Rien ne se perd de Cloé Mehdi

IMG_20170912_092404.jpg

 

Je vous parle aujourd’hui d’un roman très touchant aux éditions J’ai lu, il paraîtra le 20 septembre 2017 et je vous invite d’ors et déjà à vous le procurer dès sa sortie. Mattia, un garçon de 11 ans à qui la vie n’a pas épargné grand chose m’a littéralement bouleversé…

Une narration principalement faite par un enfant, qui pourtant fait preuve d’une maturité et d’une lucidité incroyable mais logique quand on connaît son vécu.

Un roman, qui a pour toile de fond une bavure policière qui s’est déroulée il y a plusieurs années et qui pourtant refait surface sans que l’on comprenne immédiatement pourquoi. Mais Chloé Medhi va bien plus loin, elle nous plonge dans une réflexion multiple, sur la famille, la société, le bien et le mal, la justice et son impartialité et sur le sens de la vie en général.

Une histoire très touchante car elle ramène chacun à sa propre conception de la vie, de la société et de l’éducation, elle chamboule nos valeurs et je dois l’avouer me laisse en fin de lecture un sentiment étrange. Elle met en défaut notre système judiciaire, l’impartialité, l’égalité, qui sont les mots d’ordre de notre beau pays.

Un clin d’œil évident et triste à certains faits de l’actualité de ces derniers mois ou dernières années, qui mettent à mal ma foi en la justice et en notre police. Je n’ai pas pu en lisant ce roman m’empêcher de penser à toutes ces familles attaquées, assassinées ou blessées sur la route par exemple, par es chauffards inconscients et dont les bourreaux s’en sortent avec une peine de sursis. Il m’est donc nécessaire de constater que l’injustice fait partie intégrante de notre monde, car l’être humain est imparfait par nature.

Je garde de cette lecture un sentiment qui reste inexplicable mais qui fait que mon cerveau, est au moment où j’écris ces lignes, en pleine ébullition. Mattia, que tout au long du livre on souhaite aider, car en tant que lecteur on connaît ses peurs, ses interrogations, ses angoisses sur l’avenir, un jeune garçon attachant, qui a presque l’âge de mon fils et qui par la force des choses, crée beaucoup d’émotions dans mon cœur de maman.

Je ne peux que vous encourager vivement à lire ce roman, qui ne vous laissera pas indemne, c’est certains.

4ème de couverture:

Sur les murs de la cité, des tags pleuvent qui pleurent un enfant perdu. Ils clament « Justice pour Saïd », abattu après un contrôle d’identité par un policier jamais condamné.

Abandonné de tous, recueilli par un tuteur au passé louche, Mattia, onze ans, s’interroge sur les drames qui l’assaillent et la sensation de culpabilité qui semble peser toujours plus lour sur ses épaules.

Dans un monde de menaces incessantes- violences policières, injustice, haines et solitude-, comment lever le voile sur la vérité?

Si tout finit toujours par se transformer, Mattia le sait: rien ne se perd, jamais.

 

 

 

 

 

Publicités