Aventures et Mésaventures d’une aide soignante à domicile

 

Electre_978-2-87557-227-1_9782875572271

Florent Catanzaro prend la plume ( oui je sais, plus personne n’écrit avec une plume, mais c’est tellement plus poétique…) afin de nous parler du travail de sa maman: Magali ( Eh! oui, comme moi).

Magali est aide-soignante à domicile, un métier, quand on y réfléchit, que l’on connaît peu. On confond souvent avec aide ménagère, infirmière, auxiliaire de vie…

Alors il est important de faire un point sur tout cela, et Florent et Magali le font avec beaucoup de douceur, de tact et de gentillesse. Ajoutons à cela un peu d’humour, tiré des anecdotes de la profession et vous obtenez ce petit recueil, qui peut également être un guide pour toutes les personnes ayant envisagé de faire appel à ce genre de service.

Magali nous raconte sa passion du métier, son amour  des gens, et dieu sait qu’il en faut pour se lever tous les matins pendant 30 ans afin de soutenir les personnes diminuées à passer leurs vieux jours.

Heureusement, il y a aussi de bons, même très bons moments, comme dans toutes fonctions, et Magali sait voir les choses avec un optimisme incroyable.

Je pense qu’ après cette lecture, on peut considérer qu’elle était destinée à ce métier, à assister ceux qui nous ont aidé à devenir ce que nous sommes et qui ont à une époque eu notre âge et notre rôle dans la société.

Un récit de vie professionnelle plein de compassion, qui m’a amené à découvrir une vocation et un dévouement dont je n’avais pas la moindre idée. 

Une petite fenêtre ouverte sur les autres, sur la solidarité et l’entraide. Un livre touchant et nécessaire.

4ème de couverture:

Il ne faut pas se leurrer, le quotidien d’une aide-soignante, c’est avant tout de laver des postérieurs… des gros, des petits, des flasques et surtout des douteux ! Mais que peut-il donc y avoir d’intéressant à raconter sur ce métier ? Je vous propose d’embarquer avec moi, vous verrez qu’il foisonne d’anecdotes toutes plus étonnantes les unes que les autres. Les relations humaines sont au coeur de ce livre, et je vous présenterai mes patients les plus marquants, qui sont un véritable reflet de notre société. Les thèmes abordés sont intemporels : de l’impudeur à la folie, de la violence à la générosité des patients, en passant par l’influence du porno et les diverses sollicitations sexuelles que j’ai pu avoir, sans oublier des sujets plus graves tels que la maladie et l’accompagnement en fin de vie. Je m’appelle Magali, j’ai 52 ans et je suis aide-soignante à domicile depuis plus de 30 ans.

 

 

 

Publicités

Ne le dis pas à maman de Tony Maguire

 

 

imagesUne lecture on ne peut plus difficile, car une fois encore c’est un témoignage de la souffrance innommable que peuvent infliger certains parents.

Je ne suis pas friande de ce genre de livre, vous pourrez tous le concevoir car la douleur d’un enfant n’est pas un plaisir, loin de là. Mais ce que je trouve intéressant dans ce genre de témoignage c’est la force dont fait preuve la victime, cette capacité à se relever sans cesse malgré les coups et les brimades physiques et psychologiques.

L’amour qu’un enfant vous à ses parents n’a pas de borne, il reste même avec les années et il revient après chaque erreur qu’elle soir immense ou ridicule.

Tony Maguire nous raconte la terreur qu’a été son enfance et son adolescence avec beaucoup de pudeur et de franchise, elle ne peu que nous interpeller et nous ramener à notre propre histoire d’enfant et aujourd’hui de parent.

Une lecture dérangeante, qui met en colère mais aussi très touchante. Une belle leçon de courage qui relativise tous les petits bobos du quotidien.

Un livre que je suis heureuse d’avoir lu mais également heureuse d’avoir terminé.

Résumé:

Dès l’âge de 6 ans, Antoinette subit les viols de son père. Elle révèle l’indicible à sa mère, mais cela n’y fait rien, et des années de tortures sexuelles et mentales s’ensuivent. Enceinte de son père à 14 ans, elle dévoile à nouveau son secret. Il est incarcéré, mais Antoinette est rejetée par sa famille, ses professeurs et ses amis. Elle échappe de peu à la mort en tentant d’avorter.

 

Moutchi de Corinne Goodman

51BJ0vLwsJL._SL160_

Moutchi est une auto-biographie, Corinne nous raconte son enfance dans une famille Franco-Américaine bourgeoise, dans laquelle rien n’aurait dû lui manquer. Pourtant, pas d’attention ni d’amour familiale pour Corinne.

Elle devient donc Moutchi avec et pour Charlie, un jeune homme qui devient son baby-sitter mais aussi son abuseur physique et moral.

Un livre dérangeant avec des scènes qui le sont tout autant mais qui interpelle sur la nécessité pour l’enfant d’être aimé, d’être guidé, d’être pris en charge, rassuré.

Quelque soit ce type d’amour, l’enfant s’y réfugie, il se laisse formater par l’adulte.

