L’inciseur de Sebastian Fitzek et Michael Tsokos

51isExfNCpL._SL160_Editions L’Archipel      Disponible le 18 mars 2015 Roman suspense 345 pages

Note générale: ♥♥♥♥♥/5

Mon avis:

Attention, ouvrir ce roman vous fait plonger aux tréfonds de l’horreur, toutes nos craintes s’y trouvent. Il ne faut pas se voiler la face, ce qui nous plaît dans un livre tel que celui-ci c’est la folie, le sang, l’horreur, et bien tout y est. Sebastian Fitzek s’est cette fois allié avec un professionnel de la mort afin de nous délecter d’un roman totalement effrayant, ou les psychopathes sont partout. Ça incise, ça coupe ça tranche. Les auteurs nous embarquent dans une enquête folle et sans pitié où ils n’hésitent à nous faire mal en s’en prenant à ce qui nous touchent le plus, les enfants. Vous l’avez compris,

Paul Herzfeld, va devoir retrouver sa fille Hannah. Mais cela ne sera pas une simple enquête afin de retrouver son enfant que va devoir mener Paul, Il va devoir se remettre en question, qui peut lui en vouloir pour s’en prendre à lui de telle façon? Un roman incroyable, une lecture avec laquelle il est impossible d’avoir la moindre certitude, tant les auteurs sont machiavéliques, mais connaissant le plaisir que Sébastian Fitzek prend à nous emmener en enfer, il ne fallait pas s’attendre à autre chose.

Sur l’écriture de ce livre, s’associer au directeur de l’institut médico-légal de la Charité à Berlin, donne une réalité terrible à ce thriller. J’ai commencé cette lecture avant de dormir, et la première chose qui m’est venu à l’esprit c’est : « Ce livre va me faire peur, je le sens ». A partir de là, je pense que le but des auteurs est atteint. Merci aux Editons L’Archipel ainsi qu’à L&P Conseils, pour cette superbe lecture qui m’a fait frissonner du début à la fin.

Résumé:

Paul Herzfeld dirige à Berlin le service de médecine légale de la police criminelle. Un matin, alors qu’il pratique l’autopsie d’une jeune femme savamment mutilée, il découvre dans son crâne une capsule métallique. Quand il l’ouvre, stupeur ! Un bout de papier sur lequel figure un prénom, suivi d’un numéro de téléphone. Il le compose et la voix qu’il entend est celle de sa fille, Hannah… Le message enregistré ne laisse place à aucun doute : « S’il te plaît, viens à mon secours ! Et pas à un mot à quiconque, sinon je mourrai… » À lui de retrouver seul le psychopathe qui a élaboré ce macabre scénario et enlevé sa fille de dix-sept ans. Une course contre la montre bientôt jonchée d’autres cadavres, contenant d’autres indices… L’Inciseur, un roman qui va laisser des traces… profondes.

Publicités

3 réflexions sur “L’inciseur de Sebastian Fitzek et Michael Tsokos

  1. J’avais été enthousiasmé par le premier roman traduit de l’auteur, Thérapie. Ensuite, à chaque roman, j’ai senti baisser mon intérêt avec cette désagréable impression qu’il utilisait toujours la même méthode. J’ai donc laissé tomber.
    Peut-être devrais-je m’y remettre, après avoir lu ton avis 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s