Noir sanctuaire de Preston & Child

CVT_Noir-sanctuaire_1935Douglas PrestonLincoln Child

ISBN : 2809822271
Éditeur : L’Archipel (03/05/2017

Nous avions, à l’issue de Mortel Sabbat, sorti en poche chez J’ai Lu et dont je vous parlais il y a quelques jours, laissé nos personnages dans des situations inquiétantes. En effet, Pendergast avait disparu et  Constance se retrouvait bouleversée …

Il fallait donc lire immédiatement la suite et connaître le fin mot de l’histoire. Preston & Child nous embarquent donc une fois de plus dans une aventure, dans le vrai sens du terme, des poursuites à l’autre bout du monde par tous les moyens de transport envisageables, des morts, des morts qui ressuscitent, bref, vous l’aurez compris on ne s’ennuie pas avec ce dernier opus des enquêtes de Pendergast.

J’avoue être une novice dans la connaissance de cet enquêteur atypique, ce n’est que la troisième fois que je le suis dans ses aventures, mais à chaque fois je ressors de ma lecture avec cette envie d’en connaître plus. Il faut dire que le personnage est vraiment hors norme, cet homme est intemporel ainsi que Constance d’ailleurs, ils amènent tous deux un petit côté kitch à des enquêtes actuelles auxquelles une touche de science-fiction vient finir de donner toute sa saveur.

Une lecture, qui saura combler les fans de la première heure et qui séduira, ceux comme moi, qui découvre les multiples facettes de ce personnage ambiguë qui réserve de nombreuses surprises.

Je vous invite à découvrir un autre avis de blogueuse concernant ce roman:

https://aufildesplumesblog.wordpress.com/2017/05/26/noir-sanctuaire-de-preston-et-child/

4ème de couverture:

Après une mauvaise rencontre dans les marais d’Exmouth, Massachusetts, l’agent spécial du FBI Aloysius Pendergast est porté disparu…
Bouleversée par la perte de son protecteur, Constance Greene se retire dans les souterrains du manoir de Pendergast, au 891 Riverside Drive, à New York, où une bien mauvaise surprise l’attend…

Mortel sabbat sort en poche

CVT_Mortel-Sabbat_9945

 

Mortel Sabbat, dont je vous avez parlé à sa sortie en mai 2016, sort en poche chez J’ai Lu.

J’en profite donc pour vous reparler de ce que j’en avais pensé:

https://livresque78.wordpress.com/2016/05/28/httpslivresque78-wordpress-com20160528mortel-sabbat-de-preston-child/

Les aventures de Pendergast sont toujours déroutantes. J’en profite également pour vous dire que Noir sanctuaire, le nouveau roman à suspense de Preston & Child est sorti le 3 mai, je sis en pleine lecture, je reviens donc très vite pour vous en parler.

 

CVT_Noir-sanctuaire_1935

Les jumelles de Claire Douglas

51teuvccsl-_sx210_

Claire Douglas

ISBN : 9791033900146
Éditeur : HARPER COLLINS (2016)
Ce roman sort en librairie le 12 Octobre 2016
Le moins que l’on puisse dire est que ce roman m’a surpris. Je ne m’attendais pas du tout à cela, je pense donc que le but de l’auteure est atteint: surprendre son lecteur. La couverture, le titre, l’accroche nous donne une idée du livre dans lequel on se plonge, mais tout cela est quelques fois trompeur, pour mon plus grand plaisir.
Claire Douglas m’a emmené là où je ne pensais pas aller, dans  l’univers des jumeaux certes mais ici dans un contexte bien particulier.
Un thriller psychologique basé sur les relations complexes et mystérieuses qui unissent les jumeaux.
Une ambiance et un suspense qui monte crescendo et font vivre aux lecteurs des moments de paranoïa intenses.
Une tension que j’adore ressentir dans ce type de lecture, un désir de connaître le vrai du faux en tournant les pages une à une.
Un seul bémol à cette histoire, le décalage entre l’âge annoncé des personnages, soit la trentaine et le mode de vie qu’ils ont. Je m’explique: ils ont tous trente ans mais travaillent peu, font des fêtes, se tournent autour , se charment, vivent en colocation…
Difficile pour moi de les imaginer tels que veut nous les décrire l’auteure.
Mais dans l’analyse globale de cette lecture, ce décalage n’altère pas la qualité de l’histoire.
Un roman surprenant et prenant que je vous invite à découvrir.
4ème de couverture:
L’une est morte. L’autre ment.
Journaliste freelance, Abi Cavendish a fait une tentative de suicide et un séjour en hôpital psychiatrique après la mort de sa soeur jumelle dix-huit mois plus tôt. Fragilisée par cette disparition dont elle se sent responsable, elle tombe sous l’emprise de Beatrice, une inconnue au charme fascinant chez laquelle elle emménage. Beatrice Price est quant à elle la soeur jumelle de Ben. A la mort de ses parents adoptifs, elle a acheté un hôtel particulier à Bath, où elle vit avec Ben, et s’est lancée dans la création de bijoux. Ben, dont elle n’a découvert l’existence qu’à 19 ans, souffre de problèmes psychologiques… Entre les membres de ce trio se nouent des liens de fascination, de désir et de répulsion, entretenus par les secrets les plus noirs…
Thème romanesque par excellence, la gémellité est ici abordée sous un angle inédit : Les jumelles est un suspense qui prend des risques en n’hésitant pas à montrer les aspects plus sombres de cette relation. Plus que la traditionnelle contradiction entre besoin d’indépendance et désir de fusion, le roman aborde le sujet d’une dépendance extrême.

