Partenariat Hors-Texte

logoHorsTextes

 

Vous souvenez-vous? Il y a quelques temps, je vous parlez de ma participation au lancement d’un site pour les amoureux des livres, ou les amoureux tout court…

Avez-vous prix le temps d’aller jeter un œil sur Hors-Texte? Si ce n’est pas encore fait, je vous rappelle qu’il n’est jamais trop tard pour faire de belles rencontres, ici sur le thème des livres. Alors c’est un site de rencontre, me direz-vous, oui, mais pas que, les rencontres ne doivent-elles être qu’amoureuse dans le sens strict du terme? Vous y découvrirez que non.

J’y suis moi-même inscrite et je vous y attend, c’est par ici:

https://www.hors-textes.com/

Publicités

Orphelin de pairs de Cetro

51OmN1ooXML._SX195_

 

Voici la deuxième fois que je me plonge dans les mots de Cetro. Voici la deuxième fois qu’il me scotche à mon siège, qu’il rend mes heures de travail et de sommeil aussi pénibles que possible, car elles m’empêchent de mon plonger dans cet univers qu’il est le seul à mettre en place autour de son lecteur.

Difficile de trouver les mots pour décrire cette histoire incroyablement riche que Cetro nous propose. Un mélange de sentiments nous soufflent à la face dès les premières pages. Ce jeune garçon  » particulier » qui nous narre son histoire, recèle une force incroyable, malgré l’apprêté des premières années de sa vie.

Comme dans son dernier roman « Recyclés », dont je vous ai parlé il y a quelques semaines, l’auteur n’épargne rien à ses personnages, on sent pourtant qu’il les aime passionnément car il leur donne la force et l’envie de vivre et de survivre.

https://livresque78.wordpress.com/2018/06/11/recycles-de-cetro/

Une histoire tellement forte, qu’il est difficile d’en sortir et de passer à autre chose. Sans flatteries excessives, je suis absolument séduite par cette façon d’écrire, par cet univers qui prouve à quel point il est important de regarder autour de soi, car il s’y cache souvent des petits trésors, et Cetro en fait indéniablement partie.

J’ai vécu tout ce roman auprès de ses deux principaux personnages, et de tous ceux qui petit à petit vont venir rejoindre leur cercle, j’ai vécu leurs aventures en me rongeant les sang, j’ai savouré leurs victoires et détesté leurs ennemies. Assaisonné de cette pointe d’humour et de dérision qui fait la patte de l’auteur, ce roman est un pur régal.

Maintenant, à vous de découvrir leurs aventures, et je peux vous garantir que vous ne serez pas déçus. Vous verrez peut-être le monde différemment après, car vous y sentirez tout ce qui touche l’auteur en plein cœur, il y évoque nombre des injustices de ce monde.

Bonne lecture.

Résumé:

Abandonné quelques heures à peine après sa naissance, recueilli dans la foulée par un forain âpre au gain, Phaco est un enfant spécial. Unique.
Son apparence physique, pour le moins inhabituelle, lui a valu un début d’existence relativement chaotique, peu adapté à un développement sain.
Exposé dans une cage, présenté comme un monstre, il trouvera la force de briser ses liens, de rompre ses attaches.
Mais il découvrira, livré à lui même, que la vie n’a rien d’un conte de fées.
Il sera contraint de voler pour survivre, puis sera enfermé dans un centre de détention pour jeunes délinquants.
Il y découvrira la cruauté des personnes de son âge, mais aussi et surtout la valeur de l’amitié.
Accompagné de son nouvel ami, Bobbu le roux rond et dodu, ils seront confrontés à ce que jamais leurs jeunes esprits n’auraient pu seulement imaginer.

 

 

 

 

Le pendule de Janus de Céline Spreux

41+tk59K8wL._AC_US218_

Il me faut être honnête, je ne dirais pas de mal de ce petit roman, car l’idée est là, le thème abordé est intéressant. Mais, cela manque cruellement de fond et de développement.

Malgré que Céline Spreux nous propose un roman court, j’ai par moment réussi à en perdre le fil, je ne parvenais pas à comprendre où tout cette histoire allait nous mener.

Il aurait, je pense été possible d’en faire un roman passionnant avec un peu plus de volume, il m’a juste semblé que l’histoire était survolée, traitée comme une nouvelle, alors que le sujet qu’elle aborde, l’hypnose entre autre, est bien plus complexe, vous le comprendrez en le lisant.