Corinne Goodman a eu besoin d’écrire ce livre afin d’exorciser cette enfance, pour avoir confirmation de l’anormalité, de l’immoralité de ce qu’elle a vécu avec Charlie.

Un livre difficile mais au fil duquel on sent l’auteure se libérer de l’emprise de son abuseur.

Difficile de se faire une opinion tranchée à la fin de cette lecture. Y a t-il un seul coupable, une seuls victime?

Merci à L&p Conseils ainsi qu’à Naïve éditions.

Résumé:

C’est une enfant et ses parents n’ont pas de temps à lui consacrer. Charlie, dix-sept ans, est engagé. Il sera le précepteur.
Charlie vient d’arriver dans la vie de l’enfant de six ans. Il va la séduire. Il va la détruire.
Moutchi, c’est l’histoire d’un prédateur et de son pouvoir.
Depuis l’âge de six ans et jusqu’à l’âge adulte, Corinne va subir ce pouvoir, seule, plongée dans un entourage familial jet-set et délétère, abandonnée par ces adultes, qui par confort, par lâcheté, ferment les yeux sur ce qui est criant… Charlie est gentil, plus gentil que papa et maman et d’ailleurs, papa et maman aimeraient tant avoir eux aussi les faveurs de Charlie, Charlie est amoureux de Moutchi (c’est le surnom dont il l’a affublée) et les autre sont jaloux, Charlie est présent quand les autres sont absents, Charlie est normal quand tout le monde est fou.
Corinne Goodman raconte avec sobriété et intensité, l’histoire d’une aliénation. Elle analyse les mécanismes de destruction mis en place par la folie de Charlie.
Violée, isolée, personne n’est venu au secours de la petite fille, personne n’a voulu reconnaître la terrible vérité, celle qu’elle a tenté de dire une fois adulte.
Double peine.
Ce roman autobiographique pose à nouveau des questions sur la protection de l’enfance, sur le rôle des adultes face aux violences, sur l’aliénation psychologique.
Décapant, dérangeant mais indispensable. Et servi par une écriture de haute tenue.

Détruite: J’ai épousé un pervers narcissique d’Hélène Montel

41DEQnq3BOL._SL160_

Je ne suis en général pas très friande de ce type de lecture, de témoignages qui relatent des faits de violences conjugales. Pourtant, ici c’est différent, Hélène Montel nous parle de son mariage, durant lequel elle a subi certes des violences, mais psychologiques, un grignotage de l’esprit par un conjoint qui a fini par avoir une telle emprise sur elle, qu’elle en a oublié qu’elle était une femme, et de surcroît une femme intelligente.

L’auteure nous parle également de la suite de cette relation, la reconstruction.

Je vous préviens tout de suite, qu’il va falloir vous préparez à être terriblement énervés, agacés, horripilés par cet énergumène.

Certaines attitudes du conjoint d’Hélène m’ont donné la chair de poule, elles m’ont glacé le sang.

Elle a vécu une enfer psychologique, que seul un entourage solide et de bon conseil a pu lu éviter de sombrer dans la folie et la dépression.Un homme que l’on balayerait très vite de sa vie, mais que faire lorsqu’il est le père de vos enfants? Qu’il a petit à petit fait sa toile dans votre esprit?Un livre qui ne bascule pas dans le côté dramatique, Hélène Montel nous raconte cette histoire folle avec beaucoup de recul et de lucidité.Elle a fait face à ces années difficiles avec beaucoup de courage et d’intelligence.

Une écriture agréable avec des touches d’humour, qui rendent ce livre presque nécessaire car il est important de savoir.

Merci à L&p Conseils ainsi qu’à L’archipel.

Un petit passage du livre que j’aime particulièrement:

(Hélène répond à un courriel de son mari)

« Monsieur,
Vu votre utilisation du gras, des majuscules, des encadrés et des soulignés, vous avez dû suivre une formation typographique de haut niveau.
Il est normal que vous puissiez parler aux filles dans des conditions d’intimité correctes. Vous conviendrez que c’est assez difficile dans une voiture.
Par ailleurs, les éructations stridentes de votre maîtresse et votre voix aiguë perturbaient le conducteur et de ce fait mettaient en danger notre sécurité.
Concernant la moralité des personnes que je fréquente, permettez-moi de vous rappeler votre comportement d’homme qui a trompé son épouse et abandonné ses filles.
Rassurez-vous, tout le monde se contrefiche de votre personne. »

Résumé:

Parfois, une relation amoureuse nous détruit, au lieu de nous épanouir. Hélène Montel, victime d’un manipulateur, relate la manière insidieuse, sournoise, mais terriblement efficace utilisée par son mari afin de l’anéantir, tant psychologiquement que physiquement.Humiliée, déstabilisée, elle trouve le courage d’échapper à Dominique qui, tel un vampire affectif, n’a de cesse de la vider de toute volonté et d’esprit critique. À force de combats contre ses propres peurs et fantômes, Hélène parviendra pourtant à se reconstruire et à aimer de nouveau.Comment procède un pervers narcissique ? Comment lui échapper ? Et surtout, comment se reconstruire après avoir été victime d’un tel prédateur?Au-delà du témoignage, ce livre est un message d’espoir donné aux femmes sous emprise.En complément de ce récit, une psychologue donne son point de vue. 