 

Mortel Sabbat de Preston & Child

téléchargement (1)
Un nouveau Pendergast est toujours un évènement. La cuvée 2016 est un excellent cru.
L’histoire tout d’abord, l’inspecteur Pendergast est contacté par un artiste afin qu’il l’aide à retrouver ses précieux grands crus dérobés lors d’un cambriolage. Au grand étonnement de Constance, Aloysius accepte et voilà nos deux héros en route pour Exmouth, petit village de pêcheurs situé au nord de Salem, dans le Massachusetts.
Ce vol, simple en apparence, emmènera le détective aux confins du surnaturel.
Ce nouveau roman est plus centré sur le personnage de Constance Green, pupille de notre cher inspecteur ; Preston et Child développent son personnage, probablement en vue des prochains épisodes. L’intrigue du coup y gagne en épaisseur et permet de renouer avec le surnaturel, ce pour notre plus grand plaisir.
La trame narrative est toujours aussi fouillée et parfaitement maîtrisée. Le travail de recherche des auteurs est toujours aussi époustouflant. Les fans ne seront pas déçus. 
Une lecture addictive comme tous les romans de Preston et Child, les pages défilent et la fin étant, comme de coutume désormais, pleine de mystères, nous attendons la suite avec impatience.
Merci à L’archipel de m’avoir permis de découvrir ce nouveau volet des aventures et enquêtes de l’inspecteur Pendergast.
Résumé:
Pendergast est contacté par Percival Lake, un sculpteur à qui on a volé une collection de vins rares. En compagnie de Constance Greene, Pendergast se rend à Exmouth, petit village de pêcheurs situé au nord de Salem, dans le Massachusetts.
En examinant la cave pillée, Pendergast découvre, derrière les rayonnages, une niche secrète ayant abrité un corps. Le vol des précieux flacons ne serait donc qu’un leurre destiné à masquer la disparition du squelette…
Peu après leur arrivée, un historien qui enquêtait sur le naufrage d’un navire, à la fin du xixe, est assassiné. Son corps mutilé et recouvert de symboles sataniques est retrouvé dans les marécages. Puis c’est au tour du notaire local de subir le même sort…
Des marécages hantés par une bête humaine, les souterrains d’une église en ruine abritant les sabbats d’adorateurs de Lucifer et du démon Morax… Voilà qui pourrait se transformer en piège mortel pour Pendergast…

Un si beau soleil pour mourir de James Patterson et Howard Roughan

51SuJjPSJNL._SL160_

Voici un roman à suspense écrit dans les règles de l’art, je m’explique:

A aucun moment on ne s’ennuie, des rebondissements parfaitement amenés ponctuent chaque fin des courts chapitres. 

Le rythme de l’histoire nous empêche de lâcher ce livre car les chapitres se suivent et nous apportent la réponse. 

De l’humour et de l’autodérision de la part des enquêteurs, juste ce qu’il faut pour créer une ambiance et séduire le lecteur.

Un excellent roman policier qui se lit avec beaucoup de jubilation et d’envie d’en connaître l’issue. Deux affaires distinctes qui se rejoignent à mi parcours et donne encore davantage de charme à l’histoire.