Mais attention! L’idée est vraiment intéressante, les premières pages intriguent. je remercie donc l’auteure de son courage, car il n’est à mon avis pas simple de mettre son roman entre les mains de quelqu’un comme moi, qui au final juge sans en avoir réellement la légitimité. 

Résumé:

Lorsqu’elle se réveille à l’hôpital après trois jours dans le coma, Caroline n’a aucune idée de comment elle a atterri là, ni aucun souvenir des jours précédents. Aidée par un psychiatre de renom pratiquant l’hypnose, elle va tenter de remonter le fil de sa mémoire pour découvrir des secrets qu’elle aurait peut-être dû laissés enfouis… Entre visions sanglantes et angoisses latentes, elle va se retrouver prise dans les filets d’un esprit toujours plus tortueux. Un thriller psychologique qui joue entre réel et imaginaire, entre conscient et inconscient, pour emporter le lecteur dans le tourbillon hypnotique d’un puzzle troublant.

 

 

L’écho d’un souvenir de Tasmina Perry

couv-echo-souvenir-DEF.jpg

 

 

L’écho d’un souvenir est tout d’abord pour moi l’histoire d’une rencontre, Amy, une jeune fille qui vit des espoirs déçus, va faire la connaissance de Georgia, une femme qui va modifier le cours de sa vie, lui faire ouvrir les yeux.

Un roman qui touche à l’essentiel, l’amitié, l’empathie, l’envie d’aider mais aussi celle de vivre et de réaliser ses rêves. Amy va élargie son champs de vision, son univers grâce à Georgia. 

Mais Georgia a également des blessures à soigner, rencontrer cette jeune femme dont l’avenir est encore devant elle, lui fait revivre un passé parfois douloureux, mais pourrait aussi l’aider à guérir et à refermer des plaies ouvertes 50 ans plus tôt.

Une histoire touchante et parfaitement écrite, un voyage entre présent et passé, entre eux vies si différentes et qui se rejoignent pourtant.

Des trahisons côté cœur, mais d’autres bien pire. Je vous laisse découvrir ce livre, qui au fil des pages va19,50 € / 368 pages
Hachette : 27 8405 7 / ISBN : 978-2-8246-1208-9 vous happer pour ne plus vous lâcher.

 

Résumé:

La jeune Amy s’apprête à vivre une soirée mémorable au cours de laquelle son amant va la demander en mariage. Mais ses espoirs s’écroulent quand l’homme qu’elle aime lui annonce… qu’il la quitte ! Le cœur brisé, Amy décide de fuir Londres où tout lui rappelle cette douloureuse blessure. Elle accepte alors un travail de dame de compagnie auprès de Georgia, une dame âgée qui doit se rendre à New York. Séparées par des générations, les deux femmes ont toutefois un point commun : dans sa jeunesse, au début des années 50, une tragédie a brisé le cœur de Georgia en lui enlevant l’homme de sa vie. Ce voyage prend des allures de pèlerinage pour Georgia qui, peu à peu, confie les secrets qui la hantent depuis tant d’années. Au crépuscule de sa vie, partager ces souvenirs lui permet d’exorciser les fantômes du passé. Pour, peut-être, bouleverser à jamais l’avenir d’Amy…
Peut-on réparer toutes les erreurs et se délivrer du passé ? 

 

 

La forêt de Luca Tahtieazym

wp-1532868646992.jpg

 

Voici mon avis sur cette petit lecture plaisir, dans ma Pal depuis longtemps La forêt a enfin trouvé le haut de ma pile. 

Comme chacune de ces lectures plaisir je lis à peine le résumé et à peine les avis, je me lance car j’ai vu ce livre passer souvent sur les réseaux sociaux et les blogs dernièrement.

J’ai adoré le thème, les enfants, l’époque, et hop! L’intrigue démarre et je me retrouve embarquer dans une lecture addictive, chaque minute où je peux en prendre une bouffée m’est bénéfique, je suis accroc, tout simplement.

Je cogite, j’émet des hypothèses qui tombent à l’eau, j’essaie vraiment de comprendre, pourtant rien ne me prépare à la tournure que prennent les choses.

Je termine ma lecture, très emballée, et là j’ai le malheur de regarder les commentaires Amazon, certains ne sont que méchanceté, je me demande donc comment on peut à ce point descendre un roman, cracher sur le travail de l’auteur. Que l’on n’ai pas aimé c’est une chose, mais un tel maque de respect me sidère.