Renaître de ses hontes de Laurence Noëlle aux Editions Le Passeur

41t2rm4AzEL._SL160_L’histoire:♥♥♥

La couverture:♥♥♥

Résumé: Des tréfonds de la honte, celle qui consume l’âme et réduit au silence, Laurence a toujours cru que demain était encore à écrire et que rien n’était perdu. Elle a connu le pire: la maltraitance, l’inceste, la prostitution à 17 ans, la drogue et l’alcool pour tenir, le gouffre de la dépression et la mort toute proche, toujours cernée par le dégoût de soi. Pourtant, Laurence a puisé dans ses expériences douloureuse une force pour continuer de vivre et trouver les ressources pour avancer, coûte que coûte. Sur ce chemin de résilience, la confiance en la vie, l’amour gratuit et l’accompagnement de psychothérapeutes on été de puissants leviers pour se relever. Cependant, il lui fallait briser le silence qui la muselait depuis tant d’années. Laurence a crié sa honte, bousculant les préjugés, pour transmettre ce message à ceux qui sont enfermés dans la souffrance: »Ne désespérez jamais. les blessure cicatrisent un jour. Il est possible d’en sortir, de trouver un sens à sa vie afin de vivre pleinement. » Au-delà du témoignage, elle livre ici les clés de sa renaissance.

Mon avis: Il en faut du courage pour écrire, car c’est déjà se livrer, mais en plus raconter sa vie, son enfance traumatisée, c’est encore plus difficile. Il faut donc tout d’abord reconnaître le courage de Laurence Noëlle. L’auteure se livre totalement, elle utilise l’écriture pour dépasser et combattre cette honte qui l’a tenaillé toute sa vie. C’est un témoignage poignant qui nous est livré ici, une enfance gâchée par un manque total d’amour, un départ dans la vie ratè, qui emmène cette toute jeune fille vers la dérive. On prend ici conscience de l’importance de la tendresse que l’on porte à un enfant. Laurence Noëlle nous livre son histoire avec beaucoup de pudeur, mais ne nous cache rien. Ce témoignage est aussi une leçon de courage, un appel à tous ceux qui vivent une situation similaire ou analogue, afin de faire circuler ce message d’espoir. Un très beau livre avec des moments difficiles et d’autres beaucoup plus légers.. Un grand merci aux éditions Le Passeur de leur confiance, en me permettant de découvrir ce témoignage.

De Coeur inconnu de Charlotte VALANDREY

cvt_De-coeur-inconnu_8318

Le résumé:

En 2005, Charlotte Valandrey révèle dans -L’Amour dans le sang- sa séropositivité depuis l’âge de 17 ans et sa greffe cardiaque récente, le remplacement de son cœur passionné, éreinté : « C’est l’histoire d’une femme qui aima tellement qu’elle eut besoin d’un autre cœur ».
Un mois après la parution de ce livre, Charlotte reçoit une lettre anonyme : « je connais le coeur qui bat en vous, je l’aimais ».
Ces mots, qui pourraient sembler fous, la bouleversent alors qu’elle est en proie à des cauchemars récurrents, des sensations impérieuses de déjà-vu et des changements intérieurs surprenants. C’est le début d’un étrange parcours pour Charlotte qui veut comprendre pour se libérer d’une présence qu’elle ressent intimement. Y a t-il vraiment une autre vie en elle ?
Un voyant troublant, un cardiologue amant, une psychanalyste rationnelle et un professeur figé dans le secret médical vont tenter de lui répondre.
En quête de vérité, Charlotte, mère battante, femme joyeuse qui connaît le prix de la vie, nous entraîne avec elle dans un voyage initiatique captivant qui, des mystères de la mémoire cellulaire aux errances du coeur, la mènera peut-être vers ce port lumineux, but ultime de sa vie, l’amour rêvé, l’amour immense.

Mon avis:

Cela fait quelques temps que je souhaitais lire un roman de Charlotte Valandrey, après avoir vu il y a moins d’un an une interview, ou j’ai découvert son histoire dont je ne connaissais que la séropositivité.
J’ai donc lu ce roman avec beaucoup d’attentes et d’attention, mais il me faut avouer que seule la première partie et la toute fin m’ont intrigué.
Je ne sais pas si tout ce qui est écrit a été vécu par Charlotte ( hormis bien sûr les parties concernant la maladie), si c’est le cas, quelle vie.
Je ne donnerai pas de précisions pour éviter de gâcher le plaisir des futurs lecteurs.

Mais il y a de nombreux anecdotes que j’ai cru romancé. Peut-être est-ce que je me trompe.

J’ai donc décidé au bout d’un moment de le lire comme un roman et non comme un témoignages, ce qui m’a permis de passer un bon moment de lecture, sans pour autant me poser trop de questions.