J’ai toujours aimé la nuit de Patrick Chamoiseau

 

 

PicsArt_12-18-01.18.24.png

Patrick Chamoiseau
ISBN : 2355845549
Éditeur : Sonatine (02/11/2017)

Voici un roman très noir que nous propose Patrick Chamoiseau aux éditions Sonatine. Un huis clos particulièrement bien narré, qui me permet de découvrir l’écriture de l’auteur.

Eloi Ephraïm reçoit à la veille de son départ en retraite, une confession inattendue d’un tueur psychopathe et sanguinaire,  ce tueur c’est Hypérion Victimaire, ancien militaire Martiniquais qui se considère comme étant droit et honnête. Hypérion nous explique comment il est devenu ce tueur, cet archange chargé de rendre ses lettres de noblesse à son île. 

Entre Eloï et Hypérion, un point commun, celui de vouloir rendre cette Martinique tant aimée, mais bien évidemment les méthodes ne sont pas les mêmes. Bien qu’Eloï ait été un flic engagé et passionné, à tel point qu’il en a négligé sa vie personnelle, il ne peut qu’écouter avec effarement cette confession hors du commun.

Un regard acerbe mais vrai sur la Martinique et ce qu’elle est devenue, bien loin des zones touristiques et de l’idée que le public s’en fait.

Un roman noir, certes, mais aussi passionnant par la description que nous fait Patrick Chamoiseau de cette île.

4ème de couverture:

Un commandant de police enfermé seul avec un tueur.
La scène pourrait paraître banale.
Elle l’’est déjà un peu moins lorsqu’’on sait que c’’est la dernière nuit de service actif du policier et que, pour la première fois de sa longue et monotone carrière, il se retrouve enfin face à ce dont il a toujours rêvé : un tueur en série inconnu des forces de l’’ordre.
Sauf que cette fois, dans cette maison isolée, c’’est le tueur qui tient l’’arme qu’’il pointe depuis des heures sur le policier.
Des heures que l’’officier écoute et essaye de graver dans sa mémoire l’’incroyable confession de celui qui se surnomme « l’archange de la mort » et qui lui raconte dans le détail son « œoeuvre » : dix années de crimes impunis.
Comment le flic en est-il arrivé là ? Comment une simple altercation au début de la soirée l’a-til mis sur la piste du tueur ? Et quelles sont ses chances de s’’en sortir ?

Patrick Chamoiseau nous livre ici un formidable roman noir, en même temps qu’’il dresse un portrait déchirant d’’une Martinique livrée à tous les débordements, en passe de perdre sa culture, sa magie et son humanité.

 

 

 

Publicités

Rien ne se perd de Cloé Mehdi

IMG_20170912_092404.jpg

 

Je vous parle aujourd’hui d’un roman très touchant aux éditions J’ai lu, il paraîtra le 20 septembre 2017 et je vous invite d’ors et déjà à vous le procurer dès sa sortie. Mattia, un garçon de 11 ans à qui la vie n’a pas épargné grand chose m’a littéralement bouleversé…

Une narration principalement faite par un enfant, qui pourtant fait preuve d’une maturité et d’une lucidité incroyable mais logique quand on connaît son vécu.

Un roman, qui a pour toile de fond une bavure policière qui s’est déroulée il y a plusieurs années et qui pourtant refait surface sans que l’on comprenne immédiatement pourquoi. Mais Chloé Medhi va bien plus loin, elle nous plonge dans une réflexion multiple, sur la famille, la société, le bien et le mal, la justice et son impartialité et sur le sens de la vie en général.

Une histoire très touchante car elle ramène chacun à sa propre conception de la vie, de la société et de l’éducation, elle chamboule nos valeurs et je dois l’avouer me laisse en fin de lecture un sentiment étrange. Elle met en défaut notre système judiciaire, l’impartialité, l’égalité, qui sont les mots d’ordre de notre beau pays.

Un clin d’œil évident et triste à certains faits de l’actualité de ces derniers mois ou dernières années, qui mettent à mal ma foi en la justice et en notre police. Je n’ai pas pu en lisant ce roman m’empêcher de penser à toutes ces familles attaquées, assassinées ou blessées sur la route par exemple, par es chauffards inconscients et dont les bourreaux s’en sortent avec une peine de sursis. Il m’est donc nécessaire de constater que l’injustice fait partie intégrante de notre monde, car l’être humain est imparfait par nature.

Je garde de cette lecture un sentiment qui reste inexplicable mais qui fait que mon cerveau, est au moment où j’écris ces lignes, en pleine ébullition. Mattia, que tout au long du livre on souhaite aider, car en tant que lecteur on connaît ses peurs, ses interrogations, ses angoisses sur l’avenir, un jeune garçon attachant, qui a presque l’âge de mon fils et qui par la force des choses, crée beaucoup d’émotions dans mon cœur de maman.

Je ne peux que vous encourager vivement à lire ce roman, qui ne vous laissera pas indemne, c’est certains.

4ème de couverture:

Sur les murs de la cité, des tags pleuvent qui pleurent un enfant perdu. Ils clament « Justice pour Saïd », abattu après un contrôle d’identité par un policier jamais condamné.

Abandonné de tous, recueilli par un tuteur au passé louche, Mattia, onze ans, s’interroge sur les drames qui l’assaillent et la sensation de culpabilité qui semble peser toujours plus lour sur ses épaules.

Dans un monde de menaces incessantes- violences policières, injustice, haines et solitude-, comment lever le voile sur la vérité?

Si tout finit toujours par se transformer, Mattia le sait: rien ne se perd, jamais.