Cela ne me donne donc qu’encore plus envie de faire la publicité de ce roman, de vous inciter à le lire et de vous faire votre propre avis, car  dîtes-vous que des commentaires aussi haineux cachent automatiquement une mauvaise intention ou une jalousie mal placée.

Résumé:

1958.
Lors d’une sortie scolaire, sept enfants s’égarent en forêt et se réfugient dans une cabane abandonnée, au centre d’une clairière.

Très vite, ils réalisent que toute tentative de fuite les ramène systématiquement à leur point de départ. Un constat s’impose : ils sont prisonniers.

Mais le pire n’est peut-être pas la menace de cette Chose qui rôde la nuit ; le pire pour un survivant, ce sont parfois les autres survivants.

 

 

 

Les vacances traînent à arriver, grand besoin de plaisir littéraire en attendant…

Je ne serais en congés que le 17 août au soir, le temps me paraît extrêmement long… Il me faut trouver le plaisir là où il est, je parle de la lecture biensûr… J’ai foulé ma bibliothèque, ma liseuse et mon choix s’est pour cette fois porté sur La forêt de Luca Tahtieazym, vous ne connaissait pas ? Allez jeter un œil sur Babelio, la note et les avis sont très bons. Mais rien ne vaut mieux que de se faire une idée par soi même donc je me plonge immédiatement dans cette lecture.

Et vous ? Quel est votre plaisir Livresque du jour ?

L’humanité en moins de Karine Vivier

 

IMG_20180725_141230.jpg

Je vais vous parler d’un jolie découverte de l’autoédition, Karine Vivier nous propose ici un petit roman de 180 pages, que j’ai beaucoup aimé et par conséquent dévoré.

L’auteure nous propose une histoire ou plutôt trois histoires parallèles, dont le fil conducteur est l’enfant. Vous comprendrez en lisant, ce que je veux vous dire par là, j’ai aimé la façon dont nous sont racontées ces histoires, Karine Vivier adopte le ton qui convient à chaque morceau de vie qu’elle pose sur le papier.

Sans chichis, ni tentatives de duper ses lecteurs, elle va d’un bout à l’autre de son histoire, qui est certes difficile car elle touche à l’enfance, et à de terribles moments et difficultés qui jalonnent le parcours de certains. Excusez moi de rester si vague, mais l’histoire est courte et incisive, si je vous donne trop de détails, le plaisir vous sera gâcher.

Ces 180 pages de lecture, m’ont malgré tout donner envie de coller des gifles, de secouer certains protagonistes, de faire des leçons de moral… Vous comprenez donc que l’idée de départ de l’auteure ne m’a pas laissé sur ma faim, pas de détails et explications inutiles, nous allons ici à l’essentiel. 

Toujours très agréable de découvrir de jeunes auteurs, Karine Vivier fait partie de ceux qui méritent que l’on s‘arrête sur leur écriture et sur ce qu’ils ont à raconter.

Résumé:

Que peut-il y avoir de commun entre une fillette, un ex-taulard et une mère de famille ?

« L’humanité en moins » met en scène trois personnages qui ont, à un moment de leur existence, perdu leur humanité aux yeux de la société. Trois personnages, trois récits parallèles, une même histoire. Un premier roman noir.

Extrait

C’était toujours le même scénario. « Tu n’es pas là pour penser », lui répétait l’homme, « tu es là pour faire ce que je te dis ». La première fois, c’était sur une autre plage qui ressemblait à celle-ci. Elle avait emmené une autre fillette, plus jeune qu’elle, prendre le goûter dans la camionnette garée près de la jetée. L’homme dans son véhicule avait souri lorsque les deux fillettes étaient arrivées à son niveau. « Mais suis-je bête ? », avait-il déclaré en sortant de sa voiture, « les biscuits sont restés dans le coffre ». « Passe devant, toi », lui avait-il ajouté durement. Il avait ouvert le coffre et poussé l’autre fillette à l’intérieur, qui s’était mise à hurler à pleins poumons lorsque ce dernier s’était refermé brutalement. Puis, la camionnette avait démarré en trombe et ils avaient roulé à tombeau ouvert pendant des heures. Épuisée, la fillette avait fini par s’endormir, le visage collé contre la vitre. Ce qui s’était passé ensuite, elle ne s’en souvenait plus très bien.