TBT Livresque n°7

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, Bettie du blog Bettie Rose Books a pris l’initiative d’en faire un rendez-vous livresque en 2016. Le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné. Bettie a passé le flambeau, désormais le récap’ des liens se fait sur le blog my-bOoks.com. Venez y participer.

Thème de cette semaine, 16 mai 2019:

Flash-back

 

J’ai trouvé que ce thème était de loin le plus difficile à interpréter de tous ceux que nous avons découverts jusqu’à présent. Il m’a semblé difficile de comprendre le réel sens du flash-back, je me suis donc orientée vers un retour au passé, tout simplement. Mon choix s’est donc porté sur ce très beau roman de Tasmina Perry, L’écho d’un souvenir aux Editions City. Un roman sur l’amitié mais aussi sur le souvenir, une transmission de l’expérience vécue par Georgia afin d’aider Amy à se remettre de la terrible trahison dont elle a fait l’objet. Un retour donc dans les souvenirs de Georgia, voici ma chronique sur le blog:

https://livresque78.wordpress.com/2018/08/07/lecho-dun-souvenir-de-tasmina-perry/

Publicités

Throwback Thursday Livresque n°6

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, Bettie du blog Bettie Rose Books a pris l’initiative d’en faire un rendez-vous livresque en 2016. Le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné. Bettie a passé le flambeau, désormais le récap’ des liens se fait sur le blog my-bOoks.com. Venez y participer.

Thème de cette semaine, 9 mai : Maltraitance

Je vais vous parler aujourd’hui d’un classique littéraire dont l’auteur a à cœur la protection des enfants. Il s’agit évidemment des Misérables de Victor Hugo. Les destins croisés de Cosette chez les Thénardier ou de Gavroche, l’enfant des rues dressent une peinture pathétique de la manière dont pouvaient être traités les enfants.

cae-19-bayard-cosette-pCette œuvre me semble d’autant plus intéressante de ce point de vue qu’il y a quand même une grande différence entre les deux enfants. Si Cosette est confiée très jeune par sa mère, obligée de se prostituer et de vendre ses dents et ses cheveux pour payer la pension qu’exigent les Thénardier, elle va heureusement croiser la route de Jean Valjean. M. Madeleine, convaincu d’avoir une part de responsabilité dans le sort de Fantine qui a été renvoyée de ses usines, promet de retrouver la petite. Mais il fait bien plus : voyant les conditions de vie de l’enfant, il l’emmène, l’élève et l’aime comme sa fille, la protégeant de tout et lui offrant une enfance dorée, même si elle est, pour une part, bâtie sur un mensonge. Jean Valjean va faire preuve, par amour pour Cosette, d’un sens du sacrifice qui ira jusqu’à ne pas se rendre à son mariage et mourir seul, afin de ne pas gêner la famille de son gendre avec son passé douteux.

Gavroche n’aura pas cette chance. Victime des Thénardier lui aussi, puisqu’il est leur fils, Gavroche, épris de liberté, vit de menus larcins dans Paris. Sa franchise, son air de titi Parisien font de ce personnage un « gamin » vraiment attachant. On ne le suit pas de manière continue mais il apparaît ponctuellement, venant égayer la description des bas-fonds de Paris et ajouter, par petites touches, à la peinture pathétique de ses conditions de vie. Tout cela jusqu’à la scène très connue de sa mort sur les barricades. Un passage émouvant et merveilleusement bien écrit dont je ne me lasserai jamais.

