de vivre et où chacun soutient son prochain. On y reste ou on y passe un temps, celui de se reconstruire, mais c’est un temps qui réchauffe le cœur, indéniablement. comme dans le titre de cet opus c’est un endroit où le cœur se pose.

Comme chaque pensionnaire rencontré dans cette saga, Julie est forte et se bat pour sa survie mais surtout ici pour celle de son neveu William un enfant fragile né lors d’un bombardement. Julie va ressentir en quelques mois une foule d’émotions plus intenses  les unes que les autres. Une période de l’histoire qui me touche toujours particulièrement dans un roman, tout y est plus intense, plus fort. on tente de se projeter tout en étant heureux de la place où l’on est aujourd’hui. 

Encore une lecture belle et intense où l’on plonge sans aucune réserve, telle que Tamara McKinley sait nous en écrire. L’occasion peut-être de la découvrir pour ceux qui ne la connaissent et une nouvelle plongée dans cet univers si fort pour les fans.

Résumé:

Février 1941. Julie Harris, sage-femme, travaille dans le quartier de l’East End, à Londres, quand un bombardement détruit la maison dans laquelle elle a grandi, anéantissant tous les membres de sa famille, à l’exception de son neveu William, un nourrisson.
Déterminée à tenir la promesse qu’elle a faite à sa sœur de protéger William jusqu’à ce que Bill, son père, rentre du front, elle accepte un poste de sage-femme à Cliffehaven, sur la côte sud-est de l’Angleterre. La famille Reilly, qui dirige la pension du Bord de Mer, la prend sous son aile.
Mais bientôt, Julie apprend que Bill est porté disparu… tandis que William tombe gravement malade.
À son chevet, Julie craint de perdre ce petit ange qu’elle commençait à aimer comme son propre fils.

La rose et le bourreau de Patrick Pesnot

btr
Editions L’archipel

Date de sortie: 5 septembre 2018

327 pages

ISBN 9782809824865

https://www.editionsarchipel.com/livre/la-rose-et-le-bourreau/

Plongeon au milieu du XVIIIème siècle avec une histoire bien particulière, telle que j’en ai peu lu. 

Ce roman est pour moi avant tout un constat de la condition féminine au XVIIIème siècle. Julienne se voit dans l’obligation de se grimer en homme pour quitter une belle-mère acariâtre et un père effacé.  Sans ce travestissement Julienne aurait inévitablement risqué sa vie, à cette époque la femme était totalement dépendante de son mari et avant cela de son père. Comment donc envisager une vie d’aventures solitaire sous l’image du sexe féminin?

Et des aventures Julienne devenue Henri va en vivre, mais je vous laisserais découvrir tout cela par vous-même. 

Concernant mon ressenti, j’ai eu quelques difficultés à imaginer la crédulité de chacun à en voir en Julienne alias Henri, un jeune homme, mais la crasse de l’époque et les conditions de vie masquent peut-être le trop-plein de féminité de Julienne.

Elle va se découvrir, sous le nom et les traits d’Henri. Elle découvrira l’amour, la cruauté, l’amitié, les obligations nécessaires à sa survie. Elle apprendra sur elle en quelques  années, sous l’identité d’Henri, bien plus qu’en une vie entière sous celle de Julienne.

Un roman qui plonge son lecteur dans les atrocités de la guerre et au cœur des relations qui liaient les soldats entre eux, puis à la découverte d’une profession très décriée, celle de bourreau.

Une véritable immersion, grâce à l’histoire assez originale et rocambolesque de Julienne, dans une époque qui pour ma part, me fait apprécier celle dans laquelle j’ai eu la chance de naître et me fais apprécier ma condition de femme du 21ème siècle.

Résumé:

Cancale, milieu du xviiie siècle. Orpheline de mère et fille de capitaine, Julienne ne supporte plus sa marâtre. Résolue à changer de vie, elle décide un jour de couper ses cheveux, en le les vêtements de son frère et se fait appeler… Henri.
En route vers Paris, la garçonne vit d’expédients, dort à la belle étoile et se fait connaître de la maréchaussée en laissant pour mort un aubergiste émoustillé par son androgynie… Elle est recueillie par un jeune abbé aussi bon qu’avenant. Arrivée à Paris, à court de ressources, elle cède aux avances d’un sergent recruteur qui l’engage dans l’armée du roi sous le sobriquet de « Sans-Souci ». La voilà engagée dans la campagne de Bohème, à travers Vosges et Forêt-Noire.
Bientôt, quarante mille soldats franchissent le Danube et marchent sur Prague. Si Julienne se conduit avec bravoure, pourquoi chacun des hommes dont elle s’éprend – son capitaine, son compagnon de chambrée… – connaît-il un sort funeste ? De retour en France après avoir déserté, elle n’aura d’autre choix que d’assister dans sa tâche « Monsieur de Marseille » – le bourreau. Jusqu’à quand parviendra-t-elle à dissimuler son identité ?
Un roman picaresque dont l’héroïne, mutine aventurière, ne cesse de se perdre pour se retrouver. D’une plume alerte et truculente, Patrick Pesnot y fait revivre l’Europe galante et dangereuse du temps de Louis XV.