Le prix de la terre de Bernard Duporge

Paru le 4 septembre 2019 chez City éditions Terre d’histoires, ce roman est comme souvent dans cette collection un saut dans le passé, dans une campagne profonde où les rumeurs, les mensonges, les accusations faisaient et défaisaient les réputations. Cette histoire part d’un deuil, la famille de Gentil le pleure à sa façon, en 1950 aux alentours de Bordeaux on pleure les morts en silence, avec dignité, on n’étale pas son chagrin sur la place publique. Il faut dire que tout n’est pas aussi clair qu’il y paraît, on apprend vite et par de nombreuses bouches que personne dans ce village n’a les mains totalement propres.

Un véritable roman du terroir dont le déroulement est principalement basé sur les souvenirs des différents personnages, tout cela mis bout à bout éclaire le lecteur sur une vérité qu’il était loin d’imaginer. Des trahisons présentes ou passées, des vérités cachées depuis de nombreuses années, posséder de la terre est ici primordial, certains seraient-ils prêts à tout pour arriver à leurs fins?

Une histoire simple sous notre regard de citadins modernes, mais pourtant des événements qui chamboulent un quotidien tranquille fait de choses simples. Une piqûre de rappel sur les événements que la guerre et l’occupation Allemande ont déclenchés.

Résumé:

Dans un village du Bordelais, on enterre Gentil Bacquey. Aux yeux de tous, l’homme était un paysan respecté et respectable, ancien héros de la Résistance. Pourtant, au fil des jours, délivrées par sa disparition, les langues se délient. Un voisin, qui lorgne sur les terres particulièrement fertiles de ce coin du Bordelais, lance même de graves accusations contre le défunt : cinq ans plus tôt, pendant l’Occupation, Gentil aurait volé de l’argent destiné à lutter contre l’envahisseur. Accusation mensongère ? La veuve de Gentil, s’enferme dans un silence pesant, comme si elle avait peur de salir davantage la mémoire du mort. Mais ce qu’elle cherche surtout à dissimuler, c’est un autre secret plus terrible encore qui, s’il refaisait surface, bouleverserait sa famille à tout jamais…

Les sœurs de Biscarosse de Corinne Javelaud

Le 23 janvier 2019 est sorti aux éditions Terre d’histoires le nouveau roman de Corinne Javelaud, je vous avais précédemment parlé de Un été d’orage sorti en mars 2018 dont la chronique est ici

N’abordez pas ce livre en vous disant que vous allez découvrir des femmes(entre autres ici des sœurs) soumises à la gent masculine et transies d’amour, vous allez au contraire découvrir de vraies femmes fortes et volontaires. Vinciane l’aînée se retrouve à devoir gérer la claire pinède, la propriété familiale et sa cadette Mahaut va devenir pilote d’avion et suivre le parcours d’un de ses modèles: Hélène Boucher. 

Donc nous suivons ces deux femmes dont la volonté n’a d’égal que la persévérance. Entre coups du sort, rencontres inespérées, trahisons et mensonges au cœur des merveilleuses forêts Landaises.

Ce que j’ai particulièrement aimé dans ce roman, vous l’avez compris c’est surtout ce côté si différent des romans de terroirs et historiques classiques où la femme faible rentre obligatoirement dans ce cliché typique de l’époque.( n’oublions pas que nous sommes ici au début des années 30). Certaines pionnières ont ouvert la porte, la libération physique est en route, les vêtements deviennent moins engoncés, plus légers. La pauvre jeune fille incapable de travailler, de diriger, ou même de prendre une décision seule s’efface peu à peu, c’est une période charnière pour la femme…Ici Corinne Javelaud nous dresse un tableau plaisant de la femme tout en nous ravissant avec des faits historiques et des records féminins qui font plaisir à découvrir.

Corinne Javelaud est une romancière, une vraie, des faits, des personnages profonds que l’on admire, un amour des mots et des histoires, à découvrir si vous ne connaissez pas ses romans.

Résumé:

A Biscarrosse, au début des années 30, la famille Gelinmacq fait partie de ces propriétaires terriens enrichis grâce au reboisement de la forêt landaise. La fille aînée, Vinciane, a repris la gestion de la propriété familiale qu’elle dirige avec passion. Pourtant, sa rencontre avec un séduisant médecin d’Arcachon qu’elle envisage d’épouser remet en jeu l’avenir de la pinède.
Mahaut Gelinmacq, la cadette, n’a quant à elle qu’un seul rêve : apprendre à voler. Piloter un avion, faire partie de ce cercle restreint de femmes aventurières à la conquête du ciel…
Les sœurs veulent que la Claire Pinède soit préservée sans pour autant sacrifier leur liberté. Mais de douloureux secrets menacent de faire voler en éclats la famille. Les deux sœurs vont devoir choisir entre leur héritage familial et leurs rêves, quel qu’en soit le prix

Le pré d’Anna de Marie de Palet

images

Je découvre avec ce roman l’écriture et le talent de narration de Marie de Palet. Entre l’époque, le début du 20ème siècle, le sujet et cette sublime couverture, tous les arguments sont présents pour me séduire. Et c’est chose faite. 

Une histoire comme on pourrait vous en raconter lors d’une veillée familiale, l’histoire de deux familles à la fois unies et désunies par un bout de terre, ce fameux pré.

J’ai fais de belles rencontres avec ce livre, des personnalités effacées, qui semblent même résignées et qui pourtant vont démontrer à tous la force de l’amour, de l’amitié, de la famille et du partage. 

J’aime ce type de livres pour le retour à l’essentiel, aux véritables valeurs et Marie de Palet a un talent fou pour nous faire voyager à une époque qui même si elle était dure et sans pitié, était une époque pleine de charme et de relations franches. Une époque que le travail, le courage semblait guider.

Un bien beau moment familiale, un bous de chemin fait avec Anna et Maurice, une tranche de leur vie que l’on partage. Je suis certaine que vous serez également séduits par ce roman simple mais tellement vrai.

Vous pouvez retrouver cette chronique et bien d’autres de mes ami(e)s blogueurs, relayés sur notre site partenaire https://www.hors-textes.com/.

Bandeau780_98 (1)

Résumé:

Le testament de Marcel Rolland prend tous ses proches par surprise. Antoine, son fils aîné, est consterné : son père lègue le pré bas, la plus belle parcelle du domaine, à Maurice, le fils du voisin. Anna, la cadette, déchante également, mais pour une autre raison : elle ne sera pas dotée si elle persiste à vouloir se marier avec le belÉmile, qui décide alors de la délaisser… Par vengeance et désespoir, elle épouse Maurice, ce qui ravit sa famille puisqu’elle remet la main sur le pré bas ! Mais, peu à peu, elle tombe réellement amoureuse de son mari et tous deux vont chercher à découvrir les secrets qui gravitent autour de ce terrain…