800px-Gavroche_(Les_Misérables)« Le spectacle était épouvantable et charmant. Gavroche, fusillé, taquinait la fusillade. Il avait l’air de s’amuser beaucoup. C’était le moineau becquetant les chasseurs. Il répondait à chaque décharge par un couplet. On le visait sans cesse, on le manquait toujours. Les gardes nationaux et les soldats riaient en l’ajustant. Il se couchait, puis se redressait, s’effaçait dans un coin de porte, puis bondissait, disparaissait, reparaissait, se sauvait, revenait, ripostait à la mitraille par des pieds de nez, et cependant pillait les cartouches, vidait les gibernes et remplissait son panier. Les insurgés, haletants d’anxiété, le suivaient des yeux. La barricade tremblait ; lui, il chantait. Ce n’était pas un enfant, ce n’était pas un homme ; c’était un étrange gamin fée. On eût dit le nain invulnérable de la mêlée. Les balles couraient après lui, il était plus leste qu’elles. Il jouait on ne sait quel effrayant jeu de cache-cache avec la mort ; chaque fois que la face camarde du spectre s’approchait, le gamin lui donnait une pichenette. Une balle pourtant, mieux ajustée ou plus traître que les autres, finit par atteindre l’enfant feu follet. […] Gavroche n’était tombé que pour se redresser ; il resta assis sur son séant, un long filet de sang rayait son visage, il éleva ses deux bras en l’air, regarda du côté d’où était venu le coup, et se mit à chanter.
Je suis tombé par terre,
C’est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau,
C’est la faute à…
Il n’acheva point. Une seconde balle du même tireur l’arrêta court. Cette fois il s’abattit la face contre le pavé, et ne remua plus. Cette petite grande âme venait de s’envoler. »

Ce roman est un chef-d’œuvre sur bien des aspects. Je me contenterais de ceux-là pour respecter la thématique, mais il y a tant à en dire…

Priscilla (@priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)

Throwback Thursday Livresque n°5

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, Bettie du blog Bettie Rose Books a pris l’initiative d’en faire un rendez-vous livresque en 2016. Le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné. Bettie a passé le flambeau, désormais le récap’ des liens se fait sur le blog my-bOoks.com. Venez y participer.

Thème de cette semaine, 2 mai : Science-fiction

Je vais vous parler aujourd’hui d’un roman que je fais régulièrement lire à mes élèves de 3e car je trouve qu’il permet de réfléchir à l’avenir de notre civilisation, sans pour autant être aussi long et difficile que 1984 d’Orwell ou Le Meilleur des Mondes d’Huxley. Il s’agit de littérature jeunesse, mais de très bonne qualité : Felicidad de Jean Molla.

Quatrième de couverture : Pour tous les Citoyens de Grande Europe, le bonheur est un droit et un devoir. Il est garant d’une société harmonieuse et policée. A la demande du ministre de la Sûreté intérieure, le lieutenant Alexis Dekcked enquête sur une affaire de la plus haute importance. Des parumains, conçus pour servir les humains se sont révoltés et se sont enfuis dans les enclaves de Felicidad. Leur disparition est-elle liée au meurtre de leur créateur, Choelcher, le généticien génial ? Pourquoi le ministre du Bonheur obligatoire est-il sauvagement assassiné ? Dekcked peut-il avoir confiance en Majhina, la belle parumaine dont il est amoureux ? Son enquête va le conduire à des vérités qu’il n’aurait jamais dû mettre au jour. Hommage à Blade Runner le nouveau roman de Jean Molla allie suspense et action. Entre polar et science-fiction, une histoire menée à un rythme haletant. Lecteur, ne vous laissez pas manipuler !

003586550Ce roman a le mérite de passionner ses lecteurs. On commence dans le feu de l’action et on ne le quitte jamais. A une enquête policière, mêlant intérêts personnels, complots politiques et meurtres, s’ajoute une vraie réflexion sur la place des robots dans notre société. Ces parumains créés pour exécuter les tâches les plus répétitives, refusées par les humains, ont tout de leurs compatriotes, sauf les droits : ils ont un couvre-feu, des obligations de présence et d’extinction, l’interdiction d’avoir des sentiments… Et pourtant, ils sont là, ils servent, ils apprennent à connaître les hommes, ils leur viennent en aide, ils se révoltent, preuve que les sentiments, quand le robotique se rapproche à ce point de l’humanité, naissent en dépit des efforts scientifiques fournis. Quel est le but des ces frondeurs robotisés ? Agissent-ils de leur propre chef ? Y a-t-il un humain derrière eux ? Pourquoi ? Pour le héros, la question sera aussi de savoir s’ils ont vraiment tort de se rebeller ? Pourquoi ces doutes en lui ?