Des enquêteurs qui tout en étant sérieux et rigoureux et crédibles, ne tombent pas dans le cliché de l’agent du FBI.

Nous sentons que James Patterson prend, en écrivant ce livre, beaucoup de plaisir à créer ses personnages et à imaginer l’esprit tordu des ses meurtriers.

Il ne tergiverse pas avec des détails qui pourraient alourdir l’histoire et le rythme de celle-ci, il va à l’essentiel.

Après Lune Pourpre, paru en 2015, James Patterson revient une histoire que je conseille à tous les connaisseurs de l’auteur, ainsi qu’à tous ceux qui aiment le genre suspense sans pour autant basculer dans le violent et le trash.

Une très agréable lecture.

Merci aux éditions L’archipel ainsi qu’à L&P Conseils

Résumé:

Ethan et Abby, mariés depuis peu, passent leur lune de miel sur une île enchanteresse des Caraïbes. Eaux turquoises le matin, champagne le soir… Mais le rêve prend fin, brutalement. Le couple est tué dans le sauna de leur suite de luxe.
Peu de temps après, deux amoureux convolant à Rome sont assassinés. Qui peut bien s’en prendre à des couples mariés depuis peu ?
L’ex-agent du FBI John O’Hara se voit confier l’enquête tandis que l’agent spécial Sarah Brubaker traque de son côté un autre serial killer, dont les victimes ont un étonnant point commun : elles portent toutes le même nom : John O’Hara !
Des lors, les routes de John et de Sarah vont se croiser. Il leur faudra, pour arrêter les deux criminels, unir leurs efforts. Et plus si affinités…

Vengeance par procuration de Mary Jane Clark

51f2a5onSWL._SL160_

L’écriture c’est de famille chez les Clark. Mary Jane est la belle fille de Mary Higgings Clark.

C’est la première fois que je lis cette auteure.

Elle nous dépeint ici une histoire qui se déroule dans un milieu aisé. Eliza est journaliste, Vincent et Valentine sont dans la politique, Zachary est architecte, le décor est posé, crimes dans la haute société.

On ressent immédiatement le soin qu’a mis l’auteure dans les détails afin que tout s’imbrique. Chaque personnage tient parfaitement son rôle pour que le mécanisme soit parfait et précis. Même si quelque fois une certaine confusion peut s’installer concernant le rôle de chacun, tout devient clair à point nommé.

Les chapitres sont courts, ce qui donne du rythme à l’histoire et il y a surtout le mystère, ce jeu de piste mis en place par la mort de Vincent.

De même pour ces pensées anonymes écrites en italique qui éveillent encore davantage l’intérêt du lecteur.

Une ambiance oppressante car le danger rôde.

une très bonne première rencontre avec l’auteur me concernant.

Merci à L&P conseils ainsi qu’à L’Archipel.

Résumé:

Tuxedo Park, un havre de paix où vivent des personnes fortunées, une enclave protégée à quelque quarante kilomètres au nord de Manhattan.Dans leur somptueuse propriété récemment restaurée, Valentine et Vincent Wheelock, un couple influent ? elle fut gouverneur d’État puis ambassadrice des États-Unis en Italie, lui son éminence grise ?, donnent une réception, à laquelle participe Eliza Blake, la présentatrice vedette de Key News, chaîne de télévision new-yorkaise.Au cours de la soirée, stupeur ! Vincent se donne la mort de manière spectaculaire. Comment expliquer un tel geste ? Et, surtout, que cache son suicide ?Rapidement, Eliza découvre qu’avant de se donner la mort Vincent avait laissé une série d’énigmes en forme de puzzle, dont elle devra rassembler les pièces pour démêler une affaire surgie du passé.Mais un tueur rôde, et la vie d’Eliza est menacée?

Le Château de Walurgis de Philippe Duchateau

Editions La Bourdonnaye 326 pages  Prix 20.90 euros Collection Les imaginaires
Editions La Bourdonnaye
326 pages
Prix 20.90 euros
Collection Les imaginaires

Mon avis:

Ce roman est très intrigant, il l’est d’ailleurs tout au long de sa lecture.

L’auteur nous mène par le bout de nez, on le suit sans aucune hésitation, tant il nous y encourage avec un humour noir qui cache bien autre chose. Vous le comprendrez donc, difficile de qualifier cette lecture, elle oscille entre l’humour pince sans rire de Josuan, que l’on suit tout au long de l’histoire, et un côté BRUT DE NOiR, un sentiment presque flippant par moment.

