La manufacture des histoires de Luc Fivet

 

• Parution : 24 mai 2018
• ISBN : 979-10-97491-04-8
• Prix TTC France : 21 €
• 145 x 220 mm
• broché 320 pages

Sorti depuis deux jours, Luc Fivet et les éditions Baker Street nous proposent un roman qu’il est difficile de qualifier dans un genre, c’est justement  ce qui à mes yeux l’a rendu si passionnant.

J’adore les livres qui parlent de livres, et ici Luc Fivet nous enchante avec 320 pages qui tournent autour du livre, des succès littéraires, des mots et de l’art de les manipuler.

Centré sur un personnage passionnant par son sens de la dérision, qu’est Marc, un auteur qui se voit refuser la publication de ses livres par toutes les maisons d’éditions, et qui va faire une rencontre étrange, déroutante, enrichissante, qui en amènera d’autres. 

La vie de Marc va changer, son monde, mais aussi son regard sur la société et ses tendances vont évoluer.

Une aventure un peu folle qui transporte le lecteur dans une vie qui au départ semblait un peu fade, celle de Marc et qui va devenir une vie d’écrivain avec ses hauts, ses bas, ses déceptions et le besoin de prendre le recul nécessaire à une vision claire de la situation.

Un regard sur la société culturelle d’aujourd’hui avec ses défauts et les contradictions entre la volonté de ceux qui écrivent les histoires et ceux qui imposent les conditions.

Résumé:

Dans ce récit qui oscille entre thriller, roman initiatique et satire sociale, un écrivain multi-refusé cherche à pénétrer les arcanes de la Manufacture des histoires, ce lieu mythique où il rencontrera enfin reconnaissance, gloire et fortune.
Cette quête, traversée par un souffle d’humour et de parodie, sera truffée de pièges et de révélations. On y croisera des personnages aussi étonnants qu’un vendeur de machines à écrire, un marabout accoucheur d’histoires, les fantômes de la Beat Generation, des fanatiques obsédés par le Volume et même la nouvelle Shéhérazade, perdue parmi les flots de sans histoire fixe qui peuplent les rues.
Finalement, c’est par des chemins détournés – en mettant sa plume au service de quelques hommes de pouvoir sans scrupules – qu’il connaîtra le succès et ses conséquences extravagantes.
Roman de notre temps, La Manufacture des histoires raconte avant tout la lutte de ceux qui veulent continuer d’écrire leur propre histoire contre ceux qui veulent dicter l’histoire des hommes et des femmes à leur place.

 

 

 

 

 

Publicités

Un amour de liberté de Nathalie Salmon

IMG_20180305_090634.jpg

• Parution : 15 février 2018
• ISBN : 979-10-97491-06-2
• Prix TTC France : 21€
• 145 x 220 mm
• broché 320 pages

 

Je vous parle aujourd’hui d’un roman historique paru chez Baker Street en février de cette année.

L’histoire passionnante d’une vague migratoire au 19ème siècle à New York. 

Nous suivons en particulier l’arrivée et l’évolution d’Adolph Salmon, un jeune Français, bourré d’ambition et d’idées. 

De rencontres en relations, Adolph, qui a déjà un destin hors du commun, va rencontrer Auguste Bartholdi, le sculpteur de la Statut de la Liberté. Une amitié forte va les lier l’un à l’autre.

On suit donc l’inspiration de l’artiste, les aléas de a construction de ce monument de paix. 

Des discussions qui amènent chacun à retracer son parcours et les raisons de son arrivée à New York.

On découvre une époque où l’immigration a fait de ce pays et de cette ville celle qu’elle est aujourd’hui. Une réflexion nécessaire et un parallèle avec notre situation actuelle qu’elle soit Nationale ou Mondiale. 

Un roman intéressant d’un bout à l’autre, une leçon d’histoire passionnante vécu de l’intérieur sur cette mythique statut, qui encore aujourd’hui représente la liberté dans sa stricte valeur aux yeux du monde entier.

Résumé:

New York, années 1860. Jeune immigré juif et lorrain au courage fécond, Adolphe Salmon connaît une réussite fulgurante. Un ardent amour le lie bientôt à une lumineuse Américaine d’origine allemande, Sarah, au port de reine et aux yeux diaphanes, moderne avant l’heure. Fondateur d’un cercle influent, pionnier du commerce international, Adolphe devient un fervent défenseur de l’amitié franco-américaine.
Sa rencontre avec Auguste Bartholdi marquera un tournant. Le sculpteur de la future Statue de la Liberté s’appuiera toute sa vie sur cet allié précieux qui saura favoriser sa reconnaissance, obtenir des soutiens et susciter l’enthousiasme du public américain.
Autour de l’aventure de la Statue, son éclosion, les rebondissements de sa construction – et ses traits qui ressemblent de façon confondante à ceux de Sarah qui posa pour Bartholdi – on croise le patron de presse Pulitzer, le musicien Offenbach, l’architecte Eiffel et l’ombre du marquis de La Fayette. On parcourt le Far West et la Californie à l’heure de la ruée vers l’or, Paris sous l’Empire et la Belle Époque, la douloureuse Alsace-Lorraine sous tutelle allemande, et la toujours trépidante New York.
Dans le melting-pot qu’est l’Amérique, les libertés essentielles vont finir par s’incarner dans ce symbole monumental. Alors que notre époque voit les valeurs humanistes mises à mal, cette icône planétaire continue à remplir sa mission première, celle de « la Liberté éclairant le monde ».
L’auteure
Descendante d’Adolphe Salmon et auteure de plusieurs autres romans et études dont Lady Liberty I love you, Nathalie Salmon approfondit ici dans un récit plus intimiste l’histoire d’un trio de légende autour de la Statue de la Liberté : le sculpteur Bartholdi, son ami et fondé de pouvoir Adolphe Salmon et son épouse Sarah qui inspira l’artiste.

 

 

 

 

 

 

Le petit musée de la Vème république de Devo

 

9782917559376_1_75

Date de parution : 06/04/2017

 

Je vais vous parler politique, mais pas dans le sens où vous l’entendez, car je sais que l’on vous rabat les oreilles depuis des semaines.

Moi, je suis là pour vous faire découvrir ce petit recueil humoristique de Devo, il caricature avec beaucoup de finesse les hommes et femmes politique de la Vème république. le style est simple, mais efficace.

Tous y passent avec beaucoup de gentillesse et d’humour, de Arlette Laguillé à François Baroin, de Harlem Désir à Jean-Luc Mélenchon.

Tout cela est très bon enfant, et amène justement une petite touche bien sympathique dans cette campagne Présidentielle épuisante et omniprésente…

Donc, ici pas besoin d’être un féru politologue, juste quelques rappels des personnalités politiques qui nous ont vu grandir, quelque soit notre âge. Un peu d’humour, dans une période difficile.