La fin est également géniale. Le retournement est tel qu’il faut souvent que je reprenne les choses  avec mes chères têtes blondes… Je vous invite à le découvrir, il se lit vite, bien et vous surprendra, quel que soit votre âge !!

Priscilla (@priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)

 

Throwback Thursday Livresque (n°3)

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, Bettie du blog Bettie Rose Books a pris l’initiative d’en faire un rendez-vous livresque en 2016. Le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné. Bettie a passé le flambeau, désormais le récap’ des liens se fait sur le blog my-bOoks.com. Venez y participer.

Le thème de cette semaine (18 avril) est: Assistant ou secrétaire

Bel-AmiJ’ai mis un certain temps à chercher ce dont j’allais bien pouvoir parler, et c’est encore une fois en fouillant dans les classiques que j’ai aimés, lus et relus que j’ai trouvé mon bonheur. Car oui, je persiste à croire que tous les thèmes sont traités par les grands auteurs de notre patrimoine. Cette semaine, ce sera Bel-Ami de Maupassant.

Georges Duroy est un provincial qui vient à Paris pour devenir journaliste, rêvant de devenir riche et puissant. Malheureusement, il n’a aucun véritable talent pour l’écriture. Qu’à cela ne tienne, le jeune homme va jouer, pendant tout le roman, avec son atout principal, son charme. Ce qui apparaît d’abord comme de la naïveté devient rapidement une arme au service de l’ambition et de la réussite.

Les scènes qui m’ont immédiatement fait relier ce roman au thème de la semaine sont celles qu’ils passent avec Mme Forestier, alors qu’ils ne sont encore qu’amis. C’est elle qui lui dicte ses articles sur l’Algérie, c’est elle qui le fera percer dans le monde du journalisme, grâce à son talent et à ses idées brillantes. C’est elle qui lui présentera la plupart de ses victimes féminines, mais elle ne sera pas la femme de sa vie. Georges Duroy peut-il seulement avoir une femme dans sa vie, lui qui, le jour de son mariage avec une autre, renoue avec son ancienne maîtresse tout en lorgnant sur le Palais Bourbon ?

Un classique vraiment prenant dans lequel on a du mal à s’attacher au personnage qu’on espère finalement voir tomber à un moment ou à un autre, mais en vain. C’est ce qui retient notre souffle, c’est ce qui nous fait réfléchir, c’est ce qui nous marque…longtemps ! Et vous, connaissez-vous ce monument de la littérature du XIXe siècle ? Qu’en pensez-vous ?

Bonne semaine !

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)

Throwback Thursday Livresque 2019 – Cycle 2 – Episode 4

tbtlversion2019Le Throwback Thursday Livresque est une initiative de BettieRoseBooks afin de parler de livres qui nous ont marqués, plus ou moins récemment. En 2019, les règles changent un peu.

Chaque mois nous tournerons autour d’un concept et de quatre de ses déclinaisons. Le challenge sera de ne pas reprendre le même livre pour les déclinaisons du concept.

NOUVEAU CYCLE : COULEURS
Pour l’interprétation, vous êtes totalement libres à nouveau. Il peut s’agir de la couleur de la couverture, de celle dont le personnage se revêt toujours, d’une couleur qui revient sans cesse dans l’histoire (exemple le rouge de roses… ), la couleur d’un lieu d’action qui ressort… Pas de limites ! Facile, non ?

  • Semaine 5 : Noir, blanc, gris
  • Semaine 6 : jaune, orange, rouge
  • Semaine 7 : rose, violet
  • Semaine 8 : vert, marron, ocre
  • Semaine 9 : bleu

Pour changer, j’ai décidé de vous parler aujourd’hui d’un roman jeunesse que je conseille souvent à mes élèves de 5e Le Chevalier au bouclier vert d’Odile Weulersse.