Philippe Duchateau, dont le nom était une invitation à situer son intrigue dans ce lieu, nous fait vivre un cauchemar. Ce genre de cauchemar, qui commence plutôt bien, et dans lequel la peur et l’horreur s’immiscent petit à petit. Des personnages haut en couleurs, un langage qui bien que l’intrigue se déroule à notre époque, vient d’un autre temps. On ne sait jamais que croire, réalité, imaginaire? Qui sont réellement les habitants de Walpurgis, une secte? Des illuminés inoffensifs?

Josuan va se retrouver au centre de cette folie pure, bien malgré lui. Une lecture pas comme les autres, qui se termine sur une promesse de bien pire encore, des chasses à l’homme, des messes noires, des potions qui font perdre pieds, des cours d’anatomie donnés directement à la source…

Un roman difficile à raconter, tant son univers doit être découvert à travers les mots de l’auteur. Un livre un peu fou dans un monde de fous…

Résumé:

Josuan reçoit un jour une lettre alarmante d’un de ses vieux copains de classe qui le supplie de venir le rejoindre à Northcalton, où il a de sérieux problèmes. N’écoutant que son courage et porté par la fougue de sa jeunesse, Josuan vole au secours de son ami. Mais la route est longue, et il fait étape dans l’auberge de l’inquiétante Lucy. Il y rencontre la jeune et jolie serveuse, Louisia, et s’en amourache aussitôt. Après avoir quitté l’établissement, Josuan est victime d’un « étrange » accident de voiture. Sa vieille Ford réduite à un tas de tôles, il doit poursuivre le chemin à pied, dans les frimas d’un paysage carnivore. Ses pas le mènent alors au château de Walpurgis. Où l’enfer lui ouvre ses portes. En effet, les habitants de ce palais délabré se révèlent tous plus loufoques et satanistes les uns que les autres. Mais aussi comiques soient-ils, ces hurluberlus semblent en vouloir pour de bon à la peau de Josuan. Et de Louisia, qui se retrouve – par quelle malédiction ? – bientôt prisonnière, à ses côtés. Comme beaucoup d’autres avant eux, les jeunes gens ne servent qu’à amuser cette galerie de frapadingues, en attendant de finir, selon les projets réjouissants du maître des lieux, au fond d’une oubliette, une cagoule sur la tête et une balle entre les deux yeux. L’amour donne des ailes, dit-on. Les tourtereaux en auraient bien besoin pour séchapper de cet asile et sauver leur vie. Avec Le Château de Walpurgis et ses adorateurs de Satan, Philippe Duchateau distille un suspense diablement drôle et méchamment hilarant.

Les Virevoltants de Leila Meacham

Éditions Charleston 427 pages Prix 22.50 Euros
Éditions Charleston
427 pages
Prix 22.50 Euros

Une première lecture de cette auteure pour moi, mais la seconde des éditions Charleston.

Encore une fois, j’ai été transporté, cette fois ci au Texas. Ce livre est une chronique Américaine typique, mais c’est comme cela que je les aime. Un triangle amoureux, des sentiments qui divergent pour chacun d’entre eux et qui les amènent à prendre des décisions plus ou moins censées, certaines qu’ils regretteront et d’autres qui feront d’eux ce qu’ils sont.

Un mélange de romance et de suspense, disséminé par ci par là.

Des personnages attachants mais à qui il m’est arrivée d’avoir envie de secouer les puces, afin qu’ils ouvrent les yeux et ne se comportent pas de façon si idiote et inconsidérée.

Dans ce roman, un petit côté saga de nos séries d’enfance que l’on aimait tant, où il se passait toujours quelque chose qui relançait l’intrigue, où les personnages, même si ils étaient perclus de bonnes intentions, se retrouvaient toujours dans des situations compliquées.

Une lecture qui m’a donc embarqué au Texas, à supporter des footballeurs Américains et vibrer au rythme des chants et des chorégraphies des Cheerleaders.

Dans une petite ville, où tout le monde connait tout le monde, d’un milieu modeste, les habitants se contentent de ce qu’ils ont et se sentent fiers, lorsque deux de leurs jeunes sont promis à une grande carrière de footballeurs.

Une ville où l’on aurait presque envie de se transporter tellement notre lecture nous a permis de nous l’imaginer.