C’est un roman très agréable à lire, facile d’accès et prenant. Odile Weulersse a le mérite de faire vivre à son héros Thibaut de Sauvigny toutes les aventures traditionnelles des romans de chevalerie (adoubement, combats au corps-à-corps, épreuve de la magie, amour courtois, guerre) en retirant de toutes ces péripéties ce qui rend la légende arthurienne difficile à comprendre ou à suivre.

Outre ces aventures, l’auteure nous peint un contexte délicieusement médiéval : la religion est présente, Thibaud se lie d’amitié avec un jongleur, il y a des conflits au sein des familles au pouvoir. C’est une lecture qui permet aux élèves d’entrer facilement dans cet univers qui a tendance à les effrayer. J’ai, pour ma part, beaucoup aimé cette histoire et si la légende arthurienne vous attire, il devrait vous plaire également…

Quatrième de couverture :

Pour avoir sauvé des brigands la fille du comte de Blois, l’écuyer Thibaut de Sauvigny est adoubé chevalier.
Amoureux de la belle, sa pauvreté ne lui permet pas de l’épouser.
Mais une nouvelle menace guette : Éléonore comprend que sa propre sœur veut sa mort !
Cette fois, la seule alliée des jeunes gens sera la fée Hadelize.
S’ils la trouvent à temps…

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla)

Throwback Thursday Livresque 2019 – Cycle 2 – Episode 3

tbtlversion2019Le Throwback Thursday Livresque est une initiative de BettieRoseBooks afin de parler de livres qui nous ont marqués, plus ou moins récemment. En 2019, les règles changent un peu.

Chaque mois nous tournerons autour d’un concept et de quatre de ses déclinaisons. Le challenge sera de ne pas reprendre le même livre pour les déclinaisons du concept.

NOUVEAU CYCLE : COULEURS
Pour l’interprétation, vous êtes totalement libres à nouveau. Il peut s’agir de la couleur de la couverture, de celle dont le personnage se revêt toujours, d’une couleur qui revient sans cesse dans l’histoire (exemple le rouge de roses… ), la couleur d’un lieu d’action qui ressort… Pas de limites ! Facile, non ?

  • Semaine 5 : Noir, blanc, gris
  • Semaine 6 : jaune, orange, rouge
  • Semaine 7 : rose, violet
  • Semaine 8 : vert, marron, ocre
  • Semaine 9 : bleu

dav

De nombreuses raisons me poussent à choisir aujourd’hui de vous reparler de La Vallée du Lotus rose de Kate McAlistair, aux éditions l’Archipel. Tout d’abord, c’est le premier Service Presse que j’ai lu dans le cadre de ma participation au blog Livresque78 et en cela, ce roman aura toujours une place à part dans mon cœur de lectrice et de blogueuse. En plus, hier WordPress m’a gentiment gratifiée d’un badge « 50 articles écrits sur le blog », c’est un petit cap quand même, ce qui m’a rendue encore une fois nostalgique et m’a poussée à repenser à mes tout débuts (parce que, oui, j’en ai conscience, je n’en suis encore qu’aux débuts !). Ensuite, vous le voyez, ce n’est pas vraiment ma faute : il correspond en tous points au thème de cette semaine. La couverture est sublime, rose, titre en violet et avec le mot « rose » dedans, je vous mets au défi de faire mieux que ça !! 😉 Enfin, la dernière raison qui me conduit à évoquer cet ouvrage, et non la moindre, c’est que je l’avais adoré tout simplement. Aventures, Amour, Dépaysement, Dangers, Émotions, Suspens, tout y est ! Vous pouvez donc découvrir, ou redécouvrir, la chronique que j’en avais faite ici.

Vivement le deuxième tome, j’ai vraiment hâte de retrouver Jezebel !

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)

Throwback Thursday Livresque 2019 – Cycle 1 – Episode 4

Le Throwback Thursday Livresque est une initiative de BettieRoseBooks afin de parler de livres qui nous ont marqués, plus ou moins récemment. En 2019, les règles changent un peu.

Chaque mois nous tournerons autour d’un concept et de quatre de ses déclinaisons. Le challenge sera de ne pas reprendre le même livre pour les déclinaisons du concept ( exemple : émotions, leçons de vie, amour, pays imaginaire…). Aussi un genre littéraire pourrait être exploité et aussi dériver vers vos styles de prédilection à vous.

Ce mois-ci :

lesemotions.jpg

Semaine 1 : Un livre qui fait peur ou fait ressentir un profond dégoût envers certains personnages, certaines actions, certains faits…
Semaine 2 : un livre qui m’a mis en joie
Semaine 3 : Un livre qui m’a rendu triste ou en colère (ou les deux)
Semaine 4 : Un livre qui fut une bonne surprise ou un livre dont l’intrigue m’a surpris, pris de court, je ne l’avais pas vu venir.

Cette semaine, le thème proposé a eu le mérite de faire émerger immédiatement de ma mémoire de lectrice, un titre particulier, découvert grâce au Reading Classics Challenge de l’an dernier. Un titre dont la fin m’a scotchée… Dix petits nègres d’Agatha Christie !!

dix-petits-necc80gres-agatha-christieC’était le premier roman d’Agatha Christie que j’ouvrais et l’on m’avait dit que c’était le meilleur. Je n’ai pas été déçue du voyage.

Les personnages sont tous inquiétants, tous suspects, le paysage est escarpé, isolé et dangereux. Les meurtres sont incompréhensibles. Quant à cette petite comptine, elle est oppressante au possible !

Evidemment, l’auteure est une Grande Dame du roman policier. Au bout de quelques pages seulement, il semblait évident que je finirais vite par savoir qui était le coupable, j’ai senti comme une urgence dans mon besoin d’aller au bout. C’est du grand art !

J’imagine que je ne serai pas la seule cette semaine à évoquer Agatha Christie, voire Dix petits nègres. Je n’ai pas encore eu l’occasion de découvrir ses autres romans. Et vous, faites-vous partie des nombreux fans de cette Grande Dame ? Quels autres titres me conseilleriez-vous ?

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla)

Throwback Thursday Livresque 2019 – Cycle 1 – Episode 3

Le Throwback Thursday Livresque est une initiative de BettieRoseBooks afin de parler de livres qui nous ont marqués, plus ou moins récemment. En 2019, les règles changent un peu.

Chaque mois nous tournerons autour d’un concept et de quatre de ses déclinaisons. Le challenge sera de ne pas reprendre le même livre pour les déclinaisons du concept ( exemple : émotions, leçons de vie, amour, pays imaginaire…). Aussi un genre littéraire pourrait être exploité et aussi dériver vers vos styles de prédilection à vous.

Ce mois-ci :

lesemotions.jpg

Semaine 1 : Un livre qui fait peur ou fait ressentir un profond dégoût envers certains personnages, certaines actions, certains faits…
Semaine 2 : un livre qui m’a mis en joie
Semaine 3 : Un livre qui m’a rendu triste ou en colère (ou les deux)
Semaine 4 : Un livre qui fut une bonne surprise ou un livre dont l’intrigue m’a surpris, pris de court, je ne l’avais pas vu venir.

J’ai pas mal réfléchi avant de faire mon choix. La littérature fait ressentir un flot d’émotions mais souvent, elles sont fugaces et on s’aperçoit, en fermant un livre, qu’on a ressenti de la colère, de la joie, de la peine, de l’espoir et qu’il n’y a pas une émotion particulière qui ressort. Or, la tristesse et la colère sont deux émotions violentes…

Je les ai ressenties lors d’une lecture de 2016, un classique que j’avais plusieurs fois essayé de découvrir, en vain. Sûrement parce que la plantation du décor, au début du roman, est longue et précise et aussi parce que je pense qu’il faut une certaine maturité pour s’attaquer à ce genre d’ouvrage. J’ai nommé 1984 de George Orwell.