L’auteure a su tenir son lecteur jusqu’au ‘au bout avec une intrigue, qui même si elle n’efface pas le sujet principal: le triangle amoureux, tient une place de choix et interpelle et amène à vouloir en connaître l’issue.

J’ai également été accrochée par ce livre, car l’histoire débute approximativement au moment de ma naissance ( Je suis de 1977 et l’histoire débute en 1979), donc quelques références à ce qui a marqué le monde au fil de ma vie.

Il me faudra donc découvrir les précédents romans de Leila Meacham, afin de découvrir un peu plus son univers.

Un grand merci, encore une fois aux Editions Charleston pour leur confiance.

Résumé:

1979. Catherine Ann est encore une petite fille lorsqu’elle perd ses parents dans un accident de voiture en Californie. Au Texas, chez sa grand-mère Emma, elle fait la connaissance de deux garçons, John et Trey. Ceux-ci sont aussi orphelins et décident de la protéger. Ils formeront un trio remarquable, elle la plus belle fille de la région, eux des champions de football américain adulés par la petite ville du Texas. En grandissant, ils nourrissent le projet de partir tous les trois à l’université. Mais une blague idiote vire à la tragédie à la veille d’un match. Le trio va se déchirer, d’autant plus que l’amour s’en mêle et les trois inséparables vont devoir apprendre à vivre chacun de leur côté. Mais le passé est-il éteint pour toujours ? Une histoire d’amitié et de triangle amoureux pleine de suspense et de rebondissements, une saga émouvante et habilement menée, signée par Leila Meacham.

Une fille parfaite de Mary Kubica

Editions Mosaîc 390 pages Date de sortie le 29 avril 2015
Editions Mosaîc
390 pages
Date de sortie le 29 avril 2015

Note générale: ♥♥♥♥♥/5  

Attention: gros coup de coeur

Mon avis:

Il va peut-être m’être difficile de trouver les mots pour vous parler de ce livre.

Il ne faut pas que je vous en dise trop.

Ce roman m’a surprise de bout en bout. je ne m’attendais pas à être si bouleversée par cette lecture.

Cette histoire, racontée par trois personnes et dont la narration voyage dans le temps, est tout simplement géniale.

Un mélange de suspense psychologique, de drame familial et quelques belles et d’autres superbes histoires d’amour. Je vous parle ici de toutes formes d’amour.

Mia Dennet, le personnage central ne fait pas partie des trois personnes qui nous racontent les faits, ce qui lui donne un côté très énigmatique, on crève d’envie d’en savoir plus sur elle, de comprendre ce qui a bien pu lui arriver en réalité, car vous l’aurez compris, quelque chose va faucher le quotidien de Mia.

Nous la découvrons à travers cette histoire incroyable dont il faut attendre la toute dernière ligne pour en connaître tous les éléments.

Des personnages forts, que l’on aime ou que l’on déteste, mais qui ne peuvent en tous cas pas laisser indifférent.

Des sentiments qui grandissent, des regrets qui hantent.

L’auteure Mary Kubica nous attire dans un piège, une véritable toile d’araignée dont on ne peut se défaire et dont il faut absolument connaître l’issue.

Elle oppose dans cette histoire deux mondes: ceux qui vivent dans l’aisance financière mais qui manquent de l’essentiel, et ceux qui manquent d’argent mais possèdent l’amour.

Elle oppose ceux qui ont la clé du mystère et ceux qui cherchent à la découvrir.

Un roman fascinant dont la fin est la cerise sur le gâteau.

Un énorme merci aux éditions Mosaîc ainsi bien entendu à L&P conseils.

Résumé:

« Je la suis depuis plusieurs jours. Je sais où elle fait ses courses, où elle travaille. Je ne connais pas la couleur de ses yeux ni comment est son regard quand elle a peur. Mais je le saurai bientôt. »

 

Incapable de dire non au séduisant et énigmatique inconnu qu’elle vient de rencontrer dans un bar, Mia Dennett accepte de le suivre jusqu’à chez lui. Sans savoir qu’elle vient de commettre une grave erreur. Et que rien, jamais, ne sera plus comme avant. Suspense psychologique envoûtant, Une fille parfaite possède une écriture affûtée, nerveuse, qui sait faire naître peu à peu une émotion bouleversante. Dans ce récit à trois voix, les apparences sont trompeuses, jusqu’à la révélation finale : un uppercut en plein cœur.