1984Ce roman m’a glacé le sang. La société est effrayante, les héros sont attachants, la fin est d’une violence sans nom, mais surtout ce qui m’a marquée, c’est le parallèle avec notre société actuelle. La surveillance constante, l’omniprésence d’une menace que l’on dit extérieure, les tentatives du gouvernement de créer des dissensions dans le peuple, l’idéologie de la peur pour formater les individus, tout cela a résonné en moi comme un terrible écho. Je crois que ce roman est désespérément actuel, même si le futur qu’il dépeint est pour nous le passé. Et c’est ce qui m’a fait de la peine, ce qui m’a mise en colère aussi… L’histoire se répète dangereusement, et trop peu de gens veulent le voir !

 

Voici le passage que j’avais publié à l’époque sur Facebook, avant même d’avoir cette chance ultime de partager toutes mes aventures livresques avec vous :

FB_IMG_1550089380994

Effrayant, n’est-ce pas ?

Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla)

Throwback Thursday Livresque 2019 – Cycle 1 – Episode 2

Le Throwback Thursday Livresque est une initiative de BettieRoseBooks afin de parler de livres qui nous ont marqués, plus ou moins récemment. En 2019, les règles changent un peu.

Chaque mois nous tournerons autour d’un concept et de quatre de ses déclinaisons. Le challenge sera de ne pas reprendre le même livre pour les déclinaisons du concept ( exemple : émotions, leçons de vie, amour, pays imaginaire…). Aussi un genre littéraire pourrait être exploité et aussi dériver vers vos styles de prédilection à vous.

Ce mois-ci :

lesemotions.jpg

Semaine 1 : Un livre qui fait peur ou fait ressentir un profond dégoût envers certains personnages, certaines actions, certains faits…
Semaine 2 : un livre qui m’a mis en joie
Semaine 3 : Un livre qui m’a rendu triste ou en colère (ou les deux)
Semaine 4 : Un livre qui fut une bonne surprise ou un livre dont l’intrigue m’a surpris, pris de court, je ne l’avais pas vu venir.

Il me faut, cette semaine, évoquer un livre qui m’a rendue joyeuse… Je vous parlerai donc d’une saga que j’ai commencée, pas encore achevée, mais qui à chaque fois, me procure beaucoup de plaisir parce que l’histoire est toujours prenante et loufoque. Il s’agit de la Saga Malaussène de Daniel PENNAC.

J’ai déjà lu Au bonheur des ogres, La fée Carabine, La petite marchande de prose et Monsieur Malaussène. On y suit les aventures de Benjamin Malaussène qui a une histoire étonnante. C’est un bouc émissaire pour un grand magasin, avant de travailler dans une maison d’édition où il accomplit le même genre de tâches, se faire hurler dessus par des clients mécontents et éviter des conflits avec la hiérarchie. Parallèlement à cette situation qui offre des situations vraiment cocasses, Benjamin est l’aîné d’une fratrie qui ne cesse de s’agrandir suite aux frasques d’une mère absente avec un cœur d’artichaut. Il veille donc sur ses nombreux frères et sœurs qui, eux-mêmes, grandissent et ont des enfants.

Bouc émissaire, c’est une stature pour lui, plus qu’un emploi : dans chacun des romans,  il se retrouve, à son corps défendant, au cœur d’affaires policières où il apparaît toujours comme le coupable idéal. Au fil de ces nombreuses intrigues, il se lie d’amitié avec des personnages très différents mais systématiquement hauts en couleurs. La narration est, en outre, toujours pleine d’humour et de rebondissements. On ne s’ennuie jamais avec la famille Malaussène que j’ai toujours retrouvée avec beaucoup de plaisir et de joie…justement !

A suivre pour moi :

Et vous, quel livre vous a mis en joie ?